29 juin 2015

Complément d'enquête : Survie urbaine vs survie rurale

L'un des principaux débats du monde survivaliste porte sur l'éternelle opposition entre la ville et la campagne dans la perspective d'un scénario de chaos.

Parce que cette question est importante, nous allons y consacrer une nouvelle étude, en comparant quelques-uns des fondamentaux de la survie au regard de chacun des environnements.

Même si le débat reste ouvert, une telle étude permettra à chacun de se faire une idée un peu plus juste des challenges en présence, et de prendre les mesures qui s'imposent en fonction de la localisation et des aménagements de son lieu de vie...



Serait-il réellement raisonnable et prudent de vivre en ville en cas de chaos ou d'effondrement du système ?

En guise de préambule, nous avertissons le lecteur que cette étude se place dans l'hypothèse d'une situation de survie à long terme entraînée par une rupture sociétale majeure telle qu'un effondrement économique, l'invasion d'une armée étrangère, une guerre civile, un cataclysme naturel ou autre, plutôt qu'un quelconque évènement passager de faible ampleur.

La vie dans une grande métropole possède ses hauts et ses bas, de même que ses avantages et inconvénients. Les mêmes remarques s'appliquent en fait à toutes les villes suffisamment importantes dans la mesure où de telles structures possèdent leurs propres systèmes autonomes, qu'il s'agisse de l'approvisionnement en eau potable, en énergie électrique, du traitement des eaux usées, et, au-delà de ces systèmes, le même genre de populations.

Les grands centres urbains peuvent devenir de réels cauchemars dans une situation de survie, et l'histoire est là pour le rappeler. Mais avant de généraliser et conclure trop rapidement, voyons ce qu'il en est précisément pour chacun des postes en question...


Le traitement des déchets


Suivant l'origine de la situation de survie, ces composantes majeures de la vie dans les villes pourraient être affectées de différentes manières. En fait, il suffirait que l'énergie électrique cesse de circuler pour que s'arrêtent les différents services. En cas de rupture temporaire, les municipalités possèdent suffisamment de réserves en fioul pour faire fonctionner les générateurs et alimenter les infrastructures vitales. Mais que se passerait-il si le courant s'arrêtait pendant une semaine, un mois, voire une ou plusieurs années ?

Sans l'aide de ces systèmes, les conditions sanitaires se dégraderaient très rapidement, laissant place au stress et au danger, et rendant la vie extrêmement dure aux citoyens. En habitant sa propre maison, il existe une variété de compétences et d'équipements qui peuvent accommoder les besoins en hygiène d'une famille entière, jusqu'à un certain point. Les choses changeraient si l'on était obligé d'aménager dans un immeuble collectif tel que des bureaux ou commerces, en particulier avec d'autres personnes. Vous pouvez alors imaginer la vitesse à laquelle la situation pourrait devenir dangereuse, dans un monde où auraient disparu les soins et traitements hospitaliers.




Moyens de compensation


En ville/appartement : Il n'y a pas grand chose que l'on puisse faire dans le cas où l'on se retrouve coincé dans une structure urbaine non-fonctionnelle, et qu'il s'agit de répondre à l'appel de la nature... Une solution serait de stocker un pot en émail de 20 litres, et le transformer en toilettes sèches portables le moment venu. Sans oublier de lui adjoindre certaines fournitures telles que papier toilette, sacs en plastique, éventuellement quelques gants en latex. Des cendres ou de la sciure permettraient d'éviter les odeurs dans la journée, jusqu'au prochain vidage... Comme nous l'avons déjà dit, l'idéal serait de réduire ses prises alimentaires au strict minimum, ou faire ses besoins à l'extérieur toutes les fois que cela est possible.

En maison individuelle : Creuser un trou suffisamment grand dans le jardin est une solution acceptable pour un petit groupe. C'est mieux qu'un seau, mais ce n'est pas non plus une solution à long terme. La profondeur ne devrait pas être inférieure à 1m20, à moins de vouloir creuser à nouveau tous les mois ou deux, pour une largeur d'environ 60cm. Des dimensions supérieures entraîneraient un risque d'affaissement. Des palettes en bois plaquées sur les côtés devrait suffire à solidifier la structure. Là aussi, il est nécessaire de prévoir de la sciure, des cendres ou de la chaux pour aider à la décomposition. Une fois le tout composté, les matières récoltées peuvent être utilisées comme engrais au potager. Pour ceux qui ne le savent pas, c'est ainsi que nos ancêtres aidaient à la pousse des légumes, à l'époque des toilettes au fond du jardin...

Jetez le papier usagé dans un sac poubelle, et mettez-le de côté pour le brûler plus tard. Ne le mélangez pas aux matières, car il empêcherait le cycle de décomposition de se produire. Dans tous les cas, prévoyez lingettes antibactériennes, pulvérisateur, eau de Javel, et articles connexes.

En habitat rural : Si vous habitez à la campagne, votre maison est sans doute équipée d'une fosse septique, ce qui règle le problème. Vous pouvez donc continuer à utiliser vos toilettes tant que vous aurez de l'eau, ce qui amène tout naturellement au point suivant.


La distribution de l'eau


L'eau des robinets va probablement se tarir ou devenir impropre à la consommation lorsque les autres systèmes vitaux vont s'arrêter. Suivant la nature des événements à l'origine de l'effondrement, les réservoirs municipaux pourraient être contaminés avec des produits chimiques, de l'essence, des eaux usées ou d'autres produits nocifs.

Sans eau potable en quantité suffisante, vous allez être extrêmement vulnérable aux maladies et infections. Un misérable stock de 100 litres pour une famille entière durerait à peine 4 ou 5 jours, en étant économisé au maximum et utilisé seulement pour la boisson. Qu'en serait-il alors de l'hygiène, la douche, la lessive, la vaisselle ?

Combien d'eau avez-vous en stock actuellement ? Habitez-vous près d'une source, d'une rivière, voire d'un fleuve ? Cette source d'approvisionnement éventuelle est-elle loin de chez vous ? Autant de questions que vous devez vous poser et y répondre dès maintenant...




Pour ce qui est du réapprovisionnement, ne pas négliger l'eau de pluie. Vous pouvez récolter de 120 à 400 litres d'eau relativement potable en une seule averse, suivant la superficie de votre toit ou du dispositif de collecte. L'eau de pluie est pratiquement exempte de tout sédiment puisque produite par évaporation, ce qui n'empêche pas qu'elle doive être décontaminée au moyen de produits adéquats. Si vous utilisez un filtre, ceci aidera à prolonger sa durée de vie dans la mesure où une telle eau est déjà claire et presque propre.


