23 février 2015

Vie rurale - Mode d'emploi (2° Partie - Niveau 2)

=> Article rédigé par Elizabeth, rédactrice de Survivre au Chaos.

Note de Pierre : Après un premier article très inspiré qui a connu un vif succès, d'ailleurs repris par un site connu de la "dissidence", Elizabeth nous invite à approfondir la notion d'autarcie, et nous plonge dans les réalités crues et dures de la vie à la campagne...

Elizabeth est psychologue, spécialiste en entreprise des problèmes de climat social ; Son mari est médecin de campagne, tous deux très concernés par la survie, le risque de violence et de manque...





Autarcie Agricole - Niveau 2 : Le refuge !


A l’heure où j’écris ces mots, la plus grosse partie de mon système a été modifié pour devenir non visible, et en plus communautaire. Pourquoi ? Parce qu’un tel système génère un affrontement sans merci avec la société sous pas mal de formes vicieuses ! Allez-y, mais isolez-vous ! Votre succès reposera en grande partie sur votre discrétion et donc sur votre localisation géographique.

Ce gros dossier sera potentiellement délivré en plusieurs parties afin qu’il soit digeste. Il fait suite au premier article paru le 29 Janvier.

A la lecture vous allez comprendre que cette ferme fonctionne à 2 niveaux : niveau 1, existence légale, petit commerce, utilisation de l’électricité et des méthodes « standards » et niveau 2, passage au plan « B »…

Il vous manquera beaucoup d’infos sur le comment : si je me lance là-dedans, vous en avez pour 2 ou 300 pages mini.  Ce seront donc des « portes ouvertes » et nous pourrons entrer un peu plus dans la précision par « secteur ».


Traite hivernale à deux pour avoir moins froid...


Quels sont les ingrédients du « Système » :
  • Une ferme, complète, de petite taille, produisant Viande, œufs, lait (produits laitiers), légumes, fruits, pommes de terre pour plusieurs familles, laine et futurs pulls ou écharpes
  • Un choix stratégique qui consistait à ne pas produire le foin et les céréales (je m’en expliquerai)
  • L’accès à 2 ou 3 types de médecine alternative (en conservant la médecine allopathique, mon homme est médecin)
  • L’accès à 2 modes de transport autre que motorisé
  • Un travail hypotracté potentiel
  • Un réseau de copains compétents
  • De l’eau stockée au fur et à mesure, un système de filtration et/ou traitement
  • Un chauffage au bois (et de cuisson) prévu au cas où
  • Une mise en autonomie complète de la fermette en moins de 3 heures (Eau, Electricité, Chauffage, cuisson)
  • Une vie sans électricité si nécessaire
  • Un système de défense, au cas où …
  • La conservation d’un fonctionnement officiel qui permet d’avoir une existence économique tant qu’elle a un sens

Il m’a fallu 5 ans, en connaissant le sujet pour monter ce type de structure, il vous en faudra moins en suivant les instructions (réalisable sur 12 mois, voire 8 en s’y mettant sérieusement), mais ça coûte un peu quand même !

Prendre conscience que dans le domaine agricole (comme ailleurs), survie = courage + apprentissage...

Ce système tourne en boucle : les excès de la vache nourrissent le cochon et les poules s’auto-nourrissent en partie, etc.

Mon coût global montait à 1.500 euros par mois (choix consistant à acheter le foin et les céréales), réduit à 500 euros par mois en faisant un peu de troc et commerce, mais les fameux 500 restant étaient aussi dus à des choix personnels et non obligatoires, à chacun de faire le tri. Et surtout mon coût alimentaire étant de 20 à 40 euros par mois pour 4 personnes... Et j’aurais encore pu revendre de la viande, du lait, des œufs, etc.

Un travail global pour 2 personnes à plein temps, mais sans forcer. Permettant d’en nourrir 15, les autres membres de la BAD pouvant alors s’occuper de :
  • La surveillance de la BAD jour et nuit
  • Le bois (coupe, débardage, sciage et stockage)
  • L’entretien (clôtures, toitures, espaces bétail, dépendances, etc.)
  • Les différents métiers nécessaires (maréchalerie, chasse, etc.)
  • Commerce : vente/échange, relations « publiques »
Soit, si nous faisons le bilan : avec nos repères actuels, 500 euros de coût mensuel effectif, 2 mères/pères de familles bien occupés, jusqu’à 15 personnes nourries, soignées, abreuvées et couvertes. Le fait qu’une femme ait monté ce système pour toute sa famille doit vous rassurer : le mental est plus important que les forces physiques.


Vie Rurale mode d’emploi (seconde partie : niveau 2)
Une règle absolue : je veux m’en sortir
Un comportement de rouleau compresseur : je ne renonce jamais


0 – Comment ça marche ou plutôt ce que j’en tire


Vaches et chevaux produisent un fumier « tiède » qui enrichit les cultures diverses et variées.

La vache produit 5 à 12 litres de lait par jour (sur cette race très rustique), qui suffisent à la production laitière, fromagère, beurre, crème, brioches, surplus au cochon éventuellement en croissance, sauf négoce.

Le veau fournit la viande ou la vache si elle est âgée (désolé, on n’est pas chez les Bisounours) ou méchante.

Les chevaux s’occupent des transports d’hommes et de biens, mais aussi de bétail (et aller chercher le bois pour le chauffage alternatif).

Le cochon mange les restes de la famille et du voisinage (pain sec, en échange œufs frais), ainsi que du lait quand il y en a vraiment beaucoup, le cochon (sauf notre truie familière de défense) devient viande, boudin, saindoux...

Les poules fournissent les œufs (protéines d’excellente qualité), les excès d’œufs leur sont redonnés (leurs protéines) cuits durs (ne jamais donner de l’œuf cru à une poule qui prend vite le coup de consommer les siens).


Photo plaisir à la belle saison...


Les vieilles poules sont mangées, les excédents de poussins ou poulets sont vendus ou troqués.

Les restes de vin deviennent vinaigre et le vinaigre sert à la fabrication (entre autres) de vermifuge et autres soins alternatifs.

Tous les excédents sont prioritairement troqués ou cédés à x, y ,z à qui on doit un coup de main.

Les lamas peuvent être tondus 1 fois l’an, production de 4 kilos de laine par lama environ, avec 2 lamas il y a bien assez pour les pulls et autres couvertures. Les lamas sont bâtés et peuvent porter 40, voire 60 kilos à pieds à coté de vous. Ils peuvent être attelés à un petit sulky, mais c’est sans grand intérêt.

En cas de vrai souci : les excréments séchés (aplatis d’abord) brûlent très bien et longtemps, que ce soit ceux de lamas ou de vaches (vécu).

Les potagers fournissent les légumes dits verts (ou jaunes d’ailleurs), une plantation de pommes de terre fournit les sucres lents.

Les vergers ou autres framboisiers et ronciers apportent les sucres rapides.

Une petite vigne permet une production raisonnable de vin (pas encore 100 % réalisé, pas eu le temps).

Pensez aux plants de tabac pour les fumeurs (ou même pour les autres, ça se troque très bien).

Nos plantes médicinales nous produisent les basiques pour la bobologie (je peux vous lister quelques essentielles) mais aussi pour la cuisine (ce sont souvent les mêmes).

Les citernes d’eau sous gouttière fournissent (dans le jura) toute l’année pour tout le monde ou presque (je tire au compteur pour la maison, par flegme, mais ce n’est pas la plus grosse consommation).

Et enfin : les abeilles... Le sucre (miel) et les soins (pollen, propolis et gelée royale), une pure merveille.


5 PARTIES :

1) Décisions et préparation
2) Installation
3) Protection
4) Soins alternatifs (initiation, partie 1)
5) Les stocks (nature, quantité, qualité, initiation, partie 1)


PARTIE A : DÉCISIONS ET PRÉPARATION


I - CONCEVOIR MA FERME : l’esprit de la survivance


La grande force des agriculteurs réside dans quelques points essentiels :

1°) Les terres, prévoir 3 hectares (suffisant) à 5 (luxe) en ce qui nous concerne pour 10 à 15 personnes

2°) L’absence de dépenses inutiles, un esprit à peine radin ou en tous cas très économe et distancié de l’argent

3°) Un très solide sens du bricolage, de l’environnement, de la nature

4°) Un fonctionnement tout à la fois méfiant et tout en réseau

5°) Une forte capacité à s’activer et travailler sans cesse (mais se hâter lentement)

Je rajouterais :

1°) L’esprit résilient : les coups sur la tronche sont là pour me faire me souvenir que je suis forte et que je peux relever la tête tant que je suis vivante.


La compétition : contestable pour certains, mais un très bon moyen d'aller au
bout de soi-même (internationale d'endurance) en se préparant longuement et
en mesurant les effets de chacune de nos erreurs.


2°) L’esprit solidaire : je choisis mes alliés, on est plus fort à plusieurs (encore faut il les connaître).

3°) Ni naïve, ni inhumaine : je peux et sais me défendre, mais je peux et sais ouvrir mon cœur.

Définition : J’appelle un ami/allié quelqu’un dont je connais les qualités ET les défauts.


II - Localiser ma ferme : relire la partie 1 déjà parue


La localisation est un point essentiel : outre les infos de la partie 1 préalablement parue, prévoyez d’avoir des terres en retrait des routes trop visibles. Le nombre d’animaux dépecés dans les prés augmente dramatiquement et risque de se démultiplier.
  • On a tenté 3 fois de me piquer mes vaches.
  • J’ai eu du bol avec les chevaux et les lamas.
  • Je me suis fait massacrer X fois les clôtures à la pince, piquer les batteries portables, etc. (depuis, j’ai pris des mesures).

Donc :
  • Terres à peine isolées, batteries portables planquées.
  • Ne cherchez pas forcément à acheter, mais louer, sous-louer, des petits bouts, qui n’intéressent pas les gros GAEC ou maxi agriculteurs.
  • Un bout de terre est un bout de terre… Il faut jouer la carte des petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
  • Une bonne terre a l’accès à l’eau pour le bétail (si pas d’accès, autres moyens, abreuvoir, vieille baignoire et citerne) et elle est clôturée (ça peut justifier un prix de location à peine plus élevé).
  • Attention aux terres trop isolées (genre au milieu de nulle part), non clôturées, sans eau, et chères par-dessus le marché : l’apprenti agriculteur est souvent perçu comme le gogo de service, on lui refile toutes les merdes.
  • Attention aux terres inondables qui vous sont montrées à la belle saison (terres humides = présence de jonc).
  • Il convient donc de ne pas être trop difficile, mais de ne pas non plus accepter un truc inexploitable.
  • Un rayon de quelques kilomètres autour de la BAD semble acceptable car on peut facilement emmener le bétail d’un point A à un point B : à cheval.
  • Idéalement une BAD avec 3/5 hectares fertiles autour.
  • Le tout dans un département réputé pauvre, mais pas sec. Attention aux bois : mis à part du bois, on ne peut rien en faire (sauf des planques).


III - La législation de votre future BAD


En France on est très très administration...

A) Les terres

Je ne sais pas si j’ose mettre sur papier toutes les horreurs que je connais et maîtrise partiellement... Si, si, j’ose… A mes risques et périls…

La guerre des terres : Pire que la guerre des étoiles.

DARK VADOR, c’est la SAFER qui gère 100% des ventes, échanges et successions agricoles. Préemptions sauvages ou presque, racket, corruption, système d’achats soumis à candidature, discours mensongers (on va vous aider, quel est votre projet, etc.) : et je pèse mes mots... Désolée si un survivaliste appartenant à la SAFER me déteste à présent.

La jolie princesse, c’est l’Agriculteur du coin qui vous dit qu’il prend sa retraite et vous vendrait bien sa fermette avec quelques hectares. Le problème c’est qu’il a dit ça à 12 copains agriculteurs qui ont les crocs (il fait monter les enchères). Au final il vous vendrait sa fermette avec 1000 m²... Et les hectares ont été préemptés ou loués à des cultos locaux.

Le sauveur, Luc machin chose, c’est le maquignon qui vous conseille gratos, vous introduit dans le milieu, ne vous demande rien en échange mais qui a un super cheval ou 2 super vaches à vendre. Méfiez-vous, c’est comme au ciné, souvent du flan.

Le maire du village : il sait tout mais ne maîtrise rien, d’ailleurs 70% du conseil municipal est tenu par les 3 gros agriculteurs et leur famille. Rien ne leur échappe et ils vous le confirmeront de suite : c’est trèèèsss ddduuuuur, il n’y a absolument rien, passez votre chemin manant.

J’oubliais : la MSA, officiellement mutualité Sociale Agricole. Le Serial Killer du projet rural. Vous serez contraint de payer les charges sociales dites de solidarité si vous dépassez la demi-surface agricole détenue en exploitation ou propriété (12 hectares dans le jura). Si vous êtes propriétaire non exploitant vous aurez le choix entre payer les charges ou rendre la terre à l’exploitation à un agriculteur. Bref, la merde…

Oh là, je suis pessimiste…  Bref, dans les faits il faut :

1°) En vouloir, ne jamais renoncer.
2°) Mener la politique de l’absence officielle d’ambition agricole (simple particulier qui veut vivre simplement, mais en respectant toutes les règles), ils ont horreur de voir un potentiel concurrent arriver.
3°) Mener la politique du petit pas : petit bout et petit bout font que vos besoins seront satisfaits.
4°) Vous limiter à 3/5, voire 5 à 10 Hectares pour gros ambitieux (mais souvenez vous qu’il faudra les entretenir ou exploiter).
4°) Vous méfier considérablement de l’offre suivante (très fréquente et bien montée) : (ce n’est pas un conte de fées).

La SAFER vous dit qu’elle a ce qu’il vous faut (et qu’elle approuve votre projet): une maison assez isolée qui permettait l’exploitation de chèvres et la fabrication de produits laitiers (donc avec dépendances) et 7 hectares à coté. Vous sautez en l’air de joie, surtout que la propriété en question vaut 120.000 euros, c’est en plus raisonnable !

Vous allez visiter, de la joie dans votre petit cœur de survivaliste convaincu. Et là la visite est concluante, la maison est chouette, pas luxueuse, mais plein de potentiel, vous y visualisez absolument toute la réalisation de votre projet. Puis vous posez quelques questions : les terres ? Où, visibilité, propriété… et là vous apprenez que, au choix :

  • La fermette n’est vendue qu’avec 1 hectare, le reste est soumis à candidature
  • La fermette fait 60 m² avec une vieille chaudière pourrie au bois qu’il faut charger 12 fois par jour et la stabulation tombe par terre, l’ancienne laiterie est juste un truc immonde qu’il faut refaire. Sinon pas de place ailleurs et aucun permis de construire envisageable (si, si, j’ai assisté à tout ça)
  • Les 7 hectares sont prêtés par arrangement avec un voisin (donc non garantis et rassurez vous : il va changer d’avis, c’est plus pareil...)
  • 5 hectares sont loués, pire sous loués, seuls 2 hectares sont vendus
  • Les Hectares sont déjà exploités depuis 3 ans par un agriculteur du coin, faut lui demander (abandonnez)
  • Les terres initiales sont exploitées, mais il y a bien 4 hectares potentiels en bas, près de la rivière, dont 1 hectare de bois et 2 hectares en bord de rive... Et 1 hectare en étang et tour d’étang.
  • Je dois en oublier… N’allez pas croire que je suis parano et/ou blasée : c’est la stricte vérité de ce que j’ai pu vivre ou entendre en 10 ans de temps. Et je n’ai rien contre les cultos : ce sont mes amis !

Quelques solutions :
  • Avant d’acheter une terre, exigez de devenir locataire, et exploitant : aucun « candidat » ne voudra vous la préempter à l’achat.
  • Ou bien prenez une participation dans un GAEC, une fois propriétaire des parts sociales avec un vieil agriculteur qui prend sa retraite, vous pouvez sereinement et réellement reprendre l’exploitation.
  • Vous serez certainement contraint de racheter du matériel avec (tracteur par exemple) : pas grave, raisonnez en global.
  • Les agriculteurs ne sont sensibles (en général) qu’à un seul véritable argument : l’argent.
  • Le prix des terres en Europe va jusqu’à 18.000, 20.000 euros l’hectare. En France (2.500 à 7.000 euros, mais il y en a peu) et avec L’Europe, on peut chercher à vous vendre des terres en vous argumentant que les « primes » payent les charges… Sauf que  Bruxelles a condamné les primes à terme. Les charges, elles, ne sont pas prêtes de s’éteindre.


B) Les animaux

Dur, dur..

La propriété d’une vache est devenue une usine à gaz. Législation et règles lourdes. Par vache environ 70 euros par an de contrôles dits prophylactiques... Par génisse le double, voire le triple. Par veau déclaré jusqu’à 4 fois ce prix. Un veau destiné à votre alimentation peut ne pas voir officiellement le jour... (pas né...) Mais attention aux voisins. On ne compte plus les abattages administratifs pour non respect des règles.


Jeune taureau "Highland Cattle" très rustique et impressionnant malgré tout,
son futur mauvais caractère va faciliter la surveillance !

