23 avril 2015

Techniques d'évasion en milieu naturel

Cet article est donné uniquement à titre d'information et traite du cas extrême où un survivaliste ait à abandonner son domicile, et qu'il soit forcé de s'échapper dans la nature.

Une telle éventualité, si elle n'est pas de mise en temps normal, serait tout à fait envisageable dans un contexte de chaos.

Un groupe de maraudeurs, un gang de criminels, l'invasion d'une armée étrangère - ou pourquoi pas un groupe d'autres survivalistes - pourraient alors constituer des menaces suffisamment réelles pour ne laisser d'autre choix que de quitter le domicile avec seul un sac sur les épaules...



Le succès d'une évasion, ou son échec, dépend du degré de professionnalisme de ceux qui traquent, et du niveau de compétence de celui qui est traqué. Dans le cadre de cet article, nous allons considérer que les poursuivants sont des gens entraînés, et qu'ils pourraient même utiliser des chiens pisteurs.

L'évasion est une technique de survie qui est instinctive chez l'homme aussi bien que chez l'animal, comme toutes les fois que se présente un quelconque danger sérieux. Les animaux l'utilisent tout le temps. Ils se servent de leur instinct pour éviter de se faire repérer, de manière à ne pas finir dans le ventre d'une prédateur, ou le frigo d'un chasseur. Cependant, les animaux ne sont pas capables de contrôler leur environnement comme le sont les humains.

Par exemple, les animaux utilisent toujours le même chemin pour se rendre à un point d'eau, et ils n'ont pas la capacité de camoufler leurs traces afin d'éviter qu'on repère leur passage. Ils cherchent l'eau et s'approvisionnent en nourriture dans les même zones, année après année ; En d'autres termes, ils ne peuvent associer les conséquences avec leurs actes, ce qui est le propre de tout homme sensé.

Une des meilleures façons de contrer un expert en pistage est de savoir soi-même comment pister. Ce qui veut dire apprendre d'abord à traquer ses semblables si l'on veut être capable ensuite de déjouer la traque par d'autres. Car il ne s'agit pas seulement de suivre des traces de pas. Un expert va chercher des modèles - des tendances - et faire ensuite une supposition éclairée sur les points probables d'entrée et de sortie, pour finalement déterminer votre destination.

Pour se perfectionner dans cet art, on peut commencer par pratiquer entre amis. Demandez-leur de jouer le jeu comme s'ils étaient poursuivis, ce qui signifie qu'ils devront marcher plus vite que la normale et peut-être même courir dans certains cas, dans le but de devancer leur(s) poursuivant(s). Suivez les traces et prenez note des endroits où celles-ci sont plus difficiles à voir, et là où elles sont plus faciles. Observez le sol, la boue, voire la neige, et ce à quoi les traces ressemblent lorsque quelqu'un marche ou court. Notez comment l'herbe est piétinée, et la manière dont elle "récupère" après qu'on l'ait écrasée.

Notez aussi les conditions dans lesquelles vous avez perdu les traces. Quels types de sols ou de couverts rendent-ils le pistage plus difficile ? Tout cela, c'est ce que vous apprendrez en pratiquant avec d'autres. Étudiez les dessin et longueur de la foulée d'une personne que vous suivez, et mémorisez-les pour ne pas les confondre lorsque plus d'une trace sont présentes.




Lorsqu'on devient la proie


Courir est la chose la plus importante à faire en premier, dans le but de mettre le plus de distance possible entre vous et ceux qui pourraient vous suivre. Si vous voyez une unité armée se diriger vers votre maison, et que la fuite soit la seule issue possible, alors il faut que vous bougiez très vite. Ce qui veut dire que vous devriez avoir en permanence un sac de survie prêt au départ.

Il faudra un certain temps à vos poursuivants pour s'organiser, et vous devrez donc profiter de ce laps de temps pour prendre de la distance. Ne vous dirigez pas vers des points de repère évidents tels que des rivières, des lacs, ou toute autre structure qui pourraient se trouver dans votre zone. Les traqueurs dans la plupart des cas ne pourront pas deviner votre niveau de compétence, pas plus que les équipements que vous aurez emportés.