Moyens de compensation


En ville/appartement : Le manque d'espace n'y permet généralement pas le stockage de masse. Il est donc important de compenser par l'achat de filtres dès à présent. Ceux à céramique peuvent retenir les virus, bactéries, radiations, arsenic, fluorure et beaucoup d'autres composés indésirables. De tels équipements doivent être placés en première position dans une liste de survie.

Dans ce domaine, vous avez les excellents filtres à gravité Berkey. Pour un coût très inférieur, les filtres de Homespun Environmental, tout aussi valables.

Vous pouvez utiliser deux seaux superposés de 10 ou 20 litres pour confectionner un système de distribution (les filtres étant installés dans le contenant supérieur où est versée l'eau à traiter, le seau inférieur recevant l'eau potable). Du fait de leur fonctionnement par gravité, ils seront toujours opérationnels, même en l'absence d'électricité.

Avec une durée de vie de 6 à 8 ans et un prix moyen de 20 euros par filtre (plus les frais de port), il est indispensable d'en stocker plusieurs en complément de vos réserves en eau. Pensez à leur adjoindre systématiquement une bonne longueur de tube en plastique du diamètre de sortie du filtre.

Je vous donne ici un lien, que m'avait communiqué un lecteur, vers le site français HABITATION AUTONOME qui fournit ce qui semble être d'excellents équipements, notamment de filtrage, et à très bon prix. Ils ont aussi de beaux fourneaux et chauffe-eaux à bois :
http://filtre-a-eau-ecologique-par-gravite.blogspot.fr/

Si vous renoncez aux filtres à céramique, il faudra alors que vous fassiez bouillir votre eau après l'avoir filtrée de quelque manière (sable, charbon et/ou tissu). Cela requiert beaucoup plus d'efforts et de moyens, ne donne absolument aucune assurance quant au retrait des divers contaminants, et vous fera gaspiller des monticules de bois (compter 1 kilo de bois par litre d'eau), en admettant que vous en ayez encore sous la main... Sans parler de la signature visuelle (fumée). Je vous conseille donc de prévoir des filtres dès à présent. Vous n'aurez droit à aucune distribution de bons points pour avoir rendu les choses plus difficiles. Personne ne vous tapera sur le dos après que vous ayez passé deux jours à construire un filtre merdique en disant "Wow ! c'est comme avec Bear Grylls à la télé !". Au lieu de cela, vos compagnons ou votre famille tomberont probablement malades, et se tordront le ventre à terre pour avoir bu de l'eau mal filtrée. Bien entendu, il restera encore à trouver l'eau susceptible de l'être...

Si vous habitez une grande ville où passe un de nos beaux fleuves pollués, voire une plus petite avec une rivière, il faut alors impérativement prévoir en plus des pré-filtres et des sacs de charbon actif que vous pourrez trouver dans les magasins de fournitures pour aquariophilie. Ou prévoir de quoi en fabriquer le moment venu (sable, gravier, charbon, voire linges en coton)

Pour ce qui est de la vaisselle et de la lessive, vous pouvez utiliser un contenant de 20 litres en guise de bassine et la faire à l'ancienne. La seule condition étant d'avoir suffisamment d'eau à disposition.

Maison avec jardin ou garage : Il existe plusieurs fournisseurs sur internet qui vendent des cuves de 1000 à 2000 litres. Je vous conseille d'en garder une d'au moins 1000 litres dans votre garage, ou plusieurs petites de 200 litres au minimum. Vous pouvez arriver à trouver des contenants en plastique alimentaire gratuits de réutilisation. Ce sont les gros bidons de couleur bleue dans lesquels certains fabricants reçoivent leurs matières premières. Les grosses cuves carrées de 1000 L existent aussi en plastique alimentaire (voir sur Ebay).

En ayant un réservoir de large volume et un ensemble de filtres à céramique, vous pourrez profiter de la pluie, pourquoi pas faire un peu de troc (on peut toujours rêver !), et dans tous les cas jouir d'une certaine tranquillité d'esprit sachant que vous aurez de l'eau propre pour vous et votre famille la plupart du temps. Investissez toujours dans du matériel solide et fonctionnel, avec des valves en laiton et une lecture du niveau.

En habitat rural : Si vous vivez à la campagne, ou dans une zone semi-rurale, il est probable que vous ayez accès à l'eau de puits, voire que vous l'utilisiez déjà comme source d'approvisionnement principale. Si ce n'est pas le cas, il faut alors le prévoir. Un habitat rural qui ne dispose pas de puits est un non sens total. Même une maison de banlieue ou de village devrait en posséder un dans le jardin.

Une pompe manuelle de type Grillot vous rendra d'inestimables services le jour où le courant s'en ira pour de bon. Sinon, ce sera à la corde et au seau pour aller chercher au fond. Ceux qui puisent par forage doivent prévoir un moyen manuel de remonter l'eau à la surface, voire un générateur pour faire fonctionner la pompe électrique suivant la profondeur, avec les contraintes en maintenance et carburant que cela impose.

Le puits devra être couvert en permanence, de manière à ce qu'il ne puisse pas être souillé par des animaux morts. Si vous n'êtes pas habitué à consommer son eau depuis un certain temps, il est préférable de la filtrer.

Si vous disposez de filtres à céramique, vous pourrez aussi vous approvisionner dans les étangs, mares et rivières environnants. Un pré-filtrage est alors indispensable, de manière à limiter leur encrassement et les faire durer au maximum.


A gauche : filtre Homespun - A droite : filtre Berkey

Le filtre à gravité de chez HABITATION AUTONOME


L'alimentation électrique


Il n'y a sans doute pas grand chose à dire qui n'ait été dit ou que vous ne sachiez déjà sur le sujet. Si l'électricité vient à manquer, vous aurez alors vos panneaux solaires, un groupe électrogène, du carburant en réserve et des lampes, ceci dans le cas où vous l'aviez prévu. Dans le cas contraire, vous aurez vos bougies, de l'huile ou du pétrole, jusqu'à ce que tout cela se termine et vous n'aurez alors plus rien.

Honnêtement, je ne recommande ni la première solution, ni la seconde en particulier. C'est un choix personnel que chacun fera en fonction des moyens dont il dispose et de ses aspirations. Ce point a déjà été discuté dans un article précédent, au sujet du matériel de survie et de la course en avant qu'il peut susciter. Personnellement, j'ai choisi les bougies, ainsi que quelques petites lampes de poche à dynamo. Comme disait l'irrésistible Robert Dalban dans Les tontons flingueurs : "Quand ça change, ça change. Faut jamais se laisser démonter". Pourquoi vouloir maintenir à tout prix une manière de vivre qui ne sera plus possible, et à laquelle nous ne pourrons peut-être plus revenir ?