  • L’abattage officiel alimentaire est hors de prix (mais on sait faire autrement quand on a un copain boucher et tous les cultos ont un copain boucher)
  • Les chevaux doivent être pucés (ça encore, ça va, pour le moment)
  • Les poules n’ont pas encore trop d’obligations (sauf concours, mais ça le survivaliste s’en fout), mais les juges font condamner à mort pas mal de coqs bruyants (nous verrons quelles parades)
  • Les cochons peuvent échapper aux règles, mais attention aux voisins


Micro truie au sevrage : elle va être familiarisée, dressée, redoutable...
90 kilos adulte, pleine de malice...


Les lamas doivent être pucés/déclarés, mais il y a peu (ou aucun) de contrôles pour le moment.


Très beau lama bien lainé, bon caractère, dressé au port du bât, mâle reproducteur

  • Les abeilles ne sont pas très exigeantes : une responsabilité civile à 15 euros par an et l’affaire est faite.

Si vous prenez un numéro d’exploitation (obligation absolue pour une vache) : je vous déconseille formellement de dire que vous élevez des poules (obligation d’acheter une machine à tamponner les œufs) ou quoi que ce soit d’autre. Sinon vous allez vivre l’horreur. Seule la vache est hyper contraignante (avec le mouton si dénonciation, ainsi que la chèvre progressivement, je vous déconseille pour plein de raisons le mouton, nous verrons après).


C) Arbres, arbustes, potager

Les grandes entreprises de l’agro industrie tentent de légiférer le catalogue des graines. Notre liberté ne tient plus qu’à un fil.

Les arbres plantés depuis plus de 20 ans ne peuvent être abattus de force.

Si vous plantez des arbres fruitiers, mettez vous à minimum plusieurs mètres de la clôture, sinon 1) vos voisins vont râler, 2) On vous prélèvera tous les fruits possibles.

Idem pour les haies... Soyez distants des clôtures.

L’emplacement des serres de taille normale (soit non professionnelles) n’est pour le moment pas légiféré lorsqu’elles sont en « souple » (prévoir une bâche de rechange, éventuellement débâchez pendant l’hiver). Je vous déconseille les serres en dur (fragilité à la tempête et à la grêle, coût et législation)


D) Clôtures

A 20 cm du bornage (exigez un bornage par un géomètre, vous serez largement remboursés sur l’arnaque).


E) Conclusion

Vous allez faire une petite ferme sans dire que vous faites une petite ferme tout en faisant une petite ferme... Isolez vous si possible, les voisins, c’est emmerdant. Ne faites pas le coup de la ferme pédagogique : ultra vu...


IV - L’effectif mini ou standard – budget d’achat du bétail


Sans autarcie  totale (à mon avis pas indispensable, vu les effectifs Français, les vaches nous survivront, le foin et les céréales aussi…)
  • 2 vaches (viande, lait, produits laitiers), Actuellement environ 1.000 euros pour une bonne vache et une génisse de bonne race, un budget de 1.500 euros semble un minimum (taureau facultatif, on peut s’en faire prêter).


Vache jersiaise et notre premier veau : rustique, efficace, laitière 

  • 1 veau en croissance (mâle = repas, femelle = génisse) (celui que vous ferez)
  • 1 cheval demi trait (polyvalente montée, attelée), 1 femelle si possible (elle pourra se reproduire), (Un bon cheval, c’est plus près de 4.000 euros que de 500 euros ou bien 2 ans de dressage, un vieux bon cheval, ce n’est pas cher, mais c’est vite vieux et malade).


Petite jument polyvalente attelée, montée, bâtée, prête à travailler


Cette merveilleuse petite jument a demandé 2 ans de travail, mais elle sait tracter une charge, une voiture chargée, emmener le bétail en main, emmener un troupeau de vaches ou de chevaux et maîtrise de nombreuses techniques de travail de troupeau, elle passe partout de jour comme de nuit (elle est peu visible...), saute les fossés, admet les coups de fusil (bruit) et trace toute une journée à 12 km heure sans se fatiguer, travaille à 35 km/h quand nécessaire et tracte à 12/13... : commencez tout de suite, 2 ans ce n’est pas de trop pour une telle compagne !

  • 1 cochon, voire 2 (viande et garde), 60/80 euros pièce au sevrage + 4/8 semaines
  • 2 lamas femelles (laine, viande à terme, petit travail) (de 1.000 à 1.500 euros 2 beaux sujets bien laineux, les prix sont en baisse, quoiqu’on vous en dise)
  • 1 petit lama (celui que vous allez faire)
  • 1 lama mâle (entre 500 et 3.000 euros, à mon avis près de 1.000 euros un beau sujet bien laineux) : attention aux sujets gratuits, pas mal de daube
  • 1 coq (d’âge) (viande, mais surtout œufs) (Soit 15 euros environ un très beau sujet, les coqs sont difficiles à vendre)
  • 1 coq de secours (celui que vous allez faire)
  • 6 poules pondeuses actives (soit 6 * 15 euros de moyenne)
  • 6 poulettes en croissance (celles que vous allez faire)
  • 5 oies, 1 mâle et 2 femelles, 2 petits oisons (Garde et Viande de temps en temps, quelques œufs), (soit un budget de 60 euros à la base pour 3 oisons, 180 euros pour 3 beaux sujets sexés sans erreur et adultes)
  • 1 chien de garde de réforme (budget 3 à 400 euros, voire 500 pour un très bon chien)


Gino : Cane Corso qui m'a grandement aidée !

  • 1 ou 2 bâtards de taille moyenne/petite (budget 0)
  • Idéalement 3 ruches, 3 reines et 3 colonies, au moins toujours 1 ou 2 en bonne santé (coût conséquent entre les ruches et le matériel, à chercher d’occasion, quant aux essaims, c’est souvent assez cher, plus de 100 euros (des « frère Adam » et actuellement 50% de mortalité au printemps d’après), et la récupération de vieux essaims dans les arbres reste possible, mais en seconde option, s’arranger avec son voisin, peut-être ????) On peut, par la suite, reproduire ses reines et faire du troc.


Achat des animaux : Entre 6 et 10.000 euros, on peut faire moins, mais il faut une bonne expérience agricole, et surtout, n’oubliez pas que même les cultos se roulent entre eux. Il vous faudra des animaux « en règle » pour le moment (là je suis formelle, et même adepte de la débrouille, évitez les sans papiers, ils sont source de graves emmerdements en France surtout avec l’esprit dénonciateur qui règne sur nos campagnes) – seules la base cour : lapins (tatouage pour les concours), oies (bagues), canard ou poules (bagues) est moins légiférée.

Lamas et équidés sont pucés. Tous sont vendus avec facture et papiers. Les chevaux ont un « livret signalétique » (même sans papiers de type concours). Les vaches sont bouclées et ont une très fameuse carte verte et une carte rose : vous devrez voir les 2 et recevoir la rose en attendant que la verte soit refaite avec votre numéro d’exploitant.


Adorable petit veau gourmand pas encore bouclé, le moindre contrôle
 et c'est la catastrophe : la santé en France en dépend!!!!


Ça nous ramène au chapitre 3 : la législation : pire que celle des armes à feu...


V - Les installations (et budget)


Beaucoup de gens se disent qu’un animal dans un bout d’herbe avec un abri ça va le faire : mais alors là, pas du tout !!!! Sauf si vous aimez les emmerdements.

La solution que je vous propose reste du « hors sol » partiel. Pour nourrir à 100% un cheval ou une vache sur des terres correctes, il faut 2 Ha par animal avec les pluies torrentielles ici (et ailleurs la sécheresse). Nous allons donc abandonner une part de notre autarcie en partant du principe qu’en cas de chaos, il serait très facile de bouger son troupeau pour le faire manger (déjà vécu). L’entretien d’une ferme de 15 ha autarcique vous demanderait des moyens actuels énormes avec une grosse expérience et vous n’avez peut-être ni l’un ni l’autre.

Je vis dans le milieu et travaille souvent avec eux : faire ses foins et son maïs, faire et défaire ses clôtures, virer son fumier : une vraie expérience avec du vrai matériel encore à peine cher : c’est possible, mais pas seul.

Il s’agit donc d’une solution « entre deux », mais qui marche très bien car les ressources autonomes sont positionnées là où le manque a le plus de chance de se faire sentir.

Il vous faut prévoir :

  • Une place à l’écurie ou dans la stabulation par tête de bétail. Un hiver rigoureux rend strictement obligatoire la nécessité de rentrer les bêtes. La violence peut vous obliger à les mettre en sécurité !


Exemple d'étable pour l'hiver, quand l'extérieur devient impraticable


Exemple de stabulation : les animaux sont libres dans un espace clos

  • Le moyen d’éliminer ou retraiter le fumier.
  • Le moyen de vous fournir en eau et de l’acheminer (vital).
  • Le moyen de transporter du foin et/ou de la paille (et fumier) et des lourdes charges. Quelques moyens mécaniques (utiles pour le moment) :
- Tracteur (très nombreuses occasions)
- Godet (transport du sable, terre, cailloux)
- Pic : pique foin ou paille, souvent monté sur le godet
- Pince croco (fumier entre autres)
- Girobroyeur (sorte de maxi tondeuse qui permet de traiter les « refus » de pâturage)
- Citerne (déplacer, stocker de l’eau)
  • Deux à quatre abris balle ronde (râteliers d’extérieur pour le foin)
  • Le tout d’occasion potentiellement (gamme de prix très variable selon l’état et la chance : de 1 à 10)

Mais vous devez prévoir aussi :
  • Une pièce où isoler les aliments (céréales) à l’abri des rats et de l’humidité
  • Des tonneaux en plastique ou un coffre en plastique (ou en ciment) pour les mêmes céréales à l’abri (ou encore un silo, mais c’est cher, même d’occasion.)
  • Une pièce isolée des vols où mettre le matériel (chevaux, traite, pharmacie, etc.)
  • De quoi atteler et monter votre cheval, voire même faire les travaux agricoles
  • Du petit matériel (achat progressif en fonction des besoins)
  • Une pièce où faire le miel (une pièce étanche) avec tout le matériel (là aussi d’occasion)
  • Des citernes pour récupérer l’eau (sous une gouttière)

Citerne 1000 litres durable, peu chère d'occasion, facile à trouver

Et encore pour la partie jardin :
  • 1 serre, voire 2 de 20 m², tubulures couvertes plastique horticole

Serre bien occupée à la belle saison (sans arrosage et sans entretien
et sans engrais et sans produits chimiques (fumier mixte vache/cheval)



  • Chez vous potentiellement des néons horticoles et lampes infra rouge (démarrage des plants de légume, ne soyez pas mauvaise langue... tss tss tss…)
  • Un incubateur à œufs et une cage d’élevage poussins


  • Couveuse naturelle et éclosion sous la mère : moins efficace
    mais 100 % naturel (il faut isoler la couveuse puis les petits)

    Cage d'élevage équipée, valable tant qu'il fait chaud ou qu'il y a de l'électricité
    (la couvaison est remarquable d'efficacité, mais il faut le "jus")

    NE VOUS DITES PAS que c’est une usine à gaz : j’ai fait tout ça, une simple femme, pas bien forte ni bien jeune (51)…, souvent aidée de 1 à 2 personnes, mais pas plus.


    Incubateur éclosoir d'une capacité de 480 œufs avec 85 % de réussite à terme,
    un bon investissement (tant qu'on a du jus) à mutualiser. Dans mon cas, j'incube
    aussi les œufs des copains, et je récupère les poussins.

    Vous êtes en train de vous dire qu’en cas de chaos, une partie du matériel, électrisé, ne servira à rien, certes. Mais en attendant, inutile de vous la jouer plus difficile que nécessaire. Pousser une botte de foin de 250 kilos à 2, c’est très possible, mais si on peut le faire au tracteur, pourquoi pas. Le temps gagné maintenant sera utilisé pour bonifier les structures.

    Le petit matériel en plus :
    • De quoi carder et filer la laine (et tricoter, crocheter), attention au vieux matériel de brocante : parfois usagé et incomplet
    • Un groupe électrogène tant que c’est possible (Diesel, pas essence, le carburant est trop difficile à conserver)
    • Des réserves de carburant le temps de passer du plan A au plan B (finir une incubation ou un élevage) ou pour gérer une crise intermédiaire
    • Une table de massage d’occasion (si budget) pour les soins (et croyez moi, ça sert), surtout que si vous êtes calé et équipé, les soins, ça se troque aussi
    • Tout l’équipement pour les chevaux, poules et vaches ou lamas, ils pourront faire l’objet d’un article niveau 3 par la suite selon vos retours
    • Le budget général peut varier énormément, visez :
    • Le coup de main des copains, voire futurs membres de la BAD, c’est le moment de tester un peu les qualités de courage, sociabilité, résistance au stress et motivation réelle (très mauvaises surprises prévisibles)
    • La récupération d’occasion
    • L’achat judicieux ou la location de la propriété de départ
    • Je vous assure que vous pouvez faire des merveilles avec un peu de récup.
    • Jardin de « curé » : 40 plantes médicinales et/ou aromatiques, le plaisir de créer, le plaisir des odeurs, des goûts et des soins.

    Une règle de base : allez-y progressivement pour ne pas vous laisser déborder.


    VI - Ce que je dois encore acheter à l’extérieur


    • Le bois (mais que je peux aller chercher avec le cheval attelé, donc bien moins cher)
    • Le foin
    • Les céréales (blé, orge, maïs, avoine)
    • Mes huiles essentielles et les remèdes homéopathiques
    • Mon stock de pansements et autres
    • Ma trousse à outils (y compris maréchalerie) a été enrichie avec les années : précieux
    • La prescription de mes médicaments allopathiques de base depuis pas mal de temps (il ne faut pas le dire, mais malgré une perte d’efficacité, la plupart se conservent encore 3 ans après la date de péremption, le jour où il ne reste plus que ça)
    • Un stock de cristaux de soins par la lithothérapie : inusables, efficaces (je traite le lumbago de mon médecin de mari qui ne supporte pas les anti inflammatoires depuis 9 ans), pas parfaits, mais complémentaires
    • Un gros stock de gros sel si les congélateurs tombent en panne et qu’il faut saler la viande pour la sauver.
    • Le sucre et l’huile (ou le miel et le saindoux, si la production est bonne)
    • Un stock de bouffe tenu à jour, ainsi que d’eau potable qui ne vient pas du réseau
    • Un stock de bonnes choses pas coûteuses : chocolat, apéro, café, etc. le moral est une chose très importante
    • Un stock de jeux de sociétés (tarot, etc.) : un survivaliste qui a le blues, c’est une cata ! Et il n’a pas toujours sa pétoire à la main pour surveiller (rotations)
    • Mes armes de cultivateur autant que véritables pour me défendre (chapitre spécial) et le stock qui va avec
    • Et plein de couvertures pour le froid : terrible le froid… Quand on travaille toute la journée dehors. Et panne d’électricité par moins 10... Si pas de chauffage au bois
    • Un vieux poêle alsacien en fonctionnement avec four et une cheminée dans laquelle je peux cuire : 100% de la maison peut être chauffée et la cuisine faite
    • Nous disposons d’un système de filtration de l’eau en plus de pastilles micropur, de réserves de chlore et de nos 4.000 litres d’eau de pluie renouvelée.
    • Un stock de maréchalerie pour les chevaux : pas de pied, pas de cheval
    • Je fais petit commerce de mes produits
    • Je ne jette rien
    • Et il vaut toujours mieux prêter potentiellement ses affaires qu’avoir à demander. Prêter, c’est déjà troquer et se faire des amis.
    • Et enfin : nous nous entraînons, rien ne remplace l’entrainement :
    - Bivouac mode survie par tous temps
    - Hypotraction, dressage des animaux
    - Orientation
    - Vie naturelle à l’extérieur
    - Tir (à la fléchette bien entendu)
    - Salage et fumage des viandes
    - Nouvelles recettes de survie reçues grâce à nos échanges
    Etc.

    Non : tout cela n’a pas coûté une fortune, mais j’ai souvent listé les besoins et fait au fur et à mesure ou me suis longuement renseignée, cet article a pour objectif de vous faire gagner du temps. Parce que ça va vous en prendre.


    VII – En conclusion de la préparation


    Pourquoi, allez vous me dire, faire une demi autarcie ?

    Parce que l’autarcie complète, sans communauté soudée, c’est quasi impossible.
    Mais une demi autarcie et un an de prévisionnel permet, en cas de chaos, d’attendre qu’un pseudo système se relance assez pour combler quelques manques.

    Je relisais Pierre Templar qui insistait sur l’hypothèse d’une population réduite à moins de 10% (environ 5 millions en France) : j’ai fait les mêmes calculs, dans le fond, ça nous rendrait hélas service car une plus grande surface avec peu de tensions permettent de reconstruire assez vite les basiques.

    Reste le problème de la violence : avoir de quoi se défendre et au moins un à quelques membres de la famille capables de s’entraider et se relayer dans ce secteur.

    Qui dit ferme, dit envieux, et croyez moi, je sais de quoi je parle. Il faut que vous soyez en mesure de rentrer tous vos animaux (dommage pour l’hygiène) à l’abri d’une redoutable prédation...

