22 novembre 2014

Sur la nature même du chaos

Beaucoup de gens limitent leur préparation car ils sont trop occupés par ce qu'ils pensent qu'il adviendra lorsque les lumières vont s'éteindre. Ces gens-là ont tort, et nous allons voir pourquoi à travers cet article.

Chacun de nous s'est forgé sa propre idée sur la nature du chaos qui frappera le pays tôt ou tard. Et cet état de fait peut rendre nos plans obsolètes dès le départ. Le fait même de penser a priori que l'on possède la réponse est la meilleure façon de se tromper.

Comme répété à maintes reprises, attendez-vous à un bouleversement complet de vos attentes...



Votre plan de survie a-t-il réellement un sens ?

Il est fréquent d'entendre les survivalistes dire qu'il est inutile de stocker des équipements électriques ou électroniques "parce qu'il n'y aura pas de courant après le chaos", ou de prévoir tel véhicule plutôt qu'un autre "parce que s'il est antérieur à l'année 19XX, alors il ne fonctionnera pas...".

Vraiment ? Qui leur a donné le scénario ? Dans quelle mesure ces survivalistes sont-ils capables de prédire le futur ?

Le fait est que nous ne savons absolument RIEN de ce qui va se passer lors du prochain désastre que nous appelons le chaos. Ou du moins, sur sa nature. Tout ce que nous avons, c'est un large éventail de possibilités. Et même si certains auront la chance de tomber juste, croyez-vous vraiment que nous ne devrions envisager qu'un seul événement catastrophique qui puisse arriver dans notre vie ?

Le mieux que nous puissions faire est de considérer un large éventail de scénarios, et de nous préparer en conséquence. En planifiant uniquement pour les pires hypothèses, on oublie complètement le fait qu'il existe de nombreux, très nombreux autres dangers qui ont beaucoup plus de chance de se concrétiser que n'importe quel événement cataclysmique. Et si l'on se focalise sur l'un de ces évènements en particulier, on risque de ne pas être prêt pour les autres...

C'est ce qui s'est produit avec l'armée américaine en Afghanistan. Les huiles du commandement, qui n'avaient pour la plupart jamais mis les pieds sur le terrain, avait pris la brillante décision de restreindre drastiquement les Règles d'engagement (ROE), car ils avaient peur de la réaction violente du président Karzaï, et des effets indirects de ces règles sur une augmentation éventuelle des pertes de la coalition. Le résultat ne se fit pas attendre, qui se traduisit par un doublement du nombre de morts du coté américain.




Au lieu de d'établir un plan qui leur permettrait de sauver la vie de leurs soldat en cas de réaction politique violente, mais aussi dans leurs actions offensives quotidiennes, ils choisirent une voie singulière qui ignorait en fait le danger le plus direct.

Cela dit, ne vous méprenez pas sur la nature de mes propos. Il est toujours utile d'être prêt pour le pire des cas. C'est pourquoi nous aimons tant jouer à "Que feriez-vous dans une apocalypse zombie" lors de nos parties d'airsoft, paintball ou autre. Le problème est que l'on ne peut pas planifier pour le pire des cas au détriment des plus probables. Ce serait comme marcher 5 km pour aller travailler parce qu'on a peur de se retrouver avec un pneu à plat...

Maintenant, existe-t-il une menace réelle d'Impulsion Electro-Magnétique (IEM) - plus connue sous le nom de EMP (de l'anglais ElectroMagnetic Pulse) - à l'échelle nationale émanant d'un pays/groupe terroriste, voire d'une éjection massive de masse coronale en provenance du soleil ? Oui, bien sûr. C'est pourquoi les armées à travers le monde engloutissent des sommes folles depuis des générations dans la protection de leur appareillage électronique. Les militaires reconnaissent qu'une IEM fait partie du petit nombre de dangers sérieux qui représentent un risque réel pour notre société, et qui pourrait résulter dans la défaite de leurs armées.

Nous devrions donc nous préparer pour une telle éventualité, au cas où elle se produise. Une IEM devrait faire partie de nos plans, sans toutefois laisser un tel scénario prendre le dessus.

Il faut toujours garder à l'esprit qu'il existe aussi de NOMBREUX autres scénarios possibles dans lesquels les équipements électroniques ne seraient pas grillés, tels qu'une guerre, un "black-out" général, un effondrement financier, une pandémie, etc. Dans tous ces cas, les bénéfices que l'on peut retirer aujourd'hui de l'utilisation de ces appareils seront toujours d'actualité. Il n'est pas très malin de ne pas avoir prévu d'équipements électroniques de réserve si notre voiture en a besoin et se retrouve en carafe sur le bord de la chaussée. Toutes les urgences ne sont pas forcément de même nature que le chaos.

Cela revient donc à considérer l'éventail des périls possibles, et analyser le rapport coût/bénéfice des mesures d'atténuation des risques que l'on envisage de mettre en œuvre. En clair : Comparer les diverses choses qui nous aideront dans un grand nombre de situations différentes, et voir quelles sont celles qui ont le plus de sens...