Notre système d'approvisionnement électrique est fragile et pourrait être mis à mal de bien des façons, qu'il s'agisse de tempête solaire, IEM, bombe atomique ou autre. Il existe des dizaines de scénarii possibles pour que le courant cesse de circuler, et bien que l'on puisse vivre sans, le chaos et la panique gigantesques qui en résulteraient signeraient sans aucun doute la fin des haricots. Plus d’hôpitaux, plus d'essence, plus de livraison de nourriture, plus de médicaments, plus de police ni de pompiers, et surtout, comble du malheur, plus de Star academy... Le pays pourrait dès lors être considéré comme irrémédiablement perdu, n'est-ce-pas ?

L'immense majorité des maisons modernes dépendent de l'électricité pour le chauffage ou la clim (y compris les brûleurs de celles chauffées au fioul), et les cheminées ont été reléguées aux oubliettes. En cas de problème, les seules alternatives seront donc les réchauds à pétrole ou au gaz propane, dont les réserves s'épuiseront très rapidement, ainsi que les couvertures...

Dans le même ordre d'idée, la cuisson requiert du gaz ou de l'électricité. Suivant la situation, le gaz de ville pourrait lui aussi ne pas fonctionner. Avez-vous un autre moyen de faire la cuisine ou bouillir de l'eau ?


Moyens de compensation


En ville/appartement : Si vous disposez d'un groupe électrogène, alors vous n'aurez probablement pas pu stocker beaucoup de carburant par manque de place, et lui aussi deviendra rapidement un vestige du passé. D'autre part, la signature acoustique sera telle que vous attirerez tous les charognards et les pillards à la ronde comme dans les meilleurs films de zombies. Sans oublier vos voisins, qui ne vont pas manquer de venir vous taper votre système. Voulez-vous vraiment leur dire non et vous créer ainsi quelques ennemis de plus ? Voire même l'immeuble tout entier ?

Plutôt qu'un générateur, il serait plus judicieux de placer des panneaux solaires devant les fenêtres dans la journée pour recharger des piles. Le fait d'avoir un peu de courant est toujours mieux que ne rien avoir du tout, et ce peu de courant peut être utilisé au maximum avec des lampes LED. A ce titre, les guirlandes de Noël à LED sont de merveilleux outils à usage multiple. Elles sont bon marché, prêtes à l'emploi, consomment très peu, et ne nécessitent qu'un faible espace de stockage. N'oubliez pas cependant qu'une lampe allumée, même de faible intensité, se voit immédiatement depuis l'extérieur. Il est donc indispensable de masquer sa signature. De gros rideaux épais de couleur sombre, voire du film plastique noir tendu devant les fenêtres constituent le moyen le plus sûr.




Une autre chose intéressante dans le fait de disposer d'un peu de courant est la possibilité de recharger des objets tels des lampes-torches, radios, voire même des ordinateurs. Ceci peut-être réalisé à faible coût et avec peu de place au moyen d'une batterie à décharge profonde ou similaire.

Pour ce qui est de la cuisson et du réchauffage, prévoyez de stocker quelques bouteilles de gaz supplémentaires pour votre cuisinière actuelle le cas échéant, ainsi qu'un petit réchaud portable. Cela vous assurera des mois d'autonomie en l'économisant au maximum. Ce qui devrait suffire pour tenir le temps nécessaire.

Maison avec jardin : Suivant la localisation de votre maison par rapport à la ville, vous serez probablement logés à la même enseigne que ceux vivant en centre ville ou en immeuble pour ce qui est du manque de courant et des possibilités de cuisson. La différence étant que vous aurez davantage de place, éventuellement, pour déployer une plus grande étendue de panneaux solaires, stocker plus de bouteilles de gaz et de batteries. Peut-être même aurez-vous la possibilité de faire du feu dans un four-fusée aménagé à l'extérieur, à condition de disposer de suffisamment de bois en réserve ou dans les environs immédiats. Un réservoir à propane d'une contenance de 50 ou 100 lbs serait un investissement intéressant pouvant être stocké dans le garage ou le jardin.

En zone rurale : Certains habitats ruraux disposent de réservoirs de propane allant de 1000 à 4000 litres, voire plus, offrant ainsi une autonomie d'un an pour une famille et de plusieurs années en mode économique. Un tel réservoir serait un allié de choix si vous prévoyez à l'avance en disposant d'équipements mixtes. Le propane peut faire tourner des réfrigérateurs, chauffages, fours, lumières et autres. Il vous permettra de vivre "comme avant" pendant que les gens des villes auront à souffrir du manque et passeront le plus clair de leur temps à se battre pour tenter de survivre.

Une propriété rurale pourrait également permettre d'étaler de larges étendues de panneaux solaires, installer des turbines à vents, et faire de grands feux de bois (à condition d'avoir des stocks de bois sec en réserve). Tout cela, bien entendu, sur le papier, dans la mesure où ne pouvons pas connaître à l'avance les dangers spécifiques qui se manifesteront à ce moment-là, et sans compter les énormes impératifs de sécurité que tout cela implique.


Les gens - pour le meilleur et pour le pire


Les grands centres urbains connaissent un taux de criminalité élevé en temps normal, qui sera probablement multiplié par dix en cas d'effondrement. Les premiers jours, des nuées de gens vont fondre sur les choses ayant une valeur immédiate ; Les biens tangibles, les vêtements, la nourriture, l'alcool, l'électronique de luxe vont partir en premier, suivis par l'essence, les véhicules, et le reste des magasins d'alimentation. Peu de temps après, on verra apparaître les cambriolages et les vols en tout genre ; Les fusillades commenceront tandis que les représentants de la loi et forces de l'ordre auront décidé de veiller sur eux-mêmes et leur famille ou seront à court de carburant, et que les pillards auront dévalisé tout ce qu'ils pouvaient trouver à la Fnac et chez Darty.

Votre sécurité personnelle sera sérieusement remise en cause.

Si vous n'êtes pas préparé à cela, vous deviendrez un lambda errant comme les autres, un réfugié de la faim, à la merci de ceux qui seront dans la même situation. Si, pour quelque raison que ce soit, vous vous retrouvez coincé dans un environnement de chaos, vous ne disposerez que de quelques précieux jours pour préparer votre défense ainsi que votre survie. Si les autres éléments dont nous venons de parler vous sont acquis, alors vous aurez plus de temps à consacrer à votre sécurité, voire même au chapardage pendant que le danger est encore au minimum.




Je ne suis pas en train de plaider pour le vol, mais dans une vraie situation de chaos, il y aura peu de ressources, pour beaucoup de monde. C'est un fait. A vous de voir en fonction de votre conscience et de vos impératifs, notamment familiaux. Il n'est pas dans mes intentions de faire la morale, ni de conseiller quoi que ce soit.

