31 octobre 2016

Le jour de la fin du monde

Depuis les premières publications de ce blog, nous avons consacré de nombreux articles à discuter des mesures à prendre dans le but de se préparer à quelque événement cataclysmique majeur, du genre de ceux qui éteignent les lumières pour de bon et n'arrivent en général qu'une seule fois dans une vie, lorsque par malheur ils se produisent.

Ces mesures ont pour but de préserver la vie aussi longtemps que possible, et tous les sites survivalistes, écrivains et experts à travers le monde préconisent les mêmes, à peu de chose près. Mais le jour où le ciel nous tombera sur la tête pour de bon, ce sera une autre histoire...




Le test suprême pour ce qui est de nos préparatifs pré-désastre consisterait sans aucun doute à devoir les mettre en oeuvre. Même si c'est dans cette éventualité que les survivalistes se préparent, il va sans dire que le plus aguerri d'entre tous ne manquerait pas de ressentir alors une petite boule au fond de la gorge, signe que le début de la partie vient d'être sifflée et que plus rien désormais ne serait comme avant.

Par définition, nos stocks et nos équipements ont été pensés et acquis dans le but de nous aider à vivre au mieux les conséquences d'un désastre. Ils sont faits pour répondre de manière optimale aux divers problèmes qui pourraient se présenter dans un tel scénario. Nous avons de l'eau et des systèmes de filtration pour être sûr de disposer d'un moyen de boire, nous laver un minimum, et rester hydraté. Nous stockons de la nourriture pour pouvoir rester en forme, maintenir notre énergie, et ne pas souffrir de la faim au cas où les magasins d'alimentation seraient fermés ou en rupture d'approvisionnement pour toute sorte de bonnes raisons. Nous avons de quoi nous abriter et nous défendre, des fournitures médicales et des produits d'hygiène... Le tout pour répondre de manière efficace aux problèmes réels et prévisibles qu'ont toujours engendrés les périodes sombres de notre histoire.

Mais ce qu'il est moins courant de voir traité, ce sont les mesures concrètes qu'il conviendrait de prendre immédiatement après que les lumières se soit éteintes...

Que feriez-vous avant que les magasins ne ferment, que les émeutes se propagent, et que les gangs de migrants - ces " colonnes infernales " des temps modernes stratégiquement disséminées sur tout le territoire - commencent à arpenter le bitume ? Que pourriez-vous faire après que le désastre ait frappé, mais avant que tout ce que nous craignons à juste titre commence à se produire vraiment ?

Même si vous avez été un survivaliste prévoyant, que vous avez stocké des réserves, peaufiné votre entraînement et travaillé la vigilance, le moment où le bât va blesser sera celui où toute cette préparation va se heurter aux réalités du désastre. Les minutes et les heures qui suivent toute urgence ou crise d'envergure sont capitales. Dès lors, comment les utiliser au mieux ? Comment profiter du temps disponible avant que les choses empirent ? Comment utiliser notre conscience de la situation à notre avantage ?

Pour les besoins de cet article, nous allons donc partir de l'hypothèse que quelque chose de sérieux s'est produit. Disons que le pays vient d'expérimenter un trouble majeur, qui affecte la vie de chacun. Ce n'est pas une lente descente aux enfers du style ralentissement progressif de l'économie, mais quelque chose de brutal dont chaque citoyen peut ressentir les conséquences. Ce peut être des séismes en chaîne, une vague d'attentats terroristes sur tout le territoire suivis d'affrontements généralisés, ou quelque chose du même genre. Pour couronner le tout, nous ne pouvons compter sur aucune autorité locale ou nationale pour nous prêter assistance.

Qu'allez-vous faire de manière concrète une fois que vous savez ?




1 minute après la fin du monde


Dans la série des mesures immédiates, j'en vois trois prioritaires :

1) S'assurer que tout le monde va bien : Avant toute chose, notamment si vous avez une famille ! La première des priorités après qu'un désastre ait frappé serait de s'assurer que tout le monde est présent, et en bonne santé. De nos jours, une telle chose pourrait s'avérer difficile dans la mesure où les membres d'une même famille vivent souvent loin les uns des autres. Si tel est le cas, deux possibilités :

- Les communications fonctionnent encore et vous avez la possibilité de les contacter directement par internet ou cellulaire. C'est l'idéal, bien entendu, et vous pourrez alors convenir directement d'un plan d'action, notamment si un regroupement s'avère indispensable.

Il est probable que les lignes cellulaires et l'internet soient coupés dans un vrai scénario de chaos, mais on peut toujours espérer pour ce qui est des premières minutes. Durant l'ouragan Katrina aux Etats-Unis, les appels à partir des téléphones portables ne fonctionnaient plus, mais l'envoi de messages était toujours possible. Dans l'hypothèse où vous le pourriez, faites connaître votre situation à ceux qui sont absents. Faites-leur savoir où vous êtes et comment vous allez. De leur côté, vos proches devraient avoir reçu de vous les consignes pour faire de même.

- Aucune communication à distance n'est possible. Dans ce cas, avez-vous prévu quelque moyen d'entrer en contact autre qu'internet ou le cellulaire ? Sinon, avez-vous un plan précis à mettre en oeuvre, que vous aurez défini en commun au préalable ? Vos proches, femme ou enfants, savent-ils exactement ce qu'ils devraient faire dans ce cas-là ? 

La même chose vaut pour un groupe de survie. Bien sûr que tout cela parait évident à un survivaliste avisé, mais avant de me jeter la pierre, arrêtez-vous un instant et répondez-moi franchement : Avez-vous oui ou non prévu un moyen d'avertir vos proches s'ils étaient loin de vous ? Leur avez-vous au moins laissé des consignes précises au cas où quelque événement cataclysmique se produise et que vous ne soyez pas ensemble à cet instant ?

Le premier réflexe serait pour beaucoup de revenir à la maison, dans la mesure où la distance le permettrait. C'est une décision logique et sensée. Mais qu'en serait-il si le retour à la maison était impossible pour une quelconque raison ? Avez-vous prévu un point de chute alternatif, ou un lieu de ralliement ?

Ce sont des points auxquels je vous invite à réfléchir sérieusement, en fonction de votre situation familiale et professionnelle. Rappelez-vous que suivant la situation, il pourrait se passer plusieurs jours avant que vous soyez capable de rassembler tout le monde ou d'avoir des nouvelles de chacun.

2) Estimer le niveau de danger pour la famille et le lieu de vie : En partant de l'hypothèse que vous soyez là où vous aviez prévu d'être en cas de crise - c'est à dire dans une BAD pour les partisans de l'évacuation, ou à la maison pour les autres - quels sont les challenges en matière de sécurité ? Êtes-vous en zone urbaine avec une population dense et des probabilités d'émeutes dans les environs ? Ces dernières ont-elles déjà commencé ? Ou bien encore, vivez-vous aux abords immédiats de cette centrale nucléaire qui vient d'être plastiquée ? Ou d'un gigantesque incendie qui s'approche à toute vitesse ?

Quelles sont les perspectives immédiates, et celles à venir à court et moyen termes ? Les réponses que vous apporterez dépendront de votre conscience de la situation, de votre expérience, et de votre intelligence. Ce sont elles qui conditionneront l'étape suivante.

3) Estimer si la position est/sera tenable ou si l'on doit partir : Vous n'avez pas encore évacué, mais seriez-vous capable de le faire si besoin était ? Qu'en est-il de l'état des routes ? Avez-vous un endroit sûr où aller ? Disposez-vous d'un véhicule en état de marche et de suffisamment de carburant pour vous transporter vous et vos équipements ? Savez-vous exactement ce que vous devez emporter ? Dans ce cas, ces choses-là sont-elles prêtes à être embarquées en un minimum de temps ?

Ces questions simples sont primordiales pour ceux qui ont de la famille, et quelle que soit votre décision, soyez sûr que celle-ci sera lourde de conséquences.

Si vous n'avez pas tout le monde sous la main, alors il se pourrait que vous soyez forcé d'attendre. Vous ne pouvez pas partir en laissant les vôtres derrière vous, à moins d'avoir convenu à l'avance d'un point de ralliement. Il est primordial de discuter au préalable d'une telle éventualité avec tous ceux qui doivent vous accompagner, et d'établir un plan précis. Chacun doit savoir exactement ce qu'il doit faire en fonction des divers paramètres (éloignement, rupture des communication, etc.). Dans tous les cas, le fait de ne pas avoir tout le monde sous la main est une source de problèmes, et vous devrez légitimement vous attendre à quelques surprises...




5 minutes après la fin du monde


1) Rassembler les informations : Si la télé ou la radio fonctionnent toujours, alors vous devriez essayer de collecter le plus d'informations possibles sur la crise et son déroulement. Une radio CB serait toujours utile au cas où les médias officiels seraient muets, voire même (et surtout) s'ils causaient encore... Mais un tel équipement est plutôt rare parmi les survivalistes, sans compter qu'il demande une certaine pratique.

2) Parler avec ses voisins : Toujours dans le but de récolter de l'information. Ce peut être bénéfique à plusieurs égards. Peut-être n'avez-vous jamais encore parlé à vos voisins, mais cette tragédie à jeté tout le monde sur sa pelouse. Ce n'est pas le moment de porter votre tenue de Rambo, mais de parler à ceux qui se trouvent aux alentours. Ont-ils des informations, des rumeurs ou des nouvelles à partager ? Avez-vous récupéré vous même des infos sur votre poste ou votre CB ? Se trouve t-il des voisins qui ont besoin d'une assistance particulière ? Il est bon de connaître toutes ces choses le plus rapidement possible, car vous pourriez bien avoir à traiter avec elles d'une manière ou d'une autre dans un avenir proche.