L'or et l'argent après le chaos


Un de mes articles sur l'or et l'argent en temps de chaos avait été repris par plusieurs sites connus de la dissidence, et descendu en flèche par la majorité des commentateurs car il allait à contre-courant des idées généralement admises à ce sujet. Des gens qui n'ont pas voulu voir plus loin que le bout de leur nez, ou de leur raisonnement, et n'ont finalement rien compris à mes propos.




Il est évident que ces deux métaux précieux auront TOUJOURS de la valeur, quelle que soit la situation à laquelle nous puissions être confrontés. Je n'ai jamais dit qu'ils la perdraient en cas de chaos. Ce que j'avais tenté de souligner, c'est qu'ils pourraient ne pas être les plus opportuns, et ce pour les raisons suivantes :

1. Ils ont une grande valeur intrinsèque, difficilement divisible ;
2. Ils ne constituent pas obligatoirement ce dont les gens auront le plus besoin, même s'ils sont universellement prisés depuis la nuit des temps.

Ce que je conseillais seulement, c'était de transformer les actifs qu'ils représentent en de multiples unités bon marché, plus facilement négociables en cas de besoin. Par exemple convertir la valeur d'une pièce d'or en cartouches de chasse, sachant premièrement qu'une cartouche sera sans doute plus utile en cas de chaos qu'un morceau de métal jaune, et deuxièmement, qu'il est moins probable que nous perdions au change.

Qu'allez-vous faire si l'on vous propose un lot de cinq briquets dont vous avez absolument besoin, et que vous n'avez rien d'autre que des pièces d'or à proposer en échange ? Bien sûr que la personne avec qui vous troquez va accepter votre pièce ! Je n'ai jamais dit le contraire. Mais dans ce cas, autant que vous prévoyez dès le départ d'en stocker un bon nombre... Si vous aviez eu cinq ou dix cartouches sous la main, le change en votre faveur n'aurait pas été aussi défavorable, et vous auriez pu garder votre pièce pour une occasion qui en vaille vraiment la peine.


L'électronique après le chaos


Si nous avons tant d'électronique de nos jours, c'est parce qu'elle cela nous rend la vie globalement plus facile, même si elle n'est pas meilleure pour autant, ce qui est un autre problème. Je peux littéralement transporter une pleine bibliothèque avec moi si j'ai une clé USB et un lecteur approprié. Et ce tour de force est absolument impossible sans l'aide de électronique.

Combien coûte une clé USB de nos jours ? Pas grand chose, et vous en avez probablement déjà une qui traîne dans un coin. Combien de place occupe-t-elle ? Un peu plus que l'ongle de votre pouce, pour une quantité colossale d'informations aisément accessibles.

Bien sûr que vous devriez conserver quelque traces sur papier. Vos passeport et autres documents d'identification devraient être sur vous en permanence, de même que les adresses et informations de contact pour les membres de votre famille et les gens importants, le tout protégé des risques d'humidité. Tous ces documents en copie électronique au cas où les originaux soient endommagés, volés ou perdus - et cette copie conservée à une place différente.

Quelle est la pire chose qui pourrait arriver ? Une méga Impulsion Electro-Magnétique illumine le ciel et grille chaque composant électronique qui n'est pas protégé par une cage ou boite de Faraday. Si vous avez placé votre clé USB dans l'un de ces boites ainsi que son lecteur, et que vous pouvez obtenir de l'électricité par quelque moyen, alors vous serez toujours en mesure d'accéder à vos informations. Si ce n'est pas le cas et qu'ils sont endommagés de manière irréversible, alors vous n'aurez qu'à les mettre de coté.

Et cela ne vaut pas que pour l'information. Des choses comme les Red Dot (viseurs points rouges) sont extrêmement utiles sur une arme - et c'est pourquoi nous les utilisons. Tant que les satellites seront toujours en orbite et fonctionnels, un bon GPS pourrait faire toute la différence entre retrouver vos emplacements de caches - ou même éviter de vous perdre dans les bois - et tourner trois heures comme une brêle à gratter le sol. Dans presque tous les cas d'urgence auxquels vous pourriez être confronté depuis maintenant jusqu'au jour de votre mort, l'électronique sera toujours fonctionnelle, et les satellites continueront de tourner pour vous...

Tant que vous avez la formation adéquate et des sauvegardes pour les autres cas, alors vous êtes couvert de toute façon. Nous utilisons des traceurs GPS pour localiser et trouver des endroits parce qu'ils sont bien plus pratiques qu'une boussole et une carte - mais on apprend aussi à utiliser ces dernières en guise de "sauvegarde".




