29 novembre 2014

Émeutes et manifestations : 10 conseils pour en échapper

Il y a quelques jours à peine, le Grand Jury de Fergusson, aux Etats-Unis, a décidé de ne pas incriminer le policier qui avait tiré sur un jeune noir de 18 ans au mois d'août dernier, estimant sa défense légitime au moment des faits.

Le résultat de cette décision ne s'est pas fait attendre, et s'est traduit par une flambée de violence immédiate à travers le pays entier en signe de protestation.

Des émeutes ont éclaté, suivies de pillages, affrontements, incendies, et tout le bataclan...

Qu'auriez-vous fait si vous aviez été pris dans un tel pétrin ?



Indépendamment des faits qui en sont à l'origine, il faut reconnaître que les émeutes peuvent échapper à tout contrôle très rapidement. Il aura suffi de peu de choses pour que la ville de Ferguson sombre dans le chaos complet avec son cortège de pillages, voitures en feu, et scènes apocalyptiques montrant les forces de l'ordre en rangs serrés tirant des bombes lacrymogènes à tout va.

Des événements similaires se sont produits dans de nombreuses autres villes du pays, démontrant s'il le fallait que personne n'est à l'abri de nos jours. Pour ce qui nous concerne, je n'imagine pas les choses différentes, et les émeutes régulières de banlieue sont là pour nous le rappeler. Où que l'on habite en France, du fait de la circulation ininterrompue de l'information et de l'omniprésence des aliens, on peut être pratiquement sûr qu'il y aura une émeute un jour ou l'autre quelque part pas très loin de chez nous...

Comment s'échapper d'un tel piège ? Comment survivre au cas où les circonstances fassent que l'on se retrouve au milieu des réjouissances, ou forcé de les traverser pour rejoindre son domicile ? C'est le but de cet article que de proposer quelques conseils qui devraient permettre d'augmenter vos chances de survie en pareil cas.


10 conseils pour se sortir d'une émeute


Comme les événements de Ferguson nous l'ont une fois de plus rappelé, il suffit d'un rien pour que les choses partent en vrille dans nos pays pourtant civilisés : le tir malencontreux d'un policier, un verdict, une catastrophe naturelle... Et notre ville peut alors basculer dans le chaos, offrant des scènes que l'on s'attendrait à voir seulement en Irak ou en Afghanistan. Il faut juste se souvenir du fait que là où l'on habite importe peu ; De nos jours, pratiquement toutes les villes de notre pays sont éligibles.

C'est la raison pour laquelle vous devez savoir comment survivre si la vôtre sombre dans le chaos, et que des pingouins commencent à jeter des cocktails Molotov à droite et à gauche au fil d'émeutes grandissantes.

Bien que les réjouissances de Ferguson soient aujourd'hui dissipées, elles resteront dans les mémoires pour nous rappeler combien nos sociétés sont fragiles, et combien de périls sérieux peuvent être causés par des manifestants bien chauffés.


Le supermarché local après le passage des émeutiers...


Les émeutiers et autres protestataires sont dangereux parce qu'ils constituent un groupe d'individus qui n'agissent que rarement de manière rationnelle. Le fait est que si ces gens étaient logiques, ils attendraient que les faits à l'origine des événements soient clairement établis avant de détruire des immeubles et de retirer aux propriétaires des commerces mis à sac le travail de toute une vie.

Dans le cas précis de Ferguson, on peut penser que si le jeune noir avait levé ses mains en l'air, alors le policier qui l'a abattu de six balles devrait être convaincu de meurtre et envoyé en prison pour le restant de ses jours. D'un autre coté, si les dires de ce dernier sont vraies et que le jeune noir l'a attaqué pour lui prendre son arme, alors il était en droit de faire feu, la force létale étant justifiée.

Mais avant même que les faits soient établis de manière certaine et le verdict prononcé, des dommages irréversibles avaient déjà été commis, et de nombreuses personnes blessées. Ainsi, dans un monde qui devient chaque jour de plus en plus hors de contrôle, voici ce qu'il vous faut savoir pour rester en vie si vous découvrez un jour que votre ville est devenue le théâtre de nouveaux affrontements :


1. Contrôlez vos émotions - A l'inverse des manifestants, vous devez maintenir l'autodiscipline et être en mesure de maîtriser vos émotions. Si vous êtes en train de marcher dans la rue et que vous voyez des gars s'enfuir de chez Darty avec des écrans plats sous le bras, continuez votre chemin. Ne vous arrêtez pas et ne les dévisagez pas ; Ne leur criez pas après et ne cherchez pas à les stopper. Oui, les émeutiers sont des gens peu recommandables, mais ce n'est pas le moment de leur donner des leçons ni de leur rappeler les Dix commandements.