Mais rappelez-vous qu'à ce moment-là, il n'y aura personne pour vous aider. Pas de Samu, pas de pompiers, ni de Croix rouge... Pas de cavalerie chargeant à votre secours. Tout se fera à vos risques et périls ; Ce sera vous, et les vôtres éventuellement, seuls contre le reste du monde.


Moyens de compensation


En ville/appartement : Il existe certainement des moyens pour améliorer sa sécurité, notamment la Pièce fortifiée. Nous avons aussi suggéré quelques mesures indispensables dans un article précédent. Nous vous invitons vivement à le relire et à suivre d'ores et déjà les recommandations préconisées. Supprimer toute signature lumineuse au moyen de film plastique noir fixé aux fenêtres est un impératif incontournable, et vous devriez prévoir cela dès aujourd'hui.

Une petite maison en zone urbaine aurait a priori plus de chances, mais là encore, la menace va s'étendre petit à petit à toutes les zones, y compris la campagne, et votre habitation finira un jour ou l'autre par se trouver sur le chemin des malfaisants. Les gens affamés et perdus, une fois en état de choc, ne reculeront devant rien pour obtenir ce dont ils ont besoin. Je parle là des gens "normaux". Les criminels quant à eux sauteront sans attendre sur l'occasion pour prendre ce qui vous appartient. On voit déjà cela en temps normal, alors imaginez en cas de chaos !

Réduisez au strict minimum vos sorties à l'extérieur, et restez à l'écoute de toute information sur l'évolution de la situation. Et plus important, sachez comment vous protéger et soyez en mesure de le faire. Cela signifie avoir de l'armement, des munitions, et savoir les utiliser. Une arme de poing, un fusil de chasse ainsi qu'une carabine, quel que soit le calibre, peuvent être considérés comme la Sainte Trinité de l'autodéfense en matière de préparatifs au chaos.

Maison avec terrain : Il n'y a véritablement aucune différence pour ce qui est des menaces extérieures, même si vous habitez quelque peu à l'écart ou possédez une grande propriété. Il se pourrait que les réfugiés et les pillards prennent plus de temps pour arriver jusqu'à vous, mais un jour ou l'autre ils se présenteront, et ce moment ne sera pas le plus agréable. A ce stade, ils en seront à mendier, voler, ou simplement tuer. Et en plus, ils auront l'estomac dans les talons après avoir fait la route. Ce genre de comportement a demandé seulement 24 heures pour apparaître après l'ouragan Katrina de la Nouvelle-Orléans. Imaginez si un tel scénario s'était prolongé pendant 30 jours, voire 6 mois...

Les mêmes conseils quant à la fortification des infrastructures en appartement s'appliquent aux maisons individuelles. Le renforcement des portes, fenêtres, et rez de chaussée est indispensable, tout comme la possession d'armes à feu. Mais tout cela ne changera rien au fait que vous resterez toujours une cible. La différence par rapport à un appartement de ville est que vous aurez à être à l'extérieur plus souvent, ce qui peut mettre en péril votre plan de survie et crée un danger plus grand pour toute personne restée dans la maison. Je vous conseille vivement de lire à ce sujet notre Dossier spécial n°4 sur La protection de périmètre.




Et pour ceux qui pensent qu'ils ont tout ce qu'il faut en termes de nourriture et d'équipements pour tenir pendant des lustres, je leur rappellerai qu'il suffit d'une balle pour que la partie se termine et qu'ils cessent de profiter de leur stock de Nutella et de leurs beaux gadgets survivalistes. Un coup de couteau, une lésion traumatique, un simple accident, voire une mauvaise infection peuvent mettre fin à tout cela très rapidement. Sachez qu'au cas où vous vouliez engager un combat armé, y compris pour vous défendre, les statistiques ne sont pas en votre faveur...

La zone rurale : De même que pour les autres points, elle offre a priori les meilleures chances de survie. Je dis bien a priori, comme nous l'avons laissé entendre à maintes reprises. Les deux éléments qui la caractérisent sont l'éloignement, et l'éparpillement des populations. Or sur le plan de la sécurité, ces deux éléments, à première vue favorables, peuvent très bien jouer au détriment de leurs supposés bénéficiaires.

Quoi qu'il en soit, les vrais habitations rurales sont à considérer comme potentiellement mieux équipées (fosses sceptiques, eau de puits ou forage, gaz et carburant, voire élevages), et avoir de tels voisins est toujours un avantage à prendre en compte dans la perspective d'une situation de chaos. En général, une situation d'isolement relatif entraîne une solidarité plus grande, ce qui pourra être considéré comme un multiplicateur de force le moment venu.

L'ensemble améliore donc la sécurité potentielle, grosso modo. Mais rien n'est assuré pour autant, sachant que les hordes affamées et autres prédateurs ne vont pas manquer d'être eux aussi attirés par le chant des oiseaux et le sourire de la fermière lorsque la faim les tenaillera. Il faut aussi garder à l'esprit que souvent dans ce genre d'environnement, les gens possèdent des armes et savent comment les utiliser ; On peut dès lors imaginer qu'ils n'hésiteront pas à les tourner vers leurs voisins si besoin était...

La sécurité dans les zones rurales peut être grandement améliorée en créant des barrages, ou d'autres obstacles de manière à retenir les véhicules éventuels. Suivant son degré d'expertise, on peut aussi confectionner des pièges et autres gâteries, donnant ainsi un avantage supplémentaire en cas de confrontation. Le fait d'être à terrain découvert permet de voir à plus grande distance, et donc de repérer à l'avance un éventuel ennemi en approche. Ce qui donnera plus de temps pour se cacher, sécuriser son périmètre, ou se préparer au combat. Tous ces points ont été traités en détail dans nos divers Dossiers spéciaux.

Les réfugiés qui auront fait 50 ou 100 km hors de leur territoire habituel auront à composer avec un environnement qu'ils ne connaissent pas, et seront ainsi à la merci des populations qui vivent sur place pour ce qui est du gîte et du couvert. Vous pouvez tourner cet aspect à votre avantage, notamment dans le cas où vous ayez besoin de personnel, en prenant garde toutefois de ne pas introduire de loups dans la bergerie...


En conclusion


Les pionniers et les explorateurs, ainsi que nos ancêtres en général, ont vécu par le passé sans électricité ni médicaments. Les pays sous-développés subsistent malgré le fait que leurs habitants aient la plupart du temps à se battre pour l'eau et la nourriture. Même dans la pire des hypothèses, il y aura toujours des gens pour en réchapper.