Pour éliminer les options évidentes, ils pourraient se partager en plusieurs équipes, une ou deux pouvant alors vérifier les points d'eau et les abris des environs. Ils pourraient aussi mettre ces points sous surveillance. Ils vont immédiatement essayer de déterminer une possible destination. Le temps ainsi que le terrain vont entrer dans leurs calculs. Ils sauront que vous aurez besoin d'eau, d'où la nécessité de faire en sorte que votre sac en contienne suffisamment et qu'il ne soit pas vital pour vous d'en trouver tout de suite. Trois litres répartis en deux bouteilles me paraissent un minimum raisonnable, sans oublier des filtres et produits de purification pour celle récupérée en chemin. Toutefois, n'oubliez pas que vous devez rester aussi léger que possible, et qu'il ne faut pas confondre un BOB avec un sac d'évasion...

Selon toute probabilité, vous ne pourrez empêcher un traqueur expérimenté de vous trouver tôt ou tard, dans la mesure où il est prêt à y mettre les moyens nécessaires. Bien sûr, si votre destination est sûre, ou que vous pouvez trouver une zone à partir de laquelle vous pourriez lancer une contre-attaque, les choses seront différentes. Dans ce dernier cas, vous aurez besoin de renforts, et ceci est une autre histoire. Encore faut-il que vous soyez capable d'atteindre cette zone. Donc, et en attendant, votre but immédiat est de tromper et ralentir les pisteurs en espérant qu'ils abandonnent leurs recherches.

Utilisez les routes, les rivières et voies de chemin de fer à votre avantage, tout en sachant qu'ils ont prévu que vous le fassiez, et que vous exposerez votre position ce faisant. Pénétrez par des courbes aveugles où la vue est obstruée dans les deux sens, et une fois sur la chaussée, dans la rivière ou sur une piste, rebroussez chemin. Cela aura pour effet de ralentir les traqueurs, sans espérer pour autant les arrêter car à un moment ou un autre, si ce n'est immédiatement, ils comprendront que vous avez changé de direction. Ils trouveront l'endroit où vous avez de nouveau pénétré dans les bois. N'essayez pas de garder des repères en vue tels que des routes, des voies de chemin de fer, ou des cours d'eau en marchant parallèlement à eux.

A un moment, vous pouvez aussi changer de chaussures si vous en avez la possibilité, ou que votre sac en contient, de manière à laisser des traces différentes. Faites-le à un moment où vous êtes sur une route, une voie ferrée, ou dans une rivière, et faites-le avant de pénétrer dans les bois. Cela va ralentir les traqueurs, mais ne les arrêtera probablement pas.

Restez à l'écart des bâtiments ou structures que vous pourriez rencontrer (maisons, ponts, etc.), et une fois que vous avez utilisé un cours d'eau, une route ou un chemin, éloignez-vous en et ne marchez pas dans leur alignement. Vous ne voulez certainement pas vous retrouver exposé au milieu d'une rivière ou d'une voie, donc faites attention en les utilisant, et soyez sûr d'être suffisamment loin devant vos poursuivants avant de vous exposer.




Peut-on échapper à des chiens pisteurs ?


C'est extrêmement difficile, voire impossible, une fois que les chiens auront senti votre odeur. Ce que vous pouvez faire, par contre, c'est essayer de tromper leur maître. Par exemple, en changeant de direction subitement, plusieurs fois de suite. Donc, si vous arrivez devant un grand arbre ou un gros rocher par exemple, partez dans une autre direction, et répétez la même chose cinquante mètres après. Le traqueur pourrait penser que les chiens ont perdu la trace en les voyant virer de droite à gauche ou revenir sur leurs pas, et pourrait alors les envoyer dans une autre direction. Dans le pire des cas, vous les aurez au moins ralentis.

Vous pourriez marcher dans un cours d'eau, mais les chiens, bien entendu, suivront le cours d'eau jusqu'à trouver l'endroit où vous l'aurez quitté. Marcher au milieu d'un courant vous expose à la vue, donc il vaut mieux, dans certain cas, ne pas essayer une telle méthode, à moins d'être convaincu d'avoir une avance substantielle sur ses poursuivants.