Restez calme, et gardez vos émotions sous contrôle. Les émeutes se produisent lorsque des émotions intenses couvent à la surface et explosent soudainement. Sous le feu de l'action, l'adrénaline et l'instinct de survie vont essayer de prendre le dessus ; Essayez alors de penser rationnellement et de poursuivre votre tentative d'évasion de manière méthodique. Ne vous laissez pas envahir par la rage des manifestants.




2. Mêlez-vous à la foule - Si vous avez à vous frayer un passage, il vous faut vous mélanger au reste des émeutiers. S'ils portent des pancartes qui disent "Mort aux vaches", alors il pourrait être dans votre intérêt de commencer à chanter ce refrain, ou récupérer l'une de ces pancartes pour vous. La pire chose que vous puissiez faire serait de faire savoir que vous n'êtes pas de leur coté.

Évitez toute confrontation, y compris visuelle. Gardez un profil bas, en même temps que vous cherchez une voie de sortie. Ne vous impliquez pas dans la violence, même si vous êtes bousculé ou malmené ; Continuez à avancer.


3. Ne sortez pas la nuit - Un de mes amis intelligents a coutume de dire : "Rien de bon ne peut arriver après minuit". Lorsqu'il fait sombre dehors, les gens ont tendance à perdre le contrôle et pensent qu'ils peuvent se sortir de tout problème en adoptant une attitude violente. A moins qu'il s'agisse d'une urgence, ne quittez pas votre domicile après la nuit tombée si votre ville se trouve plongée dans le chaos.

Si vous êtes dehors, rentrez rapidement chez vous et restez-y. Les émeutes arrivent dans les rues. Une fois dans votre maison, vous serez à l'abri.

Gardez vos portes et fenêtres fermées. Ne restez pas devant les ouvertures à regarder ce qui se passe. Avancez jusqu'à une pièce intérieure ou sans ouverture, de manière à limiter au maximum le risque d'être atteint par des projectiles, balles ou autre. Essayez de visualiser deux sorties possibles au cas où il faille abandonner les lieux rapidement.


4. Ayez toujours sur vous l'indispensable - Dans la mesure où l'on ne sait jamais vraiment quand les choses peuvent mal tourner, il serait judicieux de porter en permanence de quoi se défendre. Le plus efficace compte tenu de nos législations restrictives me semble être des matraques télescopiques, que vous prendrez en nylon si le métal vous pèse ou vous effraie. Même si leur port est juridiquement répréhensible, elles ne vous mèneront pas en prison et pourraient vous sauver la vie.

Un stylo tactique n'attire pas l'attention et peut aussi servir à ceux qui ont l'expérience du corps à corps. Je laisse aux adeptes de l'EDC le soin de choisir les autres ustensiles qu'ils jugent utile en fonction de leur sensibilité personnelle...




5. Suivez le mouvement - Si vous marchez dans la rue et tombez sur une manifestation de plusieurs centaines de personnes, n'essayez pas de passer au travers et d'aller à contre-courant. Premièrement, parce que vous allez attirer l'attention sur vous (rappelez-vous de la règle n°2), et ensuite, parce que vous pourriez être littéralement piétiné. Allez simplement dans le sens de la foule et soyez patient. Vous pourriez avoir à changer vos plans pour arriver à destination et prendre du retard, mais votre vie est trop précieuse pour vouloir vous presser.

Marchez. Si vous courrez ou vous déplacez de manière inappropriée, vous allez attirer l'attention. Ne vous arrêtez pas. Si vous stoppez, vous prenez le risque d'être emporté par la seule force des émeutiers progressant dans la même direction.

Si vous êtes coincé à l'intérieur d'une voiture, commencez par rester calme. Si votre véhicule devient une cible, abandonnez-le calmement et rapidement. Rien ne justifie de mourir pour un Toy... Si des gens bloquent le passage, klaxonnez et avancez lentement ; Ils devraient s'écarter. C'est la dernière extrémité. Ne mettez pas la vie des autres en danger à moins qu'ils ne menacent la vôtre en premier.

Conduire à travers les barrages de police pourrait être interprété par les forces de l'ordre comme une tentative d'utiliser une force létale. Dans le feu de l'action, celles-ci pourraient alors vous opposer une force de réaction équivalente.


6. Restez à l'écart du ou des leaders - Toute émeute a ses meneurs que la foule suit. On les trouve généralement en début de cortège. Ce sont les plus bruyants, et ils essaient d'attirer l'attention sur eux. Si les leaders commencent à se battre avec la police, les autres les suivront ; S'ils commencent à jeter des pierres, les autres en jetteront à leur tour ; S'ils leur prend l'idée de briser des vitrines, les autres feront de même. L'espace autour de ces leaders est un périmètre dangereux, et vous devez éviter de vous trouver à l'intérieur, vous et votre famille. Une fois que vous les aurez identifiés, gardez vos distances et restez en compagnie de ceux qui sont les moins violents et les moins excités.