L'histoire de l'humanité regorge de cataclysmes, épidémies et guerres en tout genre, dont certains y ont survécu puisque nous sommes là aujourd'hui. Le prochain cataclysme d'envergure épargnera lui aussi un certain nombre de personnes. Le but final de tout survivaliste se résume en fait à ces quelques mots : en faire partie...

24 commentaires:

  1. Super, comme toujours. Stocker dès à présent de la sciure est jouable car gratuit. La sciure de bois est polyvalente et son conditionnement aisé. Stocker des boîtes de conserve susceptibles d'être consommées chaudes ou froides, C'est pas cher, surtout si c'est rempli d'eau pour faire du poids et le stockage est simple. Pour l'eau, préférer les cuves enterrées pour éviter les amplitudes thermiques, les méfaits du soleil et les convoitises diverses. Pour le facteur humain, faites comme d'habitude vers Noël quand les éboueurs, le facteur et les pompiers viennent vous attendrir avec des calendriers de chatons: faites le mort. Pour l'hygiène, ramasser tous les bouts de savon qui traînent pour en faire un gros, ça sert tout le temps. Cultiver de la saponaire est un atout certain car c'est une des bases des savons de nos ancêtres. Tout ceci est appliqué depuis des années et ça marche.
    cc

    RépondreSupprimer
  2. Toujours aussi concret et clair cet article ,merci,en fait le premier des points à considérer est l'épaisseur de votre portefeuille,car si vivre "à la campagne" semble être le moins mauvais compromis , ce n'est pas à la portée de tous et pourtant survivre en ville suite a un chaos prolongé sera totalement impossible et dans tout les cas suppose des aménagements importants plus élevés et plus chers qu'a la campagne en final.Donc faire le budget pour les deux alternatives peut révéler des surprises .
    Il est évident qu'un regroupement des moyens peut s'avérer nécessaire dans bien des cas ,sous quelle forme ? car cela devra être fait avant et même en cas de disparition de l'état de droit pour autoriser une perennité .Notre civilisation a élaboré un certain nombre de structures simples et de règles qui bien utilisées permettront la vie à plusieurs par regroupement de moyens sachant que chacun devra s'engager à les respecter,autrement effectivement ce sera a dieu va pour les croyants ou mon douze est ma vie pour les autres

    RépondreSupprimer
  3. Par opportunité géographique , la moyenne montagne , un groupe de maisons qui constituait jadis un groupe de 300 personnes , aujourd'hui 33 , une fontaine alimentée par des sources juste a côté de la maison .
    Chauffage au bois , eau assurée , éventuellement gibier , farine de châtaignes , légumes , fruits . La seule chose qui a vraiment manque pendant la dernière guerre le SEL m'a dit mon pote l'apiculteur qui a réussi tant bien que mal a gèrer les maladies et disparitions d'abeilles.
    Le tarif qui se pratiquait c'était 1 kg de sel pour 3 kgs de farine patate / châtaigne le pain fait avec est très bon , croyez moi !
    La route pour arriver s'est effondrée une fois dans le passe , bloques pendant 3 mois durée des travaux , en clair facilités de tenir l'apposition et les arrivants .
    Les sentiers qui peuvent mener aux hameau sont peu connus , vraiment pas faciles et , de plus , ce sont tous des braconniers !
    Il m'fallu plus de 12 ans pour me faire accepter même si j'ai épousé une native. Même si je ne suis volontairement en rien chasseur mon goût pour les armes a facilité les choses.
    Budget ? Le maximum ! Si les lumières s'éteignent pourquoi garder de l'argent pour payer la facture d'électricité.
    Ordinairement j'habite a 80 kms une ville côtière en bord de mer méditerranée qui triple ou quadruple sa population l'été. Cette vile a été gagnée sur une zone de marécages.
    Si crise chassez le naturel.... Épidémies , problèmes sanitaires , médicaments etc....avantage , gros avantage a la campagne : un coup de 12 pour tuer un virus ? Non !
    3 ou même 5 itinéraires de dégagement a pied ou en vélo. Rien a transférer , sur place c'est déjà prêt , mon pote monte la garde il ne m'a rien demande , je ne lui encore rien dit , attendons le cahos.
    Il y a un manège de chevaux a 11 kms , 2 mulets a 4 kms les plus proches d'autres a proximité , quelques vaches et surtout , surtout , énormément de moutons.j'ai de quoi troquer , les voler attendons de les voir épuiser leurs munitions.
    Les munitions ? Les bases américaines , du nord au sud du pays laisseront de quoi s'approvisionner le moment venu , patience , stock perso de quoi tenir en attendant !
    En ville ? Cette organisAtion ne POURRAIT servir et je serai probablement tué ou mort de maladie, de faim , très rapidement, alors pourquoi risquer , jouer les Rambo , non je joue la carte de la tactique de l'homme invisible ....si possible !
    C'est la géographie du pays , ses ressources , sa population, ses styles de vie qui m'ont dicté mes choix , j'ai DU m'adapter bon gré mal gré , me débarrasser de mes illusions sur moi même ou sur les autres et n'étant pas parfait je continue a travailler .....
    Dans les différents articles du site j'ai trouve de quoi compléter mon éducation sur le sujet des avis , des idées , de nouvelles connaissances donc merci.
    Le problème de la radio activité ou agents bio chimiques pourraient faire l'objet d'un article à destination de ceux qui n'ont pas de connaissances en la matière ?
    A ne pas négliger en termes de protection dans notre panoplie et assurance vie .
    Surtout en France , ses centrales sont les seules qui nous font risquer ici, il y a une grosse fuite dans l'une d'elles je crois en ce moment ?
    Salutations , VG.

    RépondreSupprimer
  4. Les 4 paramètres de la survie en zone tempérée sont : l’eau, la nourriture, le chauffage et l’abri.
    Hors les actes anodins de la vie courante prennent du temps et consomme des calories en temps de survie.
    Il faut donc chercher à disposer d’un accès facile à ces 4 paramètres.
    C’est à mon sens la démarche de base à prendre en compte dans son choix de « survivaliste des villes » ou « survivaliste des champs ».

    Notre civilisation des énergies fossiles nous a tellement habituée à ce que l’énergie sorte du mur et que l’eau coule du robinet que nous ne mesurons pas forcément ce que puiser de l’eau ou ramasser du bois représente en terme de temps et de fatigue physique.
    Certes un appartement moderne est surement mieux isolé qu’une cabane au fond des bois mais pour un avantage, combien d’inconvénients supplémentaires ?
    Seul les survivalistes ayant déjà adopté un mode de vie alternative ou qui possèdent un bout de terrain sans énergies fossiles peuvent expérimenter que tous les moindres travaux se font à un rythme plus lent et que l’on en fait beaucoup moins pour une dépense énergétique plus grande.