Les véhicules à l'épreuve des IEM


Qu'en est-il des véhicules ? On entend tout le temps dire qu'il faut se munir d'une vieille voiture, de manière à ce qu'elle puisse tourner même après une IEM. Mais la vérité est qu'il n'y a pas eu suffisamment d'études pour déterminer de manière certaine le type de véhicule sur lequel les Impulsions Electro-Magnétiques auraient l'effet le plus déterminant et le plus dévastateur. Alors, que savons-nous à l'heure actuelle ?

La commission américaine qui a analysé la menace que représentent les IEM pour les Etats-Unis a résumé ses essais sur les véhicules de la manière suivante :

"Les automobiles ont été exposées à des IEM intenses, moteur éteint et moteur allumé. Aucun effet n'a été observé sur les voitures dont le moteur était à l’arrêt lors de l'exposition. L'effet le plus grave observé sur celles en marche, est que les moteurs des trois voitures se sont arrêtés à des intensités de champ d'environ 30 kV/m ou plus. Lors d'une exposition réelle aux IEM, ces trois véhicules auraient nécessité d'être redémarrés par leurs conducteurs. L'électronique dans le tableau de bord de l'une de ces voitures a été endommagée au point de nécessiter une réparation. Les autres effets ont été relativement mineurs. Vingt-cinq des voitures testées ont montré des dysfonctionnements pouvant être considérés comme mineurs (par exemple, des lumières clignotantes au tableau de bord) et ne nécessitaient pas l'intervention du conducteur. Huit des 37 voitures testées ne présentaient aucune anomalie.
Sur la base de ces résultats, nous nous attendons à peu d'effets sur les automobiles à des niveaux d'IEM inférieurs à 25 kV/m. Environ dix pour cent ou plus des voitures exposées à des niveaux de champs supérieurs pourraient ressentir des effets sérieux, y compris l'arrêt du moteur nécessitant l'intervention du conducteur. Nous nous attendons à ce qu'en outre, au moins deux voitures sur trois sur la route au moment de leur exposition aux IEM manifestent une certaine nuisance à ces niveaux de champs élevés..."

Ce qu'ils ont voulu dire, c'est que dans la plupart des cas, les voitures continueront de rouler. Voyons maintenant le cas où l'intensité soit telle qu'elles s'arrêtent...

Imaginons que vous ayez réussi à récupérer un bon vieux "Toy" des années 90, et qu'une méga IEM nous frappe, clouant au sol tous les véhicules dotés d'un ordinateur de bord. Et vous voila donc maintenant avec votre bon vieux 4X4 entièrement équipé, à rouler seul sur la route, tandis que tout le monde autour se traîne à pied. Avez-vous seulement songé à la manière de protéger ce véhicule ? Vous avez à présent dans les mains un article très visible que tout le monde va vouloir. Si les morts-de-faim, les voyous ou les membres des milices en colère ne cherchent pas à vous le prendre, le gouvernement le fera sans aucun doute. Le coût de posséder un véhicule à l'épreuve des IEM est immense dans ce type de scénario.

Parce que vous n'avez pas d'argent, d'espace, de main-d'oeuvre, et de temps, le tout en quantité illimitée, tout ce que vous dépenserez sur une chose est autant que vous ne pourrez pas consacrer à une autre. Si vous planifier uniquement pour le pire des scénarios qui implique une explosion qui grille tous les appareils électroniques à part les vieilles voitures, cela va vous coûter beaucoup en termes d'argent et de planification. Vous allez aussi avoir besoin de faire partie d'un groupe avec d'autres véhicules du même type de manière à avoir quelqu'un qui veille sur le vôtre. Dans ce scénario, le fait de posséder l'un des rares véhicules au monde qui fonctionnent va faire de vous une cible énorme. Vous ne pourrez pas protéger votre famille, trouver de la nourriture et de l'eau, aménager ou construire des abris, et protéger votre camion 24 heures par jour le tout par vous-même.

Aussi, gardez à l'esprit qu'un 4x4 de 20 ou 30 ans d'âge va aussi connaître des problèmes à un moment ou un autre. Vous ne serez alors pas en mesure de trouver des pièces à proximité, dans les dépôts de ferraille, casses, parcs de stationnement et autres. La rupture d'une seule pièce pourrait très facilement vous laisser sur le bord de la route, à tenter d'imaginer comment vous allez transporter tout votre matériel.




De toute évidence, il serait agréable d'avoir un bon vieux "Toy" en cas de chaos, et je ne dis pas que ce serait une mauvaise chose, à condition d'y réfléchir et de pouvoir se le permettre. Il suffit de ne pas le faire au détriment de la recherche de véhicules moins chers qui seront susceptibles de survivre à l'impulsion de toute façon.


Alors, que devons-nous faire ?