    LISTE D'OUVRAGES ET DE LIENS UTILES (par Elizabeth) :
    https://drive.google.com/file/d/0Bw8OBmHKIHIAdzgwVnlXbDUtS2M/view?usp=sharing

    111 commentaires:

    1. Très bon.
      Quelle était la somme de départ pour un tel projet?
      Combien d'investissement sur combien d'années?
      Combien en frais de fonctionnement annuel?
      Quelles sont les compétences des membres de cette unité? Comment fixer durablement ces gens?
      Quelles étaient les compétences préalables pour bâtir une unité aussi complète?
      Quels ont été les échecs? Comment ont-ils été surmontés?
      Jusqu'à quel point l'intervention médicale peut rester locale?
      Ca fait beaucoup de questions car je constate qu'il y a en amont un travail énorme qui ne s'improvise pas, même si pour vous, une fois que c'est réalisé, ça paraît possible.
      Votre cheminement m'intéresse au plus haut point et j'ai énormément de questions sur le sujet.
      cc

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Re, En fait il y a une partie des réponses dans la partie "B", le dossier fait 60 pages, il a fallu couper en 2 ..... Bavarde la paysanne ! Je suis partie de là avec mes compétences en matière de chevaux et rien de plus, le cout global pour lancer un tel projet n'est pas énorme à condition de s'y mettre à quelques familles (et là c'est même très acceptable) ce qui constitue un problème ,il est vrai !!! J'ai aussi du supprimer les vacances (toutes les vacances) hors mis ma mauvaise habitude de bivouaquer avec rien quand il faut que je me refasse "un moral". Par contre, j'ai ramé pour, à chaque difficulté, comprendre rapidement et résoudre les problèmes, mais aujorud'hui toute l'info existe (internet en bonne partie) et pas mal de copains dans le temps ... C'est aussi pour ça que je transmets l'info, pour dire c'est possible, mais c'est du boulot ! Tout le monde débutait .... 40 minutes pour ma première traite si je me rappelle bien et tout le monde Mdr, même la vache ! J'ai du parfois comprendre (vite) ce qui était rentable de pas rentable, jouable de pas jouable, d'où parfois mon tri à peine rapide : les moutons non ..... En fait les choses ne sont jamais noires ou blanches, mais il faut vitre faire ses choix sous peine de crouler sous les problèmes et j'ai donc d'abord favoriser ce qui ne posait que peu de problèmes (races, activités). L'aspect médical est bien plus accessible à condition d'avoir les informations et la formation nécessaire de base : après quelques années, j'ai acquis une sorte de certitude non prétentieuse, mais si ça a l'ai au premier degré : je veux m'en sortir et je m'en sortirai ;.... Même si je dois opérer mon lama sur la table de cuisine .... (à peine exagéré, mais en cas de chaos) .... Je vais répondre à un tas de trucs, puis reviendrai sur ce qui manque, mais en toute humilité ! Babette

        Supprimer
      2. Re
        Il y avait en amont une grosse préparation, ne serait-ce que mentale, pour se lancer dans un tel projet. Personnellement je butte sur plusieurs points qui me font mesurer l'ampleur de votre réussite: l'investissement de base est important et pas à la portée de tous; la sélection des espèces animales et végétales (Pour le végétal, je m'en sors) avec leur valeur intrinsèque mais aussi par rapport à leur environnement; la rotation des ressources pour avoir assez toute l'année; le personnel dont j'ai assez parlé; les perspectives d'évolution selon le type de chaos que l'on affrontera.
        cc

        Supprimer
      3. Re, en fait la partie budget détaillé est dans la partie "B" ! C'est pour ça qu'il vous manque les chiffres, mais ça va venir ! Par exemple une bonne vache, c'est environ 1.000 euros, à 3 famillles, c'est pas si cher ! VOus avez raison de vous poser les bonnes questions et la question des végétaux est primordial : l'amie avec laquelle je fais progresser les choses en discutait et me disait à juste titre qu'il faut insister sur le fait que le plus important c'est : le jardin et quelques poules ! Surtout qu'effectivement nous ne savons pas ce qui nous attend. UN tel projet, il faut être plusieurs ou rejoindre un groupe, sinon c'est très dur sur tous les plans ! Mais si chacun fait un peu : nous alllons vraiment nous en sortir ! Amitiés Babette

        Supprimer
    2. Impressionnant de pensées et de qualités.

      Merci et félicitations

      Laurent

      RépondreSupprimer
    3. Le gros problème ! Vous êtes une femme exceptionnelle ! Ce n'est même pas la peine que je commence, j'ai un poil dans la main, et même si je ne l'avais pas, n'étant nullement manuel (le manuel m'ennuie à un point !!!), j'abandonne illico tant je suis et fainéant et maladroit. Je sais planter quelques graines et tondre la pelouse, c'est tout. Si la guerre civile s'installe, je ferai partie des victimes, et puis, c'est tout.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Lol : J'ai tellement fait chier le monde à la maison à vouloir nous sortir d'une merde qui n'est pas encoure toute à fait là que on m'a plutôt catégorisée chiante ..... avec "qui vient m'aider à sortir les poules" le dimanche matin ..... Je ne suis pas exceptionnelle, mais j'ai envie de vivre pour mes gosses ! Vous avez peut-être bien plus de réflexe que vous ne le pensez, c'est juste parce que le domaine vous parait inconnu, comme à moi au départ !

        Supprimer
      2. Ah, ah, ah !
        Mais vous rendez-vous compte du degré de professionnalisme qui est le vôtre ??? Même une fermière ne sait pas tout ça. En plus, vous avez un homme exceptionnel, Médecin ! Vous êtes vernie, et lui aussi.

        Supprimer
      3. Je vous jure sur la tête des poux dans ma tête qu'au départ j'étais incompétente : tous les culto du pays sont venus me voir traire pour avoir leur dose de rigolade .... Par contre debout 5 heures, parfois 4, à faire des recherches (dont je tente de transmettre les résultats maintenant) et croyez moi : femme de médecin en prime : c'est pas marrant : déjà pas riche (là-dessus les gens pensent tous que ..), puis toujours barré (donc peu d'aide) et recousue à vif en râlant (les cordonniers les plus mal chaussés) quand je me blesse .... : je vous promets, c'est vraiment à la portée de toute personne qui s'acharne ....! En tous cas, le principal, j'en ai parlé à droite et à gauche : le principal, c'est d'en vouloir ....! Le moindre potager, la moindre réflexion nous éloigne du désastre - Amitiés, Babette

        Supprimer
    4. Bonjour Brebis Le Gall,

      Vous dîtes: << ...Si la guerre civile s'installe, je ferai partie des victimes, et puis, c'est tout. >>.
      Peut-être, peut-être pas. Pour ma part un paraplégique ( ou autre handicap ), aurait sa place "chez moi", tout comme quelqu'un de "pas manuel" ( bon, c'est quand même mieux de l'être, un philosophe ou autre serait a priori -quoi que- moins utile a un groupe^^ ): avoir une bonne vue, un bon odorat, une bonne ouïe ( "gardiennage", reconnaissance...), savoir retaper l'électronique c'est utile aussi, s'occuper des gosses, des "vieux", tout cela est utile aussi. Enfin, chacun voit midi a sa porte, a chacun sa morale, n'est-ce pas...^^

      Bien cordialement, B.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Vous soulevez un point intéressant: que faire d'un casse-couille dans le groupe? La végétarienne qui fait un cake à chaque fois qu'on tue une volaille; le ramier qui veut rien foutre mais qui a le bec ouvert à 12h et 19h; les chefs présomptifs qui attendent leur heure; Les mythos et les voleurs qui flinguent la confiance au sein du groupe et les irresponsables qui mettent en danger tout le monde. Si la diversité des compétences est indispensable, il semblerait qu'il faille un certain stéréotype de personalité apte à être embauché n'importe où.
        Faut-il recruter? Laisser venir et jauger sur pièce?

        cc

        Supprimer
      2. Effectivement c'est le point délicat.
        Supposons que la réalité ouvre les yeux et les esprits une fois éteinte la téloche:
        _ la végétarienne aura faim de ce qu'il y a à manger,
        _ le ramier pourrait jeûner tant qu'il n'oeuvre pas,
        _ les chefs en devenir devraient se voir confier des responsabilités d'approvisionnement ( la bouffe, le chauffage, l'entretien ..)
        _ les mythos connus comme tels raconteront des fadaises à la veillée
        _ aux voleurs sera proposé le départ, une cartouche ou la rédemption totale,
        _ les irresponsables seront encadrés.
        Le stéréotype acceptable pourrait être l'artisan, le démerdard même un peu zonard, le/la gugusse de bonne volonté qui a compris qu'en dehors du groupe point de salut ...etc mais pas évident.
        Les critères: la nécessité, le besoin, un gosse, des compétences avérables, l'esprit grégaire.
        Des qualités: l'acceptation du réel, la volonté de vivre, l'endurance, la chance.

        S'y prendre à l'avance.

        Laurent

        Supprimer
      3. Bonjour "cc",

        Je suis sur que le jour venu vous saurez...

        -la "végétarienne" s'adaptera ou trépassera ( bouffer des macédoines, haricots and co, ça vas un moment...^^);

        -le "ramier" -je ne connaissais pas l'expression ^^- : pour moi, il bosse, ou roule sa bosse, ailleurs, loin, très loin... ( mais je serais tenté par une autre solution, pas très catho, pour éviter qu'il ne revienne, en douce... ou se fasse chopper par des vilains et dise où l'on peut me trouver, et ce qu'il y a trouver...);

        - les voleurs: faut être expéditif, carré, y compris avec les siens ( "juste" mais sévère, seule différence,suivant si c'est enfants ou des adultes): si on laisse faire, imaginez quand il s'agit de serrer la ceinture, qu'au matin vous voyez que les restes de la veille ont diminués/disparus. Pourrissement de l'ambiance & des relations assurée (comme si une situation "dégradée ne suffisait pas). Mais si le voleur est plus qu'un "chapardeur", alors il faut envisager quelque chose qui relève du "pas catho" ( voir "ramier"^^).

        - le mytho: a voir suivant conséquence de sa mythomanie ( si il se prend pour un médecin et qu'il tue un de mes gosses ou si il se prend pour un hippie qui a fait le tour du monde...).

        -les "chefs présomptifs": on l'a tous été (ne serai-ce que gamins), il faut espérer que ce soit la raison qui l'emporte ( le plus apte/compétent)... hum, oui, bon, okay, dans la plupart des cas, ça risque d'être la loi du plus fort (ou de celui qui peux donner la nourriture/sécurité, sans se faire dépossédé).

        -les irresponsables: que faire de quelqu'un qui parle fort, qui pense être le centre du monde, que ses soucis sont vraiment trop important pour qu'il les garde pour lui, ou du gosse qui pleure, ou du grand gaillard qui gueule/ pleure parce qu'il a une douleur insoutenable, ou encore (j'imagine ma femme... :/ ) une femme -ou un homme- qui pète un plomb car terrorisée?
        A voir suivant cas, si on peut ( risquer de se faire repérer car un type que l'on ne connait pas pète un plomb versus votre gosse qui a peur, c'est pas la même chose...).

        Y a pas d'miracle mon bon m'sieur... comme le disait Elisabeth, il faut tester, il faut essayer. Et accepter le risque de se faire avoir, sinon on reste chacun dans son coin.

        Bien cordialement, B.



        P.S., a l'attention d'un Strasbourgeois que je ne nommerai pas ( ;-p ):

        Vous seriez bien aimable de penser a regarder votre boite mail ( les messages disparaissent au bout d'une semaine...), ou me dire simplement que vous ne souhaitez pas avoir a faire avec moi ( il est déplaisant d'écrire "pour rien"), merci bien ^^

        toujours cordialement, B. ^^

        Supprimer
      4. Bonsoir Brad,

        L'idée n'est pas de savoir, mais de constater l'étendue des dégâts une fois la merde étalée partout. Le vol matériel peut encore aller (en temps de paix) mais tout ce qui va au-delà est inexcusable, genre une dénonciation auprès du fisc, flics, imam local, belle-mère irascible peut tout foutre en l'air.
        Le ramier est la palombe qui fait son nid avec trois branches.
        cc

        Supprimer
      5. COucou, c'est vrai que la "fréquentation" des autres est un vrai souci : j'ai pris un nombre incroyable et incalculable de baffes à espérer que j'allais pouvoir avoir une collaboration quelconque avec tous les types de casse machins cités ci-dessus : vous avez raison, sujet archi délicat !!!! Et j'ai rencontré des mythos pas croyables (ils sont presque les pires), je ne sais plus où j'écris ça (dossier 1, 2 ou pas paru), mais à présent j'appelle un Ami ou un Partenaire, quelqu'un dont je connais les défauts .... et qui connait les miens. C'est super dur. Beaucoup prétendent participer, mais surtout à la récolte .... Je n'ai pas trouvé la solution miracle, si ce n'est d'avoir développé une méthode de retrait rapide ...... du projet commun avec mes billes le cas échéant, en cas d'incendie. Ma confiance dans les autres est devenue très contextuelle, ce qui ne m'empêche pas de donner, mais sans me faire d'illusion. J'ai aussi regardé en souriant le cas des copines bobo bio et autres végétariennes moralisatrices en me demandant ce qu'elles feront quand elles (ou leurs gosses) auront faim. Prudence donc, dans le choix des partenaires .... une sorte de bon contrat vaut mieux qu'une illusoire et naïve confiance - Babette

        Supprimer
      6. Brad ! C'est gentil !
        Mais en plus, je suis très individualiste et n'ai confiance en strictement personne, à moins d'avoir 20 ans d'amitié avec lui ou elle, et encore ! Je ne connais aucun survivaliste et Je n'irai certainement pas m'immiscer dans un groupe et emmerder mon monde. Je préfère crever seul, surtout si c'est pour vivre dans un monde pareil. Si j'en crois Pierre, les premières victimes vont être les personnes âgées en bordure de villes des racailles ! Quel malheur. Si le musulman retrouve ses instincts, ça va y aller, la boucherie Halal humaine, et je en veux pas voir ça, déjà que la souffrance animale me torture l'âme ! Là, par exemple, je dois peut-être me rendre dans une maison d'hôtes en Espagne qui fait du Yoga. Le Yoga ne m'intéresse pas du tout mais les chambres étaient bon marché, mais il y a peu sur le site du gars, j'ai vu : "je Suis Charlie" ! Alors, là, je crois que les plans tombent à l'eau. Et tomber, par exemple dans la marmite de survivalistes de gauche ou du genre "citoyens du monde", ah non. Autre fait qui prouve que je n'ai pas de c...: je m'étais juré de m'inscrire dans un stand de tir, et je n'ai toujours rien fait. Ma seule vengeance, et Pierre connait l'histoire, avoir balancé des seaux de pisse depuis ma fenêtre sur la gueule de motards que j'ai envie de massacrer !!! Ils se font moins voir et entendre depuis !

        Supprimer
      7. A Brebis
        Vous avez intérêt à avoir un meilleur CV et une meilleure vue sur le pire qui va arriver. En effet, les plus fragiles partent rapidement, mais quid des autres? Simple, on en fait des esclaves destinés à supporter des seaux d'eau toute la journée (jeu de mot), entre autres.
        Si vous ne faites rien de bon maintenant, aucune chance que ça arrive une fois le chaos installé.
        Et puis les survivalistes de gauche, si on piétine leur terrain, ils feront comme les survivalistes de droite, avec du métal politiquement neutre.
        Si vous n'avez aucun talent, mettez-vous au service de quelqu'un ou devenez un héros. Dans les deux cas votre confiance ne sera pas utile puisque dans une relation inégalitaire.
        cc

        Supprimer
      8. Excusez-moi, mais je fais ce que je veux et peux, non ? Comment une meilleure vue ? lisez mon blog. Si nous tombons dans ce monde-là, je n'ai nulle envie d'y survivre. Ma position est claire et respectueuse. Je comprends celle des survivalistes, mais ce n'est pas la mienne.

        Supprimer
    5. Bravo pour ces deux excellents articles.

      J'ai découvert le site ainsi que la "philosophe survivaliste" il y a peu de temps... Sur quelques sujets je pratiquais en toute innocence et maintenant je pratique avec plus de conscience...

      Pour l'autonomie énergétique, le solaire fleurit bien dans nos campagnes, et le système permet d'en diminuer le coût. Et tant que cela fonctionne, on économise son mazout...
      Après....

      Cordialement à tous

      Judas Nanasse

      RépondreSupprimer
    6. Bonjour, Bravo pour cette seconde partie, ça donne beaucoup de motivation et d idées pour aller toujours plus loin, je vais décortiquer cet article, et ne manquerai pas de vous harceler de questions si il m en vient hahaha.
      Merci pour ce partage, cordialement.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Lol : j'ai inondé ce pauvre Pierre d'encore au moins 50 ou 60 pages .... en me disant à chaque fois "y'a ça à dire, à ajouter, etc...", j'espère amener plein de réponses (mais il m'en reste un certain nombre à plancher, suis très pas bonne dans un certain nombre de domaines, comme la surveillance ....) AMitiés, Babette

        Supprimer
    7. Bonjour et merci Elisabeth pour ce nouvel article.