Ne vous cachez pas dans les arbres, car vous seriez pris au piège si l'on vous découvre, et la plupart du temps, les chiens vous traqueront tout droit jusqu'à l'arbre. Ne vous cachez pas non plus dans l'eau ; La respiration à travers une paille ne marche que dans les films. Vous serez suivi jusqu'à la rive, et vos poursuivants n'auront qu'à attendre que vous en sortiez. Vous tomberiez probablement en hypothermie bien avant, car il est impossible de rester longtemps dans une eau très froide voire simplement froide.

Ne fumez pas, ne mangez pas de chewing-gum, ni n'employez de produits répulsifs (anti-moustiques ou autres). Enterrez tous les déchets, y compris votre urine, sous des rochers, et replacez ces derniers avec soin de manière à ne pas laisser d'indications de votre passage. Arrêtez-vous à intervalles pour écouter ; Ne tracez pas tout droit sans vous arrêter. Vous devez faire des pauses régulières pour observer et écouter. Vous voulez repérer vos traqueurs avant qu'ils ne vous repèrent, alors utilisez vos sens pour cela.

Oubliez les trucs à base de poivre, qui ne marchent que dans la littérature et les forums d'amateurs. Un chien n'est pas idiot ; Il ne va certainement pas renifler à plein nez une substance quelconque susceptible de lui faire perdre son odorat. Il va gentiment s'en écarter à la première effluve, et chercher autour vos propres odeurs. Gardez à l'esprit que si vous aspergez du poivre sur votre corps, voire même l'enduisez de matières fécales animales, vous sentirez toujours comme un humain qui aura mis sur lui du poivre ou des excréments ! En fait, pour être tout à fait juste, de telles odeurs joueront en votre défaveur et aideront même le chien dans son travail de recherche.

Pensez au fait que le nez d'un chien est capable de différencier des millions d'odeurs différentes, et des centaines voire des milliers à la fois. Lorsqu'un chien est utilisé pour une traque active, il va se fatiguer au bout de quelques heures, et son odorat perdre petit à petit en sensibilité. Vous jetez du poivre pour couvrir vos traces et voila ! Le chien renifle, et va dès lors pouvoir mettre de coté une multitude d'odeurs douteuses ou non pertinentes qu'il a enregistrées. Il est maintenant capable de vous traquer encore plus facilement qu'avant. Beau travail, vous venez juste de vous faire prendre...

Il y aurait beaucoup à dire en ce qui concerne la traque par des chiens pisteurs, et les moyens éventuels de les distancer. Ce sujet fera l'objet d'un article à venir, voire d'une prochaine Lettre d'information tant il est sensible...




Le camouflage


Si vous ne pouvez pas rester devant, alors laissez vos poursuivants vous dépasser. Mais pour cela, vous devez utiliser le camouflage. De la boue, des cendres de bois, et des feuilles peuvent servir à cette occasion. Toutefois, gardez à l'esprit que vous ne pouvez vous faire ressembler à un arbre ou un buisson, alors n'en faites pas trop, vous ne vous rendriez que plus reconnaissable.

Le but du camouflage est de casser les lignes du corps et du visage en utilisant des ombres, feuilles, boue, et cendres. Utilisez les couleurs de l'environnement. Ne vous recouvrez pas de feuilles vertes si vous êtes au beau milieu d'un affleurement calcaire ou d'un paysage lunaire ! Enduisez-vous de poussière pour réduire les reflets, ainsi que de boue et de charbon. Des feuilles et des herbes peuvent être collées à de la boue après que vous ayez appliqué celle-ci sur votre corps et vos vêtements. Réduisez vos mouvements au minimum car l’œil les repère facilement. En dernier recours, allongez-vous sur le sol et restez-y jusqu'à ce que vos poursuivants vous aient dépassé. Bien entendu, vous ne pourrez pas employer cette technique si ces derniers ont des chiens.