Le dessin de Christian, un lecteur de Survivre au Chaos

7. Préparez-vous à vous battre au besoin et de manière impitoyable - Si vous avez suivi les 6 règles précédentes, vous êtes probablement hors de danger et n'aurez pas à vous défendre contre les émeutiers. Cependant, parce qu'une émeute est un événement par définition imprévisible, tout peut arriver en l'espace d'un instant.

Si la manifestation se retourne de quelque manière contre vous, il faut que vous soyez prêt à vous battre, et ce, sans aucun état d'âme. Le fait d'hésiter pourrait vous coûter la vie.

C'est aussi la raison pour laquelle vous devriez pratiquer un système de défense personnelle. Nous avons vu combien les matraques télescopiques, par exemple, peuvent être efficaces. L'idéal serait d'apprendre également à vous battre avec vos mains, et maîtriser quelques techniques de couteaux.

Parfois, il suffit d'un seul événement quelque peu chargé émotionnellement pour que ressorte alors ce qu'il y a de pire dans la nature humaine. Le fait est que l'on voit même des émeutes se déclencher après de simples manifestations sportives, aussi bien du coté des vainqueurs que des vaincus.

Des opportunistes de la pire espèce sont prêts à se lever au premier signe de chaos, profitant de l'occasion pour piller maisons et commerces et causant d’innombrables dégâts. Ils sont égoïstes, avides, et ne se soucient en aucune manière de la vie et des biens des personnes affectées par leur comportement bestial. J'avoue que le spectacle de gens au niveau le plus bas du vice et de l'avidité m'a toujours atterré. Le fait qu'une émeute puisse se déclencher pour des motifs aussi futiles que la sortie d'un jeu vidéo ou de la nouvelle poupée de l'année en dit long sur le niveau mental de certains, et le comportement que l'on peut en attendre en cas d'effondrement du système...

Tout peut entraîner une émeute ; Depuis l'envie de faire de bonnes affaires le jour de l'ouverture des soldes, jusqu'à une marche de protestation silencieuse qui d'un coup tourne mal. La meilleure des choses à faire est de se tirer en vitesse...


8. Restez sur les cotés et dégagez-vous lentement. Si vous êtes pris au milieu, soyez aussi discret que possible et déplacez-vous lentement et prudemment jusqu'à l'extérieur. Restez en périphérie de la foule tout en essayant d'éviter les goulots d'étranglement tels que les tunnels, métros, hautes clôtures et longues sections de murs.

Au plus vous passerez de temps au milieu d'une émeute, au plus vous augmenterez vos chances d'être blessé voire tué. Il est donc préférable de s'en extraire lentement mais sûrement. Cela peut être aussi dangereux d'aller contre une foule ; Le mieux est de se déplacer avec le courant jusqu'à ce que l'on puisse s'échapper à travers une porte ou une rue adjacente. Ne soyez pas trop pressé et sachez attendre le moment propice. Chercher à fuir rapidement à travers de petites rues étroites ou des zones à risque pourrait être encore plus dangereux.


9. Regardez où vous mettez les pieds. Si vous tombez, roulez-vous en boule sur le coté. Protégez votre visage, vos oreilles, et vos organes internes (estomac, foie...). Dans cette position, vous êtes plus petit et avez plus de chances d'être évité. Ne vous mettez pas à plat sur le dos ni sur le ventre. Si d'autres tombent sur vous, vous ferez alors une pile que les autres manifestants contourneront.



Les foules paniquées se déplacent vite et génèrent un volume incroyable d'énergie. Une fois lancée, une foule est très difficile à stopper, et le flot des gens pourrait littéralement vous soulever de terre et vous emporter. Il est bon de savoir que 6 à 7 personnes de constitution moyenne poussant dans la même direction peuvent générer une force d'une tonne. Une telle force serait suffisante pour plier un rail de chemin de fer ou exploser un mur de briques.

Dans une bousculade, les gens peuvent mourir pendant qu'ils sont debout, uniquement par la pression exercée sur leur corps. Une telle pression est suffisante pour les étouffer. En vous positionnant sur le coté, vous avez de meilleures chances de survie. Votre cage thoracique, ainsi que vos bras et jambes éventuellement repliés vous protègent davantage, vous laissant ainsi la possibilité de respirer.

Si vous avez l'intention de participer à une manifestation, ou de vous trouver dans les environs, la meilleure chose à faire serait de visualiser à l'avance un plan du cortège et de repérer les sorties potentielles. Où que vous soyez, tâchez de faire en sorte de toujours savoir comment vous échapper.