      Comme vous le dites, le sujet est vaste et ce n'est pas pour rien que c'est un métier ( et même plusieurs ^^ ). Et comme vous l'avez souligné ( pour les "contraintes" administratives & co ), j'ai eu écho des contraintes dont vous parler, que ce soit pour les animaux ou la terre.

      Un exemple "gentil" ( par rapport au pouvoir des collectivités, état...), d'un homme que je connais, il est né paysan -agriculture et un peu d'élevage-, il est devenu producteur laitier. Il y a 20 ou 30 ans, une partie de ses terres devenaient zone de protection du grand hamster d'Alsace ( = obligation de planter / pas planter certaines choses). Les paysans ont suivit/accepté, de bon gré ou pas, je ne me rappel plus.
      Et là, il y a quelques petites années, une partie des terres de cette homme ( et d'autres paysans), qui étaient une des "zones refuge" pour le hamster d'Alsace sont rachetée d'office par un truc comme la communauté de commune du coin, pour faire une zone artisanale. Dehors le rongeur et l'paysan... une zone artisanale, ça fait du boulot, c'est du "progrès" visible, c'est des taxes qui rentrent...
      Les terres ( non boisées) sont de plus en plus rares ici, quand ce n'est pas des Z.A. qui sortent de terres, ce sont de nouveaux quartiers ( j'ai vu en +/- 5 ans, des champs fertiles se transformer en un quartier d'immeubles de 3 a 5 étages... ça s'étale, ça s'étale...

      Merci et bon courage pour les articles a venir ( vous ne risquez pas de chômer^^ )

      Bien cordialement, B.


      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Vous mettez le doigt sur un problème crucial .... et qui prend des allures d'injustice, voire d'état de non droit, il faut bien le dire, si il y a un truc qui m'a mis la "rate au cours bouillon", c'est bien l'administration, pire que tout .... Je préfère nettoyer 2 étables crasseuses qu'affronter sur son terrain un fonctionnaire faché .... : vous avez raison, les terres se font rares .... pour des raisons très peu valides semble-t-il .... Ce qui fait plaisir sur ce site, c'est le niveau général des débats : on a tous envie de s'en sortir avec quelques idées, partagées, un peu de courage et pas trop d'illusions : donc on va s'en sortir ..... Merci à vous - Babette

        Supprimer
    8. Merci pour la clarté de vos exposés, et leur concision,ces grandes lignes méritent des développements (cochon gardien comme un chien) ils ont le méritent de faire un tour relativement exhaustif de la question surtout les explications concernant le "passage"de la situation de "droit" actuelle avec toutes ces normes et contraintes inutiles dans la plupart des cas avec ce qui sera et qui est considéré comme le "non droit" et que je ne considère pas comme le chaos mais plutôt le retour du bon sens chemin obligé ;les contraintes actuelles paralysent toutes initiatives et ne mettent pas l'homme au centre des débats,là ou il devrait être sans illusion boboïste intempestive.Merci encore

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tellement d'accord avec vous ! Et au mileu de tout ça se débrouiller, j'en parlais avec une amie, revient à gérer son stress ! Nous nous sommes rendues compte qu'au milieu de toutes nos contraintes, c'était notre pire ennemi et que lorsque nous savions retrouver nos vraies nécessités : c'était bien plus simple d'affronter "ça" - Babette

        Supprimer
    9. Bonjour , j ai acheté il y a presque un an ,une ferme avec 18ha (dont la moitié en pente avec ruisseau et marécage).J ai des poules ,des oies ,2 brebis et un cheval. Le potager a été difficile cette année avec toute la pluie et le peu de chaleur mais les patates ont bien poussées .Cette année j installe une petite serre !
      mon voisin m a prêté son bélier et j espère avoir des petits gigots
      n ayant pas de tracteur les foins ont été fait par un local qui m a laissé 12 bottes et a gardé le reste ,cette année il me propose ,en échange du nettoyage et de la remise a plat de mon terrain (il y a 1 ha de ronce qui ont poussées) de planter du mais puis du blé pour lui et il me donnera gracieusement 15 bottes de foin! En plus il compte récupérer mes dpu bon je sais que je me fais avoir ,mais comment faire quand on a pas le matériel ? Le cochon devrait venir bientôt ,et la vache est a l étude
      Tout cela demande beaucoup d investissement autant financier que personnel .
      J ai hâte de lire la suite ,et de voir si tes investissement diffèrent des miens
      isa

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Salut à toi,Isa,figure toi que j'ai eu une galère presque similaire à la tiennes(pas dans les causes mais dans les conséquences),déjà il faut que tu définisses le besoin en foin que tu as pour une année et voir large car on ne sait pas de quoi l'hiver sera fait....neige qui dure=bêtes pas au près,ensuite tu as dis que tu as un cheval,est il vieux,est il débourré,peux tu le faire travailler?si oui,BINGO,il te faut trouver une vieille barre de coupe pour la traction animale, il y en a plein les campagnes qui ne serviront plus jamais à leurs possesseurs et que tu pourras à mon avis dégoter pour presque rien,après il y aura un peu de taf pour la remettre en branle(la dérouillée:brosse métallique/disqueuse+disque à lamelles,puis trempage gazoil rouge) mais à qui veut rien n'est impossible,ensuite dégoter un râteau faneur(sans doute chez la mm personne ou tu auras trouver la faucheuse)et zou,tu seras super équipée après pour le stockage,tu as le choix,la meule en plein champ(tu installes un mat central assez grand que tu auras fais avec un tronc bien gaillard planté dans le sol autour duquel tu étaleras un lit de palettes ou de branches sèches d'une section assez grosses pour que le foin ne soit pas en contact avec le sol,enfin tu empiles ton foin autour de manière uniforme et n'hésites pas à y grimper dessus pour le tasser,pour le toit ,les vieux par chez moi mettaient une strate de paille mais une ptite bâche à pas chère solidement arrimée sera mieux)ou alors si tu as de la place à l'intérieur pour le stocké en vrac,il te faudras faire ou trouver une charrette pour le trimbaler,je ne te parles pas des botteleuses volontairement car les modèles de l'époques étaient des merdes ambulantes et dangereuses:pas de lieuse mais des fils de fer qui niques les mains et une mécanique digne du plus grand fada que la terre est portée!!!donc pour en retaper une bon courage à celui qui y pense!par contre l'inconvénient c'est que le foin en vrac prend une sacrée place et attention aux clopes(cendres)et étincelles ou autres car il s'enflamme très facilement;sinon pour tes ronces,à la main tu vas en chier mais c'est faisable:tout couper à la débroussailleuse,laisser sécher puis cramage quand le temps le permet mais il faut savoir quelles reviendront car cela à une racine très profonde donc une fois le feu passé en surface,labour/défonçage le plus profond possible pour niquer les racines à l'automne,au printemps,hersage et direct après semage d'une variété de plante couvrante(étouffante pour les autres)style trèfle que tes bêtes adoreront!!!bon j'arrête là mais n'hésites pas si tu as dautres questions/problèmes et en espérant t'avoir aidé un peu.cordialement LPN26

        Supprimer
      2. Coucou Isa : chouette : nous sommes au moins 2 et surement bien plus, super ton projet ! Normalement, quand un culto fait la récolte : il en garde la moitié et te redonne l'autre .... par contre si il commence à planter du maïs : tu n'auras plus le droit de récupérer ton terrain .... si il veut le garder, il en devient exploitant. Il faut dans ce cas faire un contrat : et te renseigner à la SAFER pour savoir quel type de contrat. Je sais que ça parait de peu de confiance, mais crois moi, j'ai vu les meilleurs copains du monde s'arracher les yeux et le frêre piquer les terres de sa soeur ..... C'est vraiment la guerre des terres ... Un bon contrat ne tue pas et n'a pas de raison d'être refusé ! Ca n'empêche pas de boire le coup ensemble ! Je comprends ton problème de matériel : j'en souffre beaucoup, je me suis contentée d'un petit tracteur, le matos d'occas est accessible mais les changements d'outils demandent une sacrée expérience et force (Garantie difficile : c'est pour ça que les cultos en sont à acheter parfois un tracteur par outil, c'est trop pénible à changer) : donc le principe de l'échance de procédés est bon. Pour le cochon : chouette : à élever en semi liberté dans un parc électrique, fiable et très peu de travail. Pour la vache : vraiment la jersiaise est exceptionnelle, mais ce n'est pas une raison pour la payer trop cher et attention aux génisses : souvent celles qu'on te vend sont les insupportables du troupeau ! Ne laisses personne te décourager - Amitiés Babette

        Supprimer
      3. Salut à vous mesdemoiselles Isa et Babette,pour le contrat,il existe le prêt à commodat(voir avec la chambre d'agriculture de ta région,sur leur site,tu peux en imprimer des exemplaires gratos)qui n'engage à rien et dure le temps que tu veux;pour le tagazou d'occas,c'est sur tu en trouve à pas cher,mais faut toucher sa bille en mécanique et souvent faire un paquet de bornes pour aller voir sur place l'état,c'est pour cela que dans une vision autosuffisante/autarcie/survivaliste,la traction animale est le top selon moi car quand il n'y aura plus de fioul dans ta cuve ni à la pompe,le tracteur ne servira plus tandis que si tu possèdes déjà la bête,autant s'y mettre dès maintenant,bon c'est sûr,ca va être physique,mais tellement beau et enrichississant;pour le cochon,ca demande quand mm du taf:ca bouffe des tonnes et pas que des déchets,faut prévoir pas mal de céréales avant d'être près à bouffer et puis c'est quand mm assez fragile aux diverses maladies qui l'affecte(surtout le rouget,maladie spécifique),quand arrive le moment de le zigouiller,faut y être à plusieurs et pas des gamins car c'est physique aussi,de plus un cochon peut être aggressif et très dangereux(celui qu'on a buté cette année pesé 190 kilos et voulais tout bouffer , mm les mains de celui qui apportait la pâtée)mais il arrive des fois qu'ils y en est des supers sympas,je te conseillerais plutôt le cochon viet,plus petit donc faisable tout seul pour l'abattage /transformation et super bon gout!!enfin pour la génisse,si tu veux du lait,il te faudras trouver taureau,as tu pensée à la chèvre,peu cher à l'achat,rustique,débroussailleuse sur 4 pattes et si tu y vas cool avec elle(s),il se peut que tu découvres une bête adorable par contre tétue (faire gaffe avec les chèvres,si tu lui fais une crasse parce qu'elle te rend "chèvre":) elle s'en souviendra et adieu la belle relation,une chèvre ca aime les caresse,la douceur,la voix humaine(j'leurs blague quand je m'en oocupe!!)et pas les coups de bâtons),ca donne un lait extra,ne nécessite pas autant d'alimentation qu'une vache et en cas de bobos,généralement,pas besoins de véto,tu peux t'en sortir tout seul tandis qu'une vache quand ca part en couille question santé et bien t'es dans la merde:le véto ca coûte un bras et pour pouvoir remplacer le travail d'un véto quand il y en a besoin,faut être balèse;le bouc,c'est pareil,tout le monde s'en méfie mais tu verras,c'est tétu aussi,ca ne pense qu'à copuler et à bouffer mais de la mm façon que la chèvre cela peut se révéler être une bête super attachante et gentille,aimant les caresses,c'est comme pour les gosses,ca dépend de l'éducation dès le plus jeune âge!?!bon,espérant apporter quelques + au débat,bien cordialement LPN26

        Supprimer
      4. Alors pour le bouc ......il est préférable de se le faire préter si possible car l'odeur n'est pas surfaite ,dans le malheur si on peut s'éviter ça,j'en ai eu ,c'était un nain qui puait comme un grand!!!! insupportable;la bagnole sentait encore 6 mois après son départ (garage près de son étable),les cochons viet c'est très bien mais ça bouffe énormément et surtout pas que des déchets comme on le laisse croire ,ils sont super malins pour passer sous les clotures électriques de plein champ , même posées au ras du sol , ils creusent dessous comme des garennes ou foncent au travers en acceptant de prendre la chataigne ,pour aller se ballader malgré 3000 metres de terrain comme aire de jeux(trois cochons) donc bien faire attention.L'ane et le lama sont des animaux de bats très utiles en terrain accidenté et sans problème particulier sauf a castrer le cadichon ou n'avoir que des femelles,un ane entier a besoin de plusieurs femelles,ils sont bien moins voraces qu'un cochon et parfaits pour le débardage en terrain encombré,ils n'ont pas besoin d'un hectare de pré (minimum pour un cheval).N'oubliez pas que ne vous appartient que ce que vous pouvez défendre ,ce qui veut dire que des grandes surfaces seront(a moins d'être nombreux) incontrolables , 200 mètres par 200 est le maximum pour deux personnes

        Supprimer
      5. oh,ca pue...tout de suite:-),comme t'y vas(j'rigole!),moi je trouve qu'il sent bon(mais pas ma compagne!!!),le musc on s'en sert en parfumerie,c'est une odeur de la campagne,c'est comme le fumier,ça a son odeur mais je la préfère de loin à l'odeur de la ville ou des parfums pour poufs qui m'agresses le nez!!!pour le parc à cochon, t'as bien raison,le jus c'est pas mal,mais si ils veulent calter,ils le défonceront comme les brebis, chevaux ou autres,le mieux est la soue en dure(4x5mètres,mur en pierres ou agglos haut de 1,20mètres mini)ou le parc en dur dehors fait à partir de palettes et gros troncs dégauchis à la tronço et planté profond, tout ca doublé de grillage balèze autour et enterré d'au moins 50 cm et bétonné autour mais comme le bouc si ils y tapent tout les jours dedans au bout d'un moment ca va céder,donc inspecter de temps en temps et consolider au fur et à mesure de l'évolution,je dis dehors(la soue)car ils aiment bien le soleil et les éléments eux aussi,je dis ça car chez nous,pour les vieux, le cochon ne voyait le jour que le jour de l'flinguer et c'est resté dans la conscience collective comme les lapins d'ailleurs,ils sont bien mieux à voir le jour pendant la journée q'enfermés dans le noir(comme tout ce qui vit ici bas,je crois!);et pour finir avant d'aller bouffer,sur la sécu de l'ensemble,t'as raison,Janus, c'est un sacré problème quand on a du large,ça me travaille dur cette histoire, pour ma part,je peux faire pleins de pièges à cons mais ça a toujours une limite,et à force,un matin(dans l'hypothèse d'en arriver là) mal réveillé,c'est ma femme autant qui pétera(vu que l'on est que 2 pour l'instant),l'idéal étant comme tu dis d'être une chiée à pouvoir assurer la défense de l'ensemble de la ferme;de toute manière c'est certain,je pourrais pas tout protéger,un minimun,certes,mais pas tout c'est sur!!c'est pour cela que j'avais branché Luc en personne au début janvier,il me semble,quand on parlait de clans/communautées/regroupements,trucs du genre,mais devant la tâche(communiqué par" yopmail",donc le flicage potentiel,et tout ce qui s'en suit,c'est à dire découverte de ou des autres et leurs caractères et comportements respectif,ca m'a pour l'instant quelque peu freiné),dis moi un peu si tu as d'autres idées,je suis preneur!!bon appétit à tous... LPN26

        Supprimer
      6. Salut à tous !! Décidément, sous cette série d'articles, on apprend vraiment beaucoup !! Et ça donne beaucoup de motivation, merci à tous pour ces échanges !! On a vraiment des pointures sur le blog !! Merci encore une fois à tous pour les partages d'expériences, c est vraiment constructif !! Portez vous bien !