    Ce qui est vraie à la campagne, sera multiplié par 10 ou par 100 en zone urbaine, les sources d’approvisionnement en eau et en moyens de chauffage étant rare ou nécessitant des déplacements importants hors de propos avec les calories dépensées et qui prendront un temps précieux que vous pourriez consacrer à autre chose.

    Habiter en zone urbaine (je ne parle pas des villages ou des bourgs à dimension humaine) c’est habiter « hors-sol » en multipliant les facteurs de dépendance.
    Les exemples de ville en guerre (Sarajevo) ne sont pas paradoxalement de bon exemple car ce sont des zones particulières dans un pays ou la vie continuait même au ralenti grâce à l’aide humanitaire, aux troupes de l’ONU ou aux milices des différentes factions. Les échanges, la contrebande arrivaient quand même en ville.
    La, nous parlons d’un effondrement généralisé ou les services d’assistance n’existeront plus et seront débordés.

    Habiter, même au fond des bois, c’est avoir accès assez facilement à trois des paramètres fondamentaux de la survie. Certes, j’aurai peut-être des mauvais moments à passer car ma récolte de patates sera pourrie et je devrais concentrer toute mon énergie à ne pas mourir de faim mais je n’aurais pas en plus à me démener pour trouver deux planches à bruler et un peu d’eau pour me faire une soupe d’orties.

    Certains survivalistes me rétorqueront qu’ils n’ont pas le choix car ils habitent en ville à l’heure actuelle. Mais à l’heure actuelle uniquement. Entre crever en ville à plus ou moins court terme et tenter de durer en évacuant vers la campagne lorsque les lumières s’éteindront, cela ne faut-il pas le cout de tenter sa chance ?

    C’est finalement peut-être en zone urbaine que le concept de BAD prend toute sa signification.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher F vonPikkendorff,
      Je ne suis que partiellement d'accord avec vous, en particulier sur le manque d'eau en urbain, sachant que les villes se sont principalement installées grâce à la facilité de l'accès à l'eau, je pense à la ligne verte au Liban et le siège de Paris en 1870. Je prendrai volontairement le contrepied à vos propos sur les 4 critères de survie chez nous: En ville les abris sont nombreux et garantissent de l'eau, du vent et du froid; l'accès à l'eau possible dans l'absolu (égouts, rivières polluées, nappes stagnantes...); la nourriture issue de pillages conservable à merci, ainsi que toutes les plantes qui ne manqueront pas de pousser sauvagement et qui seront moins polluées qu'en campagne; le chauffage, ben c'est du combustible et en milieu urbain ça doit se trouver.
      Vous soulignez la récolte de patate pourrie, c'est un fait à ne pas négliger au terme d'un temps de croissance nécessaire aux végétaux, dont certains sont ingérables, comme les tomates. J'ai évacué le facteur humain qui est en définitive, et vous l'avez bien illustré, le risque principal. En dépit de mon caractère facétieux, voire chiant, sachez que l'Etat s'intéresse désormais de très près aux sources qui n'ont jusqu'à présent aucun statut juridique. La campagne risque de morfler avec ça. L'Etat perd pied sur bien des domaines mais change ses moyens de pression et avec l'eau, plus besoin à nouveau de colonnes infernales pour nous emmerder.
      J'ajoute qu'en ville, on peut vivre discrètement, comme en Syrie où ils reviennent en douce dans leurs appart ravagés. En campagne, ça ressemblerait aux camps de ces saloperies de réfugiés, euh, clandestins avec leurs abris largement combustibles, mais après, c'est juste question de volonté. La campagne a des atouts mais le facteur humain sera encore plus prégnant (hostile) car l'isolement demandera moins de force aux assaillants. Après tout Oradour n'a jamais eu de procès digne de ce nom parce que ce n'était qu'un village.
      cc

      Supprimer
    2. D’où l’intérêt de ce blog. Avoir des avis divergents, les prendre en compte et au final faire un choix qu'il faudra assumer le moment venus.
      Bonne continuation intra-muros ;) :)

      Supprimer
    3. Le souci majeur est qu'on ne connait pas l'avenir et je serais tenté de penser qu'il n'y aura pas de crise puisqu'aucun voyant ne poste ici. Mon expérience personnelle me rend moyennement enthousiaste car le taux d'échec est réel et les conséquences durables (euphémisme). J'essaie de regarder à travers l'Histoire ce que les anciens ont fait selon la crise vécue et j'en tire les conséquences. Quant à l'idée de groupe de combat, je n'y crois que dans un but clairement offensif, c'est à dire structuré pour l'échelon tactique avec des objectifs limités. Vous aurez remarqué que je n'évoque en aucun cas l'ennemi, trop divers, trop imprévisible, trop exotique pour en anticiper quoi que ce soit. Pour finir, je ne suis pas en milieu pleinement urbain et je vois déjà des champs pillés de façon très visible, ce qui n'arrivait pas il y a 15 ans.
      cc

      Supprimer
  5. bjr a tous,tres bonne article mr Pierre,cela est agréable q vous voyez mon point de vue sur le chapardage (vol),malheureusement bcp d'anciens sur ce blog ont ds idées qui ne tiendront plus le moment voulut,comme dit anonyme 20h34 tt pourra ce trouver(munitions) ,il faudra juste le prendre en premier,etant en rural je me vois mal dire a ms voisins je ss survivaliste ,jsuis prevoyant et pas vous!!ma priorité est de rester discret ( profile gris ),en ls aidant je m'aides( chaparder de la nourriture et la redistribuer vous permet (de pas manger vos réserves) d'êtres bien vue,de savoir que votre voisin a le ventre plein fait qu'il ne viendra pas mangez chez vous,idem pr ls armes,bougie etc...) par contre c'est la q le survivaliste ce defait du lot,une fois la depouilles epuisé(stock officiel de vous et vos voisins terminées ) il faut plier bagages et rejoindre le plan b,car comme dit dans le post votre voisin peut ce retourner contre vous.Messieurs pensez comme "eux" (moi),pensez voyoux,vous allez a kiloutou un dimanche louer une tondeuse et passer devant un magasin de vehicule agricole,et hubert boisson(distributeur boissons,kitkat etc dans ls gare gallerie marchande) pensez hubert boisson: il on une réserve,coca fanta eau,kit kat lion mars etc,apres pensez magasin agricole: il y a ou moins quad essence remorque (atellage ,outils,seau,bidon) voir engrais,graines etc...,si en plus ces adresses sont sur votre route pour plan b ou bad c'est royal(cheese), pour ls urbain imaginez devoir bouger de chez vous ss plan B donc pas de but,vous errez 200km dans la pampa(campagne) et la une habitation(non habité) propre avec jardin (le paradis) vous allez me dires qu'a ce moment précis vous allez penser au proprio de la dite maison???? rien du tt,en regardant votre femme et enfant vous allez vous dires je m'en fout du proprio et si il débarque on verra! c juste un instint de survie,dans un post précèdent certains pensaient acheter un village vacance dans la creuse je crois,pourquoi acheter???allez y en week end bushcraft,camping en famille,visiter roder autour repérer ls lieux (riviere,puit,magasin alimentaire,gendarmerie ,pharmacie,quincaillerie,faune flore etc...) et le moment voulut squatter ls lieux,comme dit plus haut 1 balle suffit a tt arrêter(mort) q vs soyez suréquipées ou juste votre b.... et votre couteau c la meme,q l'on commence ou pas (la survie), le peus de matos q vous avez,apprenez et réapprenez a vous en servir,le reste ce trouvera,binome,outls matos,voire un groupe deja presque constituer(plusieur famille ensemble) c'est mieux pr prendre un village,lol.bonne soirée a vs