Voici une citation d'un auteur américain, qui résume à mon avis la bonne façon de voir les choses :

"Je ne me prépare pas pour survivre à une IEM,
Je ne me prépare pas pour survivre à un effondrement financier,
Je ne me prépare pas pour survivre à une pandémie mondiale,
Je ne me prépare pas pour survivre à une prise de contrôle total par un gouvernement mondial,
Je ne me prépare pas pour survivre à un quelconque désastre naturel ou humain,
Et je ne me prépare pas pour survivre à une apocalypse zombie (surtout parce que je suis déjà en train d'y survivre très bien de mon point de vue...)
JE ME PRÉPARE POUR SURVIVRE ! C'est tout. Advienne ce qu'il adviendra. Je n'ai aucune idée de quoi demain sera fait, mais j'ai l'intention d'être aussi prêt que possible, quoi que cela puisse être..."

Fondamentalement, il s'agit de réfléchir et de faire les meilleurs choix quant au plan, à la formation et au matériel susceptibles de nous couvrir dans la plupart des scénarios qui pourraient se produire. Mais il n'est pas raisonnable d'aller de l'avant avec une stratégie qui nous couvrirait dans 1 % des cas, et nous laisserait démuni dans les 99 % restant.

Qu'arrivera-t-il donc après que les lumières se soient éteintes ? Personne ne le sait. N'allez surtout pas croire que VOUS, vous le savez. Même si par chances vos prévisions s'avéraient justes, vous ne seriez peut-être pas prêt pour tout ce qu'il pourrait advenir dans l'intervalle...

15 commentaires:

  1. comme il faut bien partir de quelque chose prenons le problème posé à l'envers ,au lieu de penser aux scénarios possibles aussi multiples que variés il vaut mieux partir de soi et se poser la question de quoi ai je besoin pour survivre ma famille et moi avec mon entourage proche si il n'est pas hostile,donc revenir tout simplement aux éléments de base et par la je rejoins complètement votre conclusion ,même si ma préparation est imparfaite elle sera supérieure à celle de celui qui n'a rien fait et c'est cette petite supériorité marginale qui fera peutêtre la différence entre les vivants et les morts .Cordialement à tous

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Pierre Templar,


    Tout d'abord merci pour ce site qui est pour moi le meilleur de tous ceux traitant du survivalisme et du chaos. Le plus terre à terre, le plus réaliste, mais aussi le plus drôle.

    J'approuve tous tes argument concernant l'ensemble des moyens et l'etat d'esprit indispensables pour survivre. Cependant je ne suis pas d'accord sur une question, celle qui concerne le choix entre survivre en ville ou en campagne. Tu dis qu'il n'est pas plus risqué d'être en ville qu'en campagne au moment du chaos, mais j'ai la conviction que les villes deviendront des zones à forte concentration de prédateurs et qu'il sera impossible d'y survivre en cas de chaos à durée indéterminée.

    Toutes les villes de taille moyenne ont une "zup" infestée d'apprentis criminels ou de criminels accomplis, sans compter la densité de population et les mouvements de foule qui rendront la vie extremement dangereuse et stressante pour nous autres survivalistes. Car nous sommes aussi individualistes dans notre aspiration personnelle à la prise en charge de nos destinées et pourquoi pas dans la conquête de notre liberté. Et cela ne pourra pas se faire dans des zones urbaines où seront concentrés la plupart des moutons completement paniqués et désorientés.

    En campagne, il sera plus aisé de trouver de l'eau de la nourriture. Même si on ne s'est pas préparé avec un potager on pourra toujours manger de l'herbe, des feuilles ou du petit gibier. Et les maladies se propageront moins vite, la vie y sera toujours plus agréable qu'entre des blocs de béton où cultiver et chasser seront des activités pratiquement impossibles.

    Même si tout bipède restera un danger potentiel, des liens se créeront plus vite dans la France rustique que dans des cités où règnent le communautarisme et la dépendance.

    Cartouches de chasse et de 22 seront probablement plus abondantes dans un premier temps dans les campagnes. Il est aussi plus aisé d'avoir un chien de garde dans une maison de campagne. On est aussi instinctivement plus vigilant dans un endroit où les seuls bruits habituels sont ceux de la nature environnante.

    Sinon j'aurais aime connaitre ton avis sur une question qui me chatouille. Penses tu que "l' EIIL" ou "Isis" soit le genre de horde de tarés auxquel nous devrons faire face prochainement en cas de chaos ? Comment évalues tu cette menace?

    En tout cas merci encore pour ton site et bonne continuation.


    GringoLoco

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gringo, vous allez un peu trop vite en conclusion... Je n'ai pas dit qu'il n'était pas plus risqué d'être en ville qu'en campagne. Ce que j'ai dit, c'est que la campagne ne sera pas épargnée et que les gens des villes qui ne disposent pas de retraite aménagée devraient réfléchir à deux fois avant de prendre leur barda et de filer dans la verte. Bien entendu que les grandes villes seront très dangereuses, l'idéal étant un petit village, voire une petite ville, un hameau, etc.
      Sinon, il est évident que nous aurons à faire face aux hordes de tarés dont vous parlez. D'ailleurs, il n'est pas besoin d'attendre pour cela. Ceux qui habitent des grandes villes comme Marseille, Paris, Roubaix ou autres y sont déjà confrontés... Quant à évaluer cette menace, disons qu'ils viendront juste grossir les rangs des autres criminels et tarés qui vont se lever à ce moment-là, et seront donc à traiter de la même manière.

