3 octobre 2016

Témoignage d'un gars de la campagne

=> Article proposé par Pierre, rédacteur de Survivre au Chaos.

Note de Pierre Templar : Un lecteur du blog, avec qui je partage le prénom, m'a proposé un article relatant son expérience personnelle à travers la description de ses origines et la mentalité des gens de sa région. Je vous livre son témoignage tel quel, sans n'y porter aucun jugement.

J'ai pensé qu'un tel témoignage serait utile, en particulier aux citadins, dans le but de mieux connaître la " France profonde ", ainsi que les problèmes éventuels auxquels ils pourraient être confrontés dans le cas d'une évacuation en terres inconnues...



Bonjour à tous. Je « dévore » ce blog depuis quelques jours... Ce qui suit se veut une sorte de témoignage de ce que pourraient être la mentalité et les réactions des gens de chez moi, enfin surtout la mienne :) en cas de chaos.

J'ai une quarantaine d'années, ingénieur, j'ai travaillé 3 ans à Paris en tant que chef de projet informatique pour des entreprises du CAC40. J'ai créé trois PME, passé plus de 7 ans a l'étranger, plutôt backpacker, en Afrique, Asie et Amérique du sud et je suis LIMOUSIN de la campagne. Oui, il y a des villes en Limousin ! A partir de 8000 habitants on appelle ça une ville :)

La maison de la famille, et mon pied à terre quand je suis en France, est une vielle ferme retapée et agrandie pour les commodités. Rien de luxueux ; Deux hectares de terrain, 12 couchages, pour recevoir les enfants et petits-enfants pendant les vacances, sur une commune de 600 habitants.

Après avoir envisagé de défendre la maison et mettre rendu compte que c'était idiot, j'ai fait un plan de défense incluant la commune.

Le bourg ou village est desservi par cinq routes ; A 3 km du centre, trois de ces voies d'accès sont coupées par des ponts (le Limousin est très vallonné et irrigué) et les deux autres passent par des chaussées entre deux étangs. Il y a des arbres partout, c'est très simple de barrer ou limiter les accès, sans parler de les couper définitivement.

A l'intérieur de ce périmètre (6 km de diamètre), nous avons 5 étangs, des maisons en pierre, des vergers (pommes industrielles pour parisiens), des troupeaux de vaches limousines ainsi que leurs prés, au moins 20 sources et quasiment un puits dans chaque maison. Des maisons vides ou habitées, fermes éloignées, mais au bord des routes, permettent de faire facilement deux lignes de défense de plus jusqu'au centre du bourg.


Donzenac en Corrèze: ruelle médiévale, village encore
quasiment fortifié de l époque de la guerre de 100 ans


La majorité des habitants sont vieux, anciens agriculteurs à la retraite, mais ils ont tous :
  • Des conserves dans la cave (faut bien stocker la production du jardin...)
  • Des tracteurs
  • Une cuve pour stocker le gasoil, des tracteurs et des bidons d'essence pour les tondeuses, tronçonneuses et autres outils quasi quotidiens
  • 10 ans de bois sec pour le poêle, l'insert ou la cuisinière
  • Tous les outils à main depuis 3 générations ; Ici on ne jette pas, j'ai même tout ce qu'il faut pour fabriquer des sabots !
  • Leurs fusils de chasse (jamais un chasseur n'a eu moins de 3 fusils), même s'ils ne chassent plus depuis des années, et pour certains, des souvenirs de la dernière guerre... Il y a quand même un voisin qui m'a sorti à l'apéro une caisse de grenades !
  • Des poules, des lapins, des oies, des canards, etc. Faut bien remplir le congélo...
  • Des châtaigniers centenaires. On peut faire de la farine avec les châtaignes, et énormément de choses avec les repousses ; C'est le bois le plus polyvalent en France.
  • Un groupe électrogène, parce qu'à chaque fois qu'il y a de l'orage, toutes les lignes pètent
  • Une remorque à atteler derrière la voiture
  • Une machine à coudre manuelle (des grand parents)

A titre individuel, il y a :
  • Un magnifique alambic de 300 litres, en cuivre, sur remorque
  • Au moins cinq 4X4 dont un Land Rover Defenfer 90
  • 5 fours à pain à bois
  • 2 granges recouvertes de panneaux solaires
  • Une vingtaine de chevaux minimum, et 10 carrioles à atteler
  • Tous les arbres fruitiers qui peuvent pousser dans la région en quantité : Cerisiers, pruniers, pommiers, poiriers, noyers, châtaigniers, cognassiers, figuiers...

Voici une liste rapide non exhaustive de ce qui se trouve « chez moi » sans  préparation survivaliste :
  • 3 bouteilles de gaz de 13 kg, 4 ou 5 de Campingaz ou chalumeau
  • 40 litres d’essence et 60 de gasoil
  • 3 ans de bois de chauffage sec
  • Une vingtaine de bougies
  • 4 ou 5 lampes de poches ou frontales, à pile et a manivelle, des lampes à pétrole
  • 2 poêles à bois et un four à pain à bois
  • Un 4x4, 2 remorques et un mini tracteur
  • Des carrioles à cheval et des chevaux
  • 2 tronçonneuses 

Outils (non électriques) :
  • Les outils standard d’un atelier de mécanique et de bricolage
  • Les outils de menuisier et de maçon
  • Les outils d’extérieurs pelles, bêches, barre à mine, tarière, pioche , masses, râteaux, scies, haches, serpes, machettes...
  • Une dizaine de couteaux, opinels et autres
  • Des couteaux de lancer, un arc
  • 4 cannes à pêche et le matériel qui va avec

En fait je me rends compte que faire une liste ne rime à rien, il y a les affaires de mes grands-parents et arrières grand-parents qui eux ont vécu sans électricité ni eau courante en totale autarcie durant les hivers, ce qui fait beaucoup de bordel :)

Les seules choses à préparer en fait seraient :
  • Stock d’essence et gasoil
  • Stock de nourriture et graines pour le jardin
  • Quelques sacs de 50 kg de sel pour les saloirs et des caoutchoucs pour les bocaux
  • Planter plus d’arbres fruitiers éventuellement, mais il y en a suffisamment chez les voisins
  • Installer des panneaux solaires, bien qu’avec les hangars recouverts par les aides/arnaques EDF on doit pouvoir ré-électrifier le village avec les lignes existantes
  • Augmenter armes et munitions, à titre personnel, je ne sais pas ce qui est planqué chez les voisins :)


Chateau de Crozant en Creuse : paysage typique limousin, vallonné
 boisé, irrigué avec un château fort

La végétation en Limousin , ennemie ou alliée ?


Quand le chaos sera là, il va se passer quelque chose qui n'est pas arrivé une seule fois depuis 2000 ans et les Romains : L'arrêt de l'entretien des voies de communication, routes, chemins et rivières.

Actuellement, l'entretien des routes est effectué par l'état, et par les chasseurs, pêcheurs, paysans, randonneurs à pied, à cheval ou a vélo pour les chemins et les rivières. La population de paysans, chasseurs, pécheurs ayant beaucoup diminuée, un grand nombre d'anciens chemins ne sont plus praticables. Les cours d'eau suffisamment grands pour rester navigables sans entretien sont assez rares par chez nous.

En moins d'un an, l'action de la nature (tout dépend de la saison du déclenchement du chaos), à travers le gel, les tempêtes, la pousse de la végétation et les pluies barrera tous les chemins, routes et rivières. Se déplacer autrement qu'à pied sera impossible, les 4x4, motos, vélos, chevaux, quad et autres ne seront d'aucune utilité sauf pour rayonner autour de sa « base ».

La forêt limousine, sans être impénétrable comme le maquis corse ou luxuriante comme la forêt guyanaise, ne permet pas de se déplacer en dehors des chemins autrement qu'à pied, et même avec une machette vous ne traverserez jamais un roncier. Pendant la seconde guerre mondiale, on n'a pas parlé de maquis limousin sans raison. Les jolis sous-bois dégagés avec des troncs énormes n'existent pas ici.

Il reste les prés, les champs et les vergers. Les deux seules cultures « industrielles » du Limousin sont les pommes et les vaches. Le remembrement n'a jamais été réellement effectif pour des raisons de topographie, les parcelles de plus 5 hectares sont aussi rares que les lignes droites de plus de 200 m. Ce qui veut dire, qu'en plus de négocier avec nos aimables taureaux, vous allez trouver du barbelé tous les 100 m et une rivière tous les 5 km. On laissera pas les ponts, on est taquin :)

A moins que vous ne disposiez d'un T90 armata ou équivalent, je conseillerais à ceux qui souhaiteraient venir nous rejoindre d'arriver AVANT le déclenchement du chaos :)


Verger de pommiers limousin : 4 rangs de fils de fer maintiennent les arbres et les piquets...

Taureau de race limousine


En regroupant le village, on a toutes les compétences, armes, ressources et autres sans rien préparer. Personnellement, à titre d'exemple, j'ai plus de 10 haches et je n'en ai jamais acheté aucune. J'ai de quoi les affûter et je sais le faire, donc quand je vois des gens qui cherchent sur internet quelle est la meilleure hache, et qu'il y en a qui répondent Fiskar...

Sans aucune préparation, on a 10 fois plus que ce que rêverait un survivaliste. Mais on a très de peu de jeunes, et c'est là qu'intervient la mentalité limousine. Comme disait Desproges, ma femme est poitevine...

Pendant une bonne partie du moyen-âge, le Limousin rayonnait culturellement sur tout le Sud-Ouest jusqu'au nord de l'Espagne ; Au moins deux papes viennent de chez nous, Clément VI et Innocent VI.

On a arrêté les invasion normandes qui partaient de Bordeaux en direction du massif central. Le Limousin a survécu aux Romains, aux Normands, aux Anglais, aux Français, aux Allemands, si il faut décrocher les fusils des cheminées, nettoyer les douves et remonter quelques murs on le fera :)

Pendant la guerre de 100 ans, les châteaux changeaient de camp en fonction du vent. Ils n'étaient ni français ni anglais, ils étaient limousins. Le Limousin était sur la ligne de front plus ou moins marquée par la Dordogne, mais on a tué Richard Cœur de Lion à Ségur le château ou Chalut, village de Pierres Desproges.

Le Limousin, avec la Franche Comté, est la seule région française a avoir une unité, politique, territoriale et culturelle de plus de 2000 ans, depuis les Lemovices.

Durant la guerre de 14-18, une décision politique a envoyé beaucoup plus de limousins se faire tuer au front que n'importe qu'elle autre région, à part la Vendée. Des villages entiers sont morts. J'en ai visité où il ne reste plus que l'église et le cimetière. Il est courant de trouver sur un monument aux morts le nom du père et de ses trois ou quatre fils.

Pendant la deuxième guerre mondiale, le Limousin a été sur la frontière des deux France, la " libre " et l'autre. Le maquis limousin est surtout connu pour le fait que les Allemands n'ont jamais osé y pénétrer. Il faut pas le dire, mais ici, la résistance c'était plutôt tranquille...

Aujourd'hui, le Limousin, peut-être avec l' Auvergne, sont des régions méprisées par les gens " modernes ". Le niveau économique est très bas, même si la CGT et Legrand on été créé a Limoges.
On appelle toute personne vivant au dessus de la ligne Lyon-Bordeaux des parisiens, et les gens de Limoges, des citadins.

Une blague du coin dit que le Club Med de Pompadour est clôturé pour ne pas laisser s'échapper les parisiens dans la nature...


Chateauponsac Haute-Vienneienne : Pont romain


Le but de ce résumé historique n'est évidemment pas de faire du chauvinisme ou du régionalisme, on n'est pas des Corses ou des Bretons ! Mais si des survivalistes étrangers veulent installer leur BAD chez nous, il serait prudent de se renseigner sur le pays. Déjà en temps de paix, comme dans tout bon western, on n'aime pas les étrangers, encore moins ceux des villes qui nous méprisent depuis longtemps.

Et même entre nous, les corréziens ne supportent pas les haut-viennois qui rabaissent les creusois.
Tout ça pour dire qu'une fois prévues les défenses de mon village, je n'accepterai pas ceux du village d'à côté ; Seuls les gens d'une famille du village et connus pourront rentrer. Alors les gens de la ville qui pensent se réfugier à la campagne (je ne connais que le Limousin)... Si vous n'avez pas trois générations derrière vous et bien connues, vous prendrez un coup de fusil. On fait déjà ça en temps de paix avec les gens de l'extérieur qui viennent chercher les champignons chez nous, alors en temps de chaos... (Paragraphe surligné par Pierre Templar)

J'ai essayé de discuter du prochain chaos avec le mari de ma mère, il m'a répondu en souriant que çà sera sympa d'atteler plus souvent les chevaux, de faire fonctionner le panneau solaire pour charger les batteries, et de construire un camps romain avec des arbres. Même s'il ne mesure pas totalement ce qui va se passer, ça illustre la mentalité du coin : On s'adaptera, ça changera pas grand-chose (à part la défense).