        Supprimer
      7. Salut tout le monde ! QUel dommage que la vie ne nous fasse pas nous rencontrer ! On s'en sortiraient mieux. Pour le cochon, j'ai ramé un moment : la soue, c'est bien, mais c'est pas facile d'entretien .... le parc, si il n'est pas en dur, j'ai ramé aussi à récupérer la bête .. depuis j'ai fait un parc, moyennement solide, mais avec des rubans électrifiés (ne tient qu'avant le chaos potentiel) : 1 à 10 cm au-dessus du sol et le suivant à 50 cm : et là, passe plus ..... Ouffff, je nourris mon cochon alimentaire avec du pain sec que je négocie chez 2 copains, l'un est traiteur et l'autre boulanger en échange d'oeufs d'oies (pour faire les gâteaux) et d'oeufs de poules. J'agrémente ces bons petits plats cochonesques de lait de vache ou de ratés (fromages ratés par exemple) et tous les désordres de cuisine ..... Et pour l'abattage, mon cochon n'a jamais eu que des gentillesses de ma part (c'est pas parce qu'il va finir en saucisson qu'il doit être malheureux), pour être franche il a fini tout doux à la 22 (d'un ami, ça va de soi) au dessus des 2 yeux, égorgé après (c'est suffisant), il ne s'est rendu compte de rien et il mangeait pendant que j'armais. Je n'étais pas fière de moi, mais bon ..... Mais vous avez raison d'insister : un cochon, pas simple si pas "éduqué" .... L'hippotraction : raison aussi, pour moi c'est l'avenir .... Pour les contrats, c'est bien de passer le mot, comme ça on sait tous ou s'adresser. Merci à tous, Babette

        Supprimer
    10. super article. ça fait redescendre sur terre...
      vivement la suite !
      vous ne parlez pas des renards qui veulent chiper vos poules

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. pour les poules c'est simple , délimiter une parcelle planter dans le sol des piquets de cloture en fer de 0.7 mètres sur une profondeur de 0.5 mètres.Ces piquets doivent avoir deux trous espacés de 10 centimètres sur les 20 centimètres hors sol.Dans ces trous on boulonne des piquets avec bas volets (retour vers l'extérieur de l'espace choisi de 0.50 mètres a hauteur d'1.7 mètre) poser des tendeurs et les fils classiques pour pose de grillage.
        vous n'aurez ainsi pas a soulever une masse a une hauteur incompatible avec votre taille,ça peut s'installer seul.
        vous poserez un grillage en losange avec maille de 5 centimètres et de 1 mlètre de largeur,0.5 mètres A PLAT (impératif) a l'extérieur des piquets et enfoui sous 0.3 mètre de terre et 0.2 remontant le long des piquets.
        Le renard ira gratter au ras du grillage et pas 0.5 mètres plus loin.il reste a poser le grillage identique en maille verticalement et sur les bas volets (hauteur deux mètres) .Les bas volets interdisent les passages des chats qui bouffent les poussins .Poser au dessus sur toute la surface un filet anti rapace (le plus simple) ils le voient très bien et ça les stoppe?
        Un dernier point poser un grillage dit" a poule" a l'intérieur verticalement contre le gros grillage sur tout le périmètre pour éviter que les poussins se barrent.
        J'ai installé ça en trois jours sur terrain en pente pour une surface de 200 mètres carrés sans béton, muret ou autre truc compliqué et lourd et depuis 8 ans pas un renard de passé dans le poulailler et dans le coin je les vois souvent faire leur tour au ras du grillage,tout mes copains ont perdu leur poules;j'espère avoir été clair

        Supprimer
      2. le renard,tu guettes, tu apprends ses horaires,tu deviens un renard...et puis, coup de 12,le premier canon:chevrotines maison, bien grosses,le deuxième:7 et demi histoire de le "truffer"si tu l'as louper au premier et il ira (malheureusement pour lui!!!)crever dans la ribe sans rejoindre son terrier et sa ptite famille mais sans bouffer tes galinacées;si t'arrives pas à le prendre en flag,il y a la cage ou les pièges,mais là c'est un travail de patience(faut faire gaffe à toutes les odeurs que l'on peut laisser sur les pièges/ collets ou autres,pour cela,porter gant en latex et charger en appât histoire que le goupile tente le tout pour tout devant le festin qui s'offre à lui!!! LPN 26

        Supprimer
    11. pour les poules ,il faut les enfermer dans un local fermé du sol au plafond pas juste une petite baraque (4 planche et un toit),il faut un planché
      ma jument a 6 ans , elle est trouillarde et elle n est pas prête a pouvoir être attelée
      les chèvres ,c est pire que les moutons qui essayent de se sauver sans arrêt parce que l herbe est plus verte a coté (c est du vécu) le lait a un trop fort gout ,j aime leurs fromage mais je suis la seule dans la famille ! mon voisin a élevé des cochons récemment ,il n a pas eu de problème avec un parc électrique
      je crains de ne pas pouvoir récupérer mes dpu si je signe un commodat et puis il va tout arroser d herbicide avant de planter et après je ne sais pas quels traitements il va faire ! je crois que je vais dire non !
      pour déterminer les besoins ,comme c est le début je n y connais rien,sur 12 bottes j en ai utilisé 8 pour l instant avec 2 moutons et 1 jument ( elle ne broute plus depuis décembre , elle préfère le foin ) je pense que je pourrai être plus économe si je gère mieux avec les prés
      je vais aller acheter un tracteur mais comme je n y connais rien je n étais pas sure que je puisse mettre n importe quel outil derrière je n ai pas hélas un gros budget pour ça et comme nous vivons sur nos économies ,il faut être prudent
      isa

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Re bonjour Isa, vous avez raison sur bien des points : les céréaliers y vont fort en herbicide et derrière : quelques galères .... Et la difficulté à récupérer, oui, je pense hélas que ça risque d'être difficile .... Les chèvres, j'ai renoncé pour les mêmes raisons que vous ! Les poules : mieux vaut les boucler à 200% aussi (planché donc), car si ce n'est pas le Renard, ce sont les fouines ou les rats (poussins), donc poulailler blockhaus ! Les chevaux gachent (comme tous d'ailleurs) si on leur met le foin à libre disposition !!! Si on veut économiser, il faut donner la ration quotidienne en 2 fois, moitié le matin, moitié le soir, soit 15à 30 kilos jour à peu près. L'hippotraction avance, mais il faut LE cheval qui a été dressé pour ça et sur des surfaces de petite taille, si votre jument est trouillou : surtout ne l'attelez pas, vous allez finir au fossé (on dit "au trou" dans le milieu) ou emballée je ne sais où, l'attelage est plus dangereux que la monte. Ca reste très possible mais il vous faudrait un trait ou demi-trait . Oui pour le tracteur, si vous êtes aussi bonne que moi en mécanique : il vous faut une occasion vendue par un pro qui la garantit .... et demander à ce qu'on vous fasse uune démonstration de changement d'outil pour voir si c'est possible ! Et surtout ne vous découragez pas, on passe tous par ces 1000 questions .... Pour les renards et les poules, j'ai un truc, je vais le faire passer ci-après pour tous en plus des bonnes astuces déjà éditées ! Amitiés Babette

        Supprimer
    12. C'est Babette : impossible de me rappeler si je vous ai dit ou pas ces quelques astuces à 3 sous contre les renards : messieurs, urinez aux 4 coins de votre propriété, les Renards vont sentir l'odeur d'un mâle concurrent .... Sinon, tant que c'est possible, une petite radio qui tourne jour et nuit .... et attention à l'échinococcose : parasite du renard et de plus en plus d'autres petits animaux de la campagne : manipulez avec des gants ! Merci pour toutes les informations sur la construction : précieux ! Amitiés, Babette

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci Babette ,mais on a essayé au départ le coup d'uriner dans les coins ,ça ne fonctionne pas,chez moi le renard attaque en plein jour,j'oubliais mes poules sont bien entendu enfermées le soir dans un poulailler sur petits pilotis (pous rouges) dans l'espace sécurisé ,la poule peut vivre (très mal) enfermée en permanence mais ne pas oublier qu'elle est omnivore (20% de protéines mini) et si elle avale a peu près tout (sauf épluchures de patates) ce n'est pas la "merveilleuse "poubelle" trop souvent décrite : animaux bien traités nourriture assurée;cordialement

        Supprimer
      2. Salut à toi Marina,mes poules,elles les bouffent les épluchures de patates,mais c'est vrai,j'ai souvent entendu dire ça et j'aimerai savoir pourquoi;est ce à cause de la solanine présente et concentrée dans la peau des patates?pour leur côté omnivore,je les compareraient presque au cochon/sanglier(si tu crèves au milieu du poulallier,elles vont te bouffer!?!),l'autres jour,un ptit rat passer dans le parc,ça a valu le coup,la première l'a chopé dans le bec,et toutes les autres ont raboulé dard dard pour lui piqué,résultat des courses:une autre a chopé l'autre côté du rat,partagé en 2,tripailles à l'air et 4 secondes après,"disparuche"(garci more!)il n'en restait pas 1 bout!!!par contre faut faire gaffe à pas leur balancer les carcasses de poulet une fois terminer le repas car ça encourage le cannibalisme,mais tout le reste,elles le bouffe,le "sivom" de la ferme!!! LPN26

        Supprimer
      3. oui la solanine est un poison ,idem pour l'homme ,ce poison disparait à la cuisson,toutes les solanacées sont créatrices de cette substance lpn 26,les poux rouges vivent dans la terre et remontent la nuit pour sucer les poules,de la glue autour des petits pilotis les tue a mi hauteur (30 centimètres) les brahmas bouffent tout cru les souris

        Supprimer
    13. merci pour Elizabeth ce très bon article et merci a tous pour vos commentaires .nous qui sommes dans l incapacité totale de pouvoir vous imitées,cela fait quand même beaucoup de bien de vous lire ,et nous conforte dans notre idée d évacuation du logis actuel en cas de désastre général .en effet si nous somme incapable actuellement de monter une fermette ou que ce soit,cela ne nous a pas empêchés de prévoir une sorte de plan B qui consiste ni plus ni moins que d occuper ,manu militari une ancienne exploitation agricole actuellement inoccupée et appartenant a une administration étatique au nom de nous même. l état c est nous les citoyens !! après nous improviserons avec le peut de matériel disponible et notre stock de graines diverses ainsi qu avec le voisinage se retrouvant du jour au lendemain dans le kk .le tout c est d arriver les premiers avant que la masse ne comprenne la réalités du désastre et surtout que la cavalerie ne viendra pas a leur secours!!! exit les règlements et toutes les conneries européennes le topos est survivre au chaos point !!!donc tout vos conseils et retour d expérience nous seront très précieux . n oubliées surtout pas que vous allés attirés des hordes d affamées .,plus la lie de l humanité avec ou sans babouches !!avec votre autarcie en bonne voie,votre capacités de défense doit devenir archi prioritaire.BRAVO a tous et bonne préparation !!!!!!!!!

      RépondreSupprimer
    14. Bonjour, et merci de cet article très instructif et qui vient à point nommé pour mon épouse et mi-même. Pour quoi dites-vous les "moutons non" ?
      Les chèvres vous dites que vous déconseillez car tente de sortir de l'enclos, uniquement ?
      Cela ne doit pas être facile de tondre un lamas (surtout sans tondeuse électrique) ?
      Cela faite beaucoup de question j'en suis conscient, mais je me limite pourtant à trois pour ne pas vous prendre trop de votre précieux temps et vous remercie d'avance de vos réponses.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Les moutons si, pas non ,enfin cela dépend de la race les moutons de Soay (ressemblent au mouflon)sont quasiment sans entretien,pas de tonte pas de coupe d'ongle,les femelles accouchent seules très rustique de petite taille sont impressionnants pour le démaquisage,eux contrairement aux chèvres mangent tout jusqu'a 1.2 mètre de haut ils sont utilisés par des municipalités Belges pour nettoyer les glacis des monuments historiques,rien à voir avec un mérinos ou un Ouessant prix aux environ de 60 euros,c'est l'animal parfait pour une petite surface (4 a l'hectare suffit)

        Supprimer
      2. Babette dit dans l'article dans la partie III B) "je vous déconseille pour plein de raisons le mouton", je voulais juste comprendre ce point.

        Supprimer
      3. je suppose qu'elle fait allusion aux moutons classiques c.a.d. ceux qui sont tellement "travaillés" qu'ils ont perdu toute résilience (piètin ,douve,tonte obligatoire,coupe d'ongle,surveillance mise bas tous en même temps etc etc etc etc ) le Soay n'a besoin au pire que d'un abri sommaire et d'une pierre a sel,mais il faut plusieurs femelles pour un male ou il tuera les agneaux pour qu'elles se remettent en chasse plus vite,il n'y a pas besoin de supplément genre foin ou autre si le terrain est suffisament planté.

        Supprimer
      4. En réponse à un peu tout le monde, ça me fait super plaisir de voir que nous avons tous une part d'idées et qu'elles s'ajoutent les unes aux autres : c'est cohérent, et efficace ! A la question des moutons : eh bien effectivement, les races d'aujourd'hui sont fragilisées par l'agro industrie, mais il existe encore des races rustiques. Ensuite, j'ai du travailler vite et sur une petite surface, avec peu de bras et peu de moyens, donc j'ai fait des choix et j'ai privilégié chevaux, vache jersiaise, lamas, etc... mais ce n'est pas la seule solution ! Il existe pas mal d'autres modèles en fonction de sa surface, des races locales (par exemple en pays de brebis), des opportunités, etc... donc c'est vraiment discutable ! Sinon, mon problème numéro 2 que j'ai évoqué avec Pierre Templar et sur lequel j'ai réfléchi (et fait un article sur la fuite d'ailleurs) : c'est 1°) La fuite rendue obligatoire par les assaillants (ou autres causes) 2°) la sécurité des animaux encas de réquisitions (que ce soit par notre gouvernement ou d'autres. Il me semble fondamental que, quelle que soit la qualité de ma petite BAD douillette, nous soyons en mesure de nous "tirer" dans l'urgence et planquer en quelques heures notre cheptel à un endroit sur (qu'il faut définir bien avant) : et c'est très possible ! En tous cas mieux que de se faire bouffer tout cru face à une armée par exemple. Il arrive un moment ou, même bien préparés, bien armés, bien piégés : on va être contraint .... et il faut le prévoir, ce déménagement express ! En tous cas, perso, je l'ai prévu et j'ai d'ors et déjà modifié mes conditions pour être moins "visible". Hélas, si ici, dans ces commentaires, j'ai un peu l'impression de croiser des gens "biens", un peu partout, c'est la foire d'empoigne et les sordides intérêts, alors même que personne ou presque ne manque de rien ... ça promet ! En en discutant avec ma compère survivaliste : tout tient souvent en un seul mot : garder le moral bien vivant et le reste suit, même dans les misères .... Babette

        Supprimer
      5. Salut à toi Babette ainsi qu'à toutes et touts les autres,j'ai eu la mm réflexion que toi,décamper dard -dard dans un coin bien isolé et pas trop loin dont je connais par coeur chaques pierres,buissons et chemins mais pour pouvoir embarquer en 2/2 toutes les bêtes,le matos "très important",les conserves,de la bouffe pour les bêtes et je t'en passe, et bien,c'est quasiment impossible(pour ma part),de plus je ne recule jamais,faire face c'est ma politique,on m'a appris cela,faire front et tenir la position coûte que coûte cependant je ne suis pas un régiment et ma pauvre ptite femme,j'aimerai qu'elle n'ait pas à connaître cela,elle reste quand mm citadine dans l'âme et à du mal à ouvrir les yeux,c'est tellement dur la réalité !!!Ma gueule,je m'en fout mais c'est pour elles et touts mes ptits compagnons à poils et à plumes que je m'en fais,c'est pour ça que je m'entête à vouloir trouver une solution viable;de plus ou je réside,c'est mon pays,mes montagnes,je les ai dans le sang et maîtrise le terrain à fond, de la draille du cochon(sanglier)jusqu'à la plus petite source sur 40kms de rayon au moins(sans rire!)ainsi que tout les autochtones et leurs caractères respectifs alors de la à quitter ça pour l'inconnu...l'inconnu:je veux dire s'expatrier dans une communauté ou un truc du genre ou je ne connais rien n'y personne(du style comme le Bellovaque qui à fait une proposition,si elle est vraiment désintéressée,qui est très sympathique de sa part)mais bon j'ai des limites et ne suis pas immortel alors pour l'instant...stand by.bien cordialement LPN26

        Supprimer
      6. Re, Oui, moi aussi j'aimerais bien tenir ! Je reconnais bien là tous les signes qui montrent que tu connais "tous les chemins de ton pays", et c'est suffisant ! Le jour où, je pense que bien conscients que nous sommes, nous prendrons les meilleurs décisions .... effectivement parfois en fonction d'un entourage moins solide que nous .... Ou moins conscient ..... J'ai été étonnée, il y a quelques mois, suite à une attaque sordide, de devoir déménager mes bestioles durant la nuit ! QUelques semaines avant, je n'y aurais pas cru, mais il n'y a pas de pire guerre que celle qui ne se déclare et ne se nomme pas ! Amitiés, Babette

        Supprimer
    15. pour les lamas il existe des tondeuses à main ,1 lama c'est quatre a cinq kg de laine ,en volume c'est impresionnant,les chèvres partent le matin font leur circuit et choisissent a chaque étapes ce qu'elles souhaitent manger et rentrent seules le soir,enfermées ou au piquet elles n'ont le choix que de raser tout ce qui passe a portée de langue,c'est la bréhaigne qui dirige le troupeau avec sa clochette,donc tout dépend de l'endroit ou vous habitez :espace libre ou pas

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. je souhaite autant que faire se peut qu'elle trouve sur le terrain de quoi s'alimenter, même si pour cela je doit y planter différents arbustes régulièrement, à croissance rapide et protégés au début.

        Supprimer
    16. Resalut à toutes et à tous,hier,dans le fil des échanges,très intéressants en ce moment,Janus a soulevé le problème de la protection de nos biens(surtout les animaux,le reste est et sera à l'abri dans la maison,car quand tout le monde aura les crocs,il n'y aura plus de "c'est à moi" si on ne peut pas le protéger,comme il l'a si bien dit)alors qu'avez vous prévu pour y remédier,bien sur,nous n'allons pas exposer sur la toile nos possessions(pour la défense)mais si vous avez des astuces pour parer à une telle situation,je le redis,je suis preneur;sinon ptit truc sympa trouver sur youtube pour garde/ronde de nuit:une jvn à pas cher qui a l'air pas mal:armasight véga,peut être portée "main libre" car vendu avec harnais de tête(ou non,au choix).LPN26

      RépondreSupprimer
    17. L'armasigth ?pourquoi pas lpn26 mais c'est pas donné même si c'est parmi les moins chers,il y a des moyens mécaniques aussi efficaces voir électriques prèvenant par rupture de faisceau a brancher le soir et qui allument une lampe sur votre table de chevet ,a installer sur les passages obligés?Mais tout dépend de la gravité ambiante de la situation générale.Il existe des caméras infra rouge a led noires invisibles (250 euros) qui sont connectées à votre portable.Plus sonnore , le chien de garde,j'ai deux matins napolitains qui n'aboient pas a tort et à travers,ils ont la garde dans les gènes ,le dressage est superflu pour ce faire,pour la défense c'est pareil,ils ne bougent que si l'attaque est avérée, en principe leur aspect et leur présence suffit,pourquoi deux ? il est possible d'en stopper un ,pas le deuxième car ils n'attaquent pas sous le même angle,limiter leur champ d'action par collier anti fuite et fil au sol entourant ce que l'on veut protèger,ces chiens n'acceptent de nourriture que de leur maître,prendre des femelles plus faciles de caractère et meilleures gardiennes insensibles a la chienne "en chaleur" qui leur serait présentée pour les distraire du job,j'ai vécu tout ça ......... mais quelle sécurité !!!