    RépondreSupprimer
  6. re,pr anonyme 18h03,desolé de dire ca mais ici c pas la syrie,c'est la France,connaissez vous votre ville par coeur,si oui tant mieux pr vous mais sachez q vous n'etes pas le seul,tt ce vois,et quand bien meme vous revenez dans votre logement detruit il y aurra tjrs ds casse couilles qui voudront votre bien,ceux qui vont rester en ville faut le dire serront (ds rambos,loup solo) pas ds peres de famille soucieux ds leurs,je m'expliques: quand bien meme vous tenez votre etage immeuble(mdr),votre batiment (acceptable)votre rue(bien),votre quartier(le top) cela ne ce ferra pas q par les armes,vous n'aurrez je penses pas suffisamment de munitions et de bras pr ca,il faudra parlementer car vous ne serrez plus seul a décider, et la faudra éviter le coté chauvin ou autre du bon Français car en face on voudra vs égorgez( c pas des bédouins rencontré en 1970 a Tizi Ouzou,née en 95/2000 ils auront la dalle) et diplomatie et détermination seront de mise,pour q chacun reste chez soi,ca c l'optique ou on fait avec le raciste et son berger allemand du 3eme,la pochtronne du 5eme q tt ls momo sont passer dessus,le branleur de 20ans au 8eme qui ce prend pr un rappeur americain et bien d'autre et la pour moi ce n'est que la banlieue de paname,quand a paris!!! PARIS VA BRULER,car de suite je parle de gens dit normaux,et ls HP et prison,ls taulard vont rejoindrent la banlieue et ce battre,ls toxicos et ls malades mentaux seront jetées dans ls ruines de paris,certain quartier de paris subsisterons,le reste sera une decharge et plaque tournante du marchée noir,tt ca si on est 1 male ALPHA (dominant)en gros c devenir chef de guerre(quartier) +tt le quotidien ,eau,bouffe ,recup,occupé ls gens,hygienes soins,enfants etc,en profile invisible et solo pas 6mois de vie,et je parle pas de Lyon, Lille ou Roubaix. cldt Tony

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, la France n'est pas la Syrie, où depuis 2012, la population s'est soulevée contre l'Etat et des factions criminelles se sont fondues dans la masse pour faire sa propre guerre. Par contre ça risque d'arriver ici.
      Je me contente d'appuyer mon propos sur des exemples concrets sans penser avoir raison, j'oriente juste le débat sur un éclairage différent. Il y a un truc qui ne doit échapper à personne: l'utilité et la terreur. La première permet de vivre encore un peu car on a un talent que l'on donne au vainqueur et la seconde permet de gagner 50% des batailles et souvent sans se battre.
      Si vous avez 45 ans et que votre seule ambition est de devenir star du rap, Darwin vous rappellera ses principes rapidement. Si vous êtes un ancien des FS et que vous avez gardé votre équipe et que votre réputation vous précède, on vous servira du "Monsieur" parce que vous serez utile et vous ferez peur.
      Cela dit, Bigeard était un simple guichetier de banque au départ et Daladier était légionnaire, comme quoi...

      Supprimer
  7. bjr,anonyme 23h02,je suis dans l'ensemble ok avec vous, juste q la différence entre la Syrie et la France sera la terreur et la BARBARIE en 10fois pire chez nous,actuellement en Syrie le régime de Bachar et de l'autre ls dit rebelles et daech (ce dernier se mélange au rebelle) et s'equipe avec du matos ricain,dans un pays "a moitié développé", chez nous ca n'aura rien a voir.la barbarie serra identique a la Syrie mais le Français lambda n'a jamais vécu ça et c'est la le hic,nos banlieux on la chair a canon en masse + tt ls névrosées extrémistes de gauche, droite, religieux,anarchiste etc... Certe certain d'entre nous vont ce révélées au moment venu,ce qu'il faut ce dire c'est qu'avec tt ls paumées qu'ont va rencontrer,nous serront chacun d'entres nous un phare dans l'obscurité pour eux.pour un loup solo avec équipe c'est parfait,pour un père de famille voulant survivre c'est une autre histoire,il faut mieux prendre exemple sur ls conflits d'afrique noir plutôt q la Syrie,car nos banlieusards seront plus des k1f (africain) a lyncher un blanc sur la place du quartier(manifestation a paris) et finir par le tuer que voir (daech) ls egorgées en rang d'oignon cela viendra mais plus tard.cldt Tony

    RépondreSupprimer
  8. Salut à toutes et à tous,juste un ptit lien qui n'à rien à voir avec l'article,quoique... trouvé sur le forum du gros:www.mortarinvestments.eu/fr/products/vehicules-blindes-4#currency=EUR , plein de véhicules et un peu de matos à des prix qui me semble bien plus que raisonnable,merci à Marc 85420 pour ce lien!LPN26

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je suppose que si tu casses ta tire-lire et que tu es copain avec le patron de la station de raffinage ou avec un bouilleur de cru en gros tu dois pouvoir circuler.
      ;)
      Maintenant, si tu ne fais qu'un voyage avec mais que cela te permet de foutre le camp .... pour 4600€ de ferraille et 500€ de gasoil c'est une affaire.

      Supprimer
    2. Bien le bonjour LPN26...

      J'ai encore donné ce lien (enfin, de la page principale ) a Mirador, sur FB, par rapport a l'actualité ( émeute, nos "chances pour la France" qui saccageaient tout... http://www.mortarinvestments.eu/fr/products/vehicules-blindes-4/brdm-2-167#currency=EUR , une p'tite 12.7 dessus et hop on fonce dans le tas...)

      bien cordialement, B.