      Supprimer
    2. 1/2
      Bonjour,
      pour ceux qui peuvent trouver un travail même au smic, (en couple : deux salaires) dans une zone rurale où l immobilier est à bas prix, peuvent trouver un crédit pour une vieille maison pas chère, genre 80 000 euro sur 25 ans ça fait du 450 euro par mois à la louche, donc il y a myen de se barrer des villes.
      Pour ceux qui ont de meilleures revenues, on peut trouver dans ces zones des terrains constructibles pas chers avec des zones agricoles boisées et faire batir, une maison à son gout, on peut privilégier un poele à bois, une cuisinière à bois voire même (plus cher) une chaudière à bois pour avoir l eau chaude au bois également... Ainsi pas de dépendance au réseau gaz et éléctricité... Avec les terres agricoles attenantes (très peu cheres) on aura du bois gratuit, suffit de replanter en anticipant pour les enfants.

      Pour les iem, on peut pour peu cher, se faire des petits stock de matériel non éléctronique, comme des lampes tempetes à pétrole en stockant des meches et du distillat, ça éclaire très bien et c est peu cher, comme les lampes tempetes allemandes petromax. On peut meme se fabriquer des lanternes tempetes à bougies, c est tres simlple en sachant travailler un peu le bois le vverre et la ferraille, avec du verre blanc amplificateur, et un diamant pour le couper, du silicone et des clous, deux petitse gonds et des barettes de bois, et un peu de ferraille pour le dessus de la lanterne trouée, on peut faire ses bougies avec de la cire d abeilles si on a la chance d avoir des ruches (pas si compliqué que ça si on a la place) et stcker des meches cotons.
      Les outils manuels sont à privilégier et à connaitre, fourche beche, merlin, hache, serpe double taillant, pioche, plane, savoir fabriquer des manches, vilebrequin meme si il faut, etc etc
      Mon grand père, au coin de la cheminée faisait fondre des morceaux de plombs qui coulaient dans une passoire, formaient des gouttes de plombes et venaient tomber dans une casserole d eau froide, les bouchons de vin étaient coupés pour faire des bourres grasses, restait à avoir la sertisseuse, les amorces et la poudre...
      Si on a beaucoup de place on peut faire du blé, le battre à la main, et l éventer avec un éventeur manuel mais ça devient rare et cher en brocante, reste plus qu à passer le grain dans un moulin et si on a une source d eau, on a tout pour faire son levain et son pain dans notre cuisinière à bois, manque que le sel...

      Au final, au lieu de penser aux scénarios possibles, (même si c est primordial) on peut se demander: qu est ce qui est vital ? Puis: qu est ce que je peux faire moi même et qui ne dépend que de ressources que je peux moi même fournir ou qui ne craignent pas les iem par exemple ou autre élèments externe ? Si un jour les approvisionnement en énèrgies, ressources, services etc sont coupés, que me faut il pour pouvoir subsister ?

      Bien entendu si on table sur une ferme, avec tout au bois, bétail plantation etc ( sédentaire, place forte) il faut prévoir des moyens d évacuation avec un maximum de choses transportables avec un minimum de moyens.

      Pour ceux qui ne peuvent pas se payer un 4x4, un bon vieux express ou expert, c est super aussi ! Pour transporter des ma tériaux des outils, ses chiens etc, mais oui , il se peut toujours que ça tombe en rade...

      Supprimer
    3. 2/2
      Pour ceux qui fument, et qui ont la place vous pouvez faire pousser du tabac, mon arriere grand père séchait les feuilles les mettait en miettes et les roulait sommairement dans des feuilles de tabac, ça n a pas tous les produits chimiques des cigarettes modernes donc ça ne calmera pas l adiction dun gros fumeur mais ça peut aider si il n y a que ça. On peut se faire des stock de pots de tabacs, métalliques de préference, en allant en espagne, ils sont fermés avec un opercule, et se consrvent pas trop mal, on privilégiera une pipe, car stocker des feuilles à rouler... la moindre humidité les colle entre elles... il faut juste nettoyer la pipe régulièrement, et une pipe ça calme l adiction !! C est du costaud et ça consomme peut en tabac. Oui je sais le mieux est d arreter !!! haha

      L alcool se fabrique très bien aussi, un alambic n est pas très dur à fabriquer avec un peu d astuce et de soudure, du sucre, des fruits, un alors sans almbic du miel de l eau de la patience et un brassage etc... mais c est illégal !! bouh !