      RépondreSupprimer
    18. Salut à toi Janus,je parlais de l'armasight pour voir de nuit et pouvoir répliquer en cas,pas pour signaler(ce n'est pas une caméra,c'est une lunette de vision nocturne),je le pense utile lors d'une ronde/garde car vaut mieux pouvoir voir par nuit sans lune que de tomber nez à nez avec le ou les assaillants,de plus,de nuit,pouvoir voir sans être vu est un avantage évident(avec une lumière,on te repère de loin)en plus,il n'a pas de grossissement ce qui évite une perte des repères de distance comparé à ceux qui grossisse;pour les chiens,je suis équipé mais c'est pas suffisant à mon goût à moins d'avoir une meute,tu arréteras au moins un voir deux types mais après les autres traiteront le problème quand chacun aura quelqu'un dans la gueule,une balle,plus de chien!Bon cela aura eut le mérite de les ralentir et de t'alerter mais après, fini nos bons amis à 4 pattes;moi,je les vois plus comme une super alarme(et bien sûr comme des supers potos,presques "mes gamins"comme je les appelle) mais pas + et je n'ai aucune envie de les voir butés par des connards dont je pourrais m'occuper,comme je te disais il y a bien les pièges à cons(et la rigueur qu'ils impliquent)mais pas suffisant non plus à mon goût à moins d'installer un champ de mine tout autour mais après,on est baisé,on plus sortir au cas ou il nous faudrait évacuer;non la seule solution que je trouve correcte,c'est de créer un team aguerri,rodé et op et pour cela il faut trouver les bonnes personnes,pas évident!!!quand penses tu? bien cordialement,LPN26

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. bien d'accord ,il est quasi impossible de stopper net des bandes décidées si on est seul ou presque ,toutes les solutions citées plus haut ne seront qu'un frein autorisant une fuite si nécessaire,ou agiront comme réflecteur envoyant les "intrus "les moins décidés vers des lieux plus accessibles,la petite équipe est une solution valable pour assurer une survie surtout si elle a l'habitude du vivre et agir ensemble.Le choix de la résidence est primordial pour assurer le plus discrètement possible le vivre ,le couvert et un minimum de défense;rien ne doit être négligé et ne pas oublier surtout que toute défense qu'elle qu'elle soit n' a que la valeur de son point le plus faible,donc tout est bon à prendre,merci du tuyau pour l'armasigth ,il a le mérite de la légèreté.Cordialement a vous tous

        Supprimer
    19. Un dernier point primordial l'eau.....il existe les pompes données au pays du sahel ,mécaniques,légères ,à pied,(sans électricité),a débit convenable qui pompe de zéro a 130 mètres avec le corps de pompe en surface d'un poids de 60 kg et qui fonctionnent même en cas de puits non verticaux et sont réparables avec les moyens du bord.donc forage et installation en quelques minutes la bonne rtès bonne adresse WWW .Vergnet.fr pompes hdpu100 ou 60 pour un prix imbattable

      RépondreSupprimer
    20. bonjour à tous,
      merci pour ces informations, je pense que pour ma part le plus dur, c'est effectivement: L'administration....je suis curieux... pourquoi ne pas avoir intégré les moutons, les agneaux et brebis ...? la réponse viendra après ?.....Dans tous les cas merci.....respectueusement k.

      RépondreSupprimer
    21. les Végétariens vous savez ce qu' ilsvous disent.. !!?
      quitte à manger de la viande,...hmmm
      il y a une équipe de rugby un de ces quatre matin qui a fait une expérience peu commune la haut sur la montagne pour survivre 72 jours sans manger,enfin pas l ordinaire...
      à méditer,moi je m prépare psychologiquement à dévorer la vie à pleine dent...heulol

      RépondreSupprimer
    22. bon,plus sérieusement je ne souhaite pas devenir cannibale,enfin pas tout de suite....
      il existe des petites pompe à pied noire en caoutchouc rond,qui sont formidable pour ce servir l eau(kit main libre)
      On les trouvent dans les magasin accessoire Campig Car
      désolé de vous avoir coupé l appétit
      un lecteur
      hannibale

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. sérieusement faut arrêter avec le cannibalisme, moralement c'est inconcevable et médicalement , notre corps contient nombre de métaux lourds et saloperie chimique que nous avons assimilé via les médicaments et l'alimentation industriel, cela pourra rendre malade nos prédateurs sur le long terme.

        Supprimer
    23. Salut à toutes et à tous,ptite astuce pour vermifuger nos amis à 4 pattes:l'ail,c'est magique!!!pour les chiens c'est moins évident à leurs faire manger mais ciselé très fin et mélangé dans dans une bonne patée carnée,ca passe,pour les chèvres,je rempli la mangeoire et en saupoudre sur le fourrage;il y a aussi les les graines de courges(mais moins actif à mon goût,autant ce les garder pour nous,grillées/salées,à l'apéro ca l'fait!!)au moins ca a le mérite de leurs épargner ces vermifuges du commerce pleins de saloperies!!! P.S:pour que cela fasse son effet,utiliser cru,pas cuit et pour nous c'est également un remède magique,à manger tout les jours!!!LPN26

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Salut à toi Babette,dis moi je relisais ton article et tu parlais de plant de tabac pour nous ou pour le troc,as tu déjà réussi à en faire pousser et ou as tu trouvé les semences car cela fait 2 ans que j'essaie et ce n'est pas concluant(les semences étaient allemandes et acheté chez baumaux)cette année je vais essayer celles de chez seed galley.com,il y a un choix assez de brun ou blond,à voir,mais faut savoir que les graines sont minuscules et qu'il ne faut pas les enterrer pour la germination,comme les céréales en gros,poser sur un lit terreau,tasser et maintenir une bonne hygrométrie.Si il y a ici quelqu'un qui en a(des graines)et qui voulait bien en troquer contre d'autres semences,je suis preneur;j'ai pas mal de semences, toutes naturelles et pas F1 ou H1 et issues de mes cultures(quasi bio).LPN26

        Supprimer
      2. Bien le bonjour,

        Oui, LPN26, chez moi l'ail a été testé sur les gosses ^^ et depuis que dans un certain magasin jaune et bleu, Li*l,on trouve des olives farcie a l'aïl, certain en abuse chez moi ^^.

        Et pour les graines / plants de tabacs, je suis curieux aussi, car il me semble que ce que j'ai vu qui se vendait; était d'ornement...

        Bien cordialement, B.

        Supprimer
      3. Salut à toi Brad,non non,on trouve du burley,du virginia ou tabac de virgnie,du samson(rien à voir avec la marque)et plein d'autre plus rustique;es tu allé voir sur le site que j'ai cité ce matin(seed gallery .com)?il est pas mal,sinon pour le tabac d'ornement,faut surtout pas en fumer,il est toxique,à la limite tu peux en faire de l'insecticide mais pas plus.bien à toi.LPN26

        Supprimer
      4. Bien le bonsoir LPN26,

        j'étais passé en coup de vent, a midi, je n'avais pas regardé plus loin ^^... N'étant pas anglophone, je me demandais aussi comment on appel en anglais le tabac brun, quelqu'un le saurait?
        Sinon, je suis tombé sur le site suivant aussi, http://sustainableseedco.com/tobacco-seeds/ ,avec pas mal de choix ( tout aussi en anglais ^^), vous en pensez quoi svp ?

        Bien cordialement, B.

        Supprimer
      5. Bonsoir Brad,le tabac en anglais,il me semble que c'est "tobacco" mais sinon pour traduire un site anglais ou ricain en français,dès que tu as accédé au site que tu désire,clic droit et s'affichera dans une ptite liste"traduire en français"alors tu clic gauche dessus,t'attend 2/3 seconde et voilà,bon certes des fois la traduction est + ou - approximative mais dans l'ensemble,ça ce comprends.bien à toi,LPN26

        Supprimer
      6. Re Brad,excuses moi,j'avais mal lu ton post,tobacco c'est tabac et brown tobacco c'est tabac brun,pour une variété qui s'en approche le plus(du brun) je crois qu'il y a nicotina tabacum et nicotina rustica(désolé,je ne connais que leurs noms latin)ou sinon les cigarettiers l'appellent tout simplement tabac brun,perso je me fais des ptits mélanges pour avoir celui qui me va vraiment:un peu de gros gris,pas mal de bergerac ou gauloise brun bleu et un peu de saint claude(grosse coupe,comme le gris)et enfin un ptit bout de patate dans la blague pour pas que le gris et le st claude ne s'émiette trop vite(ça l'humdifie comme la carotte mais ne donne pas de goût contrairement à elle).LPN26

        Supprimer
      7. Je viens également de trouver un site ou ils t'expliquent bien les variétés et leurs goûts,couleurs et arômes :"le salon des fumeurs de pipe"et au moins il est en français.LPN26

        Supprimer
      8. Bien le bonjour LPN26 (et a toutes & tous^^),

        Merci pour les infos, surtout l'option de la pipe que j'avais oublié^^. Pour la traduction des pages je connais, mais je ne m'en satisfais pas ^^ ( bon, en jonglant entre la traduction et l'original, ça va ).
        Il est peut-être temps que j'utilise cette méthode d'apprentissage de l'anglais, que j'ai acheté il y a plus de dix ans...
        Et peut-être en profiter pour en faire de même avec cette méthode pour le russe ...
        Et tant que j'y suis profiter de cette méthode pour l'espagnol, acheté a ma fille, qui ne s'y est jamais mise ( elle tient de sa mère, pour sûr! ;-p )...
        Ah, oui, mais il n'y a que vingt-quatre heures dans une journée...^^

        Bien cordialement, B.

        P.S.: la tige / le "tronc" des plants de tabacs, après séchage sur place, était ramassée & mise en fagot, puis servait au démarrage du feu...

        Supprimer
      9. Salut à toi Brad,le site d'hier soir,c'était pas spécialement pour t'encourager à fumer la pipe,c'était surtout parce qu'à mon goût,il expliquait bien les différentes variétés(la pipe,c'est pas mal non plus mais de temps en temps ou quand tu as plus de papier,moi j'arrive pas à la fumer toute la journée,plus le soir,tranquille);aussi,tant qu'on y est, quand on a plus de papier,il y a les premières pages des bibles,nouveaux testaments(oh le méchant païen,bouh,pas bien!),celles ou il n'y à pas d'encre,elles sont très fines,par contre non gommées et c'est logique,ça sert pas à ca à la base(non gommées,c'est à dire sans collants)alors pour les collées,faut mordiller légèrement avec les incisives le côté que tu veux coller,slurp...(un ptit coup de bave quoi!)et hop,au bec et c bon.pour les langues,je t'encourage,vas y à fond sur le russe(mais pas facile du tout),je crois que ça va servir dans pas longtemps pour expliquer qu'on fait pas parti des tocards qui leurs cherchent la merde(à qui comprendra!).Bien à toi et à vous tous.LPN26

        Supprimer
    24. Sur l'argent coloÏdal,j'avais dis,vers le mois novembre il me semble(au moment ou ils nous tanaient avec leur ébola),que je ferai un post sur sa fabrication et puis j'ai trainé,alors voici quelques petis liens en vidéos qui m'évite de le faire moi mm?!?!Si je peux cité d'autres noms ici(si Pierre n'y voit pas d'inconvénients),il y a Vic survivaliste qui a fait une vidéo pas mal ainsi que V V (youtube la chaîne de vv ) à chacun de ce faire son avis sur ces 2 bonhommes,je ne veux pas faire de pub,entendons nous bien,juste partager.Bien à vous tous.LPN26

      RépondreSupprimer
    25. Bonjour,
      pouvez-vous me conseiller. Babette pense qu'il vaut mieux dissimuler sa ferme. Je suis tout à fait d'accord avec cela , mais me voilà face à un choix pour l'achat de ma résidence.
      Mon épouse et moi hésitons entre deux maisons visitées, toutes les deux appartiennent à des petits villages et sont sur l'extérieur sans voisins proches, entourées de pâturages.
      La première ne se voit pas de la route (peu fréquentée) et il faut emprunté un chemin (50-100m) pour y accéder. Mais elle n'a "qu'un hectare et est un peu loin de tout.
      La deuxième se voit de la départementale (très peu fréquentée sur cette portion car rejoint à 1km par une nationale d'où l'on aperçoit également la maison de loin). On y accède par un chemin de 500m à angle droit de la départementale, chemin ne menant qu' à cette maison et à la forêt derrière la maison. Mais celle -ci à trois hectares de pré autour de la maison.
      D'où notre dilemme, choisir plus grand et mieux desservie, plus proche de "grandes villes" pour distribuer nos produits dès que l'on fera de l'excédant et pour leurs infrastructures (hôpitaux, écoles, travail, ..) mais pour le moment visible (le temps que des haies poussent pour nous dissimuler). Ou plus petit (c'est à dire renoncer aux ruminant) pour la discrétion et loin de tout. On ne nous voit pas mais nous non plus on voit personne arriver, sur la deuxième on à 500 m à découvert pour aligner d'éventuels menaces.
      Les deux ont des étables et hangars pour la future ferme, la deuxième en plus grand mais avec la maison plus petite.
      Nous souhaitons monter une petite ferme au début pour du vivrier, puis par la suite si on peut en retirer un petit revenu. Nous nous retrouvons dans les textes de Babette, les déconvenues avec les agriculteurs et la safer, le choix de gagner en autonomie, .. et nous la remercions encore pour ses textes qui feront gagner un temps précieux, continuez.
      Nous attendons vos avis et remarque, et sommes prêt à répondre à vos questions.
      Merci d'avance

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. je dirai ni l une ni l autre ,trouvez un autre choix !
        suivant le département , si les grandes villes sont proches et nombreuse ,ça peut craindre en cas de problème; de même qu' habiter a coté d une nationale de nos jours peut être une grosse source de pollution respiratoire !
        il y a beaucoup de vieille ferme a vendre , il ne faut pas toujours juger a l aspect mais voir le potentiel
        dans quel département cherchez vous ?
        lorsque nous avons chercher nous aurions aimez la Dordogne ,mais la raison a fait que nous avons acheté dans un département moins cher et moins peuplé
        (le moins peuplé)
        pour vivre il faut chiffrer ses besoins réels pour se nourrir la surface que ça prends et la multiplier par 2 pour la sécurité en cas de mauvaise saison
        bien sur tout dépend si l on peut se passer de viande ou pas
        j ai constaté que les végétariens étaient critiqué , mais je ne comprends pas pourquoi ,cela sera plus facile pour les végétariens de manger que pour ceux qui mangent du bœuf a tous le repas parce que la viande demande beaucoup de travail et manuellement ,aie aie aie !!!(j adore la viande, et j en mange a tous les repas)
        isa

        Supprimer
      2. Ma femme et moi avons acheté "discret" à plus de 50km d'une grande ville dans une optique de chaos. Il ne s'agit plus dans cette optique de "choisir plus grand et mieux desservi pour distribuer nos produits, car nos produits on va les cacher (sinon nous sommes une cible).
        Et pour les infrastructures (hôpitaux, écoles, travail, ..) il n'y en aura pas non plus puisque c'est la définition même du chaos.

        Quant au combat depuis 500m à découvert pour aligner d'éventuels menaces ... SURTOUT PAS ! nous préferons le profil bas :

        - être caché, avec en plus un accès difficile et une apparence miséreuse du portail toujours fermé
        - être alerté par nos chiens + avertisseurs visuels + alarmes sonores discrètes, gravier clair après le portail, 2 oies, pièges (merci Pierre pour la lettre n°3), mirador de chasse camouflé pour l'observation
        - être capable d'identifier l'ennemi restant caché par projecteurs à rechargement solaire + détecteurs de mouvement, miroirs convexes, périscopes, appareil de vision de nuit, postes de guet
        - être capable de fuir après identification des agresseurs par tunnel, plan de fuite, sac d'évacuation et planque proche
        - être capable de retarder l'agression par volets bois plein fortifié 1mm acier galvanisé + 0 levier possible, portes calées par triangle bois, cornières, 3 points
        - en dernier recours tenter de décourager l'adversaire (pour éviter le combat)
        par des pièges de plus en plus vicieux, des tirs croisés silencieux 22lr à 70m sur le chef, puis enfin des tirs nourris rapprochés très bruyants de chevrotines et wax-slug calibre 12 sur les 30 derniers mètres. 2 personnes seulement mais qui tirent en même temps, et à la suite 6 coups chacun de 3 fusils juxtaposés prédisposés à travers meurtrières, ça peut donner à réfléchir à des agresseurs non militaires.
        Bob

        Supprimer
      3. Pour produire nos aliments il faut tout de même un certain espace pouvoir cultiver. Si l'on veut des chèvres, moutons ou lamas, il faut des pré et de quoi faire les foins, les céréales des volailles, le verger..
        Et pour les infrastructures, en attendant le chaos il faudra bien continuer de vivre et de profiter des opportunités, si l'on peut gagner de l'argent au passage, les enfants à l'école, les hôpitaux tant qu'il y en a (même si il n'en ressort pas que du bon je sais).
        Pour les 500 m ce n'est pas un choix c'est seulement que je vois le verre à moitié plein, je fais avec ce que j'ai et de ce que j'ai visité, ses structures de fermes correspondent le mieux à une optique de BAD, pour mon budget, je peux développer si besoin. Elle correspond mais est à 500 m d'une départementale, point noir pour moi aussi.
        Mais je comprend parfaitement vos arguments Bob et vous remercie de me répondre, c'est le but. Je suis en pleine réflexion, c'est pour cela que j'échange, moi aussi je m'orientai plutôt à la base sur la première à 45 minutes d'une ville de 3000 habitants, mais les 1 hectare me semble limiter la situation, si notre famille nous rejoint (c'est prévu) on sera juste en terre, non. Même si on pourra s'agrandir vous me direz sur le voisin (hors sujet).
        Isa pourquoi pas la première svp ?
        Merci de vos réponses

        Supprimer
      4. Re, C'est Babette, les 2 cas présentent avantages et inconvénients et au risque de faire une réponse de Normand : tous les éclairages de mes compètes survivalistes sont bons. Perso, la pollution au bord de la nationale, surtout si peu fréquentée, je m'en moquerais. De toute façon, en cas de chaos, plus de circulation rapidement. L'avantage de la propriété cachée : plus longue à être découverte, l'inconvénient, quand elle l'est, là, ça devient chaud .... Par contre, 1 ha, c'est court pour tout un groupe ..... Après, hélas, nous avons tous la même peur au ventre : l'accueil des affreux jojo qui convoiteraient nos nids. Et prévoir coute là aussi un peu d'argent : armes, munitions, volets, caméras et autres chiens ou cochons. Nous sommes tous inquiets et chacun a un bout de la solution. J'aurais tendance à prendre un peu dans toutes les options en croisant les doigts pour ne pas avoir à déserter face à un ennemi bien plus fort que moi au moins en nombre .... Car je pense (mais je n'ai pas la bonne formation pour ça) que face, par exemple, à 40 personnes, je ne ferai pas front longtemps .... Sauf mines, grenades, et autres molotovs améliorés .... Mais je ne suis rien qu'une petite femme, pas un mercenaire expérimenté (ce que parfois je regrette). Un jour où je n'arrivais pas à prendre une décision importante, un ami m'a dis : suis ton intuition ..... Bon conseil à tenir au calme et sans les perpétuels décourageurs habituels ! BOn courage à vous, amitiés, Babette

        Supprimer
      5. Merci de votre réponse.
        Notre coup de coeur penche pour la première mais comme je l'ai dit un hectare me semble peu, pour potager, serre, verger, poules, oies, canard, abeilles, ok mais on voudrait avoir la possibilité de rajouter chèvres ou moutons, et là, en autonome, c'est plus la même.
        Vous pourriez nous dire l'espace nécessaire pour 2 lamas svp ? Sur le net on voit 2000m2 par lamas, mais cema nous semble peu. et à cela il faut ajouter le pré de fauche. Donc combien de m2 par lamas en comptant de quoi l'approvisionner en foin ? les terrains sont juste des paturages.
        merci

        Supprimer
      6. Salut à toi Pourquoi pas vous,effectivement 1 hectare,si tu prévois d'élever pas mal de bêtes pour une grande famille/clan,ça risque de faire un peu juste;pourquoi ne pas continuer ta recherche et sauter le pas dès maintenant un cherchant un endroit bien isolé(bon,c'est sur,pour acheminer des matériaux,l'école,etc....c'est pas évident,mais il me semble que s'habituer à l'isolement et apprendre à se démerder par soi mm renforce le caractère et évitera bien des déconvenues le moment venu),en cherchant sur le bon coin en tapant dans la recherche granges à vendre,on en trouve des pas mal,par contre il faut lire toutes les pages qu'il(le bon coin)te proposera et ça peut être assez chronophage;des départements comme le gers ou le lot ont leurs campagnes quasiment désertées d'où des prix moins chers qu'en provence par exemple,on en trouve des pas mal avec du terrain et des sources bon,après c'est toujours pareil faut aller voir sur place et ne pas prendre peur devant l'étendue des travaux à prévoir.pour en revenir aux bêtes,faut savoir aussi que toutes les races ne se valent pas,ex:pour les chèvres,une saanene te pissera autant de lait que deux chamoisées,donc bien choisir(si tu peux et que tes moyens te le permettent)les races que tu élèveras en fonction de la surface que te auras;penses également à trouver un bien qui possède des bois dans l'offre,ca pourra t'aider(faire du bois pour te chauffer déjà mais aussi des piquets pour faire des parcs pour les bêtes ainsi que pour construire/rénover)enfin pour terminer, l'isolement t'écartera(toi,ta famille hein,je dis" tu"mais tu me comprends)de la société actuelle mais en à t'on vraiment besoin,si on est près à sauter le pas et se passer de consommer toutes les merdes qu'on nous distille doucement et arréter cette histoire de pognon qui nous tient et que l'on croit indispensable alors les personnes agissant ainsi redécouvriront le sens de ce que l'on appel être humain et libre,ce pognon ne créer que de l'asservissement,jalousie et rend con!!sur cette touche finale à relents quelques peu "cocos"et j'en entends déjà qui diront"ouais c'est bien beau,mais comment tu payeras tes impôts sans tunes,comment tu paieras l'école pour les gosses,comment...je réponderai encore une fois unissons nous,troquons et redevenons ce pour quoi nous sommes faits!désolé pour le final,mais ca me démangeai!!!bien à vous tous.LPN26

        Supprimer
    26. Nous mangeons de la viande et cherchons en Auvergne et département limitrophe.
      Pourquoi pas la première, proche d'une route communale juste, et à 45 minutes d'une ville de 3000 habitants ? Mais 1 hectare suffira ? pas si on veut des chèvres en autonomie en plus je pense

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. pour le même prix (je suppose) deuxième solution ,des haies ça pousse vite on peut s'isoler rapidement ,mais surtout une surface plus grande autorisant plus de possibilités et c'est ça l'important ,se donner des marges de manoeuvres dans tout les domaines <.Le bois derrière peut être une voie de repli en cas de coup dur pour y entreposer de quoi evacuer le moins mal possible si nécessaire.La proximité d'une grande ville (moins de trente Km ) serait un moins,Penser tenir un glacis de 500 mètres est une erreur à moins d'être nombreux,d'ailleurs je comprends mal comment on peut discerner l'ami ou le non hostile du prédateur avéré a 500 mètres de distance ? il faudra laisser approcher ou tirer sur tout ce qui bouge,ce n'est pas le but qui est de survivre.Alors pourquoi" jouer petits bras" ?donnez vous de l'air,bon les conseilleurs sont pas les payeurs mais pour moi ,il n'ya pas l'ombre d'un doute de toute façons dans un cas comme dans l'autre vous n'éviterez pas l'affrontement si il doit avoir lieu ,alors que ce soit sur le plus d'espace possible pour le temps de paix et celui que vous pourrez défendre le mieux en temps de guerre.Cordialement

        Supprimer
      2. alors , l Auvergne c est un peu froid a mon avis ,il y a l Allier qui est pas mal et pas cher , le Creuse,(c est la que j ai acheté) la Corrèze .
        il faut chercher ,par ex chez moi le prix au m2 et 30°/°moins cher que 15 km plus loin ou la ville est plus grande (400 habitants chez moi)
        ta première maison a un terrain trop petit ,tu peux trouver mieux combien veux tu (ou peux tu) mettre
        l idéal est d être loin des grandes villes ,la pollution de la route pour l instant est importante tant que la fin ne sera pas là (et on ne sais pas combien de temps il reste les hôpitaux tu n y va pas tous les jours ,pour l école il y en a toujours a moins de 20 minutes partout ,il n y a que pour le lycée que pour mon fils il faut faire 40mm mais il y a un bus qui le prend
        je fais les course en gros donc pas de problème d être loin des supermarchés et puis si tu penses que ta famille va venir "après" le terrain et la chose la plus importante
        cherche sur le bon coin ,il y en a plein ,c est comme ça que j ai fait ,en étant dans le var je suis montée une semaine , j ai visité 2 maisons par jour, sur plusieurs département et après j ai choisi
        http://www.leboncoin.fr/ventes_immobilieres/704447084.htm?ca=14_s
        http://www.leboncoin.fr/ventes_immobilieres/753265962.htm?ca=14_s
        juste 2 petits ex en prenant 5 minutes par chez moi et tous les prix se négocient
        allez courage!
        isa

        Supprimer
    27. Re, Coucou du matin, c'est Babette : réponse à la question des lamas, 2000 m², ça me semble juste, même si les lamas sont des camélidés et sont capables de se serrer la ceinture .... Attention, ils sont potentiellement destructeurs si ils sont dans un jardin, capables de dévaster les plantes rares alors qu'ils ont abondance d'herbe verte .... C'est vrai que les futurs nids ruraux "ça se trouve" et les multiples bonnes idées qui viennent me rendent aussi service : Je retrouve du courage à revendre ! Il faut bien le dire, nous sommes aussi nombreux à nous questionner sur la planque ..... perso je pense qu'une maison n'est jamais planquée et qu'effectivement, une retraite doit être envisagée, même si ce n'est qu'en dernière extrémité. Les planques dans les bois, c'est très bien, à condition de bien bien prévoir son coup (c'est une de mes activités favorites que d'aller batifoler de jour comme de nuit dans les bois afin de prendre de l'expérience). Donc, la vieille grange ou le coin aménagé en zone rurale et peu éloigné des forêts : c'est très bien. Il y a, sur ce blog, d'immenses ressources, de la réflexion, des compétences, la volonté de s'en sortir pour nous, mais aussi (ou surtout) pour nos gosses : leçon d'espoir et merci à Pierre Templar d'avoir créé la synergie. Encore un petit mot : je sais que, techniquement, ce n'est pas facile, mais l'hippotraction est sans doute une grosse solution d'avenir : travaux des champs, nomadisme (qui est aussi à envisager), mobilité face à "l'ennemi", et combien de fois m'est-il arrivé d'être handicapée (entorse, petite fracture, etc...) et que mon cheval prenne amicalement le rôle des "jambes" ! Si vous pensez que vous pouvez : formez vous et investissez, je ne peux vous dire à quel point un cheval de confiance est un ami !

      RépondreSupprimer
    28. c'est bien vrai le lama mange a peu près tout,pour le démaquisage c'est super et comme animal de bât aussi ,mais si il a la possibilité de se taper le potager il n'hésitera pas une seconde et sa taille lui permet l'accès aux fruitiers,moins tétu que l'ane il serait très utile pour transporter 30 Kg a 40 kg en état de fuite car il marche très longtemps,chez nous il y a des mulets c'est pas mal non plus et pas trop fragile;Pour changer mais toujours pour les animaux le lapin est difficile a élever et claque pour un oui ou pour un non à proscrire pour les débutants sous peine de grosses déceptions,les oies sont d'exellentes gardiennes de proximité en troupeaux de 5 a 10 ,dures a manger et souvent très bruyantes comme celle de guinée,bannir le dindon problème du "rouge" a l'adolescence et les pintades (ça vole trop bien) voilà pour les n'oiseaux

      RépondreSupprimer
    29. L'idée de ferme autonome et isolée plait aussi aux muzz, selon les dernières nouvelles.
      Attention à qui vous abritez.
      cc

      RépondreSupprimer
    30. Pensez aux nuls qui ont aussi le droit de vivre !

      Étant une grosse feignasse, mais ayant bien investi :

      - Je dispose d'une quantité non négligeable de pièces d'argent (sous-cotées actuellement et bien plus utiles et échangeables que l'or)

      - Et je me suis mis à bien avec un jeune paysan bio à 1 kilomètre à pieds, chez qui l'on trouve tous les légumes essentiels. Si jamais la crise devait prendre de l'ampleur, je lui proposerais bien des rondes...de plus, si le paysan a bien la preuve que vous êtes régulier et fiable, il vous fera plus aisément l'honneur de vous vendre sa production, ce qui n'empêche pas de faire un peu de production par soi-même.


      RépondreSupprimer
    31. Merci pour vos réponses. Alors combien de m² par lamas, fourrage compris?
      Isa je visite également en Creuse et Corrèze régulièrement, si tu veux tu peux m'envoyer un mail pour que j'ai ton adresse, j'aurai des questions encore.
      Au plaisir de vous lire, et Pierre merci pour tout !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Pourquoi pas vou : Si c'est pour qu'ils se nourissent seuls un hectare pour deux (en pré) si nouris avec du fourrage (a 90%) ils peuvent se contenter de 1000 m2?ce ne sont pas les animaux a avoir en premier ,il vaut mieux moutons de Soay car il y aura de la viande avec les naissances et moins de travail (1, bélier et 3 femelles) je ne sais pas ce que vaut la chair du lama ils me servent d'animaux de bats en terrain accidenté c'est tout;

        Supprimer
      2. comment je t envoie un mail?
        ISA

        Supprimer
      3. En France c'est interdit de manger les lamas, et je me pose juste la question de la surface, si il leur faut "x" m² en pré et "y" m² en plus que je utilise uniquement pour faire le foin pour hiver. Tu dis un hectare pour deux lamas, donc 5000 m² d'enclos pourrait leur suffire par exemple et je couperai l'herbe sur les 5000 m² restant et le sécherai pour les nourrir en hiver ?
        Isa, clique sur mon nom "Pourquoispasvous" à coté de l'icône de blogspot avant mon commentaire, mon mail doit être sur ma fiche, je le laisse affiché provisoirement le temps que tu m'écrives si tu le veux bien, comme cela on pourra communiquer plus simplement par mail sans polluer les commentaires. Merci

        Supprimer
      4. bon ça ne s affiche pas peut etre passer par le site, par le contact ?
        sinon j ai un Facebook dont je ne me sers presque pas , il n est pas " ouvert" mais tu dois pouvoir me laisser un message dessus avec ton adresse pour que je te donne la mienne
        nom de code : sasa super
        pas de photo ou d image
        https://www.facebook.com/sasa.super.5
        bon je pense que ça doit marcher comme ça
        isa

        Supprimer
      5. exact c'est ça 5000/5000ça suffira ,je leur donne(peu) des compléments alimentaires si nécessaire si il n'y a pas assez de foin;mais ils broutent aussi le maquis un peu quand nous allons chercher du bois environ deux mois par an sans que ce soit un travail de forçat ,toute la journée , car pendant la coupe ils attendent en mangeant ce qu'il y a autour.

        Supprimer
    32. Juste une petite parenthèse sur les clôtures. Jusqu'à présent, je pensais qu'une haie d'épineux pouvait dissuader les nuisibles, or, j'ai des amis sud-africains chez qui le chaos est déjà installé. Chez eux, c'est mur de 3m avec courant et caméras partout pour éviter d'inopportunes rencontres chez soi.
      Dans le cadre du sujet, on ne peut faire de telles barrières sur tout le périmètre. Le concept de ferme fortifiée est-il pertinent?
      Je pose des questions cons car souvent l'évidence ne marche pas.
      cc

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bonjour,
        Le dossier spécial de Mars 2015 sera consacré à la Protection de Périmètre. Vous y trouverez toutes les réponses à vos questions...