3) Stocker autant que possible : Les magasins sont-ils encore ouverts ? Est-il encore possible de faire quelques courses de dernière minute ? Pouvez-vous récupérer davantage de carburant pour votre véhicule ? Pouvez-vous retirer du cash au distributeur ? C'est là que le fait d'avoir une réserve d'argent liquide à la maison prend tout son sens, et une valeur inestimable...

Si vous êtes plusieurs, rien n'empêche de partager les tâches. C'est même recommandé. Vous pourriez très bien laisser votre femme récupérer les informations, tandis que vous filez au supermarché local avec du liquide pour acheter le maximum d'eau et de nourriture.

Tout cela pourrait paraître irréaliste, et pourtant, ce n'est pas le cas. Souvenez-vous que la majorité des gens qui ne sont pas préparés ou qui ne sont pas dans la démarche survivaliste ne vont rien faire. C'est triste à dire, mais c'est la réalité. Les gens ont l'habitude d'ignorer l'évidence, par paresse intellectuelle ou par peur. Soit encore parce qu'ils croient que les pouvoirs publics seront là pour les aider, et que la situation va très vite revenir à la normale. Ce système de pensée est un fait avéré ; Vous devez l'utiliser à votre avantage pendant qu'il est encore temps.

Dans certains cas, même les plus dramatiques, il n'est pas rare de voir les gens commencer à s'inquiéter après quelques jours seulement, voire une semaine entière, vous laissant autant de temps pour affiner vos préparatifs et reconstituer vos stocks.


2 heures après la fin du monde


1) Se préparer pour les mesures défensives : Normalement, c'est quelque chose qui devrait déjà être fait, mais après tout, nous ne sommes que quelques petites heures après la fin du monde. Sans doute était-il encore trop tôt pour commencer à empiler les sacs de sable aux fenêtres...

Quelles mesures de sécurité particulières avez-vous planifié pour un tel scénario ? Quelles sont les premières choses que vous avez prévu de faire ? Personnellement, je barricaderais les portes et fenêtres, sortirais l'artillerie, et mettrais en place les tours de garde... Si le danger devait se présenter pour votre famille, que feriez-vous concrètement de votre côté ?

2) Discuter avec la famille des réalités du moment : Suivant l'importance et la nature du désastre, vous pourriez avoir à vous asseoir autour d'une table avec les membres de votre famille, et leur présenter la manière dont vous pensez que les choses ont changé. Ainsi que l'influence de ces changements sur leur vie. Les enfants auront de toute évidence des questions et pourraient ne pas comprendre les nouvelles règles nécessaires à leur sécurité, ou les précautions d'usage concernant les équipements un peu particuliers qui seraient sortis pour l'occasion.

Des malfaisants pourraient se présenter, et bien qu'il soit inutile d'affoler tout le monde, il serait tout de même nécessaire d'expliquer la triste réalité des choses, notamment celles parmi les moins agréables qui pourraient arriver. Que devraient-ils faire si un ou plusieurs inconnus frappaient à la porte ? Que devraient-ils dire si d'autres gens, par exemple les voisins, leur demandaient s'ils ont de la nourriture ? Pourquoi ne peuvent-ils plus sortir seuls ? Pourquoi maman se balade-t-elle dans la maison avec un Glock à la ceinture ? Et bien d'autres choses encore...




1 jour et plus après la fin du monde


1) Réévaluer tout ce qu'on pensait savoir en fonction des nouvelles réalités : Après un désastre d'envergure, il est difficilement concevable que les choses puissent redevenir " normales " avant un certain temps. Ou que la situation s'arrange miraculeusement sans que la panique et l'hystérie collective, probablement aussi la violence, se soient manifestées à un moment ou un autre. Chaque jour nouveau vous imposera d'oublier la situation de la veille et de penser à la manière dont les choses ont changé depuis. Chaque interaction avec une ou d'autres personnes aura pu entre-temps impacter sur votre vie. A moins que vous viviez vraiment loin de tout, je doute que vous puissiez faire tranquillement votre jardin, récolter les œufs dans votre poulailler, et cuisiner les réserves que vous aurez stockées pendant que le reste du monde se bat pour survivre.

Souvenez-vous, ce jardin que vous aviez prévu d'aménager au printemps... Maintenant, il reste beaucoup moins de temps pour le faire, ou ce n'est peut-être plus la saison. Concrètement, vos stocks consistent donc dans ce que vous auriez pu constituer avant l'effondrement, ou dans les heures qui ont suivi. Allez-vous partir travailler aujourd'hui ? Quels équipements pouvez-vous recharger avec votre chargeur solaire ? Allez-vous utiliser le carburant qu'il vous reste pour la voiture ou pour le groupe électrogène ? Ce dernier est-il protégé là où il se trouve, ou quelqu'un pourrait-il le voler facilement ? Est-ce que les portes et fenêtres sont barricadées, ou êtes-vous inconscient de ce qui se passe à l'extérieur ?


Conclusion


J'espère que la plupart d'entre vous pourront s'asseoir et répondre à toutes ces questions dans le calme, parce que vous aurez élaboré à l'avance quelque plan qui prenne en compte ces considérations. Vous avez de grosses réserves, vous vivez dans une zone retirée, et votre flingue vous accompagne d'ores et déjà dans chacun de vos déplacements ? Bien. Personnellement, je pense que même avec des années de préparation, il faudra toujours prévoir un peu de marge pour quelques entorses de dernière minute...

Du genre couple d'amis ou de cousins qui viendraient de loin pour vous visiter, et se retrouveraient coincés chez vous le jour d'après. Pouvez-vous décemment les renvoyer chez eux ? Et qu'en serait-il si la situation exigeait que vous évacuiez votre domicile alors que vous n'avez pas d'endroit où aller, et que vous ne puissiez emporter qu'un nombre limité de choses avec vous ?

La préparation consiste à penser, planifier et anticiper la venue d'événements désagréables. Dans le meilleur des scénarios, nous serions en mesure de tenir le choc avec ce que nous aurions pu apprendre et stocker, faire pousser ou fabriquer. Cela pourrait nous donner un avantage par rapport à nos voisins, mais cet avantage pourrait aussi finir par se révéler beaucoup plus fin que nous le pensions.

Nous faisons de notre mieux pour nous préparer maintenant, mais il est inutile de se raconter des histoires ; Nous devrons tous " faire avec " le jour où les lumières vont s'éteindre.

Est-ce que les choses vont se passer comme vous l'aviez prévu, ou bien d'une manière que vous n'aviez même pas imaginée ?


111 commentaires:

  1. La préparation théorique c est bien , mais je conseil vivement à tout le monde de mettre en pratique ce que l on croit savoir et connaître.
    Je reviens hier dans un stage de survie de 2 jours qui m'a été offert par ma femme pour mon anniversaire. 2 jours en plaine forêt normande à marché avec mon sac de évacuation de 15 kg sur le dos environ 25 km au total ( sur les 2 jours ) .
    Cela m'a permis de testé ce que je pensais en théorie savoir et connaître , me rendre compte que 15 kg sur le dos parret etre supportable 2 ou 3 heures pour marché en ville sur le bitume mais devient vite très lourd quand il s'agit de ce déplacer en forêt . De voir qu il est facile en théorie d allumer un feu avec un arc à feu ou firestell mais que en situation réelle avec du bois fraîchement ramassé , c'est une autre histoire ( nous avons mis prêt de 3 heures à allumer une petite braise et un feu digne de ce nom au bout de 4 heures . )
    Que d avoir une boussole militaire à 60 euros c'est bien mais faut il encore savoir s'en servir sur une carte le jour où... Le super sac de couchage ou il est inscrit -4 ○ en réalité fonctionne beaucoup moins bien à 5 ○ ... et une foule d autres choses ...
    ce stage me fait réévaluer tout un tas de paramètres et je conseille à tout le monde qui compte vraiment ce préparer d en faire un ...

    au même titre que l entraînement au tir , la survie ne s'improvise pas où ne sais apprend pas en lisant seulement des articles sur des blogs ou des livre , c est juste un plus ( non négligeable )
    merci à Pierre pour votre blog et tout ce que vous faites ☺

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais amener un contrepoint à cet article: Les équipements pour le jour d'après sont conçus pour vivre "comme avant" et rien d'autre. Ce qu'on appelle entre nous survie est le fait de vivre comme nos ancêtres, comme creuser un puits, faire de la culture et aussi, on l'oublie, dépendre d'un seigneur protecteur qui nous exonère d'apprendre à manier une arme. La vraie survie est de se trouver au milieu de nulle part avec rien.
    Autre point, le fameux jour J. Il n'y aura pas de jour J ni de cause unique. En cela, le chaos a déjà commencé et beaucoup ont déjà changé de mode de vie: plus de jupes pour les filles, réserves inclues dans le mode de vie, club de tir obligatoire, sports de combat, gestion globale du jour d'après...Ca change du maquettisme et de la peinture sur soie. Nous n'attendons plus qu'un facteur déclenchant mais il n'arrivera pas, la merde arrive petit à petit et ce que nous ne voyons pas est que nous nous sommes déjà adaptés.
    Rien ne nous empêche de vivre avec un filtre à eau, sans courant, sans argent, pour s'entraîner. Mais personne ne le fait parce que personne n'y croit et en cela, on ne vaut pas mieux que la masse (qui reste pour moi un tampon qui me sépare de la merde).
    Je reviens aux stocks: rien de pire que d'amasser des trucs périssables à court terme ou imbouffables sans cuisson, ou des trucs dont on ne sait pas se servir mais on n'a que ça.
    Je crois malheureusement que seule l'action prévaut maintenant. Une armée d'occupation exogène maille désormais le terrain, les institutions seront contre nous (police, armée)et nous dépendons d'approvisionnement extérieur de style Carrefour, mais jusqu'ici tout va bien.
    cc

    RépondreSupprimer
  3. Dès le mois de novembre ça va être coton, la descente aux enfers va s'accélérer.

    Après l'élection présidentielle US attendez-vous à un ou plusieurs chocs majeurs... même si le plus gros est sans doute pour 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un effondrement financier brutal (24 h) suivi d'un effondrement bancaire (24 h) et d'un effondrement des réseaux (24 h de plus).
      suivie panique des gens (24 h) rupture de stock magasin (24 h)
      suivie de bas instincts de peur stress choc accidents réactions en chaînes actes inhumaines
      tout cela peut arriver oui ! malheureusement

      Supprimer
  4. Toujours intéressant à lire, mais je m'aperçoit, ou j'ai zappé le sujet, qu'on ne parle pas du stress. Ce stress qui va bouffer notre énergie, qui va faire douter de nous, de notre entourage, de nos capacités et de nos réserves. Et même de l'attitude a avoir. Vivre au quotidien avec ce stress ( ou peur, qui est souvent la même chose ), mine, démoralise, affaiblit. Et la gestion du stress dans des conditions hors normes ne s'apprends que trop rarement. Sauf ceux qui ont eu la chance de faire des opex, ou des interventions pour les FO dans des endroits un peu chauds. Il faudrait se pencher sur ce sujet. Dada.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour je suis sûr que les participants a des opex ne trouvent pas qu'ils ont de la chance ,c'est une conséquence d'un engagement.Le "stress" est la nouvelle formulation du mot inqiétude,c'est moral , la peur c'est la manifestation physique dûe a un danger imminent,les deux sont des perturbateurs de l'action,quand j'entends des jeunes cons se féliciter de se mettre volontairement dans ces situations pour "ladrénaline" je leur conseille la roulette Corse :une chambre vide et 5 pleines.ALORS LA TROUILLE ÇA S'APPREND PAS ,ÇA SE SUBIT,ce n'est quaprès qu'on se pose la question de savoir comment on s'en est sorti avec les jambes en flanelle et jamais ça ne se présente de la même façon ,alors on pense pas , on y va , s'y on peut pas faire autrement et la machine tourne grace a l'entrainement,et la suerte!!.Merci à Pierre pour cette mise en face de la réalité toute simple et pour faire court essayez une semaine sans électricité , comme ça pour voir et remettre les pendules à l'heure.Quand j'ai demandé qu'elle était l'invention qui avait le plus impressionné ma grand mère ,ce n'était pas le voyage sur la lune ou l'automobile mais l'électricité et les antibiotiques qui avaient réellement changé la vie,pour le reste bon courage et garder votre poudre au sec.

      Supprimer
  5. à Dada,

    Tu as décidé de ne pas te faire baisser comme un lapin étonné de six semaines.
    Alors, avant les éclaboussures tu avais pris le temps de réfléchir, peut-être même de t'entraîner ou de mettre en application le fruit de ta réflexion, tu as lu et prévu.

    Bref, tes niveaux colorés d'alerte donnait déjà un rythme à ta vie.

    Tu as même fait une liste de ce que tu avais à faire au moment fatidique pour repousser le moment ou tu auras à affronter ton stress grandeur nature.

    Quand tu auras fais ce que tu avais à faire, que tu auras sincèrement fait tout au mieux de tes capacités, respire un bon coup, va pisser, prie si tu peux et passe à l'action même si ce que tu as à faire à ce moment c'est de rester immobile à surveiller tes arrières et tes cotés.
    Avec un peu de chance tu n'es pas seul.

    Concernant le stress, des articles de Babeth abordait assez précisément le sujet.

    Fais des listes puis fais le tri.

    à hue et à dia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai dû mal m'exprimé...mais quand on vit 6 mois avec une arme chargé au dessus du pieu, que chaque moment de la journée , tu as les sens aux aguets, que chaque déplacement est susceptible de t'entrainer vers une riposte, le stress te bouffe. Et la peur qui va avec. Et la peur, une fois passé certains paliers, c'est une arme. Le simple fait d'avoir à t'endormir tranquille va mettre tes nerfs à rude épreuve. Même si tu as confiance au gars qui est de garde. Dada.

      Supprimer
    2. Ceux qui ont servi en Algérie dans une unité combattante et qui aujourd'hui, ont au minimum 77 ans, ont gardé de vieux reflexes. Pour peu que vous ayez été isolé dans un poste, perdu dans le bled, sur un piton, il y a des évènements très formateurs dans votre vie de jeune soldat que vous n'oublierez jamais, par exemple un harcèlement nocturne, une embuscade, la désertion d'un supplétif avec massacre de ses compagnons de chambrées et puis cette vie spartiate sans eau courante, pas de frigo, électricité limitée au groupe électrogène, latrines, en hiver pas de chauffage ou si peu, loisirs réduits à l'écoute du tout nouveau poste à transistors, courrier rare...du survivalisme avant l'heure.... Pour peu que vous l'ayez vécu plusieurs mois, il vous en reste encore quelque chose de très formateur.
      Vladimir

      Supprimer
    3. Vladimir, la rudesse de la vie en opex n'est pas un problème. L'homme s'adapte. Ou il meurt. Je voulais juste signaler que ça use aussi bien le corps que l'esprit. Et à la longue, il faut avoir sacrément confiance dans son groupe pour rester entier. Entier physiquement et psychologiquement. Dada.

      Supprimer
  6. Pour ma par j ai l impression que tout s accélère, pas sur que ca tienne jusqu'à 2017...Après dada ne pas confondre stress et peur, la peur à tendance a créer des phénomènes de paralysie ou de blocage, alors que le stress a un effet inverse de surexcitation et d illogique, voir de perte de moyen. La peur quoiqu il arrive n apporte rien, le stress par contre dans des situations a risques et si il est maîtrisé peut avoir des effets positifs!

    RépondreSupprimer
  7. Ce site devient de plus en plus débile
    Les commentaires sont à pisser de rire.
    A 5 min de la fin du monde, je ne vais probablement pas réagir au quart de tour si je suis encore vivant, mais vraisemblablement etre pendu au tel pour m informer de ce qu il se passe et si ce n est pas une blague.
    Ce topic est surréaliste !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au contraire, je pense que Pierre sait que c'est vraiment la fin et que ce n'est plus qu'une question de jours ou semaines maintenant. Perso, c'est sans doute les derniers échanges que nous avons, selon moi d'ici une semaine tout sera terminé.

      Bonne chance à tous et merci Pierre pour ton aide, y'a pas beaucoup de site comme celui ci en français.

      Supprimer
    2. @hcgaia
      si ce site devient de plus en plus debile comme tu dis, surtout ne te gene pas, va voir ailleurs, on ne te retiens pas ;)

      Trinity

      Supprimer
    3. bonjour comment quelqu'un comme vous qui se croit supérieur aux autres peut il lire les errements "débiles " d'un site qu'il dénigre?personne ne vous y oblige , à moins que vous n'ayez des difficultés prostatiques et que cela vous soit une thérapeutique tout en rigolant un bon coup,au moins ce site aura servi a quelque chose,en attendant longue vie au pays du minotaure

      Supprimer
    4. @hcgaia
      Je partage bien ton avis
      on se croirait dans la cour d'une école maternelle ou les garçons jouent " à qui a la plus grosse " .
      Les plus croquignolesques étant ces pseudosmilitaires qui se la jouent avec la kalache entre les dents ..... en attendant ....zons que le temps à tuer .... c'est eux que çà va tuer en premier .
      Bon , aller , je continue la lecture .... c'est distrayant !

      Supprimer
  8. 5 mn avant que le Titanic ne coule à pic il y avait encore des dizaines et des dizaines de passagers qui riaient et s'esclaffaient dans les salons, une coupe à la main...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et le but de la préparation est d'être sur le pont, être le plus possible au fait de ce qu'il se passe et ne pas rester dans l'insouciance pour pouvoir réagir au plus vite, avant les autres ! ;-)

      Supprimer
  9. Rien n'est surréaliste. Tout est possible!!! (un adage que j'ai appris depuis longtemps) et surtout le plus important, "on va faire comme on peux"!! (parcque tout les plans ne se déroule pas sans accroc)

    RépondreSupprimer
  10. On est bien d accord !!!
    Si t es sur le Titanic et qu un type t annonce que le bateau coule...Tu vas le croire sur parole ???
    Ca fait des années qu on est sur le Titanic et vous n avez toujours pas compris !!!

    RépondreSupprimer
  11. Personnellement, j ai déjà quitté le Titanic
    Depuis 3 mois, je vis en Crète !!!
    Longue vie à toi sur le Titanic avec tes fusils de chasse et ta réserve de nourriture....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfait tant mieux pour toi, et lorsque ce sera le bordel par chez toi, tu songeras a quitter la planète aussi, merci.

      Trinity

      Supprimer
    2. Vivre a 200 km des cotes Africaines sur une ile semi desertique, étant un étranger, prouve a moins une chose. Le monde de la survie vous est totalement étranger.

      Supprimer
    3. @ hcgaia

      Tiens, tu es revenu avec ta crête de coq ou tu n'es pas encore parti?

      On en a eu un qui nous a fait tout un pataquès dans les commentaires d'un article précédent comme quoi nous étions débiles de rester et patati et patata ... et que sa crête par ci et sa crête par là ...
      hélas sans intérêt.

      Bof!

      laurent

      Supprimer
  12. Soyons sérieux
    T es sur le Titanic,
    tu vas te barricader dans ta cabine avec tes fusils et ta bouffe perso ????
    Tu vas t emparer d une chaloupe en cassant la tete aux femmes et aux enfants ????????
    Ce problème n a qu une solution:
    Ne pas embarquer sur le Titanic !!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pauvre hcgaia tout le monde y est sur le Titanic... ou si tu préfères cette image: dans la même galère !

      A moins que tu ne vives dans une cabane au fond de la jungle birmane... (et encore!)

      Supprimer
    2. Je préfère rester. Chacun ses choix, mais le mien est de rester... et de me battre.

      Supprimer
  13. Et bien j ai envie de dire bonne chance à toi qui a les moyens financiers de partir t installer en Crete et qui n as pas de charge familiale a assurer! Personnellement je ferais avec mes moyens, mes armes et mes réserves comme tu dis, et je resterai sur la terre de mes ancetres qui m a vu naître et ou je reposerai après ma mort!

    RépondreSupprimer
  14. Longue vie à MON pays, on va surtout leur rentrer dans la gueule, fils et filles de France soyez pret. On est au courant que le bateau coule depuis tres longtemps, On a pas la chance comme toi de quitter notre patrie (et tu as raison de partir, mais compare pas le titanic avec MON pays stp on a pas que des fusils de chasse et des reserves grand) , on va se battre jusqu a en crever, avec un force que tu soupçonne meme pas, LA FRANCE EST MA PATRIE, que Dieu nous protègent.

    RépondreSupprimer
  15. en fin bref, ca me fait sourire, les si j'étais! si j'étais sur une bombe nucléaire, si j''étais au milieu de zombie, si j'étais lynché, si , si ,si , la réponse resterais toujours la même, on fait ce qu'on peux!!! ayant vecu des situations de stress que beaucoup de monde ne connaissent et s'imaginent même pas, on gère comme on peux. Amis survivaliste attendais vous à voir des choses horribles. je veux pas donner de details.

    RépondreSupprimer
  16. Libre à vous de mourir comme vous l entendez.
    Mais ce site est supposé etre un site de survivalisme, et pas un site pour de glorieux et intrépides résistants....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. ben si nous sommes justement des survivalistes, pas des bourgeois pété de thune pouvant se permettre de partir s installer en Crete!

      Supprimer
    3. Survivre, c'est se battre pour garder un minimum de valeur. Mais donner des conseils de survie à plusieurs centaines de KM, c'est pas très réaliste ni fonctionnel.

      Supprimer
  17. Il y a réellement quelque chose de surréaliste ici.
    Le Titanic était réputé insubmersible, donc à l'abri des catastrophes. Et voilà un gars qui se barre pour se mettre à l'abri des catastrophes, donc sur le Titanic, qui vient nous expliquer que c'est ce qu'il ne faut pas faire...

    RépondreSupprimer
  18. j ai pas honte de le dire quant sa va arriver je vais flipper pour ceux que j aime! pisser dan mon pantalon de trouille ! car je ne suis pas un soldat de métier et je suis plus tout jeune ! mais cela me rendra plus fou et dangereux , pour essayer de survivre aux loups il faut en devenir un aussi !et le jour d apres tout les coups seront permis !et je quitterais pas facilement le sol qui m a vu naitre !

    RépondreSupprimer
  19. L’effondrement en quelques heures ou jours serait le meilleur scénario pour les survivalistes car le signal serait « fort et clair ». Plus d’hésitations, action.
    Le problème est que nous sommes (depuis longtemps) plutôt dans une situation qui se dégrade lentement, le système ayant encore des capacités de résilience et étant surtout passé mettre dans l’art de la dissimulation sur sa véritable santé.

    Le seul obstacle est notre esprit cartésien. Il faudrait que tout soit blanc ou noir (comme il-y-a encore peux du temps de la guerre froide par exemple) hors désormais tout est gris. Il me semble impératif que nous cassions nos schémas de réflexion.
    Nous devons réfléchir et préparer deux scénarios. L’un axé sur un choc type « Guérilla » d’Obertone et l’autre sur une dégradation progressive dans le temps.
    Par exemple, un « scenario lent » possible pour la France pourrait être une forme d’Edit de Nantes comme le décrit Ph de Villiers dans son dernier livre (http://www.bvoltaire.fr/philippedevilliers/le-paradis-diversitaire-dalain-juppe-mene-a-la-guerre-civile,289378), propos corroborés par cette phrase de F Hollande « Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire, la partition ».
    Des « places de sureté » (ville comme trappes, quartiers, villages) seraient accordées aux muslims et le tribunal islamique remplacerait la loi française. Pas de guerre civile à court terme mais des déplacements de populations et pourquoi pas une aide financière massive de l’Arabie et du Qatar pour préserver les alloc de la paix sociale dans un premier temps avant d’aller vers la partition du pays à la mode Yougoslave dans un deuxième temps. Une France bancale sur le moyen terme dans une économie mondiale qui y trouve son compte.
    Que faire ? Déménager préventivement dans une zone Fr ? Attendre de voir comment la situation évolue dans mon coin ? Etc.
    Tout cela peut continuer de se dégrader pendant encore assez longtemps voir trouver une nouvelle forme de stabilité dans l’instabilité.

    2 remarques.
    1) Pour moi, faire des réserves n’a pas pour objectif de « vivre comme avant » mais de pouvoir encaisser le choc et préparer la transition vers le retour aux modes de vie d’avant les énergies fossiles. Car quelques soit les causes de l’effondrement, et cela a-t-il au fond de l’importance, nous devrons réapprendre à vivre comme nos ancêtres d’avant la « fée électrique ». La question étant de savoir quel sera la longueur du bond en arrière. 100 ans, 200, plus ? Et à chiffre élevé, atterrissage plus que brutal !!!
    Comme je l’ai écris dans l’article sur la compagne idéale : « Les réserves et le matériel, c’est un ensemble de paramètres destinés à avoir le minimum d’ennemis naturels (soif, froid, faim) à combattre en simultané alors qu’il nous faudra aussi assurer notre sécurité vis-à-vis des prédateurs à deux pattes. Vivant une partie de l’année dans une habitation sans électricité ni eau courante et disposant d’une cheminée, je sais désormais ce que représente l’effort quotidien de ramasser du bois ou aller chercher de l’eau à la rivière. Il est donc préférable de ne pas tout avoir à faire en simultané, au jour le jour et sans réserves. »

    2) Concernant le stress et particulièrement celui que l’on peut comparer avec le « stress en opex », c'est-à-dire le stress d’être sur ses gardes H24 et durant une longue période, il finira effectivement, comme le stress en opex, par devenir destructeur. D’où l’importance de ne pas être seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les opex c'est le club MED
      vous êtes en plus payés pour vous y amuser
      Je suis aller , une fois, dans ma vie au Club Med
      ben , j'ai payé en plus ( les almadies , sénégal )

      Supprimer
    2. LECROS1,les opex actuellement, = Afghanistan, Mali, et autres....Pas trop le club med.... Dada.

      Supprimer
  20. Bien sur, personne ne connait les détails de l'avenir. Pour ma part je "crois" à un effondrement financier brutal (24 h) suivi d'un effondrement bancaire (24 h) et d'un effondrement des réseaux (24 h de plus).
    Mais je pense qu'au bout de quelques semaines l'Etat ou ce qu'il en reste aura repris la main, et si ce n'est l'Etat ce seront les mercenaires pays par les 1% qui ne laisseront pas l'ensemble d'un pays comme la France aller au désastre: il y a trop de richesses à sauvegarder ou à taxer.
    Donc, toujours amha, il faut avoir de quoi subir la galère disons 2 mois en se protégeant des fous furieux, puis après, pouvoir simplement produire de quoi survivre ou disposer de compétences à échanger.
    Voilà, c'est sur ce scénario que je base ma "survie" ... mais je garderai 1 balle si ça dépasse quelques mois !
    Maintenant on sait aussi que le ciel peut nous tomber sur la tête: rien à faire contre ça.

    Luc

    PS: merci à Pierre Templar pour cet excellent article .. et tous les autres.

    RépondreSupprimer
  21. Les jours qui suivront ce "grand soir survivaliste", il faudra surtout être capable de prendre les bonnes décisions face aux imprévus...

    En ville, il faudra selon moi éviter à tout prix de sortir de chez soi pour aller par exemple, faire des courses, que ce soit à pied ou en voiture: rapidement, les rues seront infestées de prédateurs, de clandestins, de "jeunes des banlieues"...

    Ces derniers s'attaqueront en priorité à tous ceux qui seront contraints de sortir de chez eux, pour aller chercher de l'eau, de la nourriture, des soins de santé, ou je ne sais quoi...

    Je ne crois pas que ces prédateurs s'attaqueront en priorité, dans un premier temps, aux gens à leur domicile... C'est plus facile de tomber à 10 sur un pékin isolé, et le dépouiller...

    Les gens ont quelques jours de stocks d'eau et de nourriture: au bout d'un moment, ils seront contraints de sortir de chez eux... et, sans armes, ils se feront massacrer...

    Ma stratégie est de rester cloîtré à la maison, armes chargées, et d'avoir au moins 3 mois de réserve en eau, gaz, bouffe, etc... C'est le temps que j'estime suffisant pour que l'état ramène un semblant d'ordre, avec des consignes d'ouverture de tir très souples sur les prédateurs qui rodent dans la rue...

    Et si au bout de 3 mois, la situation n'est pas réglée... alors là, on passe dans un cas d'effondrement civilisationnel... Plus de 90% des habitants de Paris seront probablement morts... Avec les problèmes de maladies apportées par les corps en décomposition...

    J'aurai un plan B pour me réfugier à la campagne certes... mais avant d'en arriver là, la probabilité que l'état perde intégralement le contrôle de la situation pendant plus de 3 mois me semble, aujourd'hui, assez improbable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Perte de contrôle de la situation, par l'Etat, pendant plus de 3 mois"? Vous n'y pensez pas. Pourquoi aurions-nous réintégré l'OTAN, même si nous y avons été contraints pour servir de supplétifs. C'est aussi oublier l'UNPROFOR et l'EUROGENDFOR (l'armée privée de l'U.E) qui ne feraient aucune distinction entre terroristes et survivalistes armés. Peut-être même que les survivalistes seraient la cible répressive prioritaire! Cf "Liberators" la dernière fiction de James Wesley Rawles. Comme en Syrie, il y aurait de bons et de méchants terroristes. N'oublions pas que la Syrie dans ses enseignements, est un peu la guerre d'Espagne d'hier ? Le chaos, tel que le conçoit Obertone, pourrait bien être l'ultime occasion pour exterminer les derniers gaulois, les Etats-Unis prêtant indirectement leur concours comme ils ont l'habitude le faire.
      Vladimir

      Supprimer
    2. je ne pense pas Vladimir, le chaos de plus de 3 mois est tout à fait possible, en fait tout dépend de la force de la perte de contrôle. Si ce n est que quelques émeutes difficiles à contenir la je te concède que si cela n est pas réglé par nos propres forces de sécurité, il y aurait probablement des renforts étrangers. Mais après soyons réalistes, à notre époque de mondialisation et de tout connecté, si un pays comme le France rentre dans une situation incontrôlée comme dans le livre d'obertone, les conséquences ( crack boursier, faillite bancaire, rébellion du peuple face au dirigeants...) provoqueront forcément des dégâts dans les pays. Et dans ce cas la, chaque pays aura sa propre crise a gérer et ne pensera plus qu' a sa pomme😆

      Supprimer
    3. il y a aussi l'option Syrie, ou le Liban à l'époque ...un long, très long chaos entretenu ou la population continue à vivre, à travailler, et à se battre...Dada

      Supprimer
    4. Certains ici, ont peut être lu "Le septième scénario" un livre de 180 pages, paru ces derniers mois et écrit par un ancien militaire, sous le pseudonyme de Stratediplo. Là, où je veux en venir, c'est que selon l'auteur, le gouvernement français n'envisage pas de dépasser en déploiement intérieur, une force de 10.000 hommes. Toujours d'après l'auteur, en sécurisation de population, ces 10.000 hommes pourraient stabiliser une ville de 500.000 habitants. Selon l'auteur, il faut 10 hommes pour neutraliser un sniper, 100 pour 10 snipers, 1000 pour 100 snipers, et 10.000 pour 1000 snipers. Lorsque vous lisez "Fry the brain, the art of urban sniping and its role in modern guerilla warfare" de John West, vous découvrez que les "counter-snipers tactics" ne marchent pas. A mon humble avis, face à ce type de guerre les forces de l'ordre ne feront pas le poids, d'abord pas manque d'effectifs. N'oublions pas qu'il faudra assurer la protection des P.S (points sensibles) stratégiques, nationaux et zonaux en priorité, nécessaires au fonctionnement a minima du pays. N'oublions pas que l'NMI potentiel de par ses activités civiles connait les armoires télécom, les réseaux, les antennes relais et sait parfaitement là où ça peut faire mal ! Devant une telle menace, les politiques sont prêts à négocier une partition territoriale de la France, un nouvel Edit de Nantes comme le dit Philippe de Villiers. Ce qui à terme ne résoudra rien si ce n'est nous accorder une trêve. Dans cet esprit le "réduit breton" tel que le concevait de Gaulle pourrait être réactualisé dans une zone dite du Grand ouest allant par exemple, de Nantes,en passant par Le Mans, Orléans, Paris Reims Amiens , Calais. J'ai toujours pensé que le nouvel aéroport prévu à Notre Dame des Landes était destiné à servir de tête de pont pour la reconquête de l'Europe par les américains ?
      Vladimir

      Supprimer
    5. oui mais ces pays la ne comptait pas au niveau économie mondiale...

      Supprimer
    6. Pour information, afin que chacun optimise son plan personnel de résilience ou de survie:

      http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/risques/pdf/sgdsn-14-03-16.pdf

      J'ai demandé un jour à un responsable départemental de la gendarmerie combien de "PIV" (point d'importance vitale: c'est à dire préfectures, sous préfectures, palais de justice, mairies, centrales nucléaires, réseau d'eau potable, hôpitaux, centres et relais de communication, bases militaires, etc..) il était capable de protéger avec les effectifs et les moyens disponibles dans son département...

      Il m'a répondu: seulement 10%!!!

      Cela montre à quel point certaines circulaires officielles ( http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_1338.pdf ) sont totalement à la ramasse par rapport à la réalité du terrain...

      Il faudra que les "zélites" fassent des "arbitrages", et une chose est certaine: cela se fera aux dépends des personnes et de leurs biens...

      Supprimer
    7. bonjour innovhub,quand vous dites 10% est-ce a plein effectif en tenant compte des relèves ou pas ?si non c'est 3% sur la durée ,je vois mal les mêmes défendre et garder 24/24h,si votre info date un peu ,avec la suppression de poste faite par le gouvernement précédent c'est encore moins.Il faudra engager l'armée qui maintenant est de métier et n'a pas les motivations citoyennes d'une armée de conscription , pour qui la notion de patrie avait quelque valeur ,autrement dit "point de paye ,point de Suisses" (en réf,aux mercenaires)il feront comme les popovs a la fin de l'urss : vendront leur armement au plus offrant, en effet ça risque de rock and roller dans les chaumières

      Supprimer
    8. @ Janus 2a: L'information m'a été donné fin 2015...

      Le chiffre de 10% a été estimé en supposant une garde 24/7 avec deux relèves par jour.
      Après, on peut faire son calcul par soi même (ce que je conseille), en faisant l'inventaire des sites à protéger, puis en déterminant le nombre de gendarmes nécessaires pour une protection 24/7 pour par exemple, protéger une centrale nucléaire, un supermarché, une gare SNCF, une préfecture, une mairie, le palais de justice, un hôpital, la femme du préfet et ses gamins, la centrale de distribution d'eau potable, les relais de communication, sans oublier les bons potes de la loge, etc...
      Puis, on divise les effectifs de gendarmerie disponibles dans le département par ce qui serait théoriquement nécessaires... et on obtient environ 10%...

      L'intervention de l'armée de terre pour soutenir la gendarmerie dans la protection des PIV me parait donc inévitable.

      D'ailleurs, c'est dans ce cadre que l'armée de terre s'est réorganisée le 1er juillet 2016, dans l'objectif de pouvoir intervenir à la fois en OPEX et sur le territoire national...

      http://www.defense.gouv.fr/terre/l-armee-de-terre-au-contact/le-niveau-divisionnaire/commandement-terre-pour-le-territoire-national/commandement-terre-pour-le-territoire-national/le-commandement-terre-pour-le-territoire-national

      Prévu par le plan « Au Contact », le COM TN « concrétise la prise en compte par l’armée de Terre de l’évolution de la menace sur le territoire national, à travers notamment un rééquilibrage de son offre stratégique ». Il s’agira d’un « pôle d’excellence » dédié à l’anticipation, à la réflexion, à la préparation et l’engagement opérationnel sur le territoire national.

      http://www.opex360.com/2016/06/03/le-commandement-du-territoire-national-de-larmee-de-terre-ete-cree/

      En espérant avoir été utile...

      Supprimer
    9. Les anciens qui ont participés à des convocations verticales, dans le cadre de la DOT, du temps de la menace du pacte de Varsovie, vont se rappeler ce que représente en servitudes et astreintes la garde et la protection d'un point sensible d'importance régionale (ex. un relai de télévision). C'est du 24/24h, 7/7j, souvent en campement : fini le petit confort douillé ! Chirac a cassé un bel outil qu'était le RID, régiment qui en moins de 24 heures pouvait être mis sur pied avec les réservistes.
      Vladimir

      Supprimer
  22. bonsoir , comme toujours voilà une vision réaliste et nette des choses Von Pikkendorf,sérier les éventualités et y proposer une solution ou une action sachant que tout se situera entre les deux options imaginéespermet d'assurer une relative sérénité d'esprit dont nous avons besoin pour ne pas se laisser embarquer dans des élucubrations destructrices ,grand merci

    RépondreSupprimer
  23. Il faudrait peut-être corriger une croyance erronée mais très répandue.
    Les germes pathogènes n'apparaissent pas par enchantement, il n'y a pas de génération spontanée.
    Un cadavre ne peut transmettre que les maladies contagieuses que portait le vivant.
    Alors, en effet, les cadavres de victimes d'une épidémie sont dangereux mais le corps d'un individu mort de faim ou de violences ne présente pas de danger.
    C'est d'ailleurs ce que rappelait il y a quelques années un professeur de médecine à la suite des délires de la presse et des politiques à la suite d'une catastrophe, ce devait être le tsunami qui a ravagé les côtes d'Asie.

    RépondreSupprimer
  24. bonjour Von pikkendorf,pour apporter de l'eau à votre moulin concernbant une éventuelle partition de la France nous avons signé le 6/11/1973 le protocole de Barcelone dont est issue la résolution de Strazbourg quui déclare 1)égalité de traitement pour les étrangers avec les nationaux,2)droit de rester en communauté pour les étrangers dans le pays dit "d'acceuil" 3)obligation de créer une infrastructure musulmane(musulmans de frande par exemple) ces accords ont été signés seulement en 1975 et adoptés par l'Oci a Doha en 2000 ,oci qui est l'équivalent de l'Onu pour les pays islamiques .voir le site de l'Ivesco a "stratégie" qui prévoit le principe de non intégration .Les choses se mettent en place sur une autre échelle que celle de la vie d'un homme comme le plan Coudenhove Kalergi et nous avons du mal a comprendre que certains agissent sachant qu'ils ne verront pas le résultat de leur actions réservées a leur descendants habitués que nous sommes a l'immédiateté et au "zapping".Cordialement

    RépondreSupprimer
  25. Que les maladies soient apportées par un cadavre, un moustique, l'eau ou une personne saine ne change pas grand chose au problème en situation dégradée.
    Vous êtes vulnérable et devez vous protéger.
    Pour ma part, j'éviterai d'aller demander à un cadavre les causes de sa mort, surtout si je ne le connais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu.
      J'attirais simplement l'attention là dessus pour éviter de focaliser sur des risques d'épidémies dues aux cadavres en décomposition. Il y aura déjà suffisamment de dangers réels à affronter sans aller en chercher d'imaginaires. La plupart des cadavres, à moins d'en manger, ne présentent guère de risque.

      Supprimer
    2. Oui, bien sûr, il est déconseillé aussi d'aller promener une plaie sur de la pourriture, qu'elle soit humaine ou autre...

      Supprimer
    3. bonjour et merci innovhub ,voilà des précisions intéressantes et Vladimir,déjàque nos policiers se plaignent des gardes statiques devant des "objectifs "inutiles"ça ne va pas s"améliorer

      Supprimer
  26. Il y a quelque temps et suite à des émeutes à Calais, j'ai consulté sur twitter les hashtags #migrants puis #muslim. Un musulman bombardait de messages en anglais et cela m'a interpelé. Il s'adressait aux migrants mais aussi sous les hashtags #combattants d'allah,#moujahideen et #taqyyia.Il leur demandait pour un jour précis de se rendre dans les villes et les campagnes avec des bannières et des drapeaux pour une journée dite de la gratitude en france, au canada, en australie, aux USA.Il leur était précisé que cette journée serait fête nationale tous les ans dans tous les pays au même moment. Il leur était aussi demandé de faire un compte rendu détaillé de tous les droits et avantages obtenus dans les pays d'accueil et de revendiquer leurs droits.L'expéditeur disposait d'un compte facebook et d'une trentaine de comptes twitter. Sur ses comptes, il était en relation avec #ISIS, #Califat,#gaza et aussi des imams en angleterre en diffusant leur propagande.Il donnait également le mode d'emploi pour tuer une personne dans le dos. J'ai craint que ce ne soit là l'organisation sous mots cachés d'une guérilla et j'ai donc transmis les messages aux autorités, non sans difficultés. Les comptes twitter ont été effacés puis rétablis sous d'autres hashtags avec une lettre de décalage, par exemple #taqyyia devenait #baqyyia. L'islamiste a persisté à diffuser le même message en ajoutant "le plan est en cours...". A titre de parenthèse, la gratitude ne signifie pas pour eux de la reconnaissance mais est exigée par allah et c'est donc une étape nécessaire dans un processus d'islamisation.Heureusement et le jour dit (3ème dimanche de juin), il ne s'est rien passé mais cela confirme qu'un plan est en cours et que ISIS donne ses directives à des faux migrants qui sont en réalité des combattants du califat infiltrés, que leur conquête s'étend sur plusieurs continents, et qu'actuellement ils sont en mode dissimulation.Tout cela me paraît effrayant et semble confirmer l'existence d'un danger potentiel.Qu'en pensez vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai accès à des informations ultra secrètes, je connais leur plan: engrosser les occidentales et forcer la famille à la religion de tarés, dans 20 ans le boulot sera terminé :)

      Mocos

      Supprimer
    2. Sans être dans le secret des dieux, engrosser les femmes conquises ne date pas d'aujourd'hui : pas nécessaire d'avoir accès au "secret défense" !

      Supprimer
    3. Effectivement, la réponse n'est ni sérieuse ni adaptée à la gravité de la situation exposée, et si les combattants d'allah sont infiltrés en europe et reçoivent leurs ordres et consignes directement du califat qui confirme qu'un plan est en cours, ce n'est pas pour attendre 20 ans. Mais peut être que le troll a un intérêt à ce que le pays soit détruit et les français remplacés ou est il un agent d'exécution du plan aux ordres.

      Supprimer
  27. "Entraînement facile, guerre difficile; entraînement difficile, guerre facile" disent les légionnaires. Se mettre en situation ne s'improvise pas. N'oublions pas que nous sommes en guerre et que nous devons penser comme un soldat. Pas évident pour qui n'a pas cette forme d'esprit, faute de préparation. Les personnes ayant une formation de secouriste auront très certainement une meilleure réactivité face à l'imprévisible, surtout s'il est brutal est soudain. Je suis dans la rue, soudain une fusillade, une explosion : je fais quoi ? Il est deux heures du matin, on essaye de fracturer ma porte : je fais quoi ? Une EMP (Electromagnetic Pulse) provoquée par une explosion nucléaire en altitude me ramène au XIXème siècle, cf. "One second after" de William R. Forstchen : je fais quoi ? etc...etc....il est certain que si je me suis déjà physiquement, moralement et matériellement préparé j'aurais très vite les bons réflexes. Dans une France où tout fou le camp, où il ne faudra pas compter sur l'armée pour vous défendre, il est certain que les plus aguerris résisteront. Il n'est pas encore trop tard pour se mettre en condition : c'est un vieux soldat qui vous le dit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi se mettre en condition ?

      Marc

      Supprimer
    2. le plus difficile...c'est de se mettre en condition et de se préparer en vivant entouré d'inconscients.Dada

      Supprimer
  28. 1er geste : je prends mon sac d'évacuation .
    2nd geste: je prends mes papiers et ma réserve de cash.
    3e geste: je franchis les Pyrénées

    Le reste, c'est du masochisme... désolé d'être abrupte.

    AZ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4ème geste: ha zut c est aussi le chaos derrière les Pyrénées!
      Le reste, c est de la logique, le chaos n a pas de frontière...désolé d être abrupt.

      Supprimer
    2. Si on pouvait être certain que de l'autre côté de la frontière tout serait facile... que ce serait rassurant, plus d'effort à faire pour se prendre en charge.

      Supprimer
    3. @richard,

      Le problème, c'est que nous n'envisageons pas le chaos sous le même angle.

      Tu imagines effondrement mondial.

      Moi, j'imagine d'abord un effondrement de la société française, sur fond de crise ethno-rerligieuse et économique.

      Et crois-moi, malgré la crise, les espagnols préfèrent largement être à leur place plutôt qu'à la nôtre.

      Ils n'abritent pas 25% de concitoyens inadaptés, ils n'ont pas de frontières avec l'Italie , l'Allemagne , la Belgique et l'Angleterre , ils ne sont pas directement impliqués dans les conflits de l'OTAN etc...

      Survivre, c'est voyager léger et pouvoir aller vite... et surtout ne pas s'embourber ici, en mettant sur pied des dispositifs difficilement applicables.

      En tant que frontalier disposant d'attaches, je peux radicalement changer de vie en 30min... j'espère que toi aussi.

      AZ.

      Supprimer
    4. Je te suis la dessus @AZ! je connais très bien l Espagne d ailleurs pour l avoir fait en long en large et en travers. De plus leur situation économique n est guère plus enviable que la notre ( et même bien pire pour certaines personnes que je connais dans le Sud de l Espagne)! Et c est la que je diffère avec ton point de vue, si crise ethnico religieuse plongeant la France au fond du gouffre, il faut se rappeller que à notre ère de mondialisation, la crise boursière et économique deviendrait rapidement mondiale! (regardes deja juste ce qui se passe avec la Grèce et bientot avec l italie qui sont pourtant loin d avoir perdu leurs institutions et n ont pas basculé dans la guerre civile ), donc quel est le plus risqué? partir dans un pays étranger même avec pied a terre avec le strict minimum en priant pour que le chaos nous rattrape pas, ou préparer sur place de quoi tenir ( et je parle bad, équipe, armement, réserves....)

      Supprimer
    5. tu sais je veux bien que en Catalogne la situation va pas trop mal, mais descend jusqu'à valencia et tu verras beaucoup de gens qui aimerait bien venir travailler en France car pas de taf chez eux.

      Supprimer
  29. Se mettre en condition, c'est d'abord se lever le matin à 6h30,commencer à faire ses 30 pompes, ensuite être "clean" et prêt à 7h30 avec régularité. Quant au reste, c'est à vous, individu responsable de vous organiser. Si vous avez la chance d'être en bonne santé, sachez gérer ce capital dont dépend votre résilience, avec "un esprit sain, dans un corps sain".

    RépondreSupprimer
  30. Pour se préparer, alors que vous êtes entourés d'inconscients voire de proches qui vont essayer de vous décourager, une seule parade : n'en faire qu'à sa tête. Si vous demandez l'avis à votre entourage, alors qu'il est inconscient, alors vous ne ferez rien. C'est difficile au début, mais après, votre entourage finit par s'y habituer même s'il vous considère comme parano. Cause toujours ! C'est aussi ça que d'avoir du caractère : surtout ne pas essayer de plaire à tout le monde. Le consensus, ça marche quand tout va bien. Dans les moments de crise, il faut être directif.

    RépondreSupprimer
  31. Je suis surpris par voir le nombre de personne qui pensent que la fuite est leur seule planche de salut..
    Churchill avait dit après les accords de Munich (1938) : "vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre!". Nous en sommes de nouveau là je pense.
    Pensez-vous vraiment que vous serez les bienvenus en exil ? De l'autre côté des Pyrénées, en Crète, ou n'importe où d'ailleurs on vous reprochera ce qu'on reproche aux migrants d'aujourd'hui : déserteurs, lâches, etc.
    Se préparer c'est simplement avoir un coup d'avance, rien de plus. Mais ce coup d'avance peut valoir de l'or le moment venu. Car ça aide à garder la tête froide quand tout part à vau-l'eau...
    "L'ambition individuelle est une passion enfantine" disait aussi de Gaulle. Il faut donc donc agir en circonstance.
    Montvert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'évite de me baser sur des citations de De Gaulle.
      Il a aussi dit que l'aviation n'aurait jamais un rôle militaire important, et plus tard que l'informatique ne présentait guère d'intérêt...

      Supprimer
    2. bonjour Francois,pour de Gaulle ,svp qu'elle est la source de s citations que vous donnez ? De Gaulle n'a pas dit que des grandes choses,c'est l'ensemble de son action qui est importante et c'est le dernier homme d'état dont la France peut être fière pour ces 70 dernières années,malgré ses erreurs pas un de nos contemporains politiques n'arrivent au quart de l'épaisseur de ses semelles

      Supprimer
  32. bonjour à tous, la fuite, je disais que j'etais trops vieux et débarasser le plancher devant la racaille me cause quelques désagréments.de plus mon village dispose de quelques souvenirs, laissés par les migrants de 1940, fossés anti char, blockhaus bien positionnés, possibilité de contournement par la mer, cela permet de disposer de point d d'appuis solides une fois un coups de peinture donné.
    par contre, ne pas jouer au héros, vous etes utiles à votre famille "restes vivant ce soir, tu combattras demain".
    je reste assez partisan du chaos sur une periode courte deux à trois mois, un autre pouvoir adviendra , meme féodal. chacun apportera sa compétence.
    je continue ma petite préparation seul malgré le scepticisme, faut parfois etre obstiné.
    avant on me disait : c'est impossible, maintenant on me dit :sera ce aussi grave que tu le prétends ?
    l'arrivée massive d'allogenes sub sahariens dans le departement commence à reveiller les consciences villageoises, surtout quand la moitié se barre dans la verte (ou quands combien avec quoi ????).bonne préparation urgente HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hormis en cas de catastrophes naturelles majeures et locales (tornades, ouragans, inondations, tremblements de terre, tsunamis, etc..), mon humble avis est qu'il vaut mieux rester bien protégé à la maison, avec sa famille, ses potes, ses armes et ses réserves de nourriture, plutôt que de partir léger à l'aventure, avec son sac à dos ou son kit d'évacuation, dans des rues et des routes, infestées de personnes potentiellement hostiles.

      La conduite à tenir dépend essentiellement de ce qu'on redoute: effondrement bancaire, monétaire, financier et économique, guerre ethnico-religieuse, ou catastrophes naturelles, et si l'on dispose ou non d'une petite maison dans la prairie si l'on habite en ville.

      En cas d'effondrement bancaire, certes, les ATM ne cracheront plus d'argent et les supermarchés seront vandalisés, ma position sera de rester à la maison, avec mes 3 mois de réserve.

      En cas de guerre ethnico-religieuse, je pense que le bordel risque d'être éparpillé un peu partout, puisque tout le monde va vouloir mettre son grain de sel: clandestins, salafistes des banlieues, islamo-racailles, gauchistes et antifas, etc... Pas facile de décider si on reste ou si on part. Cela dépendra du nombre et de l'intensité des combats, et de la capacité de l'état à déclarer l'état de siège ou l'état de guerre.

      En tout cas, il faudra s'adapter à la situation en toutes circonstances, peser le pour et le contre, anticiper les risques pour optimiser sa survie...

      Stay safe folks!

      Supprimer
    2. Notre époque est en train de se féodaliser, avec ses suzerains, ses vassaux, ses grandes invasions, ses brigands de grands chemins et ses fortifications d'un genre nouveau. Au bouclier s'oppose le glaive, à la guerre de position, la guerre de mouvement. La flexibilité voudrait qu'on soit à la fois le bouclier et le glaive, la forteresse et la mobilité ; la technologie aidant, difficile encore aujourd'hui d'allier les deux. L'analyse de la situation présente me ferait choisir la défensive face à un ennemi élusif et imprévisible. Qui dit défensive, dit constitution de groupes de défense entre voisins avec une organisation paramilitaire, quant aux tours de garde, à la défense rapprochées avec ses patrouilles et ses embuscades de jour comme de nuit; ses plans de tirs, ses communications, ses renseignements et sa logistique. Pour se défendre efficacement il faut des bras, des armes, une discipline, un minimum de connaissances tactiques.
      Vladimir

      Supprimer
    3. pouvoir féodal !!!!
      en 3 mois
      punaise le clown zavatta revient

      Supprimer
  33. Il était de son époque (né en 1890)... avait beaucoup de défauts mais aussi quelques qualités qui manquent aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  34. https://www.youtube.com/watch?v=mbSnwVDCvpI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour ,ce n'est pas nouveau mêmechose il y a deux ans et quand j'y étais il y a 10 ans j'ai pu constater ce genre de convois qui ne sont pas plus gros proportionellement que ceux qui se balladent chez nous ,là ils sont a la taille des us ,donc nous paraissent très importants,et ça n'a rien de caché et les véhicules n'ont pas leurs peintures définitives pour le théatre d'opération

      Supprimer
    2. @Janus
      Il y a une peinture définitive pour la guerre?
      Vous vous y connaissez.

      Purée comme j'aimerais être américain, c'est LE pays de la liberté.
      La bas on peut disparaître des années en forêt ou dans le désert sans rencontrer âme qui vive.
      Ici ya un pecnos tout les 100 mètres même en forêt.��

      Supprimer
    3. bonjour anonyme du 3 ,oui en effet les véhicules blindés reçoivent une peinture en fonction des terrains ou ils seront affectés (voir les divcamos existants)quant a être américain ou autre c'est un choix qui vous revient et ça ne se discute pas,pour ma part JAMAIS

      Supprimer
  35. L'ensemble des commentaires ici, sur ce blog sont intéressants et je ne doute pas qu'ils soient régulièrement consultés, analysés, par certains services dans le but de mesurer la température de la cocotte minute, voire les fantasmes de certains d'entre nous ! Un sondage d'opinions comme un autre. N'en soyons pas naïfs.

    RépondreSupprimer
  36. Je ne peux pas en dire plus pour le moment, mais quelqu'un a trouvé le moyen de créer de l'énergie. Oui, c'est impossible sauf qu'il est possible d'augmenter l'énergie potentielle sans avoir besoin d'énergie. Bref, sans rentrer dans les détails, c'est une bonne nouvelle et cela signifie aussi que l'économie est morte et un gros merdier avec la modification géopolitique que cela va entraîner. Donc oui, c'est la fin d'un chemin et de gros risques à venir.

    MC8--

    PS l'antigravité est donc possible => toutes les technos liées à l'air sont out. Cela agrave encore plus l'instabilité à venir. Mais ouvre aussi d'autres perspectives pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Mc8 oui je suis au courant , il s'agit d'un liquide qui sent mauvais assez huileux ,de couleur qui va du noir profond au noir/vert foncé dont on ppourrait augmenter l'énergie potentielle en faisant du cracking dans des usines prévues a cet effet,l'emplacement prévu est à Donges,nous allons d'ici peu laisser tomber les cheveaux,mais chut faut pas le dire

      Supprimer
    2. pfffff janus je te bade😊 comme quoi certain n ont pas lu l article sur les addictions et continuent leurs consommation de drogues😊

      Supprimer
  37. Bonjour
    L'un de vous sait-il quels sont "les trucs" et le contenant à utiliser pour garder un mécanisme en fer (j'évite certain mots ... ) ou du matériel électronique enterré dans la nature et le retrouver en bon état le jour où on en a besoin?
    Ce sujet a t-il été traité
    Merci
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, j'utilise des tubes en PVC en 125mm. Apparemment, ça monte jusqu'au diamètre 160mm, peut être plus...
      Ensuite, il suffit ensuite de coller deux tapes et de visser les deux bouchons de visite à chaque extrémité. C'est garanti étanche 30 ans.

      Supprimer
    2. Luc, voyez ici pour un exemple :
      http://survivreauchaos.blogspot.it/2013/05/un-vrai-kit-de-survie-pour-les-temps-de.html

      Supprimer
    3. Et si, en plus, tu veux éviter les détecteurs de métaux, tu peux l'enterrer sous une ligne à haute tension par exemple... les interférences sont telles qu'ils sont inutilisables. Peut-être aussi pour la moyenne tension mais je ne peux rien affirmer.

      Supprimer
    4. Tu peux prendre ta pièce et la plonger complètement dans la cire après bien sûr l'avoir envelopper dans 2 ou 3 sachets plastiques. Ensuite prévoir un tube PVC ou petite boite métallique, des rongeurs peuvent percer le PVC (déjà vu). Pour éviter les détecteur il est bon de disperser des bouts de métal tout rouillé de différentes tailles pour que le gars soit noyé dans l'info et passe peut être son chemin.

      Supprimer
    5. Je doute que la cire arrête les rongeurs, ce doit être plus efficace contre l'humidité.

      Supprimer
  38. Ca craint de plus en plus :http://www.20minutes.fr/societe/1955451-20161105-dijon-baptise-reseau-wifi-daesh-21-prend-trois-mois-prison-sursis

    RépondreSupprimer
  39. Merci pour les réponses
    Luc

    RépondreSupprimer
  40. Apres les USA l'Allemagne et la Russie voici donc que la France entre dans le jeux des conspirationnistes de manière fort discrète mais officielle elle a désormais son site survivaliste pour bisounours en retard ;)

    http://www.gouvernement.fr/risques/preparer-son-kit-d-urgence

    merci la France
    Bonne soirée a tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont oublié le principal :p

      Supprimer
    2. @anonyme du 6 novembre 18:25
      Vous faites allusion a la compagne ideale en cas de chaos, du genre dont notre hote Pierre excelle a denicher des photos sympas? ;-)

      Supprimer
    3. @ Anonyme8 novembre 2016 à 13:35

      Ces compagnes susnommées sont parfois si bien pourvues qu'un mec ordinaire ne saurait pas forcément en apprécier le calibre ...
      Il est toujours réjouissant de rencontrer un survivaliste éclairé n'ayant pas tout entre les oreilles. ;))

      Georges

      Supprimer
    4. lettre aux Fo ;https://leblogalupus.com/2016/11/11/humeur-de-loup-toi-ami-policier-par-t34/

      Supprimer
  41. Fin d' un monde / la valise ou le cercueil.
    " Un peuple qui oublie son passe, se comdamne a le revivre " .
    " Celui qui ne connaît pas l'histoire est comdamne a la revivre " .
    G.Santayana / 1905 .
    " S 'anéantir dans l'obéissance " . St Augustin ( ??? ) .
    Exécuteurs fameux ( au propre comme au figure ) des ordres reçus , le général Katz " le boucher d'Oran " et le colonel Debrosse " le sanguinaire d'Alger " , aides de FO CRS & GM ,barbouzes du sac, anciens de la gestapo , repris de justice, vietnamiens , etc..., se sont illustrés en Algérie.
    Debrosse en torturant lui même, les femmes particulièrement , Katz responsable du massacre d'Oran ( juillet 1962 ) en déléguant aux GM ( les rouges ) notamment et particulièrement accusés de tortures sur français & européens , collusion avec l'Anl / FLN qui leur auraient procures des prostitués ( les héros sont fatigues ! ) et pris en photo paradant sur une jeep avec un drapeau de l'Anl / FLN sciemment pour décourager les français & européens réputés protéger l'' Oas qu'il fallait exterminer d'Oran.
    Tout cela pour intimider et inciter a fuir les colons français et européens selon le plan concerte a Paris sous l'égide de De Gaulle. Pour livrer , au final l'Algerie.
    En passant par le massacre des français & européens d'Oran ( juillet 62 ) par l'Aln / FLN , livres a leurs griffes sanglantes par l'inaction forcée des différentes troupes confinées dedans leurs casernes sur ordres de Katz.
    A noter l'action contraire aux ordres reçus de Rabah KHELIFF qui sauva d'une exécution certaine ( les corps des malchanceux retrouvés dans les poubelles ou a des crocs de boucher, un classique ! ) des centaines de français& européens .
    A la mort de Katz, le 6 mars 2001 , sa famille l'inhuma a Rosas en ESPAGNE............pour que sa tombe reste propre aurait dit Vernon SULLIVAN.
    Chacun son parcours, son code moral. Certains sont plus honorables que d'autres, souvent hors des sentiers battus de l'obéissance lâche et aveugle.
    Il existe suffisamment de diverses documentations, toutes opinions confondues, a disposition de tout un chacun décide a faire cet effort.
    Salutations a tous.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  42. A chaque lecture d' article de Pierre Templar je me dis qu' avant je ne savais rien.
    Et ca recommence a chaque fois.
    Merci

    RépondreSupprimer
  43. Bonjour,
    Je suis votre blog depuis quelques mois, et je vous remercie de rendre accessible gratuitement au plus grand nombre vos conseils et vos vues.
    Dans ce billet vous évoquez le regroupement de ses proches et la gestion du stress ou de la panique.
    Mon problème est que je suis le seul de ma famille à avoir une certaine conscience de la gravité et de la précarité de la situation économique et sociale actuelle.
    Ce qui me taraude, c'est comment expliquer, puis convaincre des personnes que j'aime, mais qui, comme vous le dites, ne feront rien et attendront bien sagement que l'Etat règle tout (chiffre terrifiant au passage : 200 compagnies de CRS et Gendarmes Mobiles pour 1800 "quartiers sensibles" répertoriés...) qu'il faut se préparer, agir, partir éventuellement... bref, comment évoquer la situation sans passer pour un fou-parano-qui-passe-trop-de-temps-sur-internet ?
    J'habite une grande ville de l'ouest, bien cernée par les quartiers de CPF, et lorsque je pense à une éventuelle rupture de normalité brutale, je suis simplement terrifié à l'idée de ce qui pourrait se passer ("Guerilla" d'Obertone n'est pas très loin de ce futur probable), mais ce qui m'inquiète, c'est de ne pouvoir faire prendre conscience à mes proches de ce danger et de la nécessité pour eux d'y penser, et de les conduire à se préparer, au moins psychologiquement.
    Je ne sais comment m'y prendre :(

    Bien à vous,
    Olivier




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Olivier et bienvenue,vous posez une des difficultés majeures dont il a été fait état en partie ici même ;chacun a sa "recette" pour essayer de "convaincre" ses proches.Vous remarquerez que nul n'est prophète en son pays et qu'en général nos proches accordent plus de crédit a n'importe qui plutot que ceux qui s'inquiètent pour leur devenir.Le simple fait d'acheter de la nourriture en conserve au prétexte de ne pas se retrouver démuni pour éviter des voyages a l'hyper du coin trop souvent et en final couteux (prix du km) passe assez bien,oui messieurs faites les courses,il faut malheureusement avancer masqué .Commencer par le stock de bouffe est assez facile y compris les produits autres (hygiène) .C'est plus difficile pour la défense ,alors là on n'en parle pas, on fait,un baïkal 12 en juxtaposé n'est pas une fortune,une simple licence de ball-trap et c'est fait.Attaquer de front des proches qui vivent une existence confortable en leur promettant du sang et des larmes,n'emportera aucun assentiment,pire ce sera la zizanie.Personne n'aime a devoir se confronter a des réalités désagréables a venir.Le moment venu les yeux s'ouvriront et ce sera les premiers à mettre les bouchées doubles.bien cordialement

      Supprimer
    2. @ Olivier,

      Tu peux essayer ça qui n'est pas donné pour être complotiste ( ouaf, ouaf!):

      http://www.gouvernement.fr/risques

      Tu pourrais continuer avec ça dans le genre bis repetita avec commentaires et explications de texte:

      http://echelledejacob.blogspot.fr/2016/11/preparez-vous-le-gouvernement-lance-le.html

      ( à lire jusqu'en bas et cliquer sur les liens )

      Après, si tu cherches un peu tu trouveras que beaucoup, vraiment beaucoup, de gouvernements ont alerté leur population depuis moins d'une année: suisse, Allemagne, USA (en pire avec l'Obama executive order qui donne de 90 à 120 jours - à partir de novembre - aux agences fédérales pour s'organiser face à une catastrophe climato/electrique de grande ampleur) et d'autres pays.

      Bon courage

      Jules

      Supprimer
    3. bonjour Olivier et bienvenue!
      Je me retrouve vraiment dans ce que tu dis, enfant des vignes du Languedoc et de mon petit village, je ne vois que trop désormais de part mon métier,et de part ma vie dans la ville phocéenne pour ce métier, la lente descente qui nous attend! Survivaliste opérationnel depuis un bon moment, je n'ai que rarement rencontré en réal life d autres survivalistes, mes proches vivant encore à l abris dans nos campagnes du midi, les pots de même, et a part 2 collègues de taf qui y viennent doucement, la plupart des gens ont conscience que l on glisse doucement vers le chaos mais pense qu' ils pourront gérer la situation sans prépa! Bref comme je l ai dit a un de mes collègues qui en a pris conscience, déjà tu ne fais plus partie des bisounours qui ferment les yeux en pensant que je vais bien tout va bien! Donc tout ce que tu auras préparé avant le chaos te donnera un avantage face au 90% du restes des gens! Donc trouves toi ton coin de repli avec ton équipe, loin des zones rouges cpf! Et si tu trouves des survivalistes ( même si c est rude car nous sommes souvent des partisans du pour vivre heureux vivons caché) avec qui monter une équipe pour les jours difficiles qui s annoncent alors tu auras faits un pas de plus, sinon les alliances se feront après....

      Supprimer
    4. enfin si petit point positif, ma compagne est devenu une vrai gestionnaire de la réserve😊 et manie vraiment bien le pistolet en 22lr😊

      Supprimer
  44. olivier
    je compatis à ton angoisse, en tant que Breton exilé par amour, le mari doit suivre sa femme, c'est écrit!mais comme je m'y rends de temps en temps je ne peux que constater l'effrayant changement.
    Brest est devenu un repaire d'islamistes, là ou je ne voyais que ponpons rouges rue de siam ou à Saint-marc du temps de ma folle jeunesse estudiantine ou militaire (plutot beret que bachi de meme couleur).
    Rennes ou il ne fait pas bon sortir en goguette le soir venu, surtout rue Saint-Michel devenue un vrai coupe gorge.
    quands à Nantes, les descentes de zadistes, de paysans tractorisés, de no-border europhiles font fréquemment la mise à sac du mobilier urbain.
    j'ai eu extremement de mal à faire admettre le tiers du quart de la situation à la famille proche, il m'a fallu deux ans de palabres pour arriver à un assentiment relatif un de mes enfants est convaincu, le deuxieme aussi mais il envisage l'exil au Canada, c'est la mode chez les jeunes. le troisieme , rien à faire, bien conditionné par la bienpensance. mon épouse ayant su se defaire d'une agression qui aurait pu etre mortelle et physiquement n'etant pas une crevette, est d'accord pour assurer la ligne de feu.
    par contre il m'aura fallu des années de semi preparation, je ne me pretends pas préparé sauf en un point defensif.
    je compte beaucoups sur la proximité de la mer plus que la chasse classique. là je partage les avis sur la raréfaction du gibier. la mouette c'est dégoutatoire mais si il n'y plus que ça, que les ames des marins perdus en mer me pardonnent d'avance ce sacrilege. la chasse sous marine , a la ligne, à l'epervier ou à pieds, je connais. ma mère assurait fort bien une partie du ravitaillement en 1940 à cet endroit, de cette façon.
    cette expérience qu'elle m'a appris et que j'ai transmis aux miens egalement , c'est toujours ça.
    il y a internet et la reinfosphere, j'arrive parfois à les accrocher sur un article représentatif.
    la famille élargie est heureusement plus receptive et tous se préparent ou s'eloignent des futures zones de combat.
    parfois je me dis qu'avril 2017 est tres (trops ) proche.je me suis juré de remplir ce que je pourrais de caddies les derniers jours quitte à bouffer le stock sur des mois en cas d'erreur (et je serai ravi de le faire).
    bonne préparation à tous HERMAN STOSS
    mais il ne faut pas les souler , ils lacheraient tres vite la conversation, de la souplesse, de la finesse.du tact!

    RépondreSupprimer
  45. Soyons prêt...
    Sûrement effondrement économique mondial ! Qui suivra par des guerres civile, émeutes, faim....

    J'espère que rien de tout sa arrivera.
    Mais malheureusement on vois déjà la misère et les agressions qui augmente .
    L'état et déjà dépassé

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.