      Un petit réchaud un petit stock de gas et un petit groupe éléctrogène pas chers ça peut aider aussi, penser à l additif pour les stock de sans plomb...

      Penser à des réserves de fils electriques , de dominos etc

      Penser à l hygiène et à la santé, bien sur, connaitre les plantes peut etre un petit plus, le chlorure de magnésium déjà évoqué sur ce blog (super), etc etc

      L eau, si on a une source sur le terrain, cest top, mais sinon, penser au cuve pour récuperer l eau de pluie, là où je bosse je récupère des cuves de 1000 litres gratos, vous connaissez surement quelqu un dans l entourage qui peut en avoir, avec un robinet au pied, penser à la surélever...



      Les pompes à eau de camping car 12 v c est très peu cher et ça peut etre utile: branché sur l allume cigare ou un batterie de voiture, un jerrican de 20 l ou plus, on fait chauffer de l eau on verse tout ça dans le jerrican avec un entonnoir , la pompe elle, relié à un pommeau de douche, ajoutons un contacteur à mi chemin sur le cablage et on a une douche fortune!
      Au final tant qu il y a de l imagination il y a des possibilités de démerde!

      Finalement on peut faire un tableau sur une feuille et faire des colonnes avec en tete de chaque colonne, un besoin essentiel: chauffage, nourriture, défense, eau, lumière, etc etc et en dessous on détaille ce dont on a besoin avec et sans élèctricité, ce qu on peut produire soi même ou non etc, et voir ce qu on peut acheter, les pièces que l on peut stocker etc etc etc.
      De cette manière on fait l état des lieux de nos besoins et de comment y répondre, en y soumettant chaque fois les contraintes; les risques et les scénarios possibles, ainsi d autres alternatives peuvent apparaitres.

      On ne peut tout prévoir, ou tout penser, ou tout faire, mais c est une bonne base je pense, pour travailler.

      Merci pour le blog toujours aussi bien, bonne continuation !
      Guillaume.

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup appris en lisant les fictions survivalistes de James Wesley, Rawles, cet ancien US Army Intelligence officer. Concernant le phénomène EMP, je recommande "One second after" de William R. Forstchen , dont une traduction doit exister en français. "Sur la nature même du chaos", je suis d'accord avec l'auteur, difficile de se mettre en situation. Par contre entre rester les bras croisés et devenir parano, il y a une marge de sécurité à respecter. Les 7 "indispensables" de Piero san Georgio que tout le monde connait font partie de cette marge de sécurité, à savoir : 1) l'eau; 2) la nourriture;3) l'hygiène; 4) l'énergie; 5) la connaissance; 6) la défense: 7) le lien social.Si en plus vous avez une BAD au fin fond de la campagne vous pouvez déjà voir venir! Pour ma part, j'observe que le lien social est le point le plus difficile à concrétiser, pour la simple raison que les gens par prudence ne cherche pas à se manifester.

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que penser à l'absence de courant et d'électronique est l'essence même de la préoccupation survivaliste: On ne peut s'en passer. L'eau courante et le frigo passent par l'électricité. De plus, les paramètres d'arrêt de l'alimentation électrique sont nombreux: sur la production, l'acheminement, la maintenance. Un Etat aux abois isolera des villes entières en coupant le jus, en particulier contre les vilains fachistes racistes et colonisateurs, vous savez, ceux dont on a envoyé les ancêtres à la boucherie entre 1914 et 1918. Les dernières bombes au graphite sont spécialement créees pour détruire toute installation électrique. Il suffit qu'on ait un ennemi suffisamment équipé. Et puis, si on fait rater Le juste prix ou si on les empêche d'utiliser leur smartphone à la population bovine (qui vote) qui peuple notre beau pays, ben ils sortent dehors avec des drapeaux blancs, ou accessoirement ils égorgeront leurs voisins.
    Et puis il faut voir un paramètre qui accompagne toujours une situation anormale ou en latence: la rumeur. C'est ça qui génère les grands mouvements de panique et le chaos.
    Alors ce ne sera pas l'absence de courant qui sera la cause du chaos mais la multitude de films que se feront les gens les moins préparés physiquement et mentalement. C'est d'ailleurs pour ça que la radio est si importante car elle peut casser des dynamiques chaotiques nées de rumeurs délirantes.
    Autre point: les vieilles voitures. Par expérience, ça tombe en panne par usure, souvent. On croit qu'en absence d'électronique on peut la bidouiller. Ben non. Les pièces ne sont pas si disponibles que ça. Ou alors rouler en R12, les gens auront tellement pitié qu'on aura droit à toute l'aide humanitaire disponible localement.
    Après, je souscris totalement au sujet proposé ici. Le suvivaliste n'est pas Rambo, mais nos grand-parents en sabots, c'est avec ça qu'on évacue pas mal d'idées délirantes sur la vie en milieu difficile car nos ancêtres ne survivaient pas, ils vivaient.

    RépondreSupprimer
  5. Ici en france, le GROS caca qui a le plus de chance (ou de malchance) d'arriver c'est je pense le crash financier et économique (ça a déjà un peu commencé). Ce qui engendrera une crise sociale et humaine sans précedent. Je parlerais presque de guerre civile ou encore de conflits ethniques et religieux qui viendraient s'y rajouter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'attend aussi plus à cela qu'à une EMP..

      C'est pour cela que mes préparatifs concernent :
      Eau, (stockage, récupération et traitement)
      bouffe, (stockage de denrée et réflexion sur de la culture sur mon toit (à la nuit tombée uniquement)
      énergie alternative (panneau solaires transfo pour faire au moins marché un frigo et des lampes)
      et
      défense. (no comment!)

      ;)

      Supprimer
  6. Il y a beaucoup à se remémorer et à réaprendre pour qui a participé aux opérations de maintien de l'ordre en Algérie même si à l'époqe on ne parlait pas de guerre d'Algérie.C'est à la fois très loin dans le temps, plus d'un demi siècle et très près dans les modes d'actions AMI/NMI, même si l'armement et l'acquisition du renseignement ont évolué. Hier comme aujourd'hui, NMI utilise la terreur, évite le frontal au profit du "hit & run" et joue avec le temps (chrono) qui est son allié. Ne pas perdre de vue l'importance du TERRAIN que vous devez connaître comme le fond de votre poche, sans oublier la POPULATION environnante. La cerise sur le gâteau : le RENSEIGNEMENT. Pas besoin d'avoir fait l'Ecole de Guerre, rien que du bon sens paysan.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour.

    Pour confirmer ce qui est décrit dans le dernier paragraphe.

    Hier j'écoutais sur LCP, les travaux de la Commission : Drones et sûreté nucléaire.

    Le moins qu'on puisse dire et que les responsables de la sûreté des centrales nucléaires ont été pris au dépourvu par ces survols, en pleine période vigipirate, et sur tous les plans, y compris celui de la communication. Pour rassurer la population ils ont tenté de minimiser les risques posés par ces "jouets" avec de faibles capacités d'emport, ignorant ce qu'on trouve sur internet pour quelques milliers d' euros et s'avouant incapables de les intercepter, proposant même un fusil de chasse aux gendarmes, de quoi tourner une suite de la célèbre série " le gendarme et les drônes", tant que Galabru est encore parmi nous.

    On sait dérouler des scénarios que l'on a anticipés, mais un spécialiste de la stratégie expliquait qu'il fallait changer de stratégie, car cette histoire l'a montré on ne peut pas tout anticiper ( surtout avec la lourdeur des administrations ).

    Il faut apprendre à réagir efficacement et rapidement à des situations inconnues.

    Pour cette première réunion le spécialiste de la stratégie s'est arrêté à cette brève présentation, insistant sur les erreurs de com qui ont été faites pour ce dossier..

    Il leur a fallu quinze jours de survols répétés, avant de parler de goniomètres pour localiser l'émetteur ( truc archi connu dans les années 60 et pendant la guerre ), c'est bien la priorité avant de penser à abattre les drones au fusil de chasse.

    La crise, la vraie, l'effondrement de l'économie, ne se déroulera pas forcément comme on l'a prévu et on risque de devoir faire face à plein d'aléas. ( y compris celui de retrouver sa BAD squatée par une vingtaine de personnes, en arrivant );

    Bien entendu celà ne dispense pas de se préparer pour faire face aux risques les plus probables et les plus graves.

    Ni de considérer divers niveaux de dégradation de la situation : on ne sait pas comment la crise va se dérouler : lente descente aux enfers, ou rupture brutale de la normalité : Ce n'est pas la même chose de survivre à un retard de paiement, qu ' à une baisse imposée des revenus de 30 %, qu 'à une perte totale de revenus ( sans aucune aide sociale et banques fermées ) .

    Le niveau 0 serait serait la situation normale où on doit tout de même faire face aux catastrophes naturelles ( cf actualité récente avec les inondations, mais avec des secours qui marchent, le soutien des assurances ) et le niveau 5 : une guerre nucléaire où la seule réponse est de faire preuve de fatalisme !

    Cette approche par niveaux de dégradation permet de couvrir plusieurs risques avec le minimum d'investissements avant de passer au niveau au dessus ( car au début il s'agit souvent de mettre en œuvre des parades simples ) ce qui permet de répartir ses investissements dans le temps de façon logique et évite d'être au top pour un seul risque ( exemple défaillance totale et prolongée du réseau EDF ) tout en ayant de graves lacunes à coté. Ca évite aussi le découragement, tout le monde n'ayant pas les moyens de se payer une BAD et de l'équiper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien sur,nous sommes peu de chose et la vie n'est qu'un aléas alors chacun fait du mieux qu'il peut en fonction de ses moyens ,mais la première des choses dans notre democrassie stalinienne molle serait d'exercer son devoir de citoyen avec discernement toutes théorie politique mise à part , afin d'éviter si possible ces situations que tout le monde sent venir et a laquelle tous nous avons a plus ou moins grande échelle participé,donc dans l'immédiat essayons d'avoir une petite supériorité marginale sur la foule des aveugles,c'est ce qui fera la différence.La survie c'est aussi par rapport aux autres que ça se confronte et pas seulement des évènements climatiques qui ont existé de tout temps ,il vaut mieux effectivement être moyen sur tout qu'éxellent sur un seul point.le mieux est l'ennemi du bien

      Supprimer
  8. Bonjour,

    Sur la nature du chaos et des précautions à prendre et comme je n'imagine pas les ricains perdre leur temps et leur pognon (time is money) je me demande à quoi peut servir un "exercice national" comme celui la?

    Septembre Mois de la Préparation Nationale (NPM) "Le Preparathon" !!!
    Préparation à l'échelle des individus, de leur famille, de leur communauté, de leur état et de la nation.
    http://usasearch.fema.gov/search?query=national+prepardness+month&op=Search&affiliate=fema

    Liste de matériels, ici un exemple parmi beaucoup:
    http://www.fema.gov/media-library-data/1390846764394-dc08e309debe561d866b05ac84daf1ee/checklist_2014.pdf

    Et puis comme cela pourrait durer plusieurs jours, semaine ou plus vous devriez avoir de quoi vous démerder pour l'eau, le gaz, l'electricité, le traitement des déchets, les télécommunications pendant toute la durée de l'absence de services.
    "Additionally, basic services such as electricity, gas, water, sewage treatment and telephones may be cut off for days or even a week, or longer. Your supplies kit should contain items to help you manage during these outages."

    Déclaration d'Obama:
    çà en premier
    http://www.fema.gov/media-library/assets/documents/109118
    Puis ça
    http://www.fema.gov/media-library-data/1441052633170-129f8ac934d1f78e4e948f1f4aa8e4ae/2015preparedness.prc.rel.pdf

    Bon d'accord c'est en english et le premier de la classe est au toilettes.
    En gros: chaque semaine de septembre traite d'une forme de catastrophe: inondation, incendie, hurricanne, chute électrique ( ? ) et le grand rendez-vous est le 30 septembre.

    Le président vous encourage d'urgence ( si vous êtes sur le territoire mais aussi valable pour les personnel à l'étranger ) à organiser vos préparatifs pour n'importe quel défi:
    "I urge Americans to make a plan and participate in this important opportunity to
    increase their own preparedness. During National Preparedness
    Month, let us all renew our commitment to ready ourselves, our
    families, and our communities for any challenge."

    Pendant ce temps là, mollasson premier invite à notre table et à nos dépens une catastrophe.

    Certaine fois ...

    Laurent

    RépondreSupprimer
  9. bonsoir ..

    1 crise , d' origine diverse , peut arriver dans 1 Mois , comme dans 10/20 ans , donc pour ceux qui pètent le feu de Dieu à présent , prenez garde à aussi bien vous entouré avec vos prépa de survie , car si vous avez 40 ans en 2016 & qu' un boulversement devait arriver d' ici 10 ou 20 Ans , donc établir une communauté forte est bien ..

    bon site +++++

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    J'interviens tardivement sur cet article, venant juste de découvrir votre site.
    A propos d'IEM, il faut signaler l'excellent film "Jusqu'au bout du monde" (Bis ans Ende der Welt) par Wim Wenders, sorti en 1991.
    Il illustre une situation où ce phénomène électromagnétique s'est produit avec une "destruction" du champ magnétique terrestre empêchant la production d'électricité, tant industrielle que locale.
    Les véhicules utilisés ne pouvant plus être que des diesels qu'ils n'oubliaient pas de stationner en haut d'une petite côte pour utiliser l'inertie de la descente afin de démarrer.
    Ayant longtemps utiliser des véhicules diesel, le procédé économise sensiblement les batteries... Quoi que dans un climat froid... peut-être qu'un petit chalumeau pour chauffer les bougies de pré-chauffage pourrait faire l'affaire.
    Cette utilisation de l'inertie des "machines" est bien connue.
    Ma compagne Russe me disait qu'à Tchernobyl, il'accident est survenu à l'occasion d'un exercice pour redémarrer le réacteur sans électricité extérieur, comme en situation post IEM.
    Bon, cela ne s'est pas passé comme prévu (normal, c'était des Ukrainien, hurlait Svetlana, très russe nationaliste), mais il a lieu de prévoir des systèmes utilisant ou créant une inertie.
    L'imagination est à solliciter, un peu gothique, certes, mais efficace. J'aime bien les systèmes à contre poids au bout d'une ficelle suffisamment longue pour démarrer n'importe quel moteur (diesel) à la place d'une manivelle avec décompresseur comme sur les moteurs Renault Marine d’antan.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.