        Supprimer
      2. Salut à toi CC?non tes questions ne sont connes,on s'en pose tous et il me semble que nous en retirons tous un petit quelque chose de ces échanges ;comme dirait Babette,cela me "reboost"de vous lire tous,les uns,les autres,cela nous montrent que l'on est pas seul et essayons d'avancer dans un sens commun;pour en revenir aux haies "anti nuisible",il y a le pyracantha,radicale en son genre,quand tu en as une épine plantée dans la couenne,ben en règle générale,t'en chies et cela s'infecte(comme l'aubépine mais seulement,avec elle le tronc laisse un espace d'environ 0.50cm à partir du sol où l'on peut se faufiler de plus il faut la tailler pour en faire une haie sinon cela devient un arbuste et mm après,carrément un arbre),perso je privilégie la ronde de nuit(car les "nuisibles"sont bien souvent des animaux nocturnes!?!),équipé de son "lance pierre",avec cela,les chiens pour le reste du temps et aux premier aboiement,hop,dehors et inspection!!!mais bon cela a des limites en fonctions des effectifs que tu rencontreras en face.l'exemple que tu cites en afrique,avec murs de 3 m,caméra,et jus,ca ne me rassure guère car une fois cernés, ils se retrouvent coincés et la plus de retraite/fuite possible.LPN26

        Supprimer
      3. Le pyracantha ferait crever les pommiers, framboisiers et poiriers proches ? maladie des feuilles appelée "le feu bactérien". Aurais-tu des infos là-dessus LPN26 ? A cause de ça les professionnels n'auraient plus le droit d'en vendre librement en France !?
        L'idée d'une barrière de buissons épineux touffus à structure impénétrable qui pousse toute seule reste excellente.
        Bob

        Supprimer
      4. les murs de 3 mètres c'est bon pour l'afrique ,il suffit de voir à Ceuta les émigrés qui passent comme qui rigole les grillages a plus de 6 mètres des barrages espagnols,sans parler du fait que pour l'instant hors chaos c'est interdit.Un bon roncier sur 4 mètres d'épaisseur ça freine sérieux,sachant que vous n'empécherez jamais quelqu'un de passer au moins essayez de les diriger vers les espaces que vous controlez,quand aux barrières électriques on rêve,c'est un luxe de nantis en période faste avec c'est évident de l'électricité qui aura surement disparue,alors choisir des défenses passives naturelles adaptées a chaque contrées ,de mise en oeuvre rapide (ne pas attendre 15 ans que le super picantus abracadabranchu pousse) et suffisament dissuasives pour que l'intrus aille chercher fortune ailleurs chez les moins protégés,5 ou 6 bons chiens vous couteront moins cher que n'importe quel quidam,seront toujours d'accord avec vous,engageront le combat sans état d'ame jusqu'a la mort pour défendre leur territoire jour et nuit

        Supprimer
      5. A Bob Et LPN26, le pyracantha a aussi l'inconvénient de devoir être taillé sinon il s'envole dans les hauteurs et laisse un tronc dégarni. Il n'arrête pas les bêtes (renards, chats) et les "gens" peuvent passer outre avec un simple vêtement épais à placer sur le buisson. En plus, le vieux bois devient cassant. Je suppose que mes petits sudafs ont des plantes bien plus redoutables mais inopérantes face à la violence inouïe qui touche les Blancs là-bas.Le pyracantha est en vente libre en jardinerie, sinon en épineux, il y a la ronce, le poivrier de Sichuan, l'églantier, l'argousier, le goji ou sinon sans épines il y a les lianes , comme le chèvrefeuille, l'actinidia. Ne pas oublier de protéger la base des buissons avec de la bordure de trottoir en grès sur 30cm de haut, ça évite les coups de pare-chocs et oblige les rampant à quitter un peu le sol. Ca les fixe aussi si on leur tire dessus.
        J'ai testé tout ça (pas les tirs, je suis gentil), ça force juste les gens à passer par la porte qui sera juste dans un couloir de tir...Si jamais je suis chez moi.
        Pour être clair, ce sera un retardateur mais on arrête pas une voiture avec ni une bande de zozos décidés à piller coûte que coûte la maison.
        J'aimerais aussi évoquer la violence dans certains pays qui est la norme. Si chez nous ça arrive, préparez-vous à devenir comme l'ennemi, ça risque de bouleverser pas mal de vos conceptions.
        cc

        Supprimer
      6. Bien le bonjour,

        Comme cela a été dit, murs et haies ralentiront éventuellement les déterminés, mais ne les arrêteront pas. Et il faut toujours une surveillance humaine, même si c'est pour regarder des écrans de surveillance. Et je ne me fiera pas qu'a cette option seule, mais en complément c'est un plus.

        Perso, je me dis que l'idéal serait un ensemble:

        -Il faut être assez nombreux pour avoir en permanence 4 gardes a poste fixe, ou plus si possible, pour surveiller les points cardinaux et/ou point sensible/d'arrivé, + une équipe de "rondiers"/ patrouilleurs ( pas un homme seul; ils peuvent aussi veiller que les autres gardes ne soient pas entrain de pioncer, qu'ils soient encore en vie... ).
        -Un mur d'enceinte assez haut pour le périmètre du corps de ferme/"maison", puis en bordure d'un périmètre plus éloigné les haies, ronciers et cie.
        -A cela (mais c'est du boulot...), un réseau inspiré des vietcongs: tunnels pour rejoindre postes de guet extérieurs, pour la fuite ( en faire un de bien visible, avec le vrai de bien caché, pourrait permettre de laisser rentrer un nmi supérieur en force, et peut-être contre-attaquer plus tard...), pour stocker, pour créer un chemin de service ,passant sous les ronciers & haies, pour vérifier des trappes & fosses avec les pièges vu dans la lettre d'information n°3 (^^)...
        - j'oubliais presque les chiens, les oies etc... il y a aussi le fait de profiter de la présence de rivières, tourbière, marécages etc... nourrir les oiseaux sauvages ( pour qu'ils soient bien présent) et les chasser un peu (pour qu'ils fuient a l'arrivé d'hommes, etc, etc, etc...

        Heureusement que je suis de la "France d'en bas", misère, imaginez ce que ça me ferait comme boulot si j'avais les moyens d'acheter une ferme ;-p !

        ( je vais peut-être me prêter a un exercice de style, en essayant de transposer ces idées -et d'autres- au bled d'où je viens...)

        Bien cordialement, B.

        P.S.: cc, l'intérêt est double avec le genre de haies dont vous parlez: la protection et la récolte des fruits/baies (c'est pas rien^^).

        Supprimer
      7. Ah oui, si on joue sur les épaissseurs, 4m ça commence à faire sérieux. Faut voir aussi que ça peut abriter un importun avec une bonne vue.
        Une haie simple ne suffit pas, il faut un support mixte mur/grillage pour aller avec. Pour les fruits que j'ai cités, la plupart se récoltent de septembre à décembre. Riches en vitamine C, ils doivent rester frais pour bénéficier de ces précieuse ressources.
        Pour les tours de garde, tunnels, je pars du principe que je n'ai ni le charisme, ni le budget pour m'offrir cela. Sinon, une bonne fosse septique au bon endroit peut dissuader nos gentils visiteurs habituels, pas ceux de demain.
        cc

        Supprimer
      8. salut,bonne veille et bonne nuit à toutes et tous,yes,Brad,on est bien d'accord,il me semble que,sur le fond de l'idée:
        ,comme disais un adjudant que j'ai bien connu:à un,t'es rien,à deux,tout va mieux...et je me tue à vous le répéter(UNISSONS NOUS OU ESSAYONS DUMOINS);CC,ton histoire de haies,c'est bien joli,mais perso,si je devais faire"op"chez toi,on est bien d'accord,c'est pas quelques"buissons"ou douves qui vont m'arréter,par contre,une bonne "équipe d'accueil",ca calme mm des gros balèzes, si on y à bien penser mais encore une fois,"solo", j'suis" peau de zob"(comme la plupart d'entre nous,il me semble),ma priorité,c'est protégé ma femme et ma ptite mère!!!!mais seul,c'est pas évident de gérer l'intendance et le fonctionnement et l'intégrité d'une ptite ferme qui se respecte!!!LPN26....,jvé pioncer,à toutes...

        Supprimer
    33. C'est un sujet de mars, on est en avril.....temps d'incubation ...., direct aux faits :naissance sans couveuse de poussins ( poulet ou poulettes on verrat) 3 en pleine santé. c'était mon 1ere essai.
      Ironnie du sort :des voisins agriculteurs me demande des oeufs fécondes pour améliorer la "génétique" de leurs cheptel.....

      RépondreSupprimer
    34. Je me lasse pas de vous lire et de vous relire...
      Quel recueil !
      A quand la partie 3 ?

      RépondreSupprimer
    35. bonjour
      il y aura t-il une partie 3?
      merci de votre réponse.
      bonne journée

      RépondreSupprimer
    36. Les poules naines sont d'excellentes couveuses, bien meilleures que les poules lourdes.
      Vous pouvez mettre les oeufs de vos poules lourdes sous la poule naine.

      Expérience personnelle :
      Je distingue d'abord la poule qui a envie de couver, elle se repère vite car elle reste sur le nid alors que ses congénères sont dans la basse-cour. Je l'isole (généralement dans une cage à lapin).

      Une poule qui se fait déranger et moins sujette à couver ses oeufs correctement.

      Je lui mets 2 oeufs fictifs (en bois ou plastique). Je laisse passer une nuit complète. Si au lendemain, la poule n'a pas quitté son nid, elle est prête. Sans la retirer, glisser lui jusqu'à 13 oeufs (pour une poule lourde), 7 oeufs (pour une poule naine) et retirer les oeufs fictifs.

      Pensez à lui laisser nourriture et eau à proximité.

      Important, ne mettez pas des oeufs frais à couver, mais des oeufs de 3 ou 4 jours que vous entreposez dans la cave et que vous tournerez tous les jours (comme les poules couveuses font).

      Même si les poules ont besoin de calcium, ne faites pas l'erreur de leur mettre les coquilles d'oeuf à picorer. Elles pourraient picorer leur propre oeuf lorsqu'elles pondent. Une coquille d'huître pillée est idéale pour apporter à la poule le calcium dont elle a besoin.

      La différence de couleur du jaune d'oeuf vient de ce que vous leur donnez à manger. Le maïs accentue la couleur.

      NB, vous pouvez avoir du maïs gratuit, en glanant les champs une fois que les agriculteurs ont récolté... ils restent suffisamment dans les champs pour constituer votre stock (pour le garder, il vous suffit de l'accrocher sur un fil tendu afin qu'il sèche. Si vous l'égrainez, pensez à laisser sécher les grains avant de les stocker). Le mais pourrit rapidement si il n'est pas sec.


      Bien à vous,
      Mirabelle

      Astuce pour les gourmets : si vous élevez des chapons. Faites un mélange de maïs concassé avec du lait et donnez leur 15 jours avant de les tuer. Leur viande ne sera que meilleure.
      Ensuite recette de grand-mère : un chapon ne se cuit pas directement au four comme un poulet. Afin de rendre la chair tendre, serrez-le une nuit et une journée dans un linge afin de lui faire sortir la graisse qui se logera dans la chair et la peau. Puis retirez le linge et plongez-le une nuit dans un bouillon de légumes. Egouttez-le et seulement là, vous le faites rôtir.
      Avant cuisson au four, pour les gourmands, glissez quelques tranches fines de truffes ou foie gras entre la peau et la chair... Régalez-vous !!!


      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. ""merci pour la recette mais c'est pas facile de" chaponer" un coq!! pour qu'il survive

        Supprimer
      2. De rien Janus...
        Chaponner un coq... une affaire de femmes !!!

        Il faut une certaine expérience en effet. Perso, je préfère le faire sur un poussin de 9/10 semaines (donc sur la période de septembre lorsque les organes sexuels sont au repos, pour le coq se sera vers la fin de l'automne).


        Mesdames, prenez les armes. Il est temps de savoir utiliser la pince à castrer !

        Bien à vous,
        Mirabelle

        NB : astuce pour ceux qui auraient un toit tôle sur leur poulailler. Lorsqu'il commence à rouiller, prenez une peinture latex que vous diluez suffisamment avec de l'eau pour qu'elle passe à travers la buse d'un pulvérisateur de jardin. Il va pénétrer la tôle et le préserver.

        Nous avons souvent tendance à construire des abris en bois pour y mettre les poules etc... Or cette construction n'est pas fiable sur le temps et notamment pendant un chaos. Idéalement, il est préférable de construire en dur contre la maison et un toit tôle (la tôle ne brûle pas !!!).

        Regardez la conception de certaines anciennes fermes, les animaux étaient dans l'habitat même, séparés par un mur. Dans les régions froides, une porte permettait de passer de la cuisine à l'étable directement sans avoir à sortir. Les bergeries aussi sont conçues de cette manière.

        Supprimer
      3. Pour mon foin, rien de telle que la faux à l'ancienne bien aiguisée (n'oubliez pas en temps de chaos, finis la faucheuse dernier cri !). Pour faire mes bottes de foins, fauchage à la faux, séchage etc... et enfin une ancienne caisse en bois (pas une cagette) dans laquelle je mets de la ficelle (2 en parallèle sur le côté L de la caisse et 1 qui traverse des côtés l), laissez dépasser les ficelles de la caisse. Remplissez de foin séché, compressez bien (mon 35 rentre largement dans la caisse pour bien aplatir mon foin), lorsque vous avez bien rempli et compresser votre foin dans la caisse, rabattez les ficelles que vous nouez fortement. Sortez votre botte de foin. Facile à transportez et à stockez. Une botte rectangle est plus facile à stocker qu'une rundball (botte ronde qui est énorme en plus).

        La caissette est utilisable in eternam et les ficelles bien coupées lorsque vous prenez votre botte, peuvent être réutilisées.

        Aucun besoin de machine... juste ces petits bras et sa tête !

        Tout ceci demande du travail, mais lorsque vous en avez terminé, vous ne pensez plus au film de 20h30, pas besoin de sa pilule pour dormir !!! Et franchement quelle satisfaction.

        NB : je conseille une faux avec une structure en bois qui est plus légère que celle en fer et n'oubliez pas une bonne pierre pour aiguiser la lame. Cela demande dextérité lorsque l'on commence car il faut trouver le bon balancement pour l'utiliser.
        Attention aux enfants qui voudraient s'approcher de trop près. La lame est un rasoir et le bout est très pointu.

        Bien à vous,
        Mirabelle

        Ah oui, j'oubliais... si vous saviez comme l'élastique d'une culotte/pantalon (je retravaille toujours mes pantalons de travail en ajoutant au bas de celui-ci un élastique (ourlet), d'une cela tient mieux sur les rangers/bottes et pratique pour le bricolage de fortune) ou un bas/collant de femme qui peuvent vous sauver lorsqu'il faut réparer certaines pièces rapidos sur une machine !

        Mirabelle

        Supprimer
    37. Petite astuce pour gagner de la place dans votre jardin voir pour les personnes qui ont un balcon.

      Prenez une palette en bois (gratuite près des centres commerciaux) et disposez-la à la verticale, clouez des planches (que vous récupérez sur une autre palette) afin d'avoir des bacs.

      Remplissez de terre et c'est prêt pour planter des salades, des aromates etc. Contre un mur de balcon, cela ne prend pas de place et le mur sert en plus de source de chaleur !

      Par ailleurs, à la guerre comme à la guerre, les palettes qui sont abîmées serviront de bois de chauffage (gratuit).

      Des gouttières en zinc pourront vous servir pour une installation en hydroponie.

      Bien à vous,
      Mirabelle

      RépondreSupprimer
    38. Bonsoir,

      Je viens de me rendre compte en voyant une question sur le Rhodiola Rosea sur un autre site que c'est une plante que j'utilise fréquemment.

      La Rhodiola rosea (Orpin Rose) est très connue dans ma région par les anciens. Elle fait partie des massifs, voir elles poussent à l’état « sauvage » dans les roches surtout dans les Vosges. Elle ressemble à de petits "choux" lorsqu'elle est petite.

      Il faut en ramasser les racines (rhizomes) qui doivent avoir entre 5 à 6 ans d’âge (soit 2 cm minimum). Plus la racine est âgée, plus elle sera riche en rosavine.

      Utilisation/posologie :

      Couper en lamelles ou râper 350 à 550 mg de racines.
      Faîtes bouillir 1/2 l d’eau.
      Laisser mijoter de 5 à 10 min.
      Boire chaud ou tiède.

      A prendre à jeun une tasse, 30 minutes avant le petit déjeuner.
      Prendre sur une période de 7 jours, puis faire une pause de 7 jours.

      Attention : il est possible que vous vous sentiez euphorique ou excité au départ, diminuez alors la quantité et augmentez au fur et à mesure.

      Si vous avez besoin de fournir un très gros effort sportif, etc… boire 1 à 3 tasses/jour mais jamais le soir.

      Contre-indication : femme enceinte ou allaitante
      maladie rénale et cirrhose

      Rhodiola + ginseng = concentration, énergie, haute performance sportive
      Rhodiola + menthe poivrée ou mélisse = stress, équilibre nerveux, dépression
      Rhodiola + curcuma = digestion, protection du foie
      Rhodiola + goji = fatigue chronique, sommeil

      Je sais que certains anciens faisaient de l’huile essentielle de Rhodiola Rosea. Je ne maîtrise pas encore la méthode et il me faut d’abord concevoir un alambic maison pour les huiles essentielles.

      NB : vous pouvez conserver votre racine séchée une à deux années. La racine dégagera une agréable odeur de rose.

      Cette plante sera nécessaire en cas de chaos car elle vous aidera à rester éveillé (bien plus puissant que le café etc), ou elle vous aidera lorsque vous devrez fournir un très gros effort physique.

      Bien à vous,
      Mirabelle

      NB : cette plante s'accommode très bien aux régions très froides (-40°C), sans avoir besoin d'un grand apport d'eau. Elle pousse au soleil, dans des roches et à l'abri du vent. Fort à parier que vous en avez aussi dans le sud, en Corse.

      Une grande tante me disait que pendant la guerre, ils en mangeaient les feuilles... je n'ai pas encore essayé !


      RépondreSupprimer
    39. Bonjour, cela serait-il possible de lire en totalité le dossier ??

      RépondreSupprimer

    Les commentaires anonymes sont autorisés.