10. Soyez conscient de votre environnement - Cela commence par la conscience du sol sur lequel on se tient ! Rappelez-vous que vouloir naviguer à travers une foule lorsque le parterre est inégal ou détrempé peut être extrêmement hasardeux. Vous pourriez vous retrouver au sol et piétiné dans la foulée.

Soyez aussi conscient de l'atmosphère générale de l'événement, dans la mesure où la panique peut parfois être anticipée. Dans une situation de danger, quelques secondes peuvent faire toute la différence, en vous donnant la possibilité de profiter d'une brèche. Restez toujours à proximité des sorties et voies d'échappatoire.

Une fois de plus, si vous vous retrouvez coincé en plein milieu du cortège, ne restez pas debout immobile et ne vous asseyez pas. Ce serait le meilleur moyen de vous faire piétiner. Au contraire, avancez avec le courant, et progressez lentement en diagonale jusqu'à l'extérieur en profitant au fur et à mesure de chaque espace qui pourrait s'ouvrir.

La foule va onduler à la manière d'une vague, et comme le fait un océan, se retirer après vous avoir poussé. C'est ce moment-là qu'il faudra saisir pour tâcher de vous en extraire. Vous devrez manœuvrer en diagonale entre les poches de gens. Il va toujours se trouver quelque espace dans lequel vous pourrez vous faufiler. Cela prendra du temps, dans la mesure où vous ne pourriez faire que quelques pas à la fois, mais vous arriverez ainsi petit à petit à la zone située en périphérie.




Gardez vos mains en hauteur, coudes repliés, à la manière d'un boxeur. Cela facilite les mouvements et crée un "tampon" qui protégera votre poitrine.

Le pire scénario serait de vous retrouver poussé par la foule contre un obstacle fixe. Faites votre possible pour rester loin des murs, barrières, bâtiments, car la pression pourrait entraîner rapidement votre suffocation.


Apprenez ces quelques conseils de manière à vous en souvenir au cas où vous soyez pris un jour dans une manifestation. Rappelez-vous que le plus important est de garder la tête froide, et de penser de manière logique à la manière d'en échapper. C'est la seule stratégie qui vous permettra de vous en sortir sans encombres.

Ce n'est plus qu'une question de temps avant que des manifestations de grande ampleur se développent un peu partout à travers le pays. Vu la manière dont il est mené, je doute qu'il faille attendre très longtemps... Si c'est le cas, alors le fait de suivre les règles que nous venons de citer pourrait vous sauver la vie ainsi que celle de votre famille...

6 commentaires:

  1. Remarquable et précis ! En outre, ce qui m'épate est l'excellence de la syntaxe, de la grammaire et de l’orthographe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément "... Le petit Nicolas.

      Et n'oubliez pas non plus qu'il semble que la mode soit aux tireurs sur les toits pour faire dégénérer les situations.

      Le survivaliste prudent évitera ces situations insurrectionnelles. S'il s'en mêle, il quittera le domaine du survivalisme. A moins que "survivre" oblige un jour à semblable extrémités...

      Laurent

      Supprimer
  2. Très bon conseils.
    J'ai participé à de nombreuses manifestations pacifiques. Pour sortir du "flux" il faut effectivement se rapprocher d'un des cotés tout en marchant à la vitesse des "autres manifestants", en se faisant le plus discrètement possible puis, s'extraire de la foule et s'éloigner sans attirer l'attention.
    Merci Pierre d'avoir publié mon dessin.

    RépondreSupprimer
  3. De manière générale, éviter les grands rassemblements moutonniers, on se retrouve rarement par hasard au milieu d'une foule marchante. Les FO laissent toujours des portes de sortie pour éviter ET les mouvements de panique ET d'acculer une foule qui deviendra hystérique.
    Eviter les ZAC le dimanche, le jour de sortie d'un block buster attendu au cinéma, le supermarché le samedi, les stades pour les gros matchs et tout évènement fédérateur qui tenterait n'importe quel poseur de cocote-minute pour la plus grande gloire du gnagnagna la paix soit sur lui toussa.
    Et oui, la survie commence par ne pas faire comme les autres, sinon c'est la vie normale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. votre commentaire fait plaisir à lire !

      Supprimer
  4. (LeGugusse)
    Sans compter la grande tactique policière: sacrifier un quartier entier dans lequel les manifestants sont encerclés. Ils cassent tout à l'intérieur, s'épuisent... Le temps passe, la fatigue vient, la soif aussi. Beaucoup n'ont pas apporté d'eau. Avec les heures, les forces de l'ordre n'ont plus qu'à resserrer l'étau jusqu'à la reddition des manifestants.
    Autrement dit, mieux vaut ne pas être coincé dans ce genre de dispositif...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.