Le Limousin s'est fait saigner et exploiter pour et par la France, mais il s'est toujours défendu quand on l'attaquait territorialement. Il se défendra, mais il défendra les gens du coin, pas la France ou les français ; On a des châteaux-forts tous les 15 km...

Donc les survivalistes, même si vous avez une propriété depuis 20 ans chez nous, le jour du chaos vous redeviendrez des Parisiens. La seule et UNIQUE chose que vous pouvez apporter ici, ce sont vos bras (beaucoup de vieux ici, mais ils savent beaucoup de choses), tout le reste, on l'a déjà. Si vous avez des armes et des munitions, on dira peut être pas non, mais faudra que ce soit du gros calibre ou être convainquant pour réussir à les amener en restant en vie :)

Qui sait fabriquer un panier avec de l' écorce de châtaigner à part un Limousin ? (même ici, il n'y a plus grand monde qui sait).

Une dernière chose a propos des étrangers, pendant la 2ème guerre mondiale, les dénonciations ont fait ici plus de morts que les combats...

Cela pour dire que tout diplômé, voyageur, et ouvert d'esprit que je sois, le chaos c'est autre chose :) A ne pas prendre comme de la prétention de ma part ou une agression contre les... parisiens.


178 commentaires:

  1. Bonjour,

    Excellent résumé de la réalité de ce qu'est le Limousin, et plus précisément la Corrèze.

    J'y habite depuis 4 ans avec ma femme qui en est originaire par son père, et nous y sommes venus A CHAQUE VACANCE pendant 12 ans auparavant (soit 8 à 10 semaines par an).
    Et bien, avant d'y vivre définitivement, je ne connaissais ni la Corrèze, ni les Corréziens.

    Tout ce qui est dit ici est vrai, et on pourrait en dire encore plus. En tant que "prepper", la Corrèze est ce que l'on peut rêver de mieux : ici, côté campagne, tout le monde l'est...

    Cordialement,

    G.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le témoignage. Pas étonné. Les tarés vont rapidement mettre à sac les centrales nucléaires et vous aurez le choix: soit partir soit voir mourrir lentement les votres. Si vous partez au moins vous saurez à quoi vous attendre dans un autre pays :) et vous l'aurez mérité.

    RépondreSupprimer
  3. Waouhhh ............ !! Cet article me donne envie de passer dans l'autre camp et de tout brûler juste pour le plaisir ! incroyable ce manque de solidarité. La vie doit encore vous apprendre quelque chose d'essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans blague!!!
      Parce que lorsque l'Hiver arrivera, tu crois que les quelques fourmis vont se sentir obligée de nourrir les nuées de cigales, biberonnées à la "solidarité" (sous-sous pour moi! L'etat-maman doit m'aider!) qui vont débarquer en masse?
      Assumez votre vie, et les risques qui vont avec.
      Si 40 pauves hères viennent débarquer chez vous, alors que vous avez juste quelques boîtes de raviolis dans votre placard, que ferez-vous?
      Et lorsque ces pauvre hères vont vous accuser de "manquer de solidarité" et vont se montrer violent, que ferez-vous?
      Et si vous êtes armés, que ferez-vous?
      .
      Votre discours "Bwaa méchant pas solidaire (vous devez m'aider!)" est une des choses qui me dégoûte. Typique bobo!

      Supprimer
    2. On ne parle même pas de demander à manger ou de s'imposer chez les autres, on parle ici de "flinguer "les gens dès qu'ils apparaissent s'ils ne sont pas du coin...peu importe que des "parisiens", selon l'exemple repris, débarquent dans leurs propriétés achetées dans la région (c'est encore leur droit, ne vous déplaise) avec leurs réserves et sans rien demander. Flinguer à vue car "pas du village" ne me paraît ni sensé ni orienté vers l'avenir. Quand "locaux" et citadins fuyant vers leur BAD se seront bien entretués, la véritable racaille pourra arriver, terminer le massacre et s'installer.

      Supprimer
    3. Quand mon grand père vendéen qui était douanier à la frontière belge à du fuir sur les routes avec son épouse et ses 3 enfants, une main devant, une main derrière, sous la mitraille des avions allemands, il a rencontré ce genre de bon français qui les traitait de "sales réfugiés"et les chassait à coups de fourche quand il venait demander un peu de lait pour les gosses ...
      Mon père qui est âgé et à également connu la guerre, avait la chance de vivre dans une ferme de mon doux sud ouest natal. Lui et sa famille s'en est bien sorti, en rusant avec ces putains de boches (ils adoraient les patates alors il plantait des topinambours, etc) et n'a jamais eu cette mentalité de merde, heureusement.
      La guerre est une chose atroce, la guerre civile la pire des calamités .

      J'espèrene jamais devoir croiser ce cher monsieur, car je tirerai le premier.

      Laurent, ancien militaire.

      Supprimer
    4. Vous savez, pendant qu'on entretient l'antagonisme Flamand/Wallon;anglais/français; français/allemand; Paris/province, l'ennemi (vous savez qui) est partout et parle toutes les langues.
      cc

      Supprimer
    5. "l'ennemi (vous savez qui) est partout et parle toutes les langues"
      Les Chinois ?

      Supprimer
  4. Bonjour, votre témoignage n'étonnera aucun ancien d'ici. C'est un choix d'être installé ou d'être sur la route. Perso, je me connais et je préfère être sur la route, léger, mobile et préparé. Il est important de savoir qui on est pour savoir comment on veut survivre. Je regarde la série Z-nation en ce moment, je regarde avec du recul, les Z ne sont pas malins mais ils profitent bien du fait que le peu d'humains restant se tirent dessus parce que ce sont des avoirs humains et non des êtres humains. Une bonne partie de l'article est : J'AI. L'autre partie fait référence à du passé réalisé par des gens d'un autre temps d'une autre époque, comme si le JE SUIS d'aujourd'hui est l'intégrale des anciens ONT ETE. Le seul JE SUIS est que vous êtes originaire du Limousin parce ce que votre famille est de là (et pas grâce à vous)...

    Vous tiendrez un temps mais seulement un temps et dans quel état psychologique (j'ai lu votre article).

    Phil

    RépondreSupprimer
  5. Bon article, juste sur le fond (dans mon coin c'est un peu pareil). Cependant, le gros problème majeur du surplus de vieux et du manque de jeunes est bien vite survolé !
    C'est un sacré problème car les vieux malgré leur immense savoir, sont sur le mauvais coté de la pente... et sans parler de situations de combat effectives, pour simplement "faire vivre" un coin, en nourriture, mais aussi en culturel, en transmission du savoir, en préparation du futur de la communauté, il faut des jeunes et du lien social ! sinon ce sera une "forteresse de retraite" mortifère destinée à la désertification tôt ou tard...
    Il ne faut jamais oublier que c'est la démographie qui fait la loi (regardez les invasions d'immigrations actuelles, elles ne se passeraient pas si les immigrés n'avaient pas une telle puissance démographique).
    On ne peut pas éluder le problème démographique/lien social, qui est même peut être le problème n°1 de notre civilisation, car survivre c'est bien, mais avec qui et pour transmettre quoi ? Si pas de jeunes, tout le savoir des anciens va mourir avec eux... A la limite, il vaut mieux une "base" moins équipée, moins polyvalente, mais avec une dynamique jeune...
    Il serait intéressant que l'auteur de l'article réfléchisse à cette problématique...
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  6. J'habite le Gers, et dans le sud-ouest en milieu rural on a un peu tous la même mentalité. Ta description est celle de la BAD idéale, que rajouter de plus ? Mais tu devras avant ou pendant le chaos y intégrer d'autres personnes survivalistes de l'extérieur car à vouloir vivre en trop grande autarcie replié sur soi pendant trop longtemps on fini par avoir des consanguins et des malades.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis souvent dans les Pyrénées et plus on monte dans la vallée plus les mentalités se durcissent et plus il y a de consanguins ^^

      Supprimer
  7. Attention toutefois, pendant la WW2, c'est quand même là qu'on a casé tous les Alsaciens et c'est là que d'autres Alsaciens, de la Das Reich, ont fait Oradour. C'est donc pas un pays impénétrable.
    Pour moi, le seul avantage est d'être un coin pas attractif, à part pour le tourisme. Sinon c'est un coin où il risque d'avoir la paix s'il n'est pas déjà contaminé par (au choix).
    La préparation, c'est bien. La volonté de tenir et avoir les bras en nombre suffisant est autre chose.
    Le paysan est plutôt fragile depuis la république: enfants jetés sur les champs de bataille et jamais revenus entiers, remembrement des terres, vente littérale aux supermarchés...On se demande pourquoi ils disparaissent. Par contre ils sont prêts à caillasser le village d'en face.
    Faut aussi voir l'aspect sombre du sujet même si ça va être douloureux pour certains blessés par mon propos.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit rectificatif, à Oradour, ce sont essentiellement des Mosellans qui ont été exécutés, originaires du village de Charly, à coté de Metz, et qui avaient été déplacés là. Et effectivement, ce sont des SS de "Das Reich", composée de beaucoup d'Alsaciens, qui ont "oeuvrés", ce qui a provoqué de fortes tensions entre Lorrains et Alsaciens dans les années 50 avant que l'Etat ne jette un voile là-dessus.

      Supprimer
    2. C'est un peu plus compliqué, la vérité d'Oradour. Bon visionnage...
      https://www.youtube.com/watch?v=bYsLqm1xWXs

      Supprimer
    3. Oula, mon propos n'était pas de faire de l'Histoire mais d'opposer l'Histoire au "dernier réduit gaulois" avec pour exemple un massacre n'impliquant que peu de locaux.
      cc

      Supprimer
    4. Pour ce qui est du paysan "plus tot fragile", c'est assez drole comme commentaire. Sans doute de la part d'une personne qui n'en n'a pas frequente beaucoup. Je connais beaucoup de paysans septuagenaire qui chez eux dans un contexte de chaos surviverons bien plus longtemps que la plus part des citadins bien plus jeune. Ceux que je connais personnellement ( mes parents et nombreux voisins) sont plus dur a la tache ( jardinage, entretiens des maisons, bricolage, chasse, lessive a la main, conserve, etc...) que n'importe quel citadin et que les ruraux plus jeunes. Il y en a qui pourraient etre surpris.

      Supprimer
    5. Lisez mieux, vous comprendrez.
      cc

      Supprimer
  8. Parisien par le hasard du job que j'ai pu décrocher, je suis Berrichon d'adoption depuis 4 ans. Et Berrichon pas loin d'être Limousin, puisque ma "campagne" est à moins de 15 k de Crozant.
    Même végétation ou presque dans mon coin (moins de pommiers industriels et moins de châtaigners) mais tout autant de bocages.
    Les vaches sont Limousines pour la plupart, mais on voit de blanches Charolaises par ci par là ou encore des blondes d'Aquitaine.
    Je ne suis pas Berrichon d'origine, mais nous faisons peu à peu notre trou dans le village. On discute avec les voisins, je prends des conseils des voisins, on va à la fête annuelle, on a fait bosser le menuisier du bourg...
    Je ne sais si nous aurons un scénario "SHTF", mais une chose est certaine : je suis quadragénaire, je n'aurai de retraite qu'un minimum vieillesse, je ne suis pas propriétaire à Paris (et aucune envie de le devenir à moins de gagner au Loto, vu les prix actuels rapportés à mon salaire pourtant confortable) alors je sais que j'aurai quatre murs et un toit sur la têtes, ainsi qu'un bout de potager et un verger déjà formé.
    J'y ai des outils, une grange, des vélos.
    Ah, oui. J'ai aussi un passé militaire. Et je n'ai pas manqué de sortir mes "pendantes" glanée.
    Prochaine étape : passer mon permis de chasse. Pour le fusil et le lien social.
    Alors je ne serais peut-être pas aussi bien accueilli que si l'on trouvait mon patronyme sur le quart des pierres tombales du cimetière, mais ce n'est pas pour autant que l'on me jettera des pierres.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Popeye,d'une façon générale il ne faut pas tomber dans la caricature au risque de perdre toute crédibilité .La France est une mosaïque de terroirs péniblement unis au cours des siècles pour former une nation et une entité géographique et juridique que certains voudraient diluer dans un ensemble plus vaste encore sans histoire commune,sans valeurs ni mode de vie partagé .Alors j'entends bien que des spécificités locales soient toujours vivaces ,ce n'est que de la valeur ajoutée au reste.Devant l'adversité l'union s'est toujours faite (14/18,39/45 et bien d'autres avant)nos monuments aux morts en témoignent encore et personne ne peut s'ennorguellir du macabre privilège du nombre de tués , comme dans les concours de zizi de cours d'école de la communale .Je peut en parler ainsi d'autant plus librement qu'habitant la Corse les Corses étaient plus que les autres en première lignes ,ne parlant pas bien le Français , ils étaient mis avec les troupes pour aller au casse pipe et avec moins de permissions aussi car le voyage était bien long a l'aller comme au retour.Vous êtes du pays que vous aimez point.Quelque soit l'endroit vous serez acceuillis selon vos mérites et il ya des cons partout

      Supprimer
    2. On ne connait pas exactemment la localisation de l'auteur de l'article mais il me semble qu'il n'y a
      pas que trois Limousins (les 3 départements); il y
      a aussi un Limousin montagnard et un qui l'est nettement moins, aux marges de cette région,comme
      c'est le cas près du Berry.
      Et devinez qui sont les moins "faciles" avec les
      intrus ?