Vous devez cacher les signes de votre passage à ceux qui vous traquent, principalement les empreintes de pas. Parce que les traces les plus évidentes à repérer et les plus faciles à suivre sont celles qu’on laisse sur le sol. Une excellente prise pour un pisteur confirmé est une empreinte complète, qui va lui permettre de dire à quelle vitesse vous avancez, votre état de fatigue, et plus encore. Avec deux traces qui se suivent, il sera en mesure de déterminer la distance que vous parcourez, et même si vous transportez une charge.

Bien que vos chaussures possèdent les mêmes semelles que beaucoup d’autres, voire que celles des autres gars de votre équipe, les marques orthopédiques individuelles et autres traces d’usure rendent vos chaussures pratiquement aussi uniques que vos empreintes digitales...

Idéalement, vous devriez avoir prévu et inclus un scénario d'évasion dans vos préparatifs, et avoir plus d'une destination ou point de chute en vue au cas où il faille le mettre en oeuvre. Vous ne pouvez pas laisser vos actions amener vos poursuivants à deviner où vous allez - en d'autres termes, ne pas planifier un schéma au préalable.

Si vos traqueurs réalisent que vous allez de manière trop évidente dans une direction, ils pourraient avoir la capacité de vous devancer, voire de déterminer à l'avance votre destination. Le fait de rebrousser chemin aidera seulement à les ralentir ; Si vous le faites, et que vous revenez directement dans la même direction, vous pourriez être suivi droit vers cette direction. Autrement dit, vous devriez avoir prévu à l'avance plusieurs destinations différentes, et choisir celle qui est la plus appropriée une fois dans l'action.

Soyez patient et flexible. La flexibilité est l'une des clefs les plus importantes du succès d'une évasion. Le but à atteindre est d'éviter de se faire repérer. Rappelez-vous que les gens attirent l'attention d'autres gens. Si vous pouvez passez inaperçu, alors vous réussirez probablement.




Ce n'est pas parce que vous êtes le "poursuivi" que vous devez être la proie. Voici les dernières astuces pour déjouer les poursuites et se rendre en lieu sûr :
  1. Ayez un plan, mais soyez prêt pour l'imprévu. Sachez que vous pourriez avoir à choisir entre la survie et l'évasion. Parfois, le fait de s'évader peut signifier succomber aux éléments ; Pesez le pour et le contre, et faites un choix pertinent. Ne laissez pas les circonstance prendre le contrôle sur le résultat si vous pouvez les en empêcher. Et ne laissez pas vos émotions perturber votre plan lorsque les temps deviennent durs.
  2. Connaissez votre corps, ainsi que l'environnement où vous évoluez - et connaissez les limitations et dangers de chacun.
  3. Saisissez toute opportunité pour vous réhydrater et vous nourrir. Vous ne savez pas quand une autre occasion se présentera - et vous pourriez ne pas avoir le luxe de vous arrêter dans l'éventualité où elle se présente.
  4. Mélangez-vous à l'environnement. Soyez conscient du feuillage, des animaux sauvages et de leurs comportements. Utilisez la végétation et la terre pour briser votre silhouette et vous faire paraître moins visible. Sachez lorsqu'il faut aller au sol, et croyez en votre camouflage lorsque vous le faites.
  5. Souvenez-vous que trois choses vont attirer l'attention à votre détriment : Le mouvement, qui attire immédiatement le regard, le bruit qui peut vous trahir, et les objets brillants qui réfléchissent la lumière. Le soleil qui se reflète sur une surface réfléchissante peut rendre celle-ci visible à des kilomètres.

Pour plus d'informations sur ce sujet, voir notre dossier spécial sur les Techniques d'Evasion & d’Évacuation.

17 commentaires:

  1. Excellent. Ne pas oublier le regard et ne jamais fixer ses poursuivants. L'idée d'être observé, toussa, ne s'explique pas mais ça reste concret.
    Casser la forme, mais aussi la symétrie du corps humain ainsi que sa taille.
    Une proie reconnait un prédateur: les yeux sont bien implantés dans la face.
    Camo très bariolé pour le mouvement et l'offensive; camo uni pour l'immobilité et une fuite rapide. C'est aussi une question de distance, au-delà d'une certaine distance, l'oeil humain ne voit que du terne. C'est cette distance qu'il faut maintenir quand on est la proie.
    Attention aux vêtements: serrés, ils facilitent les mouvements rapides mais signent la silhouette. Larges, ils cassent la forme de façon relative mais sont bruyants et on est vite empêtré par son environnement, branches, eau voire le vêtement lui-même, Choisir une moyenne entre le bon F2 et la tenue Fallschirmjagger façon Cassino.
    Pour dissimuler ses petites sécrétions, une petite pelle de jardinière en plastique suffit.
    Attention: odeur corporelle et transpiration sont deux choses distinctes, mais ce sont deux indices dont l'un est permanent.
    cc

    RépondreSupprimer
  2. Très bon article. Un sujet rarement ou jamais traité nul part, du moins pas à ma connaissance, je n'ai rien vu en français en tout cas!
    Devoir fuir. Le cauchemar. Et pourtant à ne pas exclure! pour un survivaliste.
    Disposer d'un minimum d'eau, nourriture etc. préparer dans un sac pour un départ précipité...
    L'idéal serait de disposé d'une petite cache quelque part avec un peu de nourriture, un sac de couchage et un minimum de confort, le temps de réfléchir et de se faire "oublier".
    Attention aux moyen sophistiqués de traque, hélicoptères, drones etc.
    Pour faire des exemples, vos poursuivants et leurs maîtres y mettrons les moyens.
    Si vous prenez le risque d'emporter votre téléphone dernier cris, retirer la pile et sortez la carte Sim, (j'ai lu ça quelque part) mais je ne sais pas si cela sera suffisant, les téléphones récent sont de vrais mouchards.
    En tout cas bravo pour l'article. Je crois en effet que le sujet doit être approfondi, l'évasion et un point primordial pour un survivaliste.

    Bretzel et Pinot Noir d'Alsace.

    RépondreSupprimer
  3. Article très intéressant. Qu'est ce que sent le chien, l'odeur qui est sur la botte et qui finit sur l'herbe ? Si on met des surbottes neuves montantes, le chien arrive encore à sentir ? Une odeur est un ion et par conséquent il faut bien que quelque chose se dépose sur l'herbe, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout laisse une odeur: le neuf, l'humidité, la poussière et toutes les excrétions du corps humain. Un chien peut identifier tout ça et il suffit qu'une odeur n'ait pas sa place dans le décor (bottes par exemple) pour que la signature soit claire. Même à poil, on a une signature unique, en plus si on boit de la bière en mangant du curry c'est encore pire.
      Soit il faut saturer le flair de Youki, soit s'effacer olfactivement.
      cc

      Supprimer
    2. youki sent très bien c'est net et sans appel ,mais youki pas malin , il est comme Bataclan le toutou de joli jumper un bon piège et paf !!! plus de youki qui foncera dedans si ça sent très fort ce qu'il recherche.et des youki bien dressés y en a pas des masses

      Supprimer
    3. J'ai pas évoqué le piégeage en poursuite, c'est un autre domaine méritant à lui seul un article fait par les gens compétents du coin. Cela dit, une chienne en chaleur peut divertir le Rantanplan d'en face.
      cc

      Supprimer
  4. Les contre mesures en ce qui concerne les toutous seraient effectivement les bienvenues,je me demande dans quelle mesure" le méchant" aurait interet a vous pister,pour ce faire il faudrait représenter pour lui plus de gain que de perte (d'énergie,de temps etc etc etc ) l'action humaine se détermine le plus souvent en fonction de cette considération,si sur votre chemin de fuite vous laissez comme le petit Poucet quelques chausses trappes bien saignantes ce devrait freiner les plus hardis des antropophages trop occupés a déguster leur petit camarade ...ou leur médor vindicatif,en ce qui me concerne et vu mon age, ce sera Camerone et Dien ben Phu réunis,la riposte sera totalement disproportionnée avec l'attaque(toujours en cas d'effondrement total de notre belle démocratie et disparition de l'ordre en cours)

    RépondreSupprimer
  5. Ah, le bon vieux stage "évasion" et sa technique de la « corde de l'évadé » mad in CNEC.

    Plus sérieusement, déjà que ce n'est pas facile lorsqu'il s'agit de rejoindre les lignes amies ou un point de récupération prévus, cela doit devenir un vrai cauchemar sans point de chute car l'on a complètement perdue l'initiative. Je me vois mal fuyant pendant des jours sans trop savoir ou aller en perdant progressivement des forces physiques alors que les traqueurs ont toutes les possibilités de se relayer.

    Il est donc impératif de « reprendre l’initiative » le plus vite possible.

    A mon sens, la seule solution permettant de reprendre l'initiative sur les poursuivants consiste à pré-positionner une cache à quelques kilomètres de son lieu de vie pour avoir le temps de la rejoindre avant que les traqueurs ne s’organisent et pouvoir l’atteindre sans trop s’épuiser physiquement (1 heure de marche, 2 maxi). Ce qui peut être aussi jouable pour des personnes ne pouvant fuir longtemps pour moult raisons (âge, enfants,…).
    Dans cette cache, sac avec eau, ration de survie et surtout armes et munitions, optique, optronique.

    Après, chien ou pas chien à ses trousses, les amener dans un lieu propice a une embuscade pour que le chasseur devienne le chassé.
    Embuscade que vous aurez étudié (plan de tir, positions de tir, axes de contournement, d’exfiltration,…) et dont le point de passage obligé amènera naturellement les traqueurs, surtout si ils ont des toutous, a emprunter pour arriver dans la zone de destruction. Secteur d’embuscade que vous aurez éventuellement pré-équipée (munitions supplémentaires, piégeage simple éventuellement préparé dans une cache ou désactivés pour éviter qu’ils ne soient déclenchés avant par un grouik).
    Embuscade qui peut devenir « des » embuscade successives. Embuscades qui seront d’autant plus déstabilisantes pour les traqueurs qu’elles ne répondront pas à une logique de fuite et qu’ils n’auront pas faits de reco terrain avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tres bon commentaire a mon avis. "Reprendre l'initiative" me semble en effet un maitre-mot. Bien que comme vous dites difficile a realiser sans avoir anticipe la situation dans une certaine mesure.
      J'ai adore les "grouik" lol
      Cdlt, Hugues

      Supprimer
  6. Bon je vais essayer de mettre un peu d'eau au moulin de Pierre (humblement) en y mettant des vidéos en Français de Lone Target.....Pour ceux qui ne connaissent pas.

    http://www.dailymotion.com/video/x1v5sg8_lone-target-episode-1-afrique-du-sud-serietv_webcam

    http://www.dailymotion.com/video/x1v674q_lone-target-episode-2-pologne-serietv_webcam

    http://www.dailymotion.com/video/x1v6hsc_lone-target-episode-3-panama-serietv_webcam

    http://www.dailymotion.com/video/x1vin01_lone-target-episode-4-arizona-serietv_webcam

    Bon il en manque deux ( je crois) mais le plus gros est fait, voyez comment dans l'épisode deux, il berne le chien de traque. Pas mal le Graçon
    Bonne fin de WEEK END
    PACHA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas ces vidéos, merci pour les liens.

      Supprimer
  7. Idées en vrac après la lecture de “techniques d’évasions en milieu naturel” :

    Tous les sols ne sont pas mous (donc pas de traces visibles à effacer ou masquer).
    Tous les gens qui vous suivent ne sont pas des traqueurs pro (donc pas trop de précautions non plus)
    Les p i è g e s (voir la lettre d information) devraient permettre de ralentir les suiveurs
    (il faut transporter des p i è g e s prémontrés à disposer derrière soit, pour ralentir ou intimider)
    Traquer s apprend en étant traqué et vice versa (même quand on débute on apprend rapidement ce qui marche et ne marche pas, on apprend à se mettre à la place de l’autre, on apprend à regarder aussi bien loin que près de soi (et à côté aussi), et à ne pas sous-estimer l'autre)
    Immobilité, silence, patience, sang froid, confiance (les règles d’or pour ne pas se faire surprendre (suiveur comme suivi))
    C est à la fois simple et compliqué (parfois les choses les plus simples sont les plus efficaces, parfois il faut faire preuve d’un vrai savoir faire technique)
    Aménager un parcours de replis (reconnaître bien à l’avance les environs et savoir par ou passer, se cacher, observer les suiveurs, les p i é g e r )
    Pourquoi ne pas s n i p p e r les chiens, ou les traqueurs ? (au risque de se faire repérer mais de supprimer la menace imminente !! ) (c’est une question pour Pierre ou pour ceux qui savent)
    Réserves cachées sur le parcours de replis (si un itinéraire bis est prévu pour évacuer, pourquoi ne pas le semer de réserve lors de balades anodines précédentes, connaître les difficultés, le timing selon les personnes qui marchent avec nous ?)
    P i è g e s pré-positionnés a amorcer lorsqu’on les atteint.
    Ivan le terrible (boucle pour revenir derrière les suiveurs, voir le film apocalypto vers 01:51:00)
    P i è g e spécial chien
    Portail (javanais), c h a u s s e t r a p p e , clous
    Faux p i è g e visible et vrai invisible.

    Pour référence sur les p i è g e s et les systèmes complexes de réseaux de p i è g e s :
    Tunnels de Coochi, tunnels du H A M A S pendant le conflit le plus récent.
    La technique du m o u s e h o l i n g pour progresser sans se faire voir dans un environnement construit (en faisant des trous dans les murs et les planchers)

    On peut découvrir un certain nombre de méthodes de p i é g e a g e s militaires en lisant la Revue Nam (encore disponible à la vente), présentant des schémas similaires à ceux de la lettre d’information (voir avec les mots clés b o o b y t r a p )

    Pour les traces, je pensais à des semelles à élastique (démonter une semelle, ou trouver des chaussures plus grandes que sa propre pointure et les enfiler, les retirer, les échanger)

    J’en profite pour remettre la citation du début d’Apocalypto “une grande civilisation n’est pas conquise de l’extérieure tant quelle ne s’est pas détruite elle-même de l’intérieur” C’est proche de la citation de Thucydide qui illustre la Lettre “La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens”
    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsque j’évoquai la « reprise de l’initiative » par l’embuscade, il va de soi mais c’est mieux en le disant qu’à l’ouverture du feu la première cible sera le chien si il y en a un ou celui que vous aurez identifié comme le chef du groupe puis au choix, le radio ou l’homme équipé de l’arme la plus dangereuses pour vous (FM pouvant saturer votre position, fusil à lunette).

      Supprimer
    2. tout a fait d'accord ,la riposte ou reprise de l'initiative ne se fait que si le gain escompté est supérieur à la dépense engagée(risques,fatigue etc etc etc) comme en principe dans toutes les actions de combat,ou que l'action apporte une égalité des forces au minimum si vous partez en désavantage numérique,d'ou la nécessité de l'estimation des forces poursuivantes,subir n'est jamais bon pour le moral si il n'est pas prévu de contre attaque,si tous les lapins avait un fusil il y aurait moins de chasseurs le Dimanche matin

      Supprimer
  8. La meilleur défense est bien sûr l attaque, mais si le nombre de poursuivant est trop grand alors fuyez, car comme j ai appris sur ce site,éviter tout combat si il vous expose au risque......par ailleurs si je devais poursuivre un individus,si par malheur il éliminé mon chien!!!
    Alors j aurai une sacrée raison de ne pas abandonner les recherches,et la motivation d un pitt bull.
    Vivons libre,vivons caché

    RépondreSupprimer
  9. ET LA BOUFFE DANS TOUT CA??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de soucis! En attendant que la livraison par drone se mette en place, un coup de tel a la pizzeria ou kebab (encore "mieux" ;-) ) du coin et vous verrez rapidement débouler votre livreur préféré a travers champs/ruines....

      *mode sarcastique off*

      ... hum, non, je ne vais même pas répondre "sérieusement"...

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.