16 février 2015

Le survivalisme et ses détracteurs

Je suis tombé par hasard sur l'article d'un blog - que j'estime et fréquente assez régulièrement par ailleurs - faisant une critique sévère du survivalisme pour le présenter, je cite, comme "Un égarement très en vogue ces temps-ci".

En fait, et en guise de démonstration, l'article se contente de reprendre les avis de combattants connus de la dissidence, qui très probablement ne fréquentent pas Survivre au Chaos, si ce n'est peut-être en cachette.

Je vous propose aujourd'hui de discuter de manière plus approfondie des divers arguments avancés par nos détracteurs...



[Un] égarement, très en vogue ces temps-ci, [est] le survivalisme. Caractéristique des époques de grands périls, le survivalisme est la réaction, importée des États-Unis, de ceux qui, scrutant les divers indicateurs socio-économiques et environnementaux, voient venir une crise d’une ampleur inégalée à laquelle il convient de se préparer dans une optique de survie.

Telle est donc la première assertion de Vincent Vauclin à propos du survivalisme, dans son ouvrage Cendres paru en 2013.

J'avoue que je ne comprend pas très bien la raison pour laquelle l'auteur limite sa vision de la survie à ce seul aspect soit-disant importé, mais je peux néanmoins comprendre sa réaction. Celle-ci se rapproche par certains égards du malaise que j'éprouve moi-même à la vue de Preppers américains étalant leurs stocks sur YouTube avec une complaisance proprement écœurante. J'ai d'ailleurs évoqué cet aspect dans un article précédent. Ce n'est ni plus ni moins qu'à vomir, bien qu'il serait illusoire d'attendre autre chose de la part de ces gens-là...

Le survivalisme, de la façon que je l'entends, n'est sûrement pas importé des Etats-Unis, à moins de le considérer seulement dans sa version mercantile, qui n'est qu'une pâle transposition de même niveau que ceux qui en sont à l'origine. Comme si ces gens, qui jouaient encore aux cowboys et aux indiens pendant que chez nous, 40 rois s'étaient déjà succédé, pouvaient en être les inventeurs.

Le survivalisme n'est pas non plus une caractéristique des époques de grands périls. Je dirais même que c'est tout le contraire. Nos ancêtres qui vivaient à la ferme au siècle dernier- avant la boucherie de 14-18 qui détruisit le monde paysan - étaient de vrais survivalistes avant l'heure. En fait, la majorité de la population l'était depuis toujours, sans même se poser la question, ni que personne s'en offusque. Le survivalisme n'était ni plus ni moins que la manière naturelle de vivre à l'époque, avant les formidables bouleversements technologiques et sociaux issus de l'exploitation des minéraux fossiles.

C'était une manière intelligente et rationnelle, issue du bon sens paysan et du génie français, de répondre aux aléas de vie, et surtout, de perpétrer celle-ci en dépit de circonstances trop souvent contraires. Ainsi chaque ferme était autonome, et ses habitants, regroupés en clan ou en famille, possédaient suffisamment de nourriture pour tenir plusieurs mois.

Qui peut aujourd'hui se targuer de l'identique ? Bien peu de monde assurément, si ce n'est quelques survivalistes fortunés, ou particulièrement prévoyants ; Les héritiers spirituels de nos paysans d'antan, qui apprendront avec plaisir qu'ils se sont "égarés". Nous verrons bien dans quelque temps lesquels sont les plus égarés, des survivalistes ou de leurs détracteurs...



Que l’on soit clair : il est parfaitement sain et légitime pour un individu de se préparer matériellement et psychologiquement à la convergence des catastrophes. Mais dans l’ombre de cette préoccupation naturelle s’agite bien souvent un individualisme exacerbé qui acte une capitulation politique totale.

Ce survivalisme relève alors d’une posture passive de repli nombriliste qui ne fait qu’accompagner le processus d’atomisation du corps social. Excluant de facto toute autre perspective que celle du chaos et de l’anomie, le survivalisme alimente à son insu l’esprit libéral de désertion qui, précisément, mène à cette situation.

Après lecture du premier paragraphe, on ne sait toujours pas ce que pense l'auteur à vouloir ménager la chèvre et le chou, s'il est naturel de se préparer, ou si ce n'est que le signe d'un individualisme forcené. Dans tous les cas, nous lui saurions gré de respecter notre volonté de ne pas engager le combat politique, tant il est vain et sans issue. Tous les survivalistes n'ont pas non plus la vocation pour ce genre de pitrerie ; En contrepartie de quoi, ils tâchent d'agir au mieux en fonction de leurs propres aspirations et prédispositions. Je trouve juste amusant que l'on considère comme individualistes les rares qui essayent de prendre leur avenir en charge au lieu d'en déléguer passivement aux autres la responsabilité. Quant à l'esprit libéral de désertion, ne serait-il pas plus juste de le concéder à ceux qui ne font rien plutôt qu'aux survivalistes ?

L'atomisation du corps social n'est certainement pas la faute de ces derniers, qui n'aspirent qu'à se constituer en groupes, mais bien souvent n'y parviennent pas à cause de l'esprit individualiste découlant tout droit de la philosophie des Lumières et de la révolution dite française. Comme d'habitude, il est affligeant de constater que les "combattants de la liberté", supposés faire partie des nôtres, se trompent de cible et fustigent leurs partisans plutôt que les vrais responsables.

Ce n'est pas non plus une "posture passive de repli", mais plutôt l'expression directe de l'adage chrétien : "Charité bien ordonnée commence par soi-même". Cet adage, que seuls les idiots considèrent comme la profession de foi des individualistes, exprime en fait la solidarité de gens ayant choisi de se prendre en charge de manière à ne pas en être une pour les autres. Mais un tel concept va à l'encontre de la solidarité franc-maçonne imposée par nos républiques, qui consiste à faire supporter aux autres les conséquences de nos égarements. D'où le peu d'écho favorable qu'il rencontre chez les gens lobotomisés par 250 années d'erreur libérale, et qui perçoivent comme un dû le fait qu'un système social aberrant nous oblige à payer leurs factures.

Quant à la capitulation politique et l'esprit libéral de désertion, il est affligeant de constater une fois de plus la naïveté de la plupart de nos dissidents, qui s'imaginent encore pouvoir changer les choses en vociférant dans la rue. S'ils prenaient la peine de réfléchir, ils s'apercevraient qu'ils sont en fait de parfaits outils du système, dont celui-ci a besoin pour vivre et se pérenniser. C'est l'éternel principe du balancier, qui nécessite une force contraire antagoniste pour maintenir son mouvement. Les partis politiques dits "extrêmes" en sont les dignes représentants ; Ils n'existent que pour la seule raison que le système existe, et n'en sont qu'une expression de plus. Ils n'ont bien évidemment aucune chance de changer quoi que ce soit, et ce n'est pas non plus leur vocation. C'est un leurre destiné à orienter les partisans honnêtes dans une voie politique sans issue, une façon pernicieuse et subtile de recadrer les opposants les plus actifs.

"Les carottes sont cuites", comme aime à répéter Pierre Hillard, qui connait bien son affaire ; Et pour ma part, je le crois aussi. Les forces obscures qui nous dirigent sont trop puissantes, trop nombreuses et trop organisées pour espérer un quelconque changement, si ce n'est par la voie d'un cataclysme social ou naturel. Elles sont tellement bien implantées à tous les niveaux de nos institutions qu'aucun corps ne leur échappe, qu'il s'agisse de l'administration, l'armée ou la police. Même si la plupart des exécutants des échelons inférieurs sont honnêtes et souhaitent le bien de la communauté, il est évident que les têtes veulent le contraire et n'accepteront en aucune façon de lâcher leurs positions.




Je pense personnellement que le combat dont nous subissons les effets est davantage spirituel que matériel. Les satanistes qui nous dirigent ont décidé de remodeler le monde à l'image de leur maître, et bien que je ne m'estime en aucune façon défaitiste, je n'ai pas non plus la prétention ni les moyens d'y changer quoi que ce soit de ma seule initiative.

Les naïfs qui défilent dans les rues à la Manif pour tous ne se rendent même pas compte qu'ils se plaignent des conséquences dont ils chérissent les causes, appelant aux valeurs d'une république qui n'est autre que l'unique responsable de leur malheur. Pendant ce temps, nos dirigeants se frottent les mains, trop amusés de voir le peuple prendre part au jeu et s'exciter en vain.

La crispation de l’individu autour de sa survie matérielle, érigée comme finalité du survivalisme, entre d’ailleurs en résonance avec le conception moderne et arrogante de l’existence individuelle, qui prévaudrait sur tout. Or, l’homme au milieu des ruines porte une responsabilité historique qui transcende sa simple existence, et qu’il convient d’assumer, par le combat.

La crispation de l'individu à vouloir survivre n'est en aucun cas de l'arrogance, mais l'expression naturelle de l'instinct de survie qui existe en chaque homme, et qui est indissociable de sa nature. Elle est la réaction logique de gens sensibles face à la souffrance qu'ils éprouvent lorsqu'ils voient s'effilocher et se déchirer le tissu social et familial, et le peuple de France disparaître au profit d'aliens sans vergogne ; Des gens qui ont peur de perdre travail et capital, si ce n'est déjà fait, ou qui tout simplement s'inquiètent pour l'avenir de leur famille au vu de la tournure des événements. C'est le combat qu'ils ont choisi pour assumer leur éventuelle responsabilité historique, si tant est qu'ils en aient une.

Personnellement, je ne m'estime en aucune manière responsable de la situation qui nous accable aujourd'hui, que ce soit par action ou par omission. Je ne l'ai ni voulue, ni cherchée, et l'exècre en tout point. Je n'ai fait qu'en hériter, comme l'immense majorité de ceux qui s'en plaignent. Si certains se sont engagés sur la voie du combat politique pour tenter de la changer, c'est leur choix personnel, dont j'estime qu'il n'est pas plus respectable que le mien.

Pour terminer, l'auteur devrait songer au fait que pour qu'il y ait combat, il faut des combattants. S'il a la chance de survivre au milieu des ruines, peut-être sera-t-il content d'y trouver aussi quelques survivalistes "crispés autour de leur survie matérielle", pour l'aider à le poursuivre...



"Avec son concept fumeux de « base autonome durable », qui fait croire aux militants natio qu’ils peuvent être de vrais révolutionnaires en faisant des stocks de riz, Piero san Giorgio est incontestablement le maître d’oeuvre du plus gros cake idéologique de ces dix dernières années.
En cas « d’effondrement économique » (c’est son truc), le militant révolutionnaire devra au contraire être mobile, d’abord et avant tout, et ne pas se terrer comme un rat dans sa « BAD ».
Et vu qu’il sera armé, il ne mourra jamais de faim, puisqu’il n’aura qu’à se servir. Mais il est inutile de discuter davantage à partir d’une base intellectuelle aussi fumeuse. Hervé Ryssen (mai 2013)

Voila qui a le mérite d'être clair, à défaut d'être intelligent. Même si j'avoue être heureux de rencontrer quelqu'un qui ait enfin quelque doute sur le concept de base autonome durable, je ferai remarquer à ce monsieur que les survivalistes dans leur immense majorité n'ont aucune intention d'être de vrais militants révolutionnaires. En fait, ils ont pour la plupart femmes et enfants et veulent juste survivre, sachant parfaitement que la meilleure tactique pour ce faire est d'afficher profil bas et d'éviter tout combat inutile.

De même que l'auteur précédent, celui-ci a la fâcheuse tendance à vouloir nous prêter des intentions qui ne nous concernent pas. Si l'action militante et la révolution sont ses buts de prédilection, que lui et ses semblables sachent une bonne fois pour toutes qu'elles ne sont pas les nôtres.

Pour terminer, et à moins d'avoir mal interprété ses dernières lignes, l'auteur semble prévenir les survivalistes qu'ils devront s'attendre à la visite de ses compagnons pour "se servir" dans les BAD, armes à la main. J'avoue humblement que c'est un péril auquel je n'avais pas songé. Après les affamés, les pillards et les criminels, voila que nous devrons aussi composer avec les révolutionnaires natio. Comme quoi, il n'est jamais possible de tout prévoir à l'avance...


En conclusion


Je crois que l'erreur vient du fait que ceux qui ont écrits ces lignes pamphlétaires ne savent tout simplement pas ce qu'est le survivalisme. Ils basent leur conception sur ce qu'ils ont pu lire ou voir à droite et à gauche, sans prendre la peine d'approfondir pour dégager la philosophie d'ensemble et peaufiner leur entendement.

Il est dommage que l'auteur de cet article, qui voulait probablement donner lui aussi son avis sur la question, se soit contenté pour cela de reprendre les écrits plutôt moins que plus autorisés de deux activistes de la dissidence, comme si le fait qu'ils appartiennent à cette mouvance leur donnait ipso facto une vue juste à ce sujet...

65 commentaires:

  1. Excellent. Le survivalisme US est une comète: ostentatoire, coûteux, de faible portée et donnant à l'ennemi les mêmes chances.
    Même si le "survivalisme" a eu ses heures à la fin de l'Empire romain, les invasions vikings, muzz et hongroises (Habitat rural fortifié et isolé), nos ancêtre ont toujours eu à coeur d'assurer le lendemain plutôt que faire de la politique ou s'abrutir dans des loisirs vains.
    Nos origines celtes nous rendent individualistes, l'habitat breton ou auvergnat très isolé est un indice. C'est aussi notre faiblesse depuis Alesia jusqu'à maintenant.
    Arf! le survivalisme arrogant et nombriliste, ça fait un peu contradictoire mais c'est pas grave.
    Effectivement, tous ces fumiers qui nous ont fait reculer nous reprochent à présent de nous replier. Et oui, on ne veut pas participer à ce monde, oubliez-nous.
    Ils ont détruit chez nous la race, la nation, la tradition et la cellule familiale. La prochaine étape est notre disparition. Il veulent nous détruire dans notre atavisme qui fait de nous des êtres créateurs, adaptables et dangereux.
    Par contre, citer Hervé Ryssen, non! Ce type est mû par UN sentiment connu par tous et je ne veux pas l'accompagner dans son délire. Il peut avoir raison mais chez lui c'est pathologique, on peut combattre la même chose mais avec raison. Seulement voilà, lui comme tant d'autres voudrait qu'on se joigne à sa lutte, profiter de notre expérience et de nos stock pour faire leur petite révolution.
    Si on vit ainsi, c'est surtout pour ne pas servir n'importe quelle cause donc foutez-nous la paix.
    Comme la politique, la religion et ce qui se passe dans la chambre à coucher, le survivalisme doit rester personnel.
    cc

    RépondreSupprimer
  2. "la naïveté de la plupart de nos dissidents, qui s'imaginent encore pouvoir changer les choses en vociférant dans la rue" OUI la politique n'est pas notre combat, le survivaliste ne cherche pas le pouvoir. Le pouvoir corrompt, la politique n'attire que des personnes corruptibles. La solution n'est pas dans le changement des dirigeants, un coup à droite puis à gauche... Le gouvernement n'est pas la solution, c'est le problème ! c'est pourquoi conscient que le véritable combat est spirituel je ne vote plus, je sors du système, je réduis mes désirs et deviens plus autonome, je gère mon temps en choississant mes priorités de vie.
    Et toi le révolutionnaire qui viendra avec ton nouveau gouvernement me taxer les armes à la main dans ma BAD, je t'ignore, tu n'es pas de mon réseau. Je te laisse méditer avec le livre de G. ORWELL "La ferme des animaux" et si tu ne voulais pas comprendre je te laisserai du plomb. Bob.

    RépondreSupprimer
  3. Je vais peut-être en étonner certains dont l'auteur du post fumeux de "bibliothèque de combat", mais ma propre survie matérielle n'est pas ma préoccupation première dans les maigres travaux vers plus d'autonomie que je fais.

    "...Je pense personnellement que le combat dont nous subissons les effets est davantage spirituel que matériel. Les satanistes qui nous dirigent ont décidé de remodeler le monde à l'image de leur maître, et bien que je ne m'estime en aucune façon défaitiste, je n'ai pas non plus la prétention ni les moyens d'y changer quoi que ce soit de ma seule initiative. ..."
    Je souscris entièrement à cette vision.
    "les carottes sont cuites" Merci de cette citation d'Hilliard. Une sortie de "criseS" par le haut avec une évolution non violente, obtenue par militantisme politique relèverait à mes yeux d'un miracle au sens premier du terme. Rien n'interdit d'essayer de le faire advenir. Mais rien n'interdit de prévoir le "cygne noir" d'une rupture de la normalité.
    Les deux options sont complémentaires, et l'arrogance serait de considérer celle retenue personnellement comme la seule valable.
    L'autre intérêt du "survivalisme", c'est qu'il implique la sanction du réel : vos patates poussent, ou pas. C'est une bonne école d'humilité et donc l'antidote à toute forme d'idéologie. Juste à titre d'aimable correction fraternelle : "bibliothèque de combat" ça manque un peu de sanction du réel, non?

    Popeye

    RépondreSupprimer
  4. Nous verrons bien comment se comporterons ces plumitifs impuissants quand ils se trouveront pris dans la tourmente en bèlant,alors pas d'exègèse de leur connerie c'est du temps perdu qu'il vaut mieux mettre à profit .Ils sont d'ailleurs très peu nombreuxet ne méritent pas tant d'honneur.A partir d'un certain stade de réflexion on sait ce que l'on veut ou pas et à moins d'avoir des arguments très solides reposant sur du concret fa ce à ce monde de merde virtuel (transmission de son compte fesse book a son dèces) il n'y a aucune raison de s'occuper de ce genre de contingences,qui n'ont qu'un seul mérite :savoir qu'elles existes pour éventuelemnt les combattre le moment venu.Mais je doute très fort de retrouver ces olibrius les armes ou la pelle à la main quand cela deviendra nécessaire,ils font parti du consommable

    RépondreSupprimer
  5. Pas très sympa, pour ceux qui donnent ou consacrent leur vie pour leur peuple et pour leur terre...

    Le but de l article est de dissocier fermement la politique du survivalisme??

    Malheureusement, c est impossible, navré, car si un tel blog existe, si des gens qui, ne faisant plus confiance au système, se préparent au pire existent, si d autres, qui rejettent le mode de vie que nous offre le monde libéral et hédoniste, en se rendant le plus possible indépendant de la consommation de masse existent, si d autres encore, voyant leur culture et leur sang disparaitre, se replient pour preserver et proteger cela existent, c est bien parce que l etat, la politique, la morale, la justice, la spiritualité, le bien commun, l ordre naturel, la discipline, la vertu, la nation, la race, et au final le bien, se meurent... Et qu au contraire, la lacheté, le vice, la perversion, la fainéantise, l usure, le mensonge, la faiblesse et au final l individualisme triomphent sur la place publique....

    Une cause politique, spirituelle mais aussi morale...

    Donc si l on devient survivaliste, c est bien à cause d une prise de conscience par rapport à la politique contre nature, le vide spirituel, et l immoralité, de la société actuelle.

    Le survivalisme est en lui même un acte militant, de ce fait.

    Car il n y a pas trente six camps, il n y en a que deux.

    Il est clair que la réussite politique de notre camp (si j ose oser) est impossible aujourd hui, il est trop tard, c est vrai, mais la cause de ceci, ce n est pas les franc mac ou les "la vérité si je ments" ou "les sisi wesh la famille bien ou bien", la cause, c est nous !
    Bien sur les deux premiers ont injecté leur "valeurs" "sataniques", mais le fait est que nous les avons accueilli et adopté !! Dans un corps sain le virus ne se développe pas ! Notre peuple s est laissé ramollir, est devenu fainéant, décadent, immoral, individualiste, ignorant, inculte, couard, tapette, laxiste, et a ouvert la breche a ces démons...Qui s y sont engouffrés et nous ont donné le monde d aujourd hui, mais la nature a horreur du vide... Et quand un peuple est vieillissant, mou, fainéant, stérile, improductif et non combattant, alors un autre peuple (sisi tkt wsh la famille cousin tranquille t as vu) plus combatif, plus fertile, plus jeune, plus travailleur ,plus entreprenant et ayant gardé une spiritualité (!), prend sa place, et l ancien disparait faute d instinct de survie, car répétons le, la nature parfaite, a horreur du vide...

    Et si, "notre combat est plus spirituel que matériel", alors, devant n importe quelle divinité, celui qui aura combattu jusqu au bout sera jugé avec bonté... Celui qui aura abandonné et se sera caché, n aura aucune excuse...

    Alors rendons hommage à tous ces gens, qui, consacrent et parfois, malheureusement, sacrifient leur vie, pour le bien commun, pour nous, pour un avenir meilleur, même si ils ont combattu en vain, même si ils ont été trompé.

    Et rappelons nous que le survivalisme (bien compris), est aussi une forme de résistance militante active...

    Pour le bien de tous, pour notre bien personnel en conséquence.

    RépondreSupprimer
  6. waw ces t trop beauuuu !! hahahha

    Encore merci pour le travail partagé sur ce blog, très fraternellement...
    Bonne chance ;)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne suis pas surprise ..... Hélas .... Débunking, Naïveté ou simplement angoisse personnelle à laquelle l'auteur répond par la critque car il est plusfacile de détruire chez les copains que de construire son avenir en toute responsabilité ! Et avec ça, je plagie les potes survivalistes qui le disent ci-bien dans leurs commentaires : nous n'avons plus la Foi (je ne parle pas de religion), ple le gout de l'effort, encore moins celui du questionnement. Alors il est devenu fastoche de taper sur les malheureux qui nous renvoient à notre médiocrité. Comme pour tout mouvement , il sera toujours facile de mettre l'accent sur nos 5% de connards riches, voir de riches connards (pardon, c'est vulgaire .....) qui étalent, étalent encore ..... Merci Pierre, de nous rappeler chaque jour que nous préférons vivre, ou même mourir, mais dignement, en tentant d'éviter l'overdose de pillules bleues à nos gosses .... Babette

    RépondreSupprimer
  8. Je crois fermement que le survivalisme le plus vrai ne milite pas, d'où l'utilité de ce blog qui relie des gens qui ne demandent rien (à part un échange de conseils pratiques).
    Ce survivalisme n'a pas (à l'origine) d'orientation politique, mais comme on sait où est le danger, je suppose qu'on voterait tous ici pareil.
    Quant au déballage style annexe du Vieux Campeur, on sait où aller si on a besoin d'équipement. Bon on payera en plomb au lieu d'or mais c'est la crise et on est pas obligé d'être regardant sur la nature du métal qu'on a dans les poches.
    La politique c'est la vie de la cité. Le survivalisme illustre pleinement la chute de la cité, donc les grands idéaux ne s'adapteront jamais à la multitude d'individualités vivant au plus proche des ressources naturelles à disposition.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien le bonjour,

      Discuter avec des proches du "monde", de l'insécurité de l'avenir et de préparation est déjà du "militantisme": on cherche a convaincre du bien fondé d'avoir une certaine autonomie, résilience etc...

      Je ne suis pas militant, a peine délégué parent d'élève. Pas par conviction que cela serve, que nenni, mais pour "l'exemple", pour ma gosse.
      Il y a déjà largement de quoi ne plus croire en quoi que ce soit, regarder notre jeunesse, regarder nous ( j'espère que mon implication dans l'école compense un peu, mes gosses m'entendent assez parler pour avoir une idée de ce que je pense ) ...

      Et si demain la bise vient a souffler, je préfère avoir des "militants" a mes cotés, et même des "bisounours" ( s'ils survivent et ne deviennent pas tout le contraire ) que les profiteurs ou égoïstes/individualistes que l'on trouve déjà aujourd'hui ( a quoi ressembleront-ils demain? et dixit l'extrait de Ryssen: <<...le militant révolutionnaire ... Et vu qu’il sera armé, il ne mourra jamais de faim, puisqu’il n’aura qu’à se servir ...>>, mince, a qui peut-on se fier?^^ ).
      Et ce quelque soit le rang, l'origine ou que sais-je ( avoir des gens "fiables" sera déjà pas mal, non? ).
      Avoir la "foi", croire en quelque chose et se bouger pour tous/les autres, n'est pas un défaut ( sauf si donneur de leçons, ou si extrémisme/intégrisme -je pense a certains profs syndiqués...- ), mais rare sont ceux qui tiennent sur le long terme...

      Bien cordialement, B.

      P.S.: pour beaucoup et surtout pour les "contraires" ( "bisounours" et nationalistes par ex ), le plus dur sera de survivre a la 1 ière rencontre ( je ne parle pas de celles avec les vrais "vilains" & autres ),d'avoir le temps / la raison de mettre de coté les différences et points de vues...

      Supprimer
  9. Excellent Babette
    « Morpheus - Je vais te dire pourquoi tu es sur ce blog. Tu es ici parce que tu sais quelque chose. Tu ne peux pas l'expliquer, mais tu le ressens. Tu l'as senti toute ta vie, qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le monde. Tu ne sais pas ce que c'est, mais tu le sens, comme une aiguille dans ton esprit, qui te rend fou. C'est ce sentiment qui t'a mené ici. Sais-tu de quoi je parle ?
    Néo - Le gouvernement »
    Nous baignons tous dans la superstition de croire qu'une élite dirigeante est nécessaire. Or un gouvernement est par nature corruption et par définition un abus de pouvoir. Il ne peut pas exister de gouvernement légitime. A moins bien sûr de croire que Dieu choisirait les monarques, croyance respectable, mais qui ne me semble pas correspondre au Dieu révélé par Jésus de Nazareth car Jésus a ignoré tous les pouvoirs en place y compris le pouvoir religieux qui l'a fait tuer. Si une personne ne se donne pas le droit, par éthique personnelle, d'initier la violence ou de voler ou de tuer, pourquoi donnerait-elle ce droit (qu'elle n'a pas) à un groupe dirigeant sensé la représenter ?
    Les gens s'imaginent que la Matrice est nécessaire. C'est faux : demandez à un Suisse de citer le président du gouvernement de la Confédération Helvétique il en sera incapable, il n'en sait rien car de toute façon son président n'a aucun pouvoir. La Suisse a des lois mais pas vraiment d'élite dirigeante. Vivre sans état est possible. L'état n'est jamais créé par un contrat social, ni par des généreux désintéressés qui "consacrent leur vie pour leur peuple et pour leur terre" il naît toujours de la conquête et de l'exploitation. Je comprend qu'on puisse être tenté par l'action militante et la révolution si on reste aliéné par cette superstition de croire qu'une élite dirigeante est nécessaire. Perso j'ai choisi l'autre pilule.
    Merci à tous pour la qualité des échanges.
    Bob

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, une civilisation sans chef ni religion forte est condamnée à l'oubli, avant et après sa disparition (Populations néolithiques, Celtes, tribus d'Amérique du Nord, ensemble de l'Afrique subsaharienne...). Heureusement, la Belgique a réussi à vivre sans gouvernement durant 6 mois. Nous pourrons vivre sans Etat mais nous ne laisserons aucune trace dans le futur, nous serons à la merci d'un groupe plus gros et sans marché régulé, nous somme juste à la merci des alea du climat. Nous ne devons pas penser en termes d'Etat, trop déprimant. Nous devons penser en termes de groupe de production avec des onjectifs ultra limités. Alors oui on sera vite oubliés mais on oublie souvent les survivants après les catastrophes.

      Supprimer
    2. Zion est dans la matrice... (cf matrix analyse premier lien dans gogol) C'est juste une matrice de second niveau pour les gens qui se croient "supérieurs". Sans paraboles, attention à ne pas nous penser au dessus du lot. Et oui, le pluralisme existe et existera toujours. Non, on a pas besoin de nationalisme ou d'obscurantisme pour exister. Bien des lecteurs de ce blog ne partagent pas ces opinions. Il n'en reste pas moins que la discussion et la préparation ont de la valeur. Je ne me sens ni "ouech ouech" ni "vieille france" et apprécie quand même vos commentaires. Le savoir est bon s'il est partagé. Les gens militeront quand ils n'auront plus le choix. Regardez l'Ukraine, regardez la Tunisie. "ouech-ouech" ou "blanc-slaves", l'individualisme régresse confrontés à un ennemi commun. Ne perdons pas de vue que ce que nous apprenons, nous pouvons l'enseigner. En cela, c'est bon.
      Libre à vous de choisir à qui vous l'enseignez. Libre à vous de rejeter ceux qui vous font peur. Moi, j'ai peur de l'ignorance. Et je la combats. Résister à la peur de l'autre, sans désarmer pour autant.
      Bon courage et bonne diffusion du savoir.

      Supprimer
  10. @ Pierre et a tous(tes):
    " les chiens aboient, la caravane passe".
    Que les "survivalistes" s'assemblent, qu'ils fassent ce qu'ils font le mieux . . . . , que les chiens de garde fassent du bruit: c'est l'ordre des choses.
    Bonne continuation a tous(tes).
    Laurent.

    RépondreSupprimer
  11. "Pourquoi le coq est-il le symbole de la France ? Parce que c'est le seul animal qui ose encore chanter en ayant les deux pieds dans la merde..."

    Je suis assez stupéfait de la tournure que prend ce blog à vrai dire. Et j'ai pleinement conscience qu'en osant cette réflexion sacrilège je m'expose à la vindicte de tous ceux qui, dans un bêlement uniforme, se font un devoir d'encenser un "Survivalisme à la française" aussi mythique qu'unique en son genre.

    En d'autres termes, je prends ici le risque de ne pas être le Charlie de "Survivre au Chaos", mais moi, ce qui me fait vomir voyez-vous, c'est cet esprit franchouillard qui se perpétue de génération en génération, et qui fait que beaucoup sont convaincus que le soleil ne se lève le matin que pour eux.

    Les survivalistes français sont de brillants individus qui ont tout compris à tout, contrairement au reste du monde. Ce sont de gros balaises qui s'en sortiront grâce à leur bite et à leur couteau ; Pas comme ces petits pédés d'Américains par exemple, qui eux ont besoin de stocker de la sauce tomate et du Nutella. Les survivalistes français sont invulnérables avec leur Opinel dans la poche, et dans leur HLM ou sous leur bâche lors de leurs week-ends "Bushcraft" ils se rient bien du concept de BAD, aussi débile que réservé à une élite helvétique...

    D'ailleurs, le Français a toujours été un survivaliste. Que dis-je... LE survivaliste ! Il est le début et la fin de tout, et en dehors de sa conception des choses rien n'existe, rien ne saurait exister. Les autres sont indéniablement dans l'erreur, les autres n'ont rien compris à rien.

    Quand on voit tous ces crétins outre-atlantique avec leurs stocks de nourriture, alors que nous, avec notre bon vieux juxtaposé nous irons au jour le jour chasser la galinette cendrée dans nos campagnes verdoyantes... Et puis c'est quoi ce délire avec leurs fusils d'assaut et leurs déguisements soldatesques ? Nous, avec notre béret et notre calibre 12 artisanal, voire notre 22LR potentiellement mortelle à plus d'un kilomètre et demi - imaginez-vous ça ! - vous allez voir ce que vous allez voir... Ce n'est à Poitiers qu'on va les bouter, c'est au minimum à Johannesburg ! (A suivre)

    RépondreSupprimer
  12. (Suite) Tous ces preppers yankees faisant l'étalage de leur matériel, avouons quand même que c'est obscène. La grosse frime l'autre, avec son tomahawk SOG, alors que pépé a gardé toute sa vie la même hachette pour faire son petit bois ! Pour vous équiper c'est pourtant facile : Plus c'est simple et économique et mieux c'est, je me tue à le dire. C'est pour ça que moi personnellement j'en suis resté à la fronde, et vous verrez que ça va le faire lorsque les AKs des cités vont crépiter 0:-)

    D'accord, ça fait vingt ans que ces survivalistes - cibles facile du marketing - se préparent et qu'ils y consacrent une bonne partie de leurs revenus, mais nous on préfère consacrer notre argent et notre temps afin de cultiver le mode de vie à la française : Le pinard, la Française des Jeux, le football ("Allez Trincamp, allez Trincamp, allez !"), les manifs (camarades syndiqués !) etc... ; Bref, un certain art de vivre que ces trouducs de preppers étrangers ne comprendront jamais.

    Retenons que l'important n'est pas que ces abrutis d'amerloques soient capables de saluer tous ensemble le même drapeau, de s'organiser en milices, d'acheter des propriétés à plusieurs, de travailler le dimanche dans le même potager. Non. Ce qui importe c'est que nous, les survivalistes français, nous avons tous notre propre opinion sur chaque sujet particulier, et d'ailleurs nous en débattons volontiers au troquet, ou plus couramment sur Internet, derrière nos ordinateurs, le paquet de chips et la bière à portée de main. Entre deux parties de Call Of Duty, en effet :-)

    Nous on sait ; Et on tient fermement à le faire savoir. Nous, on a pas besoin de... ; Nous, nous sommes... Voilà toute la différence avec ceux qui consomment à outrance pour se préparer, et qui tirent quelque satisfaction de leurs efforts quotidiens depuis des dizaines d'années.

    Il est vrai que nous les survivalistes français nous n'arrivons pas à nous rencontrer, à constituer le moindre groupe, et encore moins à faire le moindre truc ensemble, mais il faut dire aussi que deux avis différents c'est bien trop pour un seul ego...

    Quand même, merde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Ces français, on ne peut rien faire avec eux, ni d'eux d'ailleurs.
      On se demande bien comment ils ont pu briller autant et si longtemps, réussir à bâtir, et faire bâtir des cathédrales . ( entr'autres) . . . Pensez donc, assemblez pendant 100, 200, 300 ans, au moyen âge, quelques centaines ou/milliers d'individus dans un but commun . . .
      La volonté, l 'organisation, l'intelligence nécéssaire!

      C'est sur que des mac bouffe sur toute la planète ça en jette plus. Mais pas mieux.

      Et la caravane passe . . .

      Laurent

      Supprimer
    2. Ces Français là n'existent plus... Ceux d'aujourd'hui sont les petits-enfants des résistants de 1946, et les enfants des "peace and love" de 68...

      C'est aussi un problème typiquement français que de vivre dans le souvenir éternel de la glorieuse France d'antan. On peut remonter à loin ainsi, mais c'est vivre par procuration...

      Supprimer
    3. C'est bien franchouillard, effectivement, de critiquer sans construire et d'opposer l'aspect ostentatoire US qui sert nos détracteurs et nos traditions désuètes.
      Tout n'est pas bon chez les US mais ça n'enlève rien à l'esprit qui les anime et les moyens qu'ils se donnent.
      Assimiler le survivalisme français avec COD, le PMU, le foot et la bibine est d'une mauvaise foi absolue.
      Ok pour le fait qu'on soit traditionnellement incapable de se regrouper, c'est indéniable.
      Ici, on a pas le droit d'avoir un FA en full auto; On n'a pas le droit de s'affranchir de l'Etat; On n'a pas le droit de tuer les zombies qui rôdent trop près de chez nous car c'est une espèce protéger et braconner est interdit. Alors oui on parle de .22 et d'opinel.
      Les ration US sont imbouffables sans 5 l d'eau, mais ça, faut l'avoir testé pour savoir. Que l'on se moque de leurs stock à 150 000 Dollars complaisamment exhibés n'enlève en rien la qualité des 90% d'autres qui sont vraiment au taquet...Et qu'on ne voit pas sur le Net.
      Se foutre de nos équipements désuets mais qui ont toujours marché par une comparaison douteuse avec ce qui se fait de plus in aux USA est malhonnête.

      Supprimer
    4. "Les ration US sont imbouffables sans 5 l d'eau," ? Pourquoi ? Sont-elles énormes et hyper-salées, sans parler des produits chimiques, Monsanto and co. US/Français, Nous n'avons pas du tout la même mentalité. Nous ne pouvons pas nous comprendre.Ces derniers jours, j'ai envoyé un courriel à une américaine qui dit avoir des messages des ET and co, nous aavons parlé Kundalini, paranormal, etc; Elle a commencé à me flatter et à me baragouiner, pour que je m'inscrive à son cours ou je ne sais quoi. Les Piero San Girogio du survivalisme et de l'astrla pullulent là-bas. Quand je lui ai dit que je m'en serais bien passé de tous ces phénomènes qui m'ont bousillé la santé et avec comme sous-entendu, "Les maitres ascensionnés, tout ça, c'est de la connerie", elle a stoppé net...

      Supprimer
    5. Tu es sur un site survivaliste de qualité, et que tu critiques, et ce site te laisse la parole. C'est rare sur la toile et très positif pour survivre au chaos! Merci donc pour ces critiques.
      Certaines de ces critiques montrent toutefois leur superficialité : à ma connaissance personne n'a évoqué ici le foot le PMU ou les manifs politiques qui feraient notre quotidien, au contraire l'article critiqué exprime "nous lui saurions gré de respecter notre volonté de ne pas engager le combat politique, tant il est vain et sans issue" Essayons donc de lire attentivement, avant de critiquer, si possible positivement.
      Il y a le meilleur comme le pire chez les américains, personne n'en doute, il s'agit de ne pas confondre les personnes individuelles avec l'élite dirigeante mondialiste qui tente actuellement de les désarmer pour les asservir encore plus avant de les détruire.
      Tous nous sommes menacés par cette élite mondiale dirigeante qui nous emmène vers une troisième guerre mondiale. Ta conclusion humoristique fait-elle allusion à une de ces marionnettes mondialistes qui dirige la France ? El Blanco ? quand même merde !
      Si c'est le cas ce qui nous rassemble est plus important car il nous reste probablement peu de temps avant le chaos.

      Supprimer
    6. Et de quel droit se moque-t'on de leurs stocks à $150.000 ? Parce que nous-mêmes nous n'en avons pas de semblables ? Ou bien parce que l'on se croit et se prétend tellement bons qu'avec un kilo de lentilles et quelques pissenlits ramassés ça et là nous, nous sommes capables de tenir un mois entier M'sieurs-Dames ! ?

      Il y a quelque chose que beaucoup de survivalistes français n'ont toujours pas compris : Le survivalisme, ce n'est pas une doctrine, et ce n'est pas non plus un concours. Ce n'est pas à celui qui aura la plus grosse, ou au contraire la plus petite. Chacun est libre de faire ce qu'il veut, comme il le veut. Celui qui considère pouvoir survivre dans le dénuement matériel et être capable d'endurer les privations, c'est très bien pour lui. Félicitations. Et celui qui stocke chez lui des boîtes de caviar, parce qu'il est habitué à en manger régulièrement et qu'il veut pouvoir continuer à le faire même en situation de chaos, et bien c'est parfait aussi. S'il peut se le permettre c'est tant mieux pour lui. C'est sa vie, c'est son choix, c'est son pognon... Chacun est libre de faire ce qu'il veut de sa vie et de son argent.

      Le survivalisme n'est pas une compétition permettant de voir qui s'en sortira le mieux avec le minimum de moyens. Si un gars a envie de se payer le dernier couteau de combat à 250 euros de la marque trucmuche, et bien qu'il se fasse plaisir ! Et même s'il est incapable de se servir dudit couteau par manque de formation ou même d'opportunité, il aura fait un choix et l'aura assumé. Point barre. Personne n'a le droit de lui faire la morale ou de rire de lui parce qu'un couteau à 5 euros ça fait le job aussi bien. Peut-être que ce gars aura bossé dur toute une semaine pour se payer ce matériel qui lui faisait envie et qu'il considère être le meilleur rapport qualité/prix, pendant que vous, vous étiez aux sports d'hiver...

      A propos, il serait judicieux d'abandonner cette culture du plus économique, du plus simple, du plus rustique, du plus polyvalent etc... C'est vraiment n'importe quoi, et typiquement français là encore. Vous êtes pourtant bien contents quand votre dentiste est équipé du dernier matériel sorti, qu'il bénéficie de la dernière technologie en vogue... Sinon pourquoi ne pas y aller à la tenaille (outil économique, simple, rustique, polyvalent...) comme vos ancêtres (vous savez, les survivalistes d'antan...) ? A chaque tâche son outil de prédilection, j'ai déjà eu l'occasion de l'expliquer dans un de mes anciens commentaires. (A suivre)

      Supprimer
    7. (Suite) Quand je lis ici ou là que le fusil de chasse est l'arme de prédilection du survivaliste, ou que le 22LR est le calibre idéal pour le survivaliste, je ne peux que comparer avec les preppers US qui eux mettent en avant la technicité, la performance, la fiabilité etc... Au final, nous nous sommes équipés comme des clowns (fiers d'eux en plus), tandis que eux ont un équipement professionnel. Ce n'est pas qu'une question de moyens financiers : C'est avant tout une question de culture : Ici on fait l'éloge du Mosin Nagant, et là-bas l'AR15 est une évidence pour chacun... Pourtant les AR15 sont disponibles dans nos armureries, mais non, on préfère faire l'apologie des "pétoires" d'autrefois, parce que nous sommes pétris d'a priori et de concepts rétrogrades. Pendant que le survivaliste français s'intéresse à la qualité du bois de la crosse, son homologue américain s'intéresse à la cadence de tir, à la capacité du chargeur etc... Grosse grosse divergence idéologique mes amis... Le survivaliste français va se focaliser sur la fiabilité irréprochable d'une arme pourtant obsolète, tandis que son collègue américain va acheter trois modèles identiques car pour lui c'est quasiment du "consommable", même si ça coûte cher.

      Vous regrettez les étalages "ostentatoires" du matériel possédé par les survivalistes américains. Mais que je sache, personne ne vous oblige à regarder leurs vidéos... Celui qui n'aime pas ne regarde pas, tout simplement ! C'est typiquement français de jalouser ou de dénigrer la réussite des autres... Aux USA, où tout n'est pas rose loin de là - je suis le premier à le reconnaître - les gens sont motivés par ce qu'ils n'ont pas encore, et ils cherchent constamment à améliorer leurs préparatifs en prenant pour exemple ceux qui sont en avance sur eux. Au final, des vidéos montrant l'état des préparatifs de preppers français il n'y en a pas des tonnes, et de toute évidence nous sommes très en retard sur les Ricains... Au lieu d'admirer l'installation photovoltaïque de l'Américain, le Français préfère dénigrer en prétendant que lui, c'est pas un pédé, il est capable de vivre sans électricité... Oui oui, on en reparlera... Ou pas.

      Je souhaite finir sur un point qui me paraît capital, et qui est le sujet même de cet article. Pourquoi vous occupez-vous des détracteurs du survivalisme ? Je ne comprends même pas que l'on puisse perdre son temps ainsi... Cherchez-vous à faire des adeptes ? Qui voulez-vous convaincre ? Pensez-vous devoir vous justifier de quoi que ce soit ? Une fois de plus, ceci est typiquement français (ou du moins francophone). Les Américains ne se posent pas ces questions métaphysiques, eux... Celui qui n'a pas envie de se préparer c'est son problème ; Et ceux qui le font ne tiennent nullement compte des détracteurs éventuels ; Ils regardent par contre ce que font leurs collègues...

      J'aimerais voir des preppers français qui se respectent, se font de la pub réciproquement, apparaissent ensemble sur des vidéos, montent des projets communs - Comme c'est le cas aux USA, où les gens ne se tirent pas dans les pattes pour imposer LEUR vision du survivalisme. En d'autres termes, moins de bla-bla, et plus de résultats visibles...

      Supprimer
    8. Ah! 3 AR15, un abri souterrain, un 4*4 blindé, 150 000$ de matos . . . On ne joue pas dans la même cours.
      Vous voudriez voir des "french preppers" s'assembler, faire des vidéos ( une petite chorégraphie aussi . . .) faire de la pub comme nos amis américains.

      Mais pourquoi feraient ils cela? Cela va à l'encontre des principes OPSEC.

      Les ricains n'ont pas encore connu des périodes comme Vichy ou l'OAS sinon ils sauraient que la prudence ( ici la discrétion ) est mère de sureté et qu 'il n'y a aucune raison de montrer ses dessous aux inconnus qui passent.

      Cependant, une AR15 et 10 000 cartouches par personne . . .

      Supprimer
    9. Malhonnêteté toujours, ici chacun vient avec un truc utile, pas avec un sketch de mauvaise foi qui oppose US et Français sur des bases fausses.
      Le survivalisme n'est pas exhibitionniste, puisqu'il s'agit de survie.
      Les USA ont le culte de la reussite et le montrent alors que chez nous, l'argent c'est mal, alors inutile de jouer là-dessus.
      Puisque survivre est une contrainte, inutile de montrer ici ce qui n'est pas montrable, la loi d'ici est moi souple qu'il n'y parait.
      L'argument de l'équipement hi-tech qu'on aimerait bien avoir ne tient pas: le chaos c'est pas la vie normale dans laquelle, effectivement, on aime les trucs sympas.
      Pour les armes, je le redis, on ne peut pas tout dire car considéré ici comme caca beurk.
      Evoquer les détracteurs du survivalisme tombe à point dans le sujet: on nous prête des intentions politiques alors que, justement, on cherche à s'en détacher. Ici, ne pas faire confiance à l'Etat tout-puissant revient à devenir un paria.
      Le seul point où je suis d'accord, c'est notre manque de regroupement, mais quand je vous vois débarquer ici avec rien d'autre qu'un sketch pour se foutre de notre gueule sur des bases inexactes, croyez-vous que j'aie envie de faire équipe avec vous?
      NON.
      cc

      Supprimer
    10. L'utilisation récurrente du mot "malhonnêteté" relève ici de la méthode Coué... Il n'y a rien de malhonnête dans mes propos, qui ont simplement pour objectif de tous vous bousculer alors que vous semblez sombrer collectivement dans un survivalisme à la papa, déconnecté de toute efficacité, et en même temps honteux. Le qu'en-dira-t-on vous préoccupe plus que la qualité de vos préparatifs. L'argent c'est mal, parler c'est dangereux, montrer c'est exhibitionniste... Je me demande bien pourquoi vous participez à un tel blog, c'est déjà bien trop se compromettre ! Avec une telle mentalité pas étonnant que les survivalistes français soient à la ramasse.

      Mais la question n'est pas de faire ou pas étalage de son matos. Il va sans dire que tout n'est pas bon à montrer et à partager. Le problème c'est la mentalité des survivalistes français, qui n'hésitent pas à dénigrer ceux qui sont bien plus en avance qu'eux dans tous les domaines, qui critiquent facilement quiconque ne pense pas comme eux, et qui s'auto-congratulent tout en s'inquiétant de ce que les non-survivalistes peuvent bien penser d'eux.

      Ainsi sont constamment mis en opposition les ascètes et les gourmands, les urbains et les ruraux, les fanas du BOB et leurs détracteurs, les partisans de l'évacuation et ceux de la BAD, les Rambos et les bisounours etc... Au lieu de former une communauté unie et tolérante dans sa diversité, ce n'est qu'une incessante querelle de chapelles. Et par-dessus tout, il faudrait en plus s'inquiéter de ce que les gens hostiles au survivalisme pourront bien penser de nous...

      Marius dit : "Vous perdez déjà du temps..."

      Supprimer
    11. Bonjour, en fait, vous écrivez beaucoup pour ne pas dire grand chose, et ce n est pas méchant, mais pourquoi vouloir comparer un pays où on peut acheter un fusil d assaut comme on achète une baguette, et un pays où acheter un pistolet en 22 lr c est déjà la croix et la bannière pour certains ? On aimerait tous ici, avoir 5 glock et 38 sp et 4 ar 15 ou autre AK, seulement pour certains c est juste impossible, une bagarre de jeunesse, un petit casier, et vous resterez cantonné à du calibre 12 et des carabines de grande chasse... Puis si vous êtes en mesure d acquérir de telles armes (semi auto , armes de poing) les procédures sont contraignantes, surveillées, et les lois se durcissent en douce régulièrement, donc dans une optique durable, dans notre pays, il est préférable d avoir des 12 et des carabines de grande chasse, c est une question pratique... Ensuite les oppositions dont vous parlez ( bad pas bad, bob pas bob, etc etc etc) sont au contraire constructives, car elles donnent lieu à des débats et des échanges qui apportent à chacun.... Ensuite il y a du bon à prendre partout, chez les yankees chez nous ou ailleurs, personne n a dit le contraire, mais vous imaginez bien que quelqu un qui a très peu de moyens, va forcément etre fier, un minimum, si il arrive à se démerder aussi bien que les autres avec de très petits moyens.... Concernant les armes obsolètes, je le dit toujours un calibre 12 ou une carabine de grande chasse ou un fusil de troupe d arsenal, tout dépend du savoir faire que vous mettez derrière la dite arme, il faut savoir s adapter et s entrainer en conséquence... Après, survivalistes yankees à la tv, c est une chose que l on nous montre, mais je suis certain que la plupart des survivalistes usa lambda, sont comme nous, avec peu de moyens et des familles a faire bequeter, la difference c est les lois plus flexibles chez eux.
      Quant au fait de se regrouper, ce n est pas parce que ici, on n en parle pas que ça n existe pas... il y a plein de réseau survivalistes en France....

      Pour terminer, et de manière générale, pour beaucoup de commentaire sur ce fil: Ceux qui critiquent constamment "l esprit typiquement Français, les défauts des Français avec qui on ne peut rien faire, qui sont nombrilistes etc etc etc" , si vous n etes pas fiers de ce que vous êtes, si vous n aimez pas votre pays, votre histoire, votre terre, votre identité, ALORS CASSEZ VOUS loin loin loin aux usa ou au ailleurs et emmenez toutes les grandes bouches qui ne sont pas contentes avec vous, loin loin très loin, on vous retiens pas, ça fera du ménage, y en a besoin.

      Bien cordialement.

      Supprimer
    12. Mirador, si je pouvais me casser à l'étranger comme tu dis, tu penses bien que je l'aurais fait depuis longtemps...

      Maintenant libre à toi d'être fier d'être français dans la France d'aujourd'hui, celle des Charlie, celle de ces millions de grandes gueules qui savent toujours tout mieux que les autres, celle qui n'est plus que l'ombre d'elle-même, celle dont la population est déjà largement remplacée et métissée, celle qui est sous la coupe de ZOG - et qui en est heureuse en plus...

      Les grandes bouches, j'ai clairement démontré qui elles étaient justement.

      Maintenant à savoir qui va nettoyer qui, à ta place je la jouerais modeste...

      Supprimer
    13. Je suis fier d etre Français, dans le sens bien compris, la France n'existe plus depuis longtemps, c est clair, et c est justement pour cela que l on se réfère sans cesse à un temps révolu, si VOUS me lisiez régulièrement vous sauriez ce que je pense de la question... parler de ZOG c est très réducteur du problème, c est bien plus complexe...
      Pour les grandes bouches je n ai vu aucune démonstration ici, si ce n est une critique subjective et des affirmations arbitraires...
      Ensuite compte tenu des épreuves et des sacrifices, que jai concédé dans ma vie, dans la lutte politique contre ce que vous dénoncez, dans votre deuxième paragraphe, à juste titre, je peux largement me permettre de ne pas la jouer modeste... Concernant le "qui va nettoyer qui", on a essayé de me tuer, mais je suis encore là, donc j'attends de voir ça. Si chacun avait fait ce que j ai fait, la France ne serait pas morte...
      Je le répète, si on n est pas content, on se casse, ou on agit, mais dans le cas contraire....

      Supprimer
    14. Alors arrêtez... Arrêtez de vous référer à un temps révolu, et de vivre dans un passé idéalisé. Ce n'est pas du tout l'esprit du Survivaliste... Ceux qui sont incapables de s'adapter aux réalités d'aujourd'hui, et de demain, n'ont que très peu de chance de survivre.

      Votre positionnement est irrationnel : Vous admettez que la France n'existe plus, et en même temps vous jouez les vierges effarouchées dès qu'on ose la critiquer - à cause de ce qu'elle est devenue...

      Manquer de modestie est toujours stupide, quel que soit son parcours. Ca aussi vous devriez l'apprendre pour devenir réellement un survivaliste. On trouve toujours son maître dans la vie, et vous ne seriez pas la première grande gueule à mourir le plus stupidement du monde, justement pour avoir trop sûr de vous.

      Alors pour conclure, Mirador, non je ne suis pas content, et hélas non je ne peux me casser pour laisser tous mes bouseux de compatriotes dans leur caca. Ceci étant dit, j'ai un compte Paypal si tu souhaites m'aider à m'exiler...

      Supprimer
    15. Et pour finir sur une note humoristique, ayant fini de vous taquiner, je citerai les paroles du célèbre chanteur Adrien Boussac (Les Inconnus - "La dernière chance aux chansons") :

      "Le Maréchal a bien raison, la France a besoin d'une leçon..."

      Supprimer
    16. A "Anonyme21 février 2015 18:40"...

      Se référer a un temps révolu ne pas pour autant dire vivre dans un passé idéalisé. Faudrait-il que je me réfère aux "héros" de la France d'aujourd'hui?
      A ces messieurs de la politique? Aux stars de la télé-réalité? A ces intellectuels qui débattent pendant des heures a la télé?

      Non, merci, je passe, je préfère en rester a ne pas oublier que l'on peut faire mieux. A me dire que je suis l'héritier de tous mes ancêtres, courageux, chanceux ou lâches ( bon, perso, je préfère penser aux 2 premiers ^^ ), qui ont pu vivre assez longtemps pour que moi je "perde" mon temps a vous parler devant un écran -sic-.

      Je n'oublie pas que dans mes ancêtres j'ai surtout des Français, des Italiens ( Romains... ^^ ), mais surement aussi du sang "viking" et probablement bien d'autres. Je ne vois pas en quoi je pourrais être fier de mon pays aujourd'hui, alors permettez que je me console avec le passé ( sans être dans l'illusion ).

      Et pour conclure, vous ne cessez d'être "critique" ( mais pas dans un sens constructif, a se demander si vous n'êtes pas un "troll" ) envers nous tous, nous mettant dans un même sac, les "franchouillards" etc, mais vous, qu'avez-vous apporté hormis vous présenter en ce que vous critiquer?

      Pour finir, de grâce, je ne peux apprécier convenablement les "critiques" d'auteurs restant anonymes. Ayez donc, je vous en prie, un minimum de savoir-vivre, et trouvez-vous un pseudo. Merci bien, par avance... ^^

      Cordialement, B.

      Supprimer
    17. Il faut arrêter de dire tout et son contraire juste pour se dire qu'on a quelque chose à apporter... On a forcément des références quand on parle de son identité, il n est pas question de vivre dans un passé idéalisé mais d en être fier... Rien d irrationnel dans le fait de dire que la France n existe plus et être fatigué de la voir être critiquée, car si ce n est plus la France, alors ce n est pas elle qu il faut critiquer, c est de la logique.... Je suis un des rares "Français de souche" qui restent et c est vraiment fatiguant de voir sans cesse des critiques émises par des gens qui ne font rien pour faire avancer les choses... Je trouve amusant de me voir faire des leçons de modestie par quelqu un qui écrit des pages pour critiquer les uns et les autres, en affirmant que ce sont des grandes gueules qui ne comprennent rien et n apportent rien, mais qui lui même n'apporte absolument RIEN... La modestie est une de mes qualités principales, mais il est clair que je n en ferais jamais preuve devant un bavard prétentieux... Oui j ai failli etre tué de manière très stupide , pas qu une fois, je ne sais pas si il y a une manière intelligente... Et je prefere toujours surestimer tout adversaire, pour ne pas etre trop prit au dépourvu... Maintenant, je me pose une question, une grande gueule comme vous dites, n est ce pas celui qui aboie sans apporter ni connaissances, ni justification, ni solution, juste de la critique subjective et stérile teintée de mépris et avec un petit ton hautain, celui qui crache sur tout le monde et justifi ainsi sa propre inaction et sa propre médiocrité....?

      Alors pour conclure anonyme: se casser de France est très facile... Si vous ne le pouvez pas c est que vous ne faites rien pour... dans ce cas cela confirme le fait que vous bavardez mais que vous n agissez pas selon vos paroles ?? Ou alors agissez , militez si la "France" ne vous plait pas, non ? ça non plus vous ne pouvez pas?? Vous ne pouvez pas grand chose alors, pourtant vous bavardez beaucoup.... Assez jeune , n est ce pas ? Ou assez ....
      ;) bonne soirée

      Supprimer
    18. salut a tous et merci a mirador pour ses réponses au sujet des yankees ,et a l adorateur de l oncle Sam .cet adorateur a donc les moyens ,d imité les ricains,grand bien lui fasse ,ou alors est complétement déconnecté de la réalité, ici chacun fait ce qu il peut et avec les moyens dont il dispose et que lui laisse LA LOI (exemple en 2013 je crois 50000 directives,et autres aux préfectures )il me semble même qu il faut un permis de construire ou assimilé pour un barbuk de plus de 1m de long ???. qu il essaie de creuser une simple mare a canards pour voir !!,qu il essaie de bricoler un véhicule quelconque façon ricain pour voir etc etc etc !!!!quand aux armes a feu ce n est pas si simple,le citoyen lambda n a droit q aux armes de collections,et hormis la poudre noire pratiquement a aucune munition !!! pour ceux qui ont des autorisations préfectorales c est de plus en plus cauchemardesque,il y a des quotas pour tout,2kg de poudre maximum par exemple etc etc !!pour le reste c est pas mieux 20 litres de carburant maxi autorisée au stockage !! et ainsi de suite .non on n est pas jaloux des ricains,mais on ne vie pas sur la même planète,c est des abruties peut être mais EUX on la chance d avoir des lois moins contraignante que nous .en France il est vrais que certains ont plus de droit que les autres(EXEMPLE Marseille dernièrement ,7 kalachs,7 gilets pare balles,plus de la came,les occupants de l appart en questions n ont pas étés inquiétées ) tandis que le moindre quidam chez qui on trouve le moindre revolvers 1892 ramené par grand papa revenue miraculeusement vivant de la boucherie de 14-18 ce retrouve immédiatement en correctionnelle pour détention d arme prohibée et réputé très dangereuse.alors les AR 15 ne sont réservée qu a une très très très infime partie de nos concitoyens ,contrairement aux kalachs réservées elle a une beaucoup plus grande partie de la population,disons exotique !!CONCLUSION, les RICAINS font a peut près tout ce qu ils veulent ,les français tout juste ce qu ils peuvent !!!!!!!! sur ce bonne journée" a tous

      Supprimer
    19. A anonyme qui se fout de notre gueule.

      Les survivalistes sont des bouseux enfermés dans un passé, grandes gueules destinées à disparaître par manque de moyens et de regroupement, c'est ça?
      Ben faut nous donner des solution au lieu de tourner autour du pot.
      Perso, j'ai eu beaucoup de matos US et finalement je ne me sers essentiellement de matos européen. Pas par esprit de clocher, mais par l'usage.
      Il paraît qu'on dénigre: Où? Quand? Comment? Vite des exemples!
      Ah oui, notre communauté n'est ni unie, ni tolérante, par contre il y a de tout: des agriculteurs, des éleveurs, des chasseurs, des mili.
      Pour la honte: oui, j'ai pas envie de passer pour un résurrecteur du IIIeme Reich par des cons qui ignorent tout de moi, car ici en France, le survivaliste mange les enfants, couche avec son fusil, prépare la prochaine guerre, vole dans les magasins pour faire ses stocks, n'aime personne.
      En tout cas le survivaliste a compris que les cons gagnent toujours car ils sont les plus nombreux.
      Alors il s'en protège.

      Supprimer
    20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    21. Tant de cons que cela ?? Un vrai harem ma foi !! ... Bon ok c est mauvais, pardon.... :p

      Supprimer
    22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  13. Voilà ce qu'a fait l''un de ces rigolos de preppers américains stockant de la sauce tomate et du matériel en tous genres : https://www.youtube.com/watch?v=74kGqbOO0KI

    Bon, il faut dire aussi que c'est un gros con de milicien, donc un vrai facho, et d'ailleurs c'est un vétéran de l'armée US c'est tout dire... Un mec qui n'hésite pas à dépenser une petite fortune dans sa BAD et pour équiper sa famille et ses proches. Un vrai naze en somme...

    En plus sa vidéo n'est même pas en français ; Ils pourraient quand même faire l'effort de parler notre langue s'ils veulent que l'on s'intéresse un minimum à ce qu'ils font... :-(

    RépondreSupprimer
  14. Lisez-moi ces conneries de chrétiens ! Il croit, ce benêt, que Jésus lui viendra au secours ? Quel âne.

    François Desvignes dit :
    23 octobre 2013 à 5 h 03 min

    Il faut penser beaucoup de mal du survivalisme car sous la promesse fallacieuse de nous sauver il est le négatif de la Foi de l’Espérance et de la Charité :

    – négatif de la Foi : celui-là ne prône le survivalisme que parce qu’il ne croit pas que Dieu protége ses élus à moins que lui-même par sa défiance ne veuille pas faire partie des élus.

    -négatif de l’Espérance : il ne croit pas qu’ à l’inverse de Ninive la société puisse se convertir et proclame sa certitude pour la bien connaitre que moins de dix justes habitent Sodome.

    -négatif de la Charité : le survivalisme est la stratégie de « survie de soi contre tous les autres », le négatif de la Charité, non pas seulement « moi avant les autres », mais surtout que » tout le monde périsse pourvu que je survive ».Cette stratégie a son aboutissement bien connu : que « tout le monde meure afin que je survive ». Elle est intrinsèquement mortifère.

    Aux survivantalistes et ceux qui seraient tentés de les croire ou de les suivre, il faut répondre ce que l’Evangile de Matthieu leur a déjà répondu :

    ( chapitre 10, versets 37 à 42)

    Jésus disait aux douze Apôtres: « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera.

    Qui vous accueille, m’accueille ; et qui m’accueille, accueille celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité d’homme juste recevra une récompense d’homme juste; Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. »

    Aussi, si nous devions mourir sur terre pour vivre dans les Cieux, alors il ne faudrait pas survivre sur terre, mais lui abandonner cette vie, pour rentrer dans celle qui nous est promise, elle éternelle.

    Aux survivantalistes : » Qui veut garder sa vie la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. »

    des sans-couilles qui oublient , Pierre, l'adage que tu as cité : charité bien ordonnée commence par soi-même.

    RépondreSupprimer
  15. ha ! François Desvignes est un "croyant" grand bien lui fasse lui qui cède son devenir a une superstition,les religions sont l'puim du peuple disait Marx ,je crois que ceux qui ont du mal a se tenir debout en homme ont besoin de béquilles les religions en font partie tout ça par crainte de la mort.
    comme la peur qui n'exclue pas le danger est inévitable,la mort l'est tout autant ,alors essayons de conserver le seul vrai bien en ce monde :la vie,mais si vous "croyez" n'hésitez pas ,ne vous emmerdez pas dans cette vallée de larmes qui est pour l'instant votre univers obligé.Suicidez vous ,vous gagnerez un temps précieux pour rejoindre votre nirvana,mais si par hasard vous fassiez du prosélytisme et tentiez de m'obliger a "croare" j' organiserais bien volonté la rencontre entre vous et vos prophètes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas du tout athée, mais les religions sont surtout des déviations à ne pas suivre. Jésus, je n'ai jamais pensé qu'il fut réel ! Un personnage aussi narcissique, imbu de ses pouvoirs, "Vous ferez cela en mémoire de MOA...MOA, je vous le dis...Nul ne vient au Père que par MOA, etc." !!! né de Mère Vierge ! Quand on sait que 8 divinités, dont Mithra, sont nées un 25 décembre de mère vierge. les rabbins de l'époque n'ont fait que pompé dans les religions antérieures. Et aucun témoin du Christ n'a témoigné de son vivant ! Aucun : Rien. Les Évangiles ont été écrits 60 ans après sa mort ! Ce Desvignes marque bien son extrême naïveté. Cela dit, vivre dans un monde aussi terrible que serait possiblement cet effondrement ne m'intéresserait pas beaucoup. N'importe qui se fera avoir un jour ou l'autre, comme dans la Jungle ! Il suffit pour cela de vieillir ou d'être malade ! Les preppers américains ont leur BAD ! Chouette ! Un preperriste se chope l'appendicite ! Pas de chirurgien dans les parages ? Il crève !

      Supprimer
    2. Marx, fut, comme Einstein, un sale type très dangereux. Cette réflexion "opium du peuple" me dérange ! Nous avons tous besoin d'Opium. Chez Marx, l'Opium, c'était son œuvre, et la haine des chrétiens !

      Supprimer
    3. salut Janus,bien parlé ! !en plus si je ne m abuse DIEU est un des plus vieux immigré par ici, n est t il pas née sur la rive sud de la méditerranéenne ?????????? ? si cherchez bien !!! la dégénérescence cérébrale commence par l adoration de divinités étrangère (cela vaut pour Mac Do , foot, et autres ) reste la vaseline bien de chez nous !!! par TOUTATIS !!!! (humour)

      Supprimer
  16. Coucou,

    J'adore tous vous lire ! Plaisir du matin avec le café (luxe conscient) que de voir que nous pouvons encore débattre et que tout ça est important ! D'accord avec Pierre, c'est vrai qu'il est bien plus facile de démolir ce qui existe que de construire et porter ses parpaings soi-même ! Ceux qui démolissent le survivalisme sont les mêmes qui justifient souvent le "ne rien faire" et qui vous disent "tout ça c'est des conneries" parce que c'est plus simple, le soir, devant son écran plan : chips/coca/télé .... que d'imaginer une BAD, fut-elle imparfaite .... D'accord 100% avec vous Pierre : un combat plus profond et spirituel que matériel : les survivalistes assis sur leur tas de richesses ne sont pas un exemple ou la simple réaction face à un monde en déperdition ..... Je suis assez bien placée pour vous dire que le danger vient bien plus des dérives de valeurs que des dérives financières. Mais nous sommes tous, absolument tous d'accord sur un point : nous voulons que nos gosses aient un lendemain (et nous aussi si possible), à partir de là, chacun fera de son mieux et c'est peut-être suffisant pour nous au moins .... Babette

    RépondreSupprimer
  17. Très bien. En tant que toulousain avec une fortune cachée en Andorre, je me sens plus proche du survivalisme basque, breton ou US que parisien ou monégasque. Ou alors j'ai mal compris.

    RépondreSupprimer
  18. Je pense qu'il serait intéressant d'étudier la psychologie des détracteurs du survivalisme.
    Pourquoi peut on être hostile aux survivalistes?
    Pour "l'élite" le survivaliste constitue certainement en période de chaos un "contre pouvoir" non négligeant" (Dans certains pays, comme les usa, les survivalistes sont considérés par certains comme des terroristes potentiels...)
    En effet, en période de chaos, à plus forte raison si celui ci est lié à une invasion, le "bon peuple" se retournera rapidement vers le pouvoir responsable de tous ses malheurs.
    Le survivaliste devenant rapidement par la force des choses l'embryon de la Résistance.
    Il est fort à parier que la pluparts des membres de l'élite" auront dès le premièr instant rejoint leur BAD (bordel autonome délocalisé) à l'étranger.
    Quand au "bon peuple", les détracteurs sont, à mon avis, des gens pour qui la perspective d'un avenir sombre, même s'il n'est pas sûr qu'il se produise, fait peur.
    Il fait donc l'autruche et se trouve toutes les excuses possibles pour négliger ne serais ce qu'un peu sa préparation.
    Ceci dit, tout le monde n'a pas les moyens de se préparer, et, ne parlons pas de BAD, elle reste pour la pluparts d'entre nous hors de portée.

    Bravo Pierre. Continuez à nous informer.

    J'écris en anonyme, ce qui n'est pas dans mes habitudes. Je n'arrive pas à poster avec mon compte Google. (C'est mon troisième essai!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien le bonjour "Anonyme13 mars 2015 09:33",

      Par rapport a votre impossibilité de poster avec votre compte google:

      Pour ma part ( comme pour cette réponse ), j'écris mon message, puis je le copie, ensuite je clique sur "Publier", la page se recharge alors et je me retrouve en début de page ( "en haut" ), là je colle mon message et peux publier... Peut-être que ceci marchera pour vous aussi...

      Cordialement, B.

      Supprimer
    2. il serait certainement utile de publier la localisation des BAD de ''l'élite'' afin que les zombis s'en occupe en priorité, elle seront certainement plus confortable que '' ma cagna de poilus ''.

      Supprimer
    3. Je vous remercie Brad Würscht. Je vais faire comme vous dites si ça ne marche pas à l'avenir.
      Pardonnez-moi mais ,Brad Wüscht, ce n'est pas Alsacien? Je suis au nord de Strasbourg.
      Quand aux BAD de l'élite, il vaut mieux ne pas compter sur les zombis, ils seraient capable de s'acoquiner!

      Christian Mastio.

      Supprimer
    4. Bien le bonsoir,

      sous l'onglet "géolocalisation" vous trouverez mon adresse yopmail, sinon je dois pouvoir être joint par mon compte google ( ne me demandez pas comment! ;-p ).

      Cordialement, B.

      Supprimer
  19. Bonjour,

    Les commentaires étant pré-modérés, je n'en ferai pas des tartines, n'ayant pas envie de passer 2h à circonstancier un commentaire qui ne serait pas affiché.

    Je m'arrête donc au début de votre article, pour y voir que vous faites preuve de mauvaise foi : vous jouez sur les mots et les différentes significations que l'on peut donner au survivalisme.

    Selon Wikipedia : Le survivalisme est un terme qui désigne les activités ou le mode de vie de certains groupes ou individus qui veulent se préparer à une hypothétique catastrophe locale ou plus globale dans le futur, une interruption de la continuité sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial, voire plus simplement à survivre face aux dangers de la nature. Les survivalistes se préparent en apprenant des techniques de survie et des rudiments de notions médicales, en stockant de la nourriture, en construisant des abris, ou en apprenant à se nourrir en milieu sauvage.
    L'article que vous attaquez reprend bien cette définition dans son ensemble, et pour cela il est inattaquable ; votre argument est donc bateau, en prétextant une posture prévoyante comme l'ont connue nos ancêtres. Ils se préparaient à des petites crises cycliques : hiver, mauvaises saisons, conflits. Mais à rien d'inédit dans le monde comme le font les survivalistes, qui s'attendent pour plupart à un effondrement, soit économique, soit des matières premières, soit de catastrophes naturelles considérables (comme il en arrive tous les quelques millions d'années), avec sociétés totalement défaites subséquentes. Posture prévoyante que vous n'adoptez pas, mais bien celle du survivaliste pur et dur, en atteste votre blog, prenant les 3 premiers articles intitulés "Guide Tactique de Survie Nocturne", "Les protections balistiques pour le survivaliste" et "L'évacuation par bateau pour le survivaliste", sans parler du titre éloquent du blog "Survivre au Chaos" ! On n'est pas dans la prévoyance à la papa là, mais bien dans du survivalisme pur et dur comme on peut le déplorer dans les films catastrophe abrutissants !

    Le seul passage wiki qui aurait pu aller dans votre sens, mais hélas pour vous rien dans votre blog ne va dans ce sens, "survivre face aux dangers de la nature" peut être compris de plusieurs manières, de la plus générale qui soit (la nature comprenant tout ce qui existe) : cette seule définition pouvant laisser penser à la prévoyance aurait sauvé le début de cet article.
    Ou selon une acception bien plus prosaïque (type bushcraft et retour à l'âge des cavernes, comme on observe bien des survivalistes le faire, s'intéressant plus aux méthodes Bear Grylls / Les Stroud and co, qu'à s'intéresser aux méthodes de squat de logements vacants, récupération de denrées alimentaires aux endroits adéquats ; grandes surfaces, marchés, commerces, restes de récolte, associations, restaurants rapides ou non, ...).
    Bref des survivalistes déconnectés de la réalité, s'imaginant que tout va s'effondrer en quelques jours et voir arriver le chaos intégral, du grand n'importe quoi, digne d'ados éblouis par les vidéos très intelligentes sur des sujets très stupides : comme "les 5 C"... comme si un individu jeté à la rue devait se rendre illico dans les bois avec le minimum absolu sur lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien le bonsoir, "DD"...

      Pour faire court, comme on dit de par chez moi, "LMAA" ( perso je préfère le "LMDAA" ...). Ou dit dans un langage plus courant, "osef"....

      Tout cela, bien cordialement, bien sûr ^^

      Supprimer
    2. DU D'Avignon bonjour,je ne discuterais pas votre erreur sémantique ,cela importe peu ,personne ne vous oblige a lire ce blog si cela ne vous convient pas ,dans son contenu et son approche de temps futurs,votre deuxième erreur est de confondre le monde de la "coyance" avec des certitudes.Nous n'aurons pas le temps d'en discuter le moment venu,vous faites partie du consommable c'est votre choix et je le respecte ,laissez nous de grace le notre,on ne vous a rien demandé.En d'autres termes qu'est-ce que ça peut vous foutre ?

      Supprimer
    3. Dupond avant de l ouvrir il faut pas que lire 1 article. Si il faut t apprend à faire des courses ou te servire d un ouvre boite cela étant bien évidemment nécessaire, alors vas voir ailleurs plutôt .cyboss

      Supprimer
    4. à Du pont d'Avignon:

      On y danse, on y danse ....
      "Que faisiez vous aux temps chauds ?
      "Vous dansiez !
      "j'en suis fort aise.
      " Et bien dansez maintenant.

      Le cigalou, la p'tite formi et le jeannot de la fontaine.

      Bien le bonjour chez toi.

      laurent

      Supprimer
    5. Bonsoir à toutes et à tous,qu'est ce que vous vous faîtes chier à répondre à ce "ducon d'avignon" ou" troll perdu"(jeux de mot pour folle perdue!!!..."sourire",comme dirait Igor....salut à toi au passage l'ami!!!),on a tellement mieux à faire,partager,échanger,ne rentrons pas dans son jeux de ptit blérot provocateur;okay,il ne nous comprend pas,grand bien lui fasse,nous non plus, on ne le comprend pas,ne partageons pas ses idées/façons de pensées,
      ne nous égarons pas,il y a tellement de choses à débattre,de choses utiles, utiles voir très importantes ,il me semble par les temps qui courent si obscurent si vous voyez ce dont je parle,alors ne rentrons pas dans son jeux,svp,continuons à nous enrichirent,parlons concret et laissons le dans son ptit monde de bisounours/bushcrafteur,si vous le voulez bien.bien à vous tous,LPN26

      Supprimer
    6. et puis merde à lui et "adviennes que pourras,dieu t'aideras"comme à écrit mon aieul à son fils, dans une lettre lorsqu'il..(le fils) se trouvait craonne...peut être qu'il l'aidera, mais vraiment, pour des gars comme Dupont,j'en doûte,il ferait mieux de se jeter...... du pont d'avignon !!!!ah,ah,ah..bon,ok,j'arrête.LPN26

      Supprimer
    7. Partie II

      Mais admettons, par un scénario catastrophe écrit à la main, qu'il n'y ait plus rien en magasin (j'imagine même pas les couilles en or du génie qui aura alors l'idée de produire de la nourriture pour la revendre, l'idée étant tellement géniale qu'il sera certainement le seul, personne n'ayant l'idée de produire de la bouffe si elle vient à manquer, cela allant de soi, surtout dans des pays aussi tempérés et cléments que les nôtres). Bon admettons : pas de bouffe nulle part, et personne n'a l'idée d'en produire : il faudra alors soit défendre son potager (les autres sont trop stupides pour avoir l'idée d'en faire un, je le rappelle, ou alors le vôtre est le seul fertile, par je ne sais quelle opération), soit, ou en complément, aller chercher sa nourriture dans la nature (à condition qu'elle n'ait pas été exploitée en cas de nécessité, ce qui est de fait... impossible). Mais celle-ci est loin de permettre (sans agriculture) de nourrir tout le monde durablement : plus les connaissances d'un individu lui sont exclusives, plus il sera le seul à pouvoir profiter au maximum de la nature. Si tout le monde connaît tous les trucs bons à prendre, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire il ne restera plus rien, et tous s'effondreront peu ou prou en même temps...

      Tout ceci me fait dire une chose : tous ces survivalistes ne sont pas pragmatiques, ils sont juste dans un délire incohérent : ils s'imaginent lutter contre le reste de l'humanité, avec juste ce qu'il faut d'alliés (on se croirait dans un jeu vidéo...) pour ne pas succomber sous le nombre, mais sont en même temps en perpétuel désir de communication, de reconnaissance et d'échange. Ou comment donner toutes les informations à l'ennemi, et ça s'imagine préparés et conscients du monde.


      Maintenant je disais dans le message précédent : certains disent des choses très intelligentes sur des choses très stupides. Ce n'est ni un effet de style, ni de l'ironie, c'est exactement ça. Bien des survivalistes sont très pertinents sur l'analyse d'une situation donnée, apportant les meilleures solutions possible. Sauf que cette situation est improbable, pour ne pas dire folklorique ; la solution est brillante, mais le problème est mal posé, bidon. Si vous êtes dans la mouise, arrêtez de jouer les rambo avec votre mora et autre firesteel, à vous imaginer couteau entre les dents foncer BOB sur le dos vous ne savez où, soit dans les bois, soit à l'étranger... où vous seriez les premiers à être pris pour cible dans le cas de la situation issue de votre imaginaire. Comment une population accueillerait-elle l'étranger en cas de chaos ?
      Prenez plutôt exemple sur les populations actuelles vivant au jour le jour, dans les pays pauvres, et qui savent se débrouiller avec peu de choses. L'humanité est passée par là, elle a extrait de la terre bien des choses : l'acier se trouve partout, de même que le plastique, et bien d'autres matières. Pas besoin de s'imaginer dans une terre vierge, on tombe toujours, même sans le vouloir, sur des restes du passage de l'humanité : toujours de quoi faire des objets coupants, des contenants, des protections avec bâches, épaves de voitures, logements abandonnés, constructions urbaines (égouts, tunnels, ...)

      Bref, qu'au moins une seule personne décrive un scénario qui tienne debout amenant à ce "chaos total", où la nourriture deviendrait absente, toute matière utilisable, toute production humaine arrêtée. Et je lui tirerai mon chapeau bien bas.

      Supprimer
  20. Partie I

    "Après lecture du premier paragraphe, on ne sait toujours pas ce que pense l'auteur à vouloir ménager la chèvre et le chou, s'il est naturel de se préparer, ou si ce n'est que le signe d'un individualisme forcené."

    L'un n'empêche, ni n'entraîne nécessairement, l'autre. Être prévoyant, c'est signe d'être responsable, conscient qu'une situation peut ne pas perdurer : le principe de précaution veut qu'on se prépare à des jours sombres, sans pour autant affirmer qu'ils arriveront. C'est comme mettre sa ceinture, c'est faire preuve de bon sens, et les hommes ont toujours fait ça : mettre de l'argent de côté, ce n'est pas l'apanage des survivalistes.
    Mais en revanche, ce que pointe l'auteur, c'est qu'il arrive, "souvent" (comprendre chez les survivalistes) qu'à cela s'ajoute le repli sur soi, ce qui est nouveau. S'imaginer, et se conditionner à mitrailler le premier "voyou" qui approcherait de son précieux trésor, c'est abandonner tout esprit de citoyenneté. Il suffit de voir les sujets les plus populaires ici : 100% armes à feu, de vrais fous de la gâchette. Et franchement, moi qui suis certainement moins social (car je suis exigeant, pas par pur plaisir) que tous ceux ici, qui cherchent une communauté tout en s'imaginant buter tout ce qui bouge,
    je me demande comment vous faites pour vous supporter mutuellement. Tout autre étant un danger potentiel, quel est ce besoin insensé de communiquer ? Ne vous rendez-vous pas compte que plus les individus seront préparés, comprendre plus ils posséderont de connaissances, plus ce sera difficile pour chacun ? Parce que de deux chose l'une :

    - Soit on pourra cultiver la terre, avec les méthodes actuelles ou de manière plus primitive, à l'huile de coude. Et dans ce cas l'appauvrissement des ressources n'entraînera pas de vrai drame humain, uniquement une réorganisation des forces vives : on fabriquera moins de luxueux (tablettes, iphone, ordinateur tous les 3 ans, tout comme les voitures, des fringues à ne plus savoir qu'en faire, des voyages au bout du monde même pour la basse-société ; cfr les prix qui ont diminué drastiquement, etc.). Et on se concentrera plus sur "l'essentiel", le minimum : manger, se nourrir, se vêtir sobrement. Rien de dramatique, même si moins agréable, et tout ce système de "survivalisme" aura été inutile, car issu d'une vision tronquée de ce que peut constituer un changement de système.

    - Soit on arrivera (mais il faudra encore des dizaines et des dizaines, je pense même des siècles pour cela, et à condition de ne rien faire : ni nourrir la terre par divers procédés, comme par exemple le bois raméal, ni à généraliser l'agriculture biologique et durable, qui est la tendance actuelle) à une stérilité des terres.
    http://www.electricite-verte.com/base-de-connaissances/energie-et-developpement-durable_fiche_actualites-20_les-branches-seraient-elles-la-solution-a-l8217appauvrissement-des-sols.html
    http://www.fao.org/ag/save-and-grow/fr/index.html
    Ce chaos alimentaire n'est selon moi pas crédible, en tous cas pas en l'état actuel et avant bien longtemps. N'importe qui peut cultiver son champ, et si c'est le cas, c'est la même chose pour les agriculteurs et la production de masse.
    Si les terres deviennent arides, votre "potager" le deviendra aussi, et si ce n'est pas le cas, il est inutile... Parce qu'il ne faut pas croire, si les champs d'agriculture intensive deviennent impraticables, ce sera parce que toutes les terres seront devenues arides, que les quelques parcelles individuelles mitoyennes seront bien évidemment touchées par la destructions des sols, à moins d'envisager installer une barrière électromagnétique s'enfonçant profondément dans le sol, empêchant tout écoulement des eaux (polluées) entre les différentes parcelles.

    RépondreSupprimer
  21. Pompompompooom14 juin 2015 à 14:44

    Le souci est que "Survivre au chaos" (sous-entendu extrême) apparaît comme un site très spécialisé sur UN cas de figure bien précis, à l'exclusion des autres hors de son domaine. A savoir un effondrement massif de la société comme il n'en arrive un que tous les mille ans (île de Pâques...), avec disparition brutale de l'Etat.
    C'est son choix et c'est légitime. Tout comme un site qui ne voudrait causer QUE de la cueillette des olives en basse-Provence au 13ème siècle. Se pointer pour discuter d'agriculture moderne ou celle du Japon de l'époque est hors sujet et en pollue la spécificité.

    Il faudrait peut-être alors le préciser de façon plus claire dans l'en-tête (le champ d'étude), pour que ceux qui s'intéressent principalement aux cas de figures beaucoup plus probables à échéance de 15-20 ans, évitent de perdre leur temps et/ou critiquer négativement.

    Le scénario le plus prévisible étant (selon moi) une "crise" de la même ampleur que celle de 1939-45 qui, bien que désagréable, n'a fait "que" 500 000 morts en 5 ans, soit moins de 1% de die-off et laissé quasi intacte 90% de l'infrastructure et du patrimoine de la France. L'Etat n'ayant pas cessé d'exister non plus (au contraire). Je cherche toujours un site survivaliste réaliste qui se demande comment franchir une telle période troublée avant le retour des futures Trente Glorieuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bien bonsoir,sur le net vous trouvererez en Français et en Anglais "crash course" de chris Martensen ,il répond a 80% des questions que vous vous posez.La crise de 39 /45 a fait grosso modo 60 millions de morts et pas 500 000 et n'a laissé pas intact le patrimoine Français dans la mesure ou nos réserves naturelles (charbon,minerai de fer,bauxite etc etc etc etc )tant agricoles qu'industrielles et infrastructures démolies (ports ,voies ferrées,ponts ) ont été pillées ( en zone non occupée mon père s'est nourrit d'écureuils quand il en trouvait ).Donc svp lisez ce crash course et on reparle après.Plus près de nous voyez ce qui c'est passé au Cambodge(khmers rouges) au Kossovo,dans la corne de l'Afrique.Un effondrement massif n'arrive pas en génération spontanée il y a des causes politiques ,économiques, religieuses,climatiques,ethniques etc etc etc ,cela peut être tout à la fois suivant les connaissances que vous en avez (critères pertinents) ou votre simple avis ou sensation.Il n'y aura pas de retour des trentes glorieuses que je considère , pour les avoir vécues , comme une invention des médias et que je considère comme les trente merdiques et j'ai des arguments pour ça (ce n'est pas ici le lieu pour en débattre) Cordialement

      Supprimer
    2. Pompompompooom14 juin 2015 à 22:11

      500 000 morts c'est en France, sur la population de l'époque ça fait du 1% environ.
      Ca veut dire que 99% de la population française a survécu. Dont mes parents nés avant guerre (père en zone occupée+bombardée), et qui m'ont conçu après (ouf) !
      On peut ergoter sur la proportion d'infrastructures détruites. Mais une grande part est restée, il y a même encore plein de maisons et autres de plus de 80 ans.
      Au Cambodge, les khmers rouges ont massacré 20% de la pop. Il en a survécu 80%.
      Aussi dégueulasses que furent ces événements, ce ne fut pas du tout la fin du monde ni la fin de la France.
      Ce fut par contre des drames, des privations et souffrances individuelles bien sûr.

      Hors apocalypse thermonucléaire, la prochaine fera probablement pareil. De gros dégâts certes, allez 10% de la pop mondiale zigouillée ok, (600 millions quand même, une paille), il en restera bien assez pour repartir derrière.

      D'autant que sur ces 5 milliards restants, il y a une grosse partie de jeunesse (pas en Europe) ayant déjà accès à la plus vaste collection de savoir humain jamais accumulée. Vieillesse (Europe) ne comprend plus, et Jeunesse sait (ailleurs) = le potentiel d'innovations est gigantesque. Think outside the box.

      Par contre chez nous, on va passer par de graves pertes de libertés (dictature Vallskozyienne quasi prête) et une volatilisation de nos épargnes financières. C'est ça qui m'inquiète.

      Cordialement aussi.

      Supprimer
    3. " Think outside the box." le seul bilinguisme est une tragédie, toujours cette seule et maudite langue de nos pourrisseurs...

      Supprimer
    4. je ne pense pas que nous aurons le temps de "jouer en dehors de l'échiquier" "en cas d'apocalypse nucléaire ,il y en aura largement pour tout le mondeet ce sera très certainement bien plus de 10% mais plutôt 90,ceci étant je vous rejoint totalement sur la perte des libertés (déjà bien entamée) et la volatilisation de l'épargne prévue par les règles de Bruxelles(brrb entre autre)de formation économique et là thinking outside the box , je peut vous dire que ce que j'avais prévu il y a 15 ans , fait plus que se profiler à l'horizon et que d'ici peu ça va rock and roller dans les chaumières

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.