      Supprimer
    3. @popeye
      Je partage tout à fait votre point de vue. Ce qui manque vraiment en France et que la majorité de la population recherche c'est la défense du bien commun. Donc je crois aussi que ceux qui ne perdent pas les valeurs françaises, respect de la parole donnée, sens de l'effort, générosité avec intelligence ainsi que la pugnacité auront toute chance de se trouver des gens pour faire face à l'adversité.
      Et le plus important... car cela a déjà commencé, cessez d'attendre des autres. S'assumer, être capable de proposer, de faire ce sont des qualités que tous les gens pratiques repèrent et respectent...
      L'ile de France est une région foutue, ravagée mais il n'empêche que de nombreuses personnes de valeurs y résident ;-)

      Supprimer
    4. je suis du nord de la creuse , "une berrichonne" d adoption depuis presque 3 ans , et les gens ici ne sont pas très accueillants , on reste des étrangers ,mais on travaille a s intégrer ;par contre ici ma voisine de 81 ans fait son jardin et son potager seule , elle marche tous les matins 5 km de marche !!!
      et vous ?
      ISA

      Supprimer
  9. haaa la corrèze, que de bon souvenir de mon enfance, mes gd parents son d'égletons, et presque toute ma famille est encore la bas, ont dis que les auvergnats sont cons, mais moi je dit qu'ils sont indépendant !

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour a Pierre le Limousin.

    Après vous avoir lu , attentivement , j'aurais plutôt rangé votre article dans la catégorie humeur.
    J'ai noté scrupuleusement tous les aspects ACTUELS et historiques de votre situation .
    Pourriez vous nous faire part de votre réflexion prospective sur le cahos a venir, après avoir " dévoré " les articles du blog de P.Templar qui n'ont pas du manquer de l'alimenter.
    Cordialement.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  11. Petite suite :l'actualisation de nos campagnes se fait ,ce terme politiquement correct cache la mise en place de la carte" répartition des "migrants" que je n'ai pas pu afficher ici , mais qui pour certains peut être un critère de choix de l'endroit ou ils ont envie de vivre.A votre avis pourquoi la Corse a été épargnée ? Autant nous serions prets a acceuillir les "étrangers" prèts a faire partie d'une communauté de destin ,c"est à dire partageant une langue, des valeurs ,des lois ,un mode de vie similaire autant il est hors de question de subir une migration clandestine de remplacement telle qu'elle se présente sur le continent , pour rappel les arrets des 31/7/2001et confirmation du 13/2/2003 de la cour européenne de justice confirment que l'islam est incompatible avec les droits de l'homme et la démocratie,alors prenons les choses dans l'ordre , avant de "chasser" du limousin ou chti voir du breton bretonnant , il est d'autres impératifs plus urgents,même si nos ancètres se sont battus au son de "c'est nous les africains qui revenont de loin...." puisqu'ils étaient "mixés" avec les goumiers et autres courageux combattants d'afrique ( mot oublié dans mon précédent post)nous ne partageons pas leur vision actuelle du monde et surtout n'accepterons jamais qu'elle nous soit imposée sans prendre les armes qui n'ont été que "déposées",chat échaudé craignant l'eau froide,le pays ami l'a semble t'il compris ,et il serait très mal venu d'essayer de le faire en loucedé,

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    Ce témoignage illustre bien ce que je pensais de la mentalité des villes et villages de campagnes. Domien (Originaire des DOM TOM quoi) de mon état, je n'ai même connu que ça jusqu'au moment où il a fallu chercher ailleurs instruction puis boulot.
    Cet mentalité peut paraitre un peu con mais elle garde en vie, du moins durant un temps. Un peu de sang neuf (et frais) ne pourrait pas faire de mal à ce village. Vous allez en avoir besoin et les "parisiens" auront certainement besoin d'un tel endroit. vous pourriez trouver un moyen de recruter de nouveau venu pour le village via un casting permettant de séparer le bon grains de l'hivrais, etc...
    Je vis en région parisienne depuis presque 15 ans, et si je devais définir le parisien je dirais que c'est un provicial qui à oublié qui il était... (je me compte dans le lot)
    Alors pk pas former les quelques "parisiens" qui sont à la recherche de leur racine?
    Ca pourrait être une réponse aux soucis qu'ont certains villages de se repeupler et à celui de nombreux "prepper" en mal de BAD et de conseils d'anciens.A mon humble avis creuser dans ce sens ne pourrait être que bénéfique...
    ViéNèg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Anonyme4 octobre 2016 à 12:52", affligeant... comment un commentaire pareil peut passer? ViéNèg a-t'il été aggressif, insultant ou que sais-je (et les Dom-Tom sont Français...)?
      Sans parler des problèmes éventuel que ce com' peut amener a ce site, quand on sait que de dire simplement "qu'il n'y a jamais eu de Celtes noirs" amène a deux ans et demi ou trois ans de prison, ferme...

      Supprimer
    2. bien vu Brad würscht ,une nation est faites de ceux qui partagent ses convictions,ses valeurs et son mode de vie et les défendent au prix de leur sang

      Supprimer
  13. je ne sais que dire, étant pour ma part ni un ancien ni un jeune, et même si je peux comprendre l effet de communauté de ville, de culture, de clocher( ah les bals ou on se doutait sur la gueule avec les villages voisins) étant occitan moi même, je ne sais pas ce qui se passera au moment du chaos, est ce qu' il sera mieux de vivre en loup solitaire dans un coin paumé de risque de tomber par le nombres, d être avec les gens de notre terre, qui ne seront pas forcément aussi outillé que moi, et parfois comme l auteur sage mais plus très en forme pour le combat, ou avec un groupe homogène formé par la famille et les survivants de de rencontres( ou déjà rencontré avant of course) pour être opérationnel et résister au nombres! vaut il mieux pas un endroit peu connu pour ses vertues en survie, plutôt qu' un endroit certes bien protégé mais où la masse de gens qui n auront plus rien savent qu' il y a des vaches, des fruits, bref des raisons d y tenter sa chance😊

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Pierre,

    Tout d’abord, article très enrichissant ; merci de l’avoir écrit.

    Je me permets quelques remarques :

    Les gens de la campagne seront toujours mieux « naturellement » préparés que ceux des villes. L’urbain a engendré un « monde parallèle » où la population est totalement dépendante d’une société moderne sous perfusion d’électricité.

    Plus d’électricité, plus d’eau courante, plus de chauffage, plus d’internet, etc. On imagine aisément le chaos qui surgira au sein des villes et banlieues… Et on est content de ne pas y être. Je suis un ancien habitant de la ville ; je vie actuellement dans un village du Pas-de-Calais. J’ai des ancêtres corréziens mais, malheureusement, plus de maisons pour y vivre.

    En même temps, on ne peut en vouloir à des gens qui se sont installés en ville pour le travail. La population a toujours migré vers des endroits où l’on proposait des emplois.

    Votre région a stoppé toutes sortes d’invasions… Mais elle est aujourd’hui, comme le reste de la France, voire de l’Occident, détruite de l’intérieur par le gauchisme idéologique dont se servent les nombreux ennemis de notre civilisation, et par le capitaliste anglo-américain sansfrontiériste qui a, entre autre maux, détruit la famille pour avoir SA consommatrice.

    Le mal qui nous ronge aujourd’hui n’est malheureusement pas une armée conventionnelle.

    Cette histoire de « Parisiens », « citadins », toujours lâché avec une pointe de mépris par les « locaux » est un phénomène aussi vieux que le monde et que je rejette. C’est une forme de racisme. Le rejet de l’autre, même son voisin. À un moment (et je crois que ce moment est venu), il va falloir que TOUS les Occidentaux cessent ce racisme débile entre régions et s’unissent.

    LA communauté occidentale ; point barre. Sans unité, peu importe les stocks de chacun, on est fini !

    Et puis, excusez-moi de hiérarchiser le racisme, mais celui entre races, on peut le comprendre du fait des fossés qui subsistent entre les us et coutumes (voire religieux) entre chacun, mais quand je vois un Alsacien, un Limousin, ou que sais-je d’autre, détester son voisin, parce que… ou le citadin, parce que…

    Vous dites que ceux des villes vous méprisent. C’est faux. Ceux des villes ont autre chose à penser que de mépriser les gens de la campagne. 95% des gens des villes n’ont aucun avis ni a priori sur la campagne. Et puis il ne faut pas confondre le bobo, qui de toute façon méprise tout le monde à part lui et traite de « bouseux » même les ouvriers, avec le simple citadin, qui va faire du VTT ou de la randonné en campagne les WE.

    Par contre, j’ai davantage constaté un mépris des habitants de la campagne vis-à-vis des villes, et surtout des Parisiens.

    Malheur au Parisien ! Il représente la capitale, l’Etat, le pouvoir. Si vous dites que vous venez de Paris, vous êtes cuit !

    Lors de mon service militaire, que j’ai effectué en Allemagne, je suis tombé dans un régiment de combat constitué à 70% d’Alsaciens et à 30% de franciliens. Autant les Alsaciens des villes étaient cool, autant certains (pas tous heureusement, je dirais même une minorité) des campagnes me faisaient amèrement comprendre qu’ils détestaient les Parisiens… Et peu importe si vous n’habitez pas Paris. À l’époque, je vivais en Seine Saint-Denis.

    Me battre avec des couillons pareils pour mon pays… Ça ne donnait pas très envie.

    Tout ça pour dire que le racisme d’un bon Blanc de la campagne, vis-à-vis de tout ce qui n’est pas originaire de son coin, me gonfle encore plus que celui d’un arabo-musulman parce que je suis Blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te rejoins la dessus l ami, pourtant je suis qui sait si je suis fier de mes origines occitanes ( mon nom paternel remonte à 1450 grâce au tres vieux cadastre des propriétaires sur mon village d origine), ils ne faut pas oublié que les grandes migrations des deux guerres ont changé la donne et si avant on épousé la nana d un village voisin, suite aux deux guerres ca a bien changé ( mon arrière grand père a bien épousé une jolie espagnole venu vendanger ses vignes! tu as raison l ami il faut en priorité défendre nos valeurs occidentales avant de jouer sur nos cultures régionales, départementales, ou de clocher...

      Supprimer
    2. le racisme que dépeint Rhonan me ferais penser presque à de l'égoïsme....Ne pas partager ses savoirs, ses avoirs, ses connaissances , se replier sur soi même. En ces de gros soucis, il faudra une union au dessus de ces petites différences locales ou régionales. Pendants les guerres civiles, seules les différences idéologiques ont séparés les hommes.

      Supprimer
    3. Quand on voit l'esprit local....je suis de l'Hérault. On aime pas Montpellier, c'est la grande ville, Béziers, la concurrente, Sète, esprit insulaire, les bords de mer, des profiteurs, les villages agricoles ou viticoles, ....bref, il y a toujours une ( mauvaise ) raison pour le pas s'entendre avec son voisin.....et je ne parle pas par quartiers....

      Supprimer
    4. pierre auteur de l article4 octobre 2016 à 02:03

      Merci pour votre commentaire

      Je suis d'accord avec vous, ya des cons partout et des gens très bien aussi.

      Connaître les mentalités locales peut être un atout, je pense, si on est obligé de s'éloigner de notre univers quotidien en temps de crise.