      Supprimer
    3. add-on

      perso c'est plutôt ce genre de véhicules que me botterait ( histoire de pouvoir partir avec un peu plus que ce que l'on a sur le dos^^):
      http://www.mortarinvestments.eu/fr/products/jeeps-et-camions-3/page/2/filters/a%3a1%3a%7bs%3a3%3a%22new%22%3bs%3a3%3a%22all%22%3b%7d#currency=EUR

      Supprimer
    4. Salut à toi mon ami!!!! ouais,tu as vu ce site de "malade",moi aussi çà me botte,il y a un matos pas croyable à des prix,il me semble,défiants toutes concurrences!ouais,c'est sur aussi,comme disait l'aut' blair' d'anonyme qui ne sait mm signer ses posts mais juste ouvrir sa gueule ces derniers temps sur tout et sur rien: mais bon bref..".faut se faire pote avec le pompiste ou avoir des actions chez total",çà c'est clair,ou alors,s'en servir à bon escient!?!mais en tout cas y'à mm quelques ptitsT55 dont je saurais bien quoi en faire...avec la tourelle qui va bien?!? tout çà pour dire qu'à l'est,ils font du "gaillard" qui vaut le coût",les gars!!encore un salut à toi du sud,Brad!!LPN26

      Supprimer
  9. Bonjour à tous,
    Comme nous l'avons fait sur d'autres Blog traitant de l'autonomie, la survie nous nous permettons de vous laisser un petit commentaire au sujet du produit que nous importons et commercialisons sur la Belgique, la France et la Suisse.

    Les Purificateurs Berkey sont une référence en matière d'autonomie en eau potable.
    www.berkeywater.eu

    Ecrivez nous et nous nous ferons un plaisir de répondre à toutes vos questions.
    Que ce soit les comparatifs en matière d'efficacités, tests de laboratoire etc…

    Bien cordialement

    Gaëtan Maréchal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'utilise ce matériel depuis 5 ans et totale satisfaction,facile de mise en oeuvre et de transport avec une bonne longévité ,il vaut mieux d'ailleurs avoir deux big berkey que le modèle au dessus plus encombrant

      Supprimer
    2. Merci pour votre message sur les Berkey et pour votre proposition de répondre à des questions sur le sujet.

      Je vois sur internet des propositions pour des "Big" avec deux filtres noirs ... et ma question est: qu'en est-il des filtres "blancs" et surtout , à quoi servent-ils ?
      Sont-ils indispensables à une parfaite filtration ?
      S'adaptent-ils aussi au modèle "Big"?
      Sont-ils une autre filtration (meilleure) que celle des noirs?
      Concernant les filtres noirs j'ai lu sur des sites internet, que l'on pouvait n'en utiliser qu'un à la fois.
      Cela ne modifierait pas la pureté de la filtration mais modifierait seulement le temps de la filtration tout en multipliant par deux la quantité d'eau potentiellement purifiable.

      Supprimer
    3. Cher Maréchal, me voilà!
      J'ai adressé par erreur et par deux fois mes messages sur les Berkey à Messieurs Janus et Janus (veillez m'excuser Mr Janus)
      Cher Gaëtan Maréchal, si vous pouviez m'en dire plus sur les filtres "Blancs" PF2 Arsenic et Fluor Flow K5366, j'en ai vu la proposition sur un site Berkey "Benelux", mais sans aucune explication quant à leur place et à leur montage dans la partie haute du "Big".
      En vous remerciant d'avance ...

      Cordialement

      AdN

      Supprimer
  10. bonjour tout dépend de ce pourquoi vous les utilisez,il ya deux filtres noirs qui filtrent rapidement (environ 1.5 l /heure) qu'appellez vous "parfaite filtration".Le big berkey utilise deux filtres noirs,voie pas l'intéret de n'en utiliser qu'un vu leur longévité et un seul augmentera le temps de filtration par deux,vraiment( vu le prix aucun intéret).Les filtres blancs connait pas,allez sur le site de Berkey les explications y sont très claires.Mes berkey fonctionnent tout le temps depuis trois ans sans anicoche.cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour votre réponse, les filtres blancs sont des PF2 Arsenic et Fluor FLOW K5366 de chez berkey, ma question est: Comment sont installé les filtres blancs; Dans sa pub Berkey ne parle pas de leur installation. En tous cas pour êtres efficaces ils ne peuvent qu'êtres l'un sur l'autre ... Ou l'eau ne serai filtrée que partiellement par l'un et par l'autre.
    Si vous avez des renseignements sur ces filtres "blancs" je suis preneur.
    Concernant la filtration plus lente avec un seul filtre noir, ce n'est pas pour des économies d'argent, mais pour des économies de filtres en cas de problèmes d'approvisionnements!
    Nous sommes sur le point d'acheter le modèle "Big" et je ne veux pas faire d'erreur alors j'essaie d'en savoir le plus possible avant de passer ma commande.
    Cordialement et merci d'avance
    Ano.de Nîmes

    RépondreSupprimer
  12. hello collègue occitan! comme le disais ce cher janus, le fait d utiliser qu' un seul filtre est inutile car celui ci verra sa durée de vie passer plus vite que si tu utilises les deux ( bon 23000l ca laisse de la marge😊) les filtres blanc sont de mémoire plus pour filtrer certains produits que les noirs ne filtre pas ( arsenic, certains métaux lourds je crois...) étant possesseur d'un royal depuis deux ans, j en suis pleinement satisfait ( ps: pensez à la pompe manuelle d amorçage des filtres, si c est un bordel sans nom, pas sur que l on est encore de la pression dans les robinets pour le faire et puis c est pratique pour le nettoyage des filtres)

    RépondreSupprimer
  13. Merci Richard pour les filtres noirs j'ai compris et je ne ferais plus le "radin" ( tout en gardant un petit peu l'idée du truc pour de possibles jours ou il n'y aura plus de poste ).

    Peux-tu m'en dire plus sur cette pompe manuelle ?
    Recevrais-je avec mon colis de Big Berkey une doc intéressante ?
    Chez Berkey "Benelux" les accessoires proposés ne sont que les filtres et le support en inox.
    As-tu ( avez-vous ) un conseil du meilleur "marchand" ...
    Sur Amazone ils en vendent (moins cher) et je n'ai pas une pleine confiance ni trop l'habitude de ce genre de site!
    Quand tu évoques la pompe manuelle et le nettoyage des filtres je crois comprendre qu'il s'agit d'un nettoyage à contre sens.
    Merci pour vos réponses et conseils précédents
    Cordialement
    Ano de Nîmes

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.