      Supprimer
    5. Je pense que cette méfiance envers son voisin est très représentative du malaise d'un peuple qui est de plus en plus déraciné.

      N'ayant plus (ou presque) d'héritage commun (fût-il géographique, culturel ou génétique) auquel se rattacher en tant que nation, nous nous rabattons sur une plus petite unité communautaire (le voisinage, les amis, la famille) voire sur un individualisme total pour survivre. C'est parfaitement naturel et montre à quel point le marxisme culturel a achevé son oeuvre dans notre pays.

      Supprimer
  15. pour ma part,j ai trouver cette article tres bien fait mes certaines chose mon déplus.Étant une zone qui a bien résister pendant la 2 eme guerre mondiale comme la région Auvergne,effectivement ses 2 région on l avantage du terrain car se sont de vaste terrain au maquis danse.Cependant concernant la stratégie locale tirer sur les étrangers surtout si il sont français,mes dans un sens plus large sur toute personnes etrangeres me semblent être une erreur.Pour ma part j aurait tendance a sélectionner ceux qui s intégreront et je reconduirait les autre a la route,on a besoin d étranger pour plusieurs raisons d abord parce que si y a beaucoup de mort genre un scenario d apocalypse zombie on aura besoin de repeupler le village ou les diverse bad et les étrangers seront las pour sa,ensuite parce que si on les accepte pas il iront chez le voisin et eu les équiperont en arme et il se feront un plaisir de vous assiéger,les contingent de mercenaires utilisée par les diverse armée dans le monde peuple les livres d histoire donc imaginer se qui se passera si un groupe néfaste recupere une cohorte d étrangers et les forme militairement on aura l équivalent des grande compagnie qui jalonnait les villes et campagne au moyen age,saccageant buvant violant e tuant tout ceux qu il rencontrer donc voila niveau lien social je pense y a du taf pour le reste pk pas ses nickel mes bon l idée que le limousin soit comme un état indépendant au milieu de la France sa ses moyen même si sa se sera certainement une excellente solution de survie.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Pierre,

    Y a-t-il un maire dans ce village qui irait jusqu'à appeler aux bonnes volontés prêtes à vivre dans un lieu rude?
    Des bonnes volontés un peu instruites des choses de la vie, capables de travailler, rendre services et de donner la main?

    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre auteur de l article4 octobre 2016 à 08:06

      Dans ce village je sais pas, mais partout dans le Limousin rural ça manque de bras , maintenant il y a des gens qui donnent entièrement le bois a celui qui le coupe , alors que la tradition c'est moitié-moitié avec le propriétaire

      Non seulement il y a peu de jeunes , mais en plus la majorité trouve trop fatiguant les travaux manuels, préfèrent toucher des allocs plutôt que de bosser ..

      Le soucis c'est que les retraites sont basses , ils n'ont pas de sous les vieux . Mais sur un système de troc,( passer la tondeuse contre des légumes du jardin par exemple) et de petits boulots payés il n'y a pas de problème pour vivre en limousin pour quelqu un qui veut apprendre dans une optique survivaliste.

      Je pense que le plus simple c'est de contacter les mairies effectivement.

      Supprimer
  17. En faite,quand je fait allusion a un recrutement d etrangers,je pense il seront necessaire dans divers domaine,prenez l exemple de daesh qui recrute enormement d etrangers a tout les niveaux et domaine,je veux pas faire leur promotion ses pas mon but mes leur systeme d etat et tres interressant il recrute beaucoup de soldat,ingenieur,medecin,specialiste juridique etc,et jepense faudra mettre en place un systeme comme sa et recruter divers personnes notament des gens specialiste des energie,qui auront des connaissance dans la production de nourriture,en armement,dans les langues etrangeres si on recrute des etrangers et un tas d autre domaine.Un autre exemple et le canada ou israel qui a leur facon recrute des etrangers aussi ou la chine qui a recruter beaucoup d informaticien entre autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir anonyme de 19.16,je pense qu'il faut s'entendre sur le mot étranger s'il il s'agit des horsaing en normandie ou des pinzutu en corse jusqu'a je vous suis ;si il s'agit d'étrangers c'est à dire qui n'ont pas la nationalité Française là je dis stop ;nous avons en france largement suffisemment de gens instruits et d'un niveau supérieur pour ne pas aller chercher ailleurs et cesser de pren dre le Français pour un crétin intégral alors que toutes ou presque des grandes inventions du 19 siècle sont issues de cerveaux français (automobile ,nucléaire,médecine,tgv,concorde etc etc etc) cela dit rejoindre daesh n'est pas a mes yeux un signe d'intelligence mais celui d'une immense connerie.Par pitié n'allons essayer de trouver en moins bien ce que nous avons sous la main,et avant qu'ils soient opérationnels il faudra que le grand nettoyage soit fait donc rien à voir avec la vie à la campagne et le sujet de l'article .Cordialement

      Supprimer
    2. A la limite, je ne serais pas contre l'immigration de bras européens de souche (germaniques, nordiques...) mais pour des non-européens c'est retour à l'envoyeur en colis express.

      Supprimer
  18. moi je suis Flamand et breton d adoption et je le vis bien ils sont pas si chauvin que ça juste un peu bourrin comme les Flamands!

    RépondreSupprimer
  19. bas pas vraiment je sous entender que tout le monde soit mort donc voila pour sa que je recruterer a l etranger apres moi ses le mental qui m interresse donc voila

    RépondreSupprimer
  20. pierre auteur de l article4 octobre 2016 à 01:44

    Merci pour vos commentaires

    @Pierre Templar, j'adore la 1ère photo :)

    J'ai forcé volontairement le coté chauvin/campagard par qu'on parle de situation de chaos , je pensais que le coté humoristique se verrai mieux. oups :)

    Le seul conseil que je permettrai, (très peu de temps que je me renseigne sur le survivalisme et je ne veux pas entrer dans des débats propres au survivalisme loup solitaire/DAB ....) , c'est que ceux qui habitent en ville , profitent de leurs vacances pour se promener à la campagne et se faire leur PROPRE idée des mentalités , de la démographie, des ressources, de la topographie etc ...

    Pour ceux qui n 'en n'ont pas la possibilité je peux répondre à vos questions sur la campagne limousine.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, tout le monde n'a apparemment pas vu que tu as forcé le trait par moment. Et l'objet ici n'est pas de juger une mentalité comme "campagnarde et de clocher" et de la critiquer comme l'a signalé Pierre en début de l'article. Cela n'apporte rien. Critiquer une rivière parce qu'elle va vers l'aval ne fait pas changer son cours. Mais la connaître, la respecter et donc savoir l’utiliser pour voyager par exemple est utile. Comprendre et anticiper, c'est important pour les citadins depuis plusieurs générations qui ont oublié leurs racines, surtout pour les "futurs survivaliste" issus des villes. Habitant en ville mais issu de la campagne lorraine je retrouve les mentalités de mon village natal. Merci pour ce témoignage intéressant et même rassurant, même si ce monde dépeint n'est pas parfait: il a aussi les défauts de ses qualités; sans « ce repli sur soi » et cette méfiance envers les autres, cet esprit parfois obtus, et ces exagérations que beaucoup critiquent, que serait-il devenu ? Probablement du n’importe quoi car la voie du progrès est très savonneuse et en pente de nos jours. (Quand on s’ouvre à tout sans prendre garde, eh bien il y a de tout qui rentre.) Sûrement pas ce futur havre où il reste des gens solides capables de survivre à ce qui va se produire. Et qui mettent encore parfois le soir une assiette de plus au cas où un voyageur passe en quête du gîte et du couvert. Mais le voyageur repart le lendemain.
      J’ai longtemps critiqué le côté obtus et oppressant de mon ancien village. En découvrant ce qui arrive de nos jours, je découvre que finalement il y a bien bien pire. Alors je me sens un peu con. Amen. Hahaha.

      Supprimer
  21. C'est marrant comme soudainement les égoïstes et autres profiteurs du passé gémissent et se plaignent qu'ils n'y aura pas de places gratuites pour eux dans le futur. (cet article ne montre que le dessus de l'iceberg).
    _" Que faisiez vous aux temps chauds ?"
    _" Ah, vous chantiez !"

    RépondreSupprimer
  22. bonjour à tous, je suis Breton de naissance et de culture, bien qu'ayant de fortes proportions germaniques dans le matériel ADN, mais petit fils de résistant des 1940.
    je connais un peu le Limousin, jolie région mais il n'y a pas la mer. c'est vrai que c'est touffu par endroit.
    quands à l'impénétrabilité d'un paysage verdoyant, une expérience me revient. 1986, dans les montagnes de la chaine néo-Calédonienne, végétation extremement vivace, un village d'indépendantistes tres peu modèrés vis à vis des villages loyalistes. il est 5 heure, la brume épaisse comme du lait monte et notre équipe descend par un lit de torrent a faible débit, les chiens ne peuvent nous reperer. en quelques minutes, le village est investi et les hommes sont ahuris de nous voir là, maitres des lieux. tout de suite il est question de parlementer et les MAS 36 , MAT 49s'abaissent!
    palabres pendant que la bouteille d'apéritif anisé circule autour du cercle ,nous respectons la coutume. bref nous repartons avec quands meme le regard en arriere. j'ai cru entendre un immense soupir de soulagement. ce petit épisode un peu burlesque démontre qu'il n'y a pas de villages dans la vallée perdue, une petite troupe entrainée peut tres bien arriver , reperer, investir ceux qui s'imaginent inexpugnable. meme si tout s'est bien passé (valait mieux d'ailleurs).
    je pense quands meme qu'une personne qui dispose de certaines compétences avèrées sera toujours bien acceuillie dans un coin isolé pour peu qu'elle ne la ramène pas.
    ayant vécu tres longtemps en périphérie d'une petite ville et désormais à la campagne au bord de mer, mon grand pere m'a appris à planter et semer, je connais la chasse, la peche et j'ai un passé militaire.
    un homme qui a un fusil reste un homme libre.surtout si il sait s'en servir (et pas que).
    je dispose d'un endroit ou je pourrai me replier siça tourne mal, pas trops loin de là ou je vis!
    mais comme je ne suis plus tout jeune et néanmoins en forme physique, je pense que la resistance d'un village est possible en cas d'arrivée de pillards barbichus ( si on s'y prend à l'avance quands meme).
    me jeter dans la verte sera l'ultime recours pour rejoindre le point de chute.dans ma famille, les cellules familiales agissent de meme, ça se prépare pour l'avenir, c'est l'abandon des grandes villes pour ceux qui y habitaient.repli vers les zones originaires de bord de mer ou de montagnes. avec armes et bagages.
    merci à ce site qui a permis de répandre des connaissances fructueuses.
    et surtout si, un jour, des treillis vous "disent " de partir avec une valise vers un endroit peu déterminé, prenez la tangente! et restez circonspect sur l'information nationale ou subventionnée. bonne préparation à tous HERMAN STOSS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Hermann
      à propos de votre expérience en Nouvelle-Calédonie : je déduis que votre chef de section savait lire une carte et a su trouver le bon itinéraire d'infiltration. Tout ça pour dire que des barbus incompétents militairement arriveront tout connement par la route. S'il y a dans la horde de barbares un ancien "pousse-cailloux" il saura trouver le chemin défilé.
      Mais comme vous êtes vous aussi un ancien pousse-cailloux, vous saurez parfaitement par où il arrivera. Et si la situation devient vraiment tendu vous saurez mettre au bon endroit le système d'alerte "qui va bien" (voire le pièce à cons qui interdit le passage)

      J'ai choisi ma "campagne berrichonne" parce que la maison nous plaisait, parce qu'elle disposait d'un jardin avec un verger formé. Qu'à la réflexion une maison dans un bourg était un bon emplacement (surtout que notre jardin est tourné vers l'extérieur du village) Et dans ce bourg il y a un café/restau qui amène un peu d'activité.

      Ce n'est qu'ultérieurement que j'ai jeté un regard de chef de section d'infanterie sur le lieu, en imaginant une hypothèse "SHTF".
      Et de fait, j'ai eu le nez creux. Je pense qu'il n'y a pas de village (ou bourg) sur un terrain plus favorable à la défense dans les 5 à 10 km à la ronde.
      En cas d'hypothèse SHTF, je saurai où regarder, où barrer les accès. Il faudra juste que je propose à mes voisins de me filer un coup de main pour assurer la permanence de l'observation.

      Le lien social...on y revient!

      Popeye

      Supprimer
    2. bonjour Popeye!
      il est vrai que je ne dis pas tout, j'eusse du etre plus précis sur cette anecdote, mais certains détails auraient du te mettre sur la voie.
      en 1986, il y a longtemps que MAS 36 et MAT 49 ne sont plus utilisés par les "pousse-cailloux".le FAMAS a commencé à équiper l'armée Française des 1979, à ce que j'ai pu constater de mes yeux. donc notre équipée est celle de la Gendarmerie mobile en Nouvelle Calédonie. chacun etait sous officier , disposait d'une solide formation topographique qu'il exerçait à tour de role pendant la progression (sans GPS mais avec une boussole), se référant à des cartes datant de 1962. sur la carte un chemin muletier, c'est 10 cm dans le réel, ces petites betes laissent un sillon qu'on retrouve facilement.
      nous avions des adjudants qui avaient crapahuté en Algérie, expérience profitable pour la réussite de l'opération.
      d'ailleurs la nuit venue, au dessus des nuages , un petit village loyaliste nous offrit l'hospitalité et le gite en dépit de sa pauvreté incroyable. mais leur chef tres agé avait au revers une décoration prestigieuse sur les FFL. nous lui rendimes les honneurs et nos sac à dos etaient tres legers quands nous regagnames les vallées. on avait tout donné, rations et vetements.
      ce qui donne une idée de l'acceuil d'un petit village , aussi pauvre soit il.
      pour en revenir à la protection, mon village dispose de quelques blockhaus, leur situation permet de mieux se donner une idée de la protection à effectuer., j'y ai réfléchi, mais il faudra du monde équipé si ça tourne mal. enfin j'ose esperer que les bonnes volontés se révèleront quands le trouillometre approchera de zéro.
      et là quel que soit l'age, il ne faudra pas négliger les volontaires.et ne pas faire dans le politiquement correct ni le respect des valeurs à tout prix, la survie d'abord.
      bonne préparation à tous HERMAN STOSS

      Supprimer
    3. j'avais tiqué sur l'armement, je n'avais pas trop compris dans quelles mains il était.

      c'est beaucoup plus clair maintenant.

      De ce que j'ai lu ici ou là, la formation militaire de la gendarmerie aurait tendance à s'amenuiser.
      Un peloton de "moblots" de nos jours saurait-il mener une infiltration comme celle à laquelle vous faites références? J'avoue que je ne sais pas!

      "il faudra du monde équipé si ça tourne mal"
      lien social, encore et toujours!

      Popeye

      Supprimer
    4. popeye
      meme si la génération des adjudants d'Algérie, voire indochine qui a quitté le service actif depuis belle lurette n'est plus là, le flambeau a été transmis.
      la Guyane a remplacé la nouvelle Calédonie comme site de missions d'infiltration (et plus si affinité),pour les escadrons , grace au savoir de la légion étrangère, des forces spéciales (en collaboration permanente avec des services etrangers).
      cependant , la gendarmerie se police et la police se militarise. c'est comme ça!
      donc ne te biles pas, un peloton de moblots reste encore efficace dans la verte, surtout que les radios, telephones et les GPS ont permis de fantastiques progres depuis TRPP 13 et TRPP10.l'armement également (sans rentrer dans les détails).
      par contre un truc qui ne me plait pas du tout, c'est l'EUROFOR. je me méfie de cette organisation .
      restons optimistes et gardons notre poudre seche; HERMAN STOSS

      Supprimer
  23. Je vais me faire des "ennemis" mais tant pis. Depuis le temps que je suis ce blog c'est la 1er fois que je suis en désaccord sur l'article.
    Si cette exemple est bien sur le plan techniques, voir peut être sur le plan tactiques, si cela partait d’un bon sentiment on arrive une fois de plus sur l'ego de son auteur et son contenu devient très vite pathétiques.
    il auraient suffit du premier chapitre le reste étant superflu sauf a montrer l'arrogance de chacun quand tout va démarrer.

    Ce blog au moins partage ce qui ne semble pas être ton cas...Alors oui ! éviter ta région il faudra.
    Prend grand soin des tiens et tue tous ce qui oseront passer par tes terrains, passer par tes campagnes, ou traverser tes forets, riche héritier de la terre du limousin qui n’appartiens qu’au limousin....Tu te sens prêt et fort de la race des anciens mais tu en es loin.
    Quand aux événements peut être les barbus tu repousseras les civil tu zigouilleras mais les signes ne s’arrête pas là.
    Je vois l'ego encore foi, l'emporter sur la raison, la survie sans aucune autre raison que de respirer le sang du voisin.
    Alors oui ton village résistera plus longtemps que certaines villes au prix du sang d'innocents qui tout comme toi se sont préparés mais n'avaient pas la chance d’être né en limousin, et vivaient dans les villes entassés comme des chiens.
    J'en ais traversé des pays, j'en ai traversés des villes et même en temps de guerre il est des villages qui ont survécu en gardant leur honneur et avec lui leur salut. Ils ont su garder un cœur celui qui fait de toi un homme. Avoir du cœur ne signifie pas accueillir tous le monde mais savoir qui est ton ennemi et qui ne l'ai pas, en gardant ton sang froid au lieu de tirer sur tout ce que tu vois. Alors seul contre tous le limousin vaincra.
    Garde donc tes champignons, tes limousines et ton bois si précieux. J'ai croisé des ermites et des montagnards bien plus humbles et plus ouvert capable de te venir en aide sans même que tu ne leur demande quoi que ce soit.
    La survie à tout prie sans une âme, sans une vie, ce n'est que la décadence qui fait de toi l’équivalent de cela même contre qui tu crois te défendre. Ma ville, ma région, ma religion, mon héritage….ce sont la les paroles d’un parisien ni plus ni moins et donc le limousin serait le nombril du monde ?
    Défendre son patelin contre des hordes de chiens enragés c’est une chose ; Défouraillé sans distinguer c’en est une autre.

    T’es tu posés la même question ? si ton villages, ta ville, ou ta région partait en fumé ? Mais qui donc t’hébergerait ou te nourrirait ? crois que seules les cigales vont chanter? n'est il pas possible que des fourmis aient vu leur fourmilière détruites?
    Car le chaos à venir sera bien plus important qu’une simple horde de chien affamé ou des barbus criant à tout vent.

    La guerre de tous contre tous a bien commencé mais je ne croyais pas qu’elle était déjà dans nos contrés et ce jusqu’au jugement dernier.

    Quand au T90....un bonne vingtaine d'hommes entraînés et ton village sera rayé. Ne t'y trompe pas je dirais même que donnais autant de précision n'a fait qu'attiser nombre de convoitise. A trop vouloir parlé on a pas forcement l'effets escompter.

    De toute façon trop d'uranium dans le limousin.

    Paix Force et amour











    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. F43 sky4 octobre 2016 à 16:42

      J'ai lu avec attention votre paragraphe et vous rejoint complètement..

      Quand a vous Cher Monsieur " Du Limousin "
      la chose la plus IMPORTANTE de votre liste n'y étant pas je me permet de vous la conseillé vivement !!!!... A moins que vous ne leurs faite la peau quand il viendront cueillir vos champignons..
      eh oui monsieur, vous aurais beau avoir tout l'or du monde, le médecin, l'infirmier ou encore le chirurgien vous seront bien plus précieux croyez moi !....

      Cordialement, TEZ@K

      Supprimer
  24. Cher Monsieur "Le Limousin",

    Le "Vrai Parisien" n'existe plus depuis des lustres et a été grandement remplacé par une majorité de Provinciaux qui sont montés à la Capitale afin de trouver un emploi digne de ce nom.En fait,la France a cessé d'exister en 1815; PLUS aucune cohésion Nationale...

    Bonne traite...

    RépondreSupprimer
  25. Bonsoir,
    Eh bien! Je n'en reviens pas! Je suis atterré et effrayé quand je lis l'auteur de cet article ainsi que de certains commentaires. Si je comprend bien, n'importe qui, même moi, qui se déplace et qui aurait le malheur de passer sur votre pré serait purement et simplement abattu. Mais pour quel motif? Je peux expliquer une mère qui veut préserver son enfant ou un barbu fanatique qui fait son Jihad, mais là?! Motif de passage? Quel intérêt? On est dans l’assassinat, le meurtre pour le plaisir et le pillage. Je me trompe peut être mais je ne pensais pas que le survivalisme, ou appelons le comme on veut, consistais à tirer sur tout le monde sans réfléchir. Peut être que le groupe ou la personne avait des choses à proposer/échanger, ou demandais son chemin. Et si vous vous retrouviez dans la situation inverse? Si vous vous faisiez tirer dessus? Maintenant pensez vous qu'un groupe qui s'isole totalement tiendra la longueur? N'oublions pas non plus que ceux qui vivent par les armes mourront par les armes... Sans aller jusqu'à accueillir tout le monde et n'importe qui n'importe comment avec les risques que cela implique, il est bon de réfléchir à ce qu'on fait.
    Je vous engage et ceux qui sont en accord avec ce genre de propos à commencer une thérapie psychologique, à travailler sur vos peurs par exemple. Si je devais monter ma petite équipe, vous feriez partie des gens que je désarmerai sur le champ : vous êtes dangereux, pour vous et pour les autres du groupe.
    Cet article reflète le mal de notre société actuelle, à savoir l'individualisme. Je vois qu'en cas de chaos, certains ne sont pas près de lâcher cette valeur si chère à leur yeux, alors qu'au moins pendant un temps difficile, il serait bon de l'oublier.
    On ne tue pas par jeu mais par nécessité.

    Manticore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une question d'individualisme. Le vol de champignons est lucratif et est souvent le fait de bandes organisées. Pourquoi vouloir discuter avec les ramasseurs indélicats au risque de se faire salement amocher alors qu'il suffit de tirer pour faire déguerpir les intrus ?
      Une forêt c'est pas un jardin public, si vous êtes laissé pour mort à l'issu d'une bagarre personne ne vous retrouvera avant votre décès !
      Il en est de même pour les fermes isolées, mieux vaut éviter d'adopter une attitude inquiétante à l'encontre de leurs habitants, les fusils sont généralement à portée de main. Ces gens ne sont pas des psychopathes, ils sont juste conscients de leur vulnérabilité au cas où les choses tourneraient mal. Quand le premier voisin est à 1 km, si vous êtes pris, vos agresseurs auront tout loisir de vous torturer tout leur saoul et personne n'entendra vos cris.
      La vie en campagne est pleine de récits relatant des accidents plus rarement des agressions ayant entrainé la mort parce que personne ne passait par là pour porter assistance.
      Contrairement à ce que vous affirmez, les campagnards sont très solidaires et prêts à se porter assistance entre eux. L'individualisme me parait être plus un travers des grandes métropoles où plus personne ne connait son voisin, ne pense à le saluer ou à s'en préoccuper. La grand mère retrouvée morte dévorée par son chat et les asticot est un phénomène urbain et n'arrive pas à la campagne car malgré l'isolement, il y a un lien social puissant.

      Supprimer
    2. Pour ce qui est du ramassage des champignons en temps de paix, je voudrais rappeler que c'est régi par le droit de glane. Donc réservé aux habitants de la commune. Les forces de l'ordre ont le droit de verbaliser tout contrevenant, il serait donc facile d'arrêter ces bandes qui écument les sous-bois pour remplir le coffre de leurs voitures et revendre.

      Supprimer
    3. bien d'accord avec vous Manticore ,c'est pourquoi j'écrivais que le tir à longue distance ne se posait que dans la mesure ou l'identification de l'ennemi est avéré.Le sujet de l"acceuil" des étrangers a une région ou lieu donné a déjà été traité,certains se conduisent avec une incivilité notoire sans tenir compte des us et coutumes du lieu qui les reçoit,ici la population est mutipliée par 10 entre juin et fin septembre avec une pointe en juillet et aout,la grande majorité se comporte correctement et pour ceux qui "s'oublient" un simple rappel a plus de mesure suffit .Il n'est pas d'exemple de touriste abattu pour des peccadilles.ç'a c'est pour les temps normaux en état de droit(de moins en moins hélas)en cas de chaos et en fonction de sa gravité, hors état de droit ,tout dépendra du comportement des arrivants, si il y en a,je pense que ces gens seront plus circonspects sachant que les indigènes n'ont pas passé leur temps a les attendre.Le tir a vue sans autre forme de proçès est de l'assassinat pur et simple et à ce titre ne fait pas partie des valeurs que précisément nous cherchons a maintenir contre vents et marées ,en refusant pas exemple ,l'idée en cours qui s'autorise l'ingérence l'attaque de pays souverains,l'élimination de leur dirigeants choisis démocratiquememnt ou pas , mais dans tout les cas issus de leur propres peuples.L'individualiste arriviste sera un des premier a disparaitre pour avoir nier une loi de la nature qui est que l'homme n'a pu survivre que groupé ,au sein d'une tribu,d'un village et d'un pays c 'est ainsi,il faut cesser ces élucubrations mortifères ,la prudence sera de mise de part et d'autre (campagnards ou citadins) très très vite pour éviter ce genre de pulsions irresponsables en précisant bien que les déviants n'auront droits a aucune indulgence

      Supprimer
    4. j'ai toujours était accueilli avec beaucoup de sincérité et de respect chez les Corses. Etre fier de sa région n'a jamais été synonyme de refuser des étrangers. C'est juste que les citadins arrive en pays conquis au lieu d'en apprendre leur vie.
      Pour ouvrir le coeur des gens il faut savoir ouvrir le sien...mais peut être aussi que les quelques fusils traînant dans le coffre ont séduit leur âme d'insoumis, leur esprit de guerrier avec lequel quelques cochons sont tombés pour le plus grand bonheur d'un barbecue partagé ;)

      Supprimer
    5. sans oublié le rouge qui tâche😆

      Supprimer
  26. il y a des gens qui rêvent de gagner au loto, d'autres se préparent toute leurs vie au "chaos" et jurent qu'ils pensent que cela n'arrivera pas..mais on sait jamais.... ils rêvent que leur france redevienne comme avant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarre comme tu crois connaitre les rêves de chacun. Serait-ce toi qui m'a appelé au téléphone hier pour me proposer l'aide d'un medium? Si oui, laisse tomber, je suis cartésien et me base sur les faits avant tout. Tu as le droit de rêver que la France restera comme elle est, nous avons le droit de croire que les choses changent.

      Supprimer
  27. Ah la la! Si je pouvais gagner au loto. Faudrait que je joue déjà...

    Je viens de la campagne, de la bigorre, et il a jamais été question de tirer sur quelqu'un dans les bois, chercheur de champignons ou pas. Ni de se battre a mort au fin fond des forêts.
    Quant aux fermes isolées, je m'y suis présenté quelques fois sans y être reçu par un fusil et inversement j'ai accueilli des inconnus sans les menacer. Faut juste faire un peu attention. On est peut-être plus courageux, confiant en soi. Ou est ce de l'inconscience?
    Concernant l'individualisme, c'est vrai que l'esprit d'entraide est développé en milieu rural. Et c'est tant mieux! En ville je constate que l'égoïsme est la valeur principale. Pour ca je suis d'accord. Petit détail : j'ai écrit une généralité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah l'accueil en milieu rural.
      personnellement, je ne peux que dire qu'il est généralement bon, les exemples abondent, j'ai été sorti de l'orniere ou un verglas traitre m'avait placé (504 à propulsion) , un paysan qui passait en tracteur m'a immédiatement sorti de là sans me poser de question, (ma tenue de chasseur bien usée etant révèlatrice). dans mon village, je ne refuse jamais une bouteille d'eau si on m'en fait la demande ou donner la main sur une roue crevée (les bombes anti crevaison ont leur limite) et abriter la famille du citadin en detresse provisoire , un dimanche loin de sa base.
      c'est une question d'éducation, etant né sous la quatrieme république.je ne suis pas un post soixanthuitard avec toute la dégradation del'instruction publique qui a suivi cette pitoyable agitation.(2 morts par accident, pas sérieux).
      j'ai appris la maitrise des armes dans une autre vie, désormais à l'automne de ma vie, je me prépare à ce qui va suivre, en bien ou en mal, mais j'ai toujours taché d'éviter la surprise fatale.
      maintenant si il ne se passe bien, tant mieux mais je vois bien partout que tout part en sucette, mais le bon Peuple n'en a pas assez dégusté, attendons que les frigos se vident, que le foutebole soit interdit, plus de loto, la télé en neige sur l'écran, voici des exemples ."restes vivant ce soir, tu combattras demain". préparons nous selon nos moyens, cela nous donne l'appréciable qualité de rester en éveil et ne pas s'encrouter dans les délices des médias subventionnés. bonne preparation à tous HERMAN STOSS

      Supprimer
  28. Vous pourriez mettre une photo de femme sexy dans l'article et là on a un vieux messieurs ?
    C'est abusé tout de même, je me désabonne !

    RépondreSupprimer
  29. Eh bien ! On voit bien que le niveau de Pierrre Templar n'est pas le meme, cet article voulant traiter d'un sujet passionnant (survivalisme naturel des paysans) se laisse emporter par un régionalisme égocentrique revanchard et menteur ("bah ouais le Limousin s'est saigné POUR la France blablabla"). Quel aperçu de la mentalité paysanne ! Quelle envie cela donne de vous rejoindre M. Pierre l'auteur de l'article ! Restez où vous êtes. On se passera des individuels narcissiques. Non mais.

    Titouan, piqué au vif de son patriotisme. Et vive la France !

    RépondreSupprimer
  30. Pendant que la France coule et que l'envahisseur ouvre la bouche pour n'en faite qu'une bouchée, nous on se tire dessus pour quelques champignons.
    Ils doivent bien se marrer daesh and co en lisant ça.
    C'est d'ailleurs par ces mentalités que la France devient ce qu'elle devient. Aucune cohésion, et les campagnards ne jurant que pas leur solidarité sont prêts à tuer les leurs pour une poêlée de cèpes. Heureusement, la grande majorité des campagnards dont je fait parti ne pensent pas pareil. Aidons nous les uns les autres, au lieu de nous battre, nous n'en ressortirons que plus forts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Ca fait plaisir des paysans avec une bonne mentalité comme ca, solidaire et accueillant. Autre chose que l'auteur. Sans etre idéaliste, le chaos n'a pas vertu à nous imposer une attitude stupide et individualiste toute notre vie.

      Supprimer
    2. Ed: ne pas confondre campagnards et paysans. Quelqu'un qui se qualifie de campagnard n'est que peu probablement un paysan, ni meme une personne nee et elevee a la campagne.

      Pour faire un parallele ose, le paysan ou le rural "historique" , vont facilement percevoir les "neo-ruraux", comme le citadin peut percevoir l'immmigre. C'est a dire comme quelqu'un d'un culture differente de la sienne qui essaye de lui l'imposer.

      Les gens qui viennent s'installer a la campagne et ensuite se se pleignent que: la basse-court - le chien du voisin - les tracteurs font du bruit, le fumier cela pu, les gens ne sont pas sympa, etc... Il y en a plein. Moi les neo-ruraux cela ne me pose pas de probleme. Et globalement je trouve meme cela positif dans l'ensemble car certains apportent vraiment des bonnes idees avec eux. Mais par contre qu'ils n'essayent pas de m'imposer leurs idees et me laisse le libre de choix de vivre de la facon dont on a toujours vecu a la campagne, si c'est comme cela que j'ai envie de vivre. Bref qu'ils ne m'emmerdent pas.

      Supprimer
    3. Campagnard mais pas paysan effectivement. Nos problèmes ici c'est de rattraper une poule du voisin et la remettre dans son enclos, savoir quoi faire des tomates/courgettes/schnaps/etc donnés par la mémé d'à côté, saluer tous ceux qu'on connaît en passant en voiture, patienter 3 plombes à cause des tracteurs, avoir assez de bois pour l'hiver, avoir une connexion internet digne d'il y a 15 ans, pas de réseau mobile... Bref, la vie, la vrai. Qu'il est bon de vivre ensemble, mais pas le vivre ensemble qu'on nous impose hein, celui dont je parle c'est le vivre ensemble entre nous (vous aurez compris qui est le NOUS).

      Supprimer
  31. bonjour,
    sur ce blog vous pouvez voir quelques cartes sur le limousin pour vous rendre compte du potentiel et des contraintes de cette espace

    http://jeandocassini.blogspot.fr/

    j'en mettrais plus à votre demande.
    On peut faire des cartes similaires sur d'autres parties de la France.

    Cordialement.

    Sébastien.

    RépondreSupprimer
  32. Bon... il n'y a plus qu'à mettre un joli papier cadeau autour de ce village.

    Parce qu'avec une telle profusion de biens et de ressources, ça en fait une cible isolée de premier choix.

    Personnellement, je préfère vivre dans un coin ''qui fait pitié '' mais que je connais sur le bout des doigts... et faire pitié moi-même ��
    .AZ

    RépondreSupprimer
  33. A lire l’article et ensuite les commentaires, déjà on se rends bien compte qu’il n’y a pas beaucoup de vrai ruraux qui lisent se blog. L’ensemble des commentaires assez affligeant sur le manque de solidarité, etc.. est presque drôle. Les exclamations et les outrages à propos du méchant paysan qui menace de dégommer le moindre égaré sur ses terres le sont aussi. Le paysan n’est pas un sniper (peut sont équipe de façon adéquate de toutes facons). Et a par sur le gibier, il tir rarement pour tuer ( et tire rarement tout cours). On entends souvent « il mérite un coup de cartouche ». En gros quels plombs dans le cul en guise d’avertissement. Pas une balle entre les deux yeux. Bref…

    Oui le vrai rural en général n’aime pas le « parisien ». Et j’en fait parti (des ruraux ). Il n’aime pas les genre qui font du bruits, qui cause pour ne rien dire, qui n’écoute pas, qui ont tout vu, tout fait, qui le regarde de haut, etc.. Bref il n’aime pas le con, qui n’est pas capable de s’adapter à un nouvelle environnement . Sauf que pour le rural, tout le monde est con, sauf à avoir démontré le contraire. Une fois que vous avez compris cela c’est un bon début.

    Par ailleurs sans vouloir nier le phénomène, la grande majorité d’entre vous qui pensent si cela par en sucette ils n’auront qu’à se méfier des gens de couleurs de peau et de religions différentes, à mon avis ils se fourre le doigts dans l’œil. Si un jour cela arrive j’aurais aussi peur de quelques frustre bien de chez nous au QI limite qui fréquentent mon club de tir, que des fanatiques religieux. La nature humaine étant ce qu’elle est, la loi du plus fort sera mise en œuvre par toutes sortes de personne. Et des frustrés y trouvant une opportunité pour se mettre en avant en position de force (parce qu’ils possèdent des armes entre autre) et assouvir des envies peu recommandables il y en aura de toutes sortes….

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre auteur article6 octobre 2016 à 22:55

      Merci, j'étais presque découragé de partager mes connaissances, dont certaines je l'espère pourront au moins être utiles a quelques uns.

      Donner des informations et se faire insulter sur la forme et le style, ça me dépasse complètement :) et ça encourage pas à partager.

      Supprimer
    2. Sur ce point je vous rejoins Pierre, même si je ne partage pas tout a fait le même point de vue que vous, il est bien dommage que les gens se permettent de critiquer votre idée du survivalisme, et c est bien la le problème de nous autres fourmis, nous critiquons les cigales mais nous faisons de même entre nous lors des prises de position sur des divergences...

      Supprimer
    3. donc Pierre n hésitez pas à faire d autres articles, certains d entres nous sont prêt à écouter des idées différentes sans les critiquer même si elles ne sont pas les mêmes que les nôtres...c est comme ca qu l on évolue dans la vie.

      Supprimer
    4. Merci Pierre auteur de l'article de nous éclairer sur cette région,j'ai fait quelque recherche su r le village en question et effectivement la mairie a pris un arrété réservant la piscine municipale aux seuls habitants du village suite a des incivilités attribuées a des visiteurs (a vérifier) Ce n'est pas une attitude exeptionnelle et partout l'on pourrait trouver ce genre de situation,les bons payent pour les mauvais,mais effectivement si les habitants de cette belle région ont un discernement limité il faut en tenir compte pour ceux qui voudraient s'y installer et c'est en cela que votre partage de connaissance du terrain est importante surtout si c'est pour prévenir d'une possibilité de danger,comme l'on dit a bon entendeur salut

      Supprimer
    5. @anonyme 6 octobre 17h04
      Ayez au moins la décence de signer pour que la discussion s'établisse ou bien le manque de courage apres ce type de commentaire. Non effectivement peu de "vrai ruraux" peut être sur ce blog. Figurez vous que la plupart des français non plus.
      Est ce un défaut que d'être un urbain plutôt qu'un "vrai rural" qui n'aime pas ces cons d'urbains, comme vous le sous entendez ?
      Par ailleurs la victoire lors de la prochaine guerre civile sera celle du camp le plus intelligent, rassemblé et fédérateur, mais ce n'est pas avec vos mentalités de bagarre pour des queues de cerise ("ouais mon Ptit gars urbain qui comprend rien moi chuis rural moi un vrai alors déguerpis de mon champ de patate où je te colle une de 12 dans le bide") qu'on va l'emporter.
      Ed

      Supprimer
    6. A Ed, de la par d'anonyme 6-10-2014 17:04 - Non ce n'est point un defaut d'etre urbain. Vous faites vos propres choix. Je faits les miens.

      Par contre ne pas savoir ecouter ce que d'autre ont a vous dire peut potentiellement etre considerer comme un defaut.

      Avant de citiquer les mentalites des ruraux, telles que vous les imaginees, prenez un peu de recul sur celles des urbains.

      Ange-blanc

      Supprimer
  34. et bien reprenons les classiques, l'exemple choisi est attribué à celui qui fit tant pour la promotion du piolet de montagne comma arme par destination par le truchement d'un certain Ramon Mercader:
    "choisis ton camps , camarade" (Lev Davidovitch Bronstein) bonne préparation à tous HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  35. Comme quoi , mon cher Herman , le mexique n'est pas un lieu sain pour aller s'y camoufler!! ha si il avait choisi le Limousin il aurait peutêtre fait des adeptes et survécu !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mon cher janus 2a, concevoir la survie d'un intellectuel ukrainien "partageux" en Limousin m'apparait difficile.
      je crois me souvenir qu'un de ses thuriféraires, bien connu pour son action dans la résistance en Limousin et tout ce qui s'est passé pendant, a cru bon pour sa survie de changer radicalement de région apres 1944.peut etre quelques sourdes rancunes qui se seraient facilement concretisées si il etait resté.
      etant né 12 années apres la seconde guerre mondiale, je ne peux dire que l'Histoire jugera et que les mythes se dégonflent à la longue.Herman Stoss

      Supprimer
  36. pas mal cela fait bien réfléchir! en cas de chaos ce sera hot! une part de chance de hasard au bon endroit ou au mauvais ! que l on soit préparé ou pas il faudra s adapter se rassembler rester vigilant de tout et de rien! réapprendre a écouter son instinct ! et je pense que se sera pas une partie de plaisir! mais si il faut fr alliance , tuer pour survivre ou se cacher ,fuir,voler pour manger!( avec une bonne arbalète et des bonnes flèches sans bruit tu peut niker meme un taureau de race limousine dans les flans a l affut et tu lui laisse le temps de se vider de son sang ,'( pour le paysan avec son 12 je préconise un tir de 22 avec modérateur de son, lunettes et engagé a distance supérieure au 12 MDR!)( je rigole! je préfère mieux un bon troc sympa !) c est l instinct de survie qui décidera mais essayer de rester civilisé aussi ne pas sombrer dans la bestialité (ou en dernière option !) j espère que ma petite prépa ne serve qu a passer le temps sinon bonne chance a tous! (sauf les ennemis, mdr! )

    RépondreSupprimer
  37. Dérisoire ...
    Il n'y a plus de jeunesse. Il suffira de vous regarder mourir accrochés à vos fusils.
    Dommage, le reste est top.

    RépondreSupprimer
  38. Les amis voici 2 films survivaliste qui ce passent a la campagne, peut être que cela réveillera certains sur les dangers de rester a la campagne justement :
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=236112.html

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=200881.html

    CHOQUANT, CAPTIVANT, INTERRESSANT !!!

    RépondreSupprimer
  39. Un très bel article qui a suscité un lynchage en règle où les plus moralisateurs sont les plus bandits. On peut ne pas être d'accord avec certains propos, mais ici, comme ailleurs, paf! c'est l'affect qui prend le dessus. Les plus modérés sont ceux qui ont l'expérience et il est un peu vrai que quand on voit certaines phrases, on a envie de rester dans son coin...Pour être poli.
    C'est marrant cette attirance pour le camp du bien...
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est-à-dire que cet article a le mérite d'en recadrer certains sur leurs ambitions rurales post-cata.

      C'est assez drôle de constater que beaucoup de survivalistes (s'imaginant ouvertement plus "éclairés" que les "bulots" ou "zombies"qu'ils charclent régulièrement sur ce blog et sur d'autres) se prennent eux-mêmes en pleine figure un simple article qui ne fait que décrire la réalité du quotidien et des mentalités ruraux.

      Pour ceux qui ont pour objectif de se réfugier à la campagne, un petit conseil : faites-le maintenant et profitez de ces temps de normalité relative pour vous y intégrer.

      Parce qu'après, il sera trop tard.

      Cordialement,

      G.

      Supprimer
    2. Arrêtez de vous plaindre cc
      Ce "lynchage est regle" (laissez moi rire) n'est que l'expression du point de vue des lecteurs de ce génial blog face à celui opposé de l'auteur, ce dernier étant il est vrai surprenant de nombrilisme.
      Au moins l'auteur ne nous donne t il pas envie de le rejoindre au Limousin, si c'est son objectif c'est gagné...
      Ed

      Supprimer
    3. Bien cher ED et plein "d'autres" ...

      Bonjour, bonjour,

      Comme ça fait un bail que je prospecte ce blog et qu'il y a déjà quelques années( eh oui!) que nous échangeons parfois avec CC et d'autres par commentaires interposés je ne pense pas qu'il se "plaigne" ni qu'il ait besoin d'un quelconque soutien, mon point est ailleurs:

      Depuis le temps ( oui je sais, je suis un vieux con ect, blablabla ... mais en fait pas du tout, j'ai seulement commencé de bonne heure - rapport à Brassens- ), sur ce site, nous en avons vu passer et lu des commentaires pas piqués des vers.
      Il y a des constantes de personnages et de commentaires, de tous genres, mâles et femelles, crétins congénitaux, abrutis conjoncturels, versatiles, trolls, tombés de la lune, ambitieux prétentieux, des gus cherchant un biais pour fourguer leur camelote ou leur point de vue etc ... mais pas que ça!

      Dès que ça sort des idées préconçues et des fantasmes personnels parfois secrets, les flippés sortent l'artillerie.
      Les bobos branlent du manche, les métro-urbains ne comprennent pas que le "péquenot" qui accepte son fric pendant ses congés payés n'a pas envie de l'avoir à demeure surtout si la merde s'épand.

      Quoi!! En socialie, de nos jour, avec tous les genres et le reste, surtout le reste:(, on ne m'accueillera pas moi ?
      Moi qui suit si ceci et si cela, etceteri etcetera ... (J'abrège)

      Est-ce que, par hasard -seulement par hasard- vous pourriez réaliser combien l'image qui est véhiculé de vous, vous est nocive? Mais bon dieu cela vous plait tellement de péter plus haut que votre cul!
      Tout dans ce pays est fait pour le profit des quelques-uns, nombreux quand même, les condescendants auxquels tous veulent ressembler ( pas tous, pas moi et je suis sûr pas CC!) pour pouvoir bouffer leur voisin ou leur collègue, s'étaler et étaler leur bêtise crasse et leur prétention dont ils sont si fiers, leurs sales gosses, leurs bruits, leurs maîtresses dans nos gîtes ( si si ) ...
      Et aujourd'hui, quand un gars vous dit clairement qu'il vous pisse à la raie, vous faites les chochottes.
      j'ai envie de dire: comme d'hab!

      Alors, on vous merde. On ne tirera pas sur le premier con venu sans réfléchir, mais rien ne dit que l'on ne tirera pas quand même après réflexion.

      Faites un effort, soyez moins con dans vos approches: ici aujourd'hui, demain en Limousin et aussi dans toute la France d'en bas demain. Ou démerdez-vous.

      Il est tard mais pas trop tard. Quoique ...

      Bon Week end

      Laurent

      Supprimer
    4. @Laurent
      -je ne suis pas bobo ni socialiste ni parisien ni je ne sais dans quelle catégorie vous essayez de nous ranger pour vous défendre. Non, je suis demi urbain. Pas vraiment la ville ni vraiment la campagne. Mais votre esprit si étroit peut il seulement le comprendre ?
      -je ne suis pas non plus né de la dernière pluie. Voila 3 ans que je suis le blog, génial par ces informations pragmatiques et réalistes et la diversité de ses auteurs. Mais la j'ai pris le clavier, pour une fois, car j'étais en total désaccord avec la vision de l'auteur. Ne mêlez pas vos sentiments personnels de frustration sur l'état du pays là dedans. Merci.
      -"Alors on vous merde"
      Ratage de grossièreté. Vous avez perdu une occasion de vous taire.

      Bon week end à vous aussi.

      Ed, le "con" à qui vous vous adressez, vous salue bien.

      Supprimer
    5. Cher Ed,
      je ne suis peut-être pas en accord avec certaines vues de l'auteur, mais les pleurnicheuses indignées (c'est à la mode) me gonflent encore plus.
      On peut respecter l'avis de l'auteur s'il y met la forme; là ce n'est pas le cas. Mais quand la réponse est aussi puérile et digne des lignes de libétorchon, bon ben ça change de ton rapidement et on devient malpoli.
      Votre point de vue est celui d'anonymes venus nous dégueuler leur prose boboïde, précisément ceux dont on a envie de tirer dessus pour avoir rendu le pays tel qu'il est. Votre morale, on n'en veut pas.
      Vous êtes peut-être autre chose qu'un moralisateur qui n'a que son ressenti à exprimer, à défaut d'expérience, alors dites des trucs constructifs sur le fond et la forme.
      cc

      Supprimer
    6. @cc
      "Pleurnicheuse indignée ? Moralisateur? Amateur de Libé ? Bobo?" N'en jetez plus , vous ne pouviez trouver pire insulte à mon égard ni cristalliser tout ce que je déteste. Car je suis tout l'inverse de ca mon ami, alors justement nous qui partageons la même vue réaliste sur notre survie et notre Pays, serrons nous les coudes plutôt que de se tirer dessus comme le suggère l'auteur.
      C'est ca, mon ami, que j'ai trouvé révoltant. Ce n'est pas de la "bien-pensance degueulee".
      C'est assez constructif pour vous, cc?

      Ed

      Supprimer
    7. si je peut me permettre facile de parler affecte mais si j'achète une baraque dans un village c'est pas pour m'en voir privé la jouissance par un connard sous prétexte que lui ça fait six génération qu'ils sont proprio de la baraque d'à coté !
      la baraque je l'ai pas volé il me l'a vendu !
      enfin là ou j'ai acheté les paysan sont un peut plus ouvert que celui là même si il y en a un qui lui ressemble fière de ses quelque hectares et de sont tracteur plus gros qu ceux des voisin mais endetté jusqu'au coup .il est connu comme le loup blanc par tout les autre habitants du coin et pas en bien !j'ai plus de chance que lui d'être aidé en cas de coup dure !
      les retraite sont faible ???
      les agriculteur n'ont jamais voulut cotisé et c'est la caisse des salarié qui n'a jamais été en déficits qui renfloue et paye leurs retraites (au non de la solidarité nationale ). j'habite en Ile de France

      Supprimer
  40. Bonjour a tous.
    Amusant.
    Je viens de faire une rencontre en Italie , tout a fait fortuite, d'un italien ( attendez la suite , patience !) qui réside dans.....le limousin !
    Non seulement !
    Il y est allé pour développer , avec des " amis " , un projet......survivaliste !
    Sans trop de surprise , ce projet a capote , beaucoup d'appelés et peu d'élus , " Mon Dieu, gardez moi de mes amis , je me charge de mes ennemis " .
    De vive voix , en direct , un complément d'infos sur le Limousin et ses ......."Natives " ( autochtones, en français dans le texte ) .
    Il ne m' a fait part d'aucune blessure suite a son implantation locale et, il y retourne d'ailleurs !
    Je lui ai évoqué mon projet personnel .
    Chacun a apprécié en connaisseur.
    Nous n'avions pas commencés par nous tirer dessus sans sommations, nous étions en ville.
    Cette rencontre , amusante a mon goût, m'apparaît comme une facétie du destin , irrationalité oblige , un clin d'œil ironique , chacun appréciera.
    Cela pourrait s'intituler : " brève rencontre " .
    Presque une brève de comptoir , nous étions dans une pasticeria , a " philosopher " autour d'un capucino !
    Salutations .
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  41. Tout d'abord, merci à l'auteur pour ce partage.
    Même si on peur être en désaccord avec les quelques opinions personnelles évoquées (exploitation par la France, etc...), la plus grande partie de l'article rapporte des faits, ou du moins la façon dont l'auteur les perçoit. On a le droit de ne pas aimer des faits, il vaut pourtant mieux les connaitre, se voiler la face est souvent dangereux, et encore plus en situation de chaos. Je connais un certain nombre de personnes qui prévoient d'aller squatter des fermes, la lecture de ce texte pourrait contribuer à leur remettre les idées en place. Bien sûr, la description est par endroits caricaturale, ça met l'accent sur des problèmes éventuels et c'est très bien. Je suis certain qu'un arrivant qui apporte des compétences et/ou des équipements utiles sera bien accueilli et même intégré s'il respecte les règles de prudence indispensables. Entre accueillir n'importe qui et n'importe quoi, comme à l'heure actuelle, et se fermer complètement, il y a une marge importante et je suis certain que des paysans, qui sont habituellement dotés d'un solide sens pratique, sont à même de le comprendre. Il est normal de se méfier d'un inconnu. Lorsqu'on le connait bien, on peut l'accepter et s'ouvrir, ou non.
    En résumé, si vous voulez être bien accueillis, je suggère ceci:
    - apportez des compétences et/ou des ressources utiles à la communauté
    - ne manifestez aucune agressivité à l'égard de la communauté installée
    - acceptez les règles de la communauté et soumettez-vous-y, ici vous n'êtes pas le patron
    - respectez les règles de prudence et de sécurité

    RépondreSupprimer
  42. bonjour Francois c'est exactement ces mêmes règles que ne veulent pas les clandestins que vous énoncez là et c'est précisément pour ça qu'un conflit est inévitable quelque soit l'idéologie du moment ,partout dans le monde ,toujours , quelque soit l'époque , cela c'est passé ainsi,Aristote en parlait dèjà en parlant du royaume de Crésus envahi par une masse d'étrangers qui ne voulaient pas s'intégrer,alors si vous devez "migrer" choisissez bien l'endroit ou vous êtes prets a accepter ces règles , sinon restez chez vous ;c'est très simple à comprendre

    RépondreSupprimer
  43. janus 2a
    je rends grace à la divine providence d'avoir indiqué le chemin du Mexique à cet individu philanthropique afin d'interrompre ses travaux sur la révolution mondiale. et pour une fois Josip Vissarionovitch Djougatchvilli a neutralisé un adversaire . HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  44. bonjour à tous, l'endroit ou je voudrais me replier pour exercer mes modestes capacité de survivaliste si le lisier rentre dans l'éolienne, se trouve dans un endroit ou ma famille se rend depuis quatre générations, et la cinquième s'y pointe régulierement.
    néanmoins, pour faire partie de cette population, il faut en etre depuis au minimum 3 générations, né, sur place!(tres difficildepuis 1968)
    à l'extreme limite de la tolérance, le fait d'avoir épousé une ou un local, permet d'etre un peu mieux considèré .
    ce n'est pas mon cas.
    cependant, si je trouve un zigotto qui se permet d'occupper mon bien indument, ça risque de tres tres mal se passer, vu que je ne me pointerai pas comme un vulgaire touriste chez moi, si le squatter en question n'envisage pas de quitter les lieux "séance tinante", sans récrimination fastidieuse .
    les anciens combattants auront compris la fine allusion.
    sans pour cela faire réfèrence à l'arme longue, d'un calibre supérieur au 5,56mm et muni d'une optique conséquente et règlée, placée à l'endroit convenable et servie par un connaisseur de mon clan, tribue, famille (rayer la mention inutile).
    si je me retrouve en mon point de chute, étudié pour, cen'est pas pour héberger un coucou, mais parce que ma retraite rurale sera devenue impossible à tenir et que j'en aurai un urgentissime besoin. ce n'est pas de l'égoisme , c'est de la survie.
    je suis tout à fait pret à m'intégrer dans le village que je fréquente depuis 1958, et à donner un coups de main pour sa sécurité, mais je ne crains absolument pas un zigotto équipé d'un calibre 12 qui voudrait appuyer son point de vue avec.
    mais ceci nous éloigne du sujet, entre gens de meme ethnie, j'ose penser que les circonstances sauront imposer la nécessité de coopérer parmi tous ceux animés d'une bonne volonté , alléluia ! HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  45. François
    voilà des règles de bon sens exprimées et je compte m'y plier avec de la bonne volonté si les circonstances m'y obligeaient.
    cependant , mon instinct me dit que si je vois des sacs poubelle à deux pattes se pointer, je pense que mon bras quittera la verticale position basse et mon index droit aura quelques difficultés à rester positionné le long du pontet, on ne sait jamais de par mon expérience en matiere de sac poubelle depuis 34 ans. Herman Stoss

    RépondreSupprimer
  46. Le souci majeur est qu'on ne sait pas si on sera nomades ou locataire de Festung. On aimerait être accueilli à bras ouverts mais on aimerait tirer le premier pékin qui a franchi la clôture, mais c'est aussi ça le chaos.
    La morale bobo mécouï, c'était bien avant, quand la France était encore un pays et pas une poubelle, politiques inclus.
    Aujourd'hui, les donneurs de leçon en partie responsables du bordel ambiant, veulent encore et toujours légiférer sur nos idées et nos goûts...Ben si on tire sur ces gens-là, c'est pas trop grave, y en a plein.
    Par contre, ces choses ne se disent pas en public, ça fera la surprise en temps voulu et ça ne valorise pas ceux qui prennent la peine de partager leurs connaissances.
    On peut ne pas être d'accord, mais au moins on peut mettre la forme et ne pas calquer un comportement social de temps de paix avec une situation de bordel ambiant où chacun est à cran. Faudra compter sur les bavures bien que je ne croie absolument pas au tout-armes car les zones stratégiques auront toujours une police quelle qu'elle soit et les zones vides le resteront.
    cc

    RépondreSupprimer
  47. Bonjour à tous,

    Je vous suis depuis un bon moment maintenant, j'avais déjà posté un commentaire.Je remercie d'ailleurs Janus et une autre personne(anonyme me semble t'il) d'avoir la gentillesse de me répondre, je suis une jeune femme mère de 2 enfants.
    Pour revenir sur cet article, franchement je reste scotché devant tant de condescendance. Cher monsieur je ne comprend pas pourquoi vous êtes si hautain. Nous apporter votre retour sur votre non préparation et votre chance d'habiter une belle région, un village ou l'expérience et les valeurs vous permettent de voir l'avenir d'un œil serein nous aurais suffit. Pourquoi cette méprise de "l'étranger" français envahisseur? N'avons nous pas d'autres combat à mener? N'avons nous rien appris et retenu de notre passé?
    L'avenir nous promet bien des batailles, des luttes et une survie bien incertaine, il aurait été rassurant de savoir qu'au moins en temps que Français nous pourrions espérer trouver quelques personnes dignes de confiance et d'entraide au détour d'un chemin.
    Quand on reprend notre passé, combien de personnes pendant la Seconde Guerre Mondiale on été tuées par leurs semblables pour des broutilles?
    Je ne suis pas utopiste Monsieur, je sais que personne ne pourra ouvrir les portes de chez lui à des gens égarés, affamés ou apeurés mais de là à les accueillir à coup de fusil... Peut être vous même aurez vous un jour besoin des autres, serez vous peut être surpris d'être aidé, soigné ou nourri par une personne de passage, peut être même un Parisien débrouillard ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit. L'entraide sera la cle, Pierre Templar l'a soulevé bien avant nous.
      Merci.

      Supprimer
    2. Chère Madame,
      Vous pointez là un point crucial de notre culture. Dès l'Antiquité, nos divisions ont conduit le territoire sous domination étrangère. Un pays agricole n'a pas vocation à être collectiviste et dernièrement, la société a plongé vers un individualisme forcené car les enfants ne veulent plus vivre avec leurs parents (l'inverse est vrai aussi), chacun sa voiture, sa télé, son téléphone. En même temps, votre plus proche voisin est à moins de 2m: il est déjà dans votre espace vital et ça donne pas envie de le saluer, et lui pareil.
      il faut compter sur cet aspect culturel qu'est l'individualisme. La seule variable sera notre situation: précarité ou non, et si vous êtes à l'abri, il est fort à parier que vous n'ouvrirez votre porte à personne par pure hospitalité.
      Tirer dessus n'est pas important, on peut très bien laisser crever de froid ou de faim quelqu'un à notre porte et avoir la conscience parfaitement tranquille, genre "on savait pas..."
      Autre exemple, pendant la guerre du Golfe en 91, les gens se piétinaient pour du sucre ou de l'huile...Pour une guerre même pas chez nous et n'engageant qu'une division et quelques groupes logistiques, ce qui en dit long.
      Le seul truc à retenir est que vous êtes responsable de qui vous faites entrer, le reste n'est que hasard.
      cc

      Supprimer
  48. chère anonyme! je vous rejoins aussi la dessus et c est la que les règles d engagements de pierre ( templar) ont leurs importances! Chaque groupe constitué choisira en son âme et conscience comment réagir, mais aussi en fonction de la situation! Je parle personnellement en cas de chaos puissance 10, si tout va bien, oui peut être aiderez vous les autres, mais si le groupe en face est armé, ou pire que vous les laissiez entrer et qu' ils essayent de vous prendre les quelques réserves qui vous permettent de nourrir vos 2 enfants, les règles d engagements ou de partages seront elles toujours les mêmes! Je pense que nous ne pouvons pas juger et dire ce que nous ferons tant que l on ne sera pas confronté à la réalité du moment! cordialement!
    Richard

    RépondreSupprimer
  49. Ce témoignage me rappelle la saga de James Wesley, Rawles, très connu des preppers américains au travers de ses best sellers "Patriots","Survivors","Founders","Expatriates" et "Liberators". Rappelons que Rawles est un ancien US Army Intelligence officer. Pour ses héros qui vivent "in the middle of nowhere", comme ici notre ami Pierre, tout étranger qui franchit le périmètre de la BAD est un individu mort. Ce que semblent ne pas comprendre ici certains commentaires. Au travers de mises en situation Rawles montre que dans le chaos, il ne faudra faire confiance à aucun étranger qui cherchera par la ruse, l'apitoiement et autre subterfuge à s'emparer de votre BAD. Ce sera vous ou lui. Comme Pierre, j'ai fait le plan de défense de mon village où j'ai l'avantage d'y habiter. Des 7 fondamentaux du survivalime (cf. Pierro san Giorgio) que sont : l'eau, la nourriture, l'hygiène, l'énergie, la connaissance, la défense, le lien social est le plus difficile à constituer. Nous ne sommes pas en Suisse ! Les Français sont d'une part trop individualistes, et surtout trop intelligents voire des mariolles: c'est d'ailleurs pourquoi on prend régulièrement une raclée. Pour fédérer son voisinage, il faudra avoir l'ascendance d'un chef militaire. Ce qui n'est pas donné à tout le monde. Faut-il d'abord en avoir fait l'expérience dans le réel et sur le terrain : n'est pas un chef qui veut ! Déjà, le simple fait de présenter à votre entourage un plan de défense avec un système de surveillance inspiré du quart dans la marine, mettront en confiance et vous rendront crédible. La topographie, la connaissance du terrain, les plans de tir, d'observation, les passages obligés, mais aussi la vulnérabilité du système d'auto-défense sont vitaux, de même la gestion des effectifs combattant, des moyens. Dans un minimum de temps il faudra constituer des brigades, constituer une discipline, les instruire au tir, à la protection NBC, au secourisme, remplir des sacs de sables pour renforcer la protection des habitats, constituer sur les routes des chicanes aux P.C. Faire en sorte que tout le monde soit occupé à une tâche bien définie. Inévitablement nous aurons des défaitistes, des râleurs pour ne pas dire des em...eurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (suite)
      Sans plus tarder, la France rurale va devoir s'organiser dans la clandestinité, en groupes d'auto-défense, sur le modèle de la Résistance durant l'occupation nazie ou de nos ennemis d'hier que furent les Viets, le FLN , l'ALN., en appliquant les principes de la guerre irrégulière, ceux de l'action psychologique et in fine, en s'adaptant aux contingences du moment par une anticipation. Toujours avoir deux coups d'avance pour compenser un rapport de force défavorable. A l'époque des "big data" revenir à la rusticité en matière de communication pour sa sécurité.

      Supprimer
    2. (suite)
      Les autochtones vont ne devoir compter que sur eux même et ne pas spéculer sur un éventuel "Frexit" ou la victoire du FN,le Poulidor(anciens coureur cycliste français éternel perdant)des élections. Après avoir lu "La Finance, le Pétrole et la Guerre perpétuelle" au travers des révélations de Peter Dale Scott, ancien membre du Conseil de Sécurité Nationale des Etats-Unis ; ou encore "The Pentagon's new map" de Thomas P.M. Barnett qui complète "le grand échiquier" de Brzezinski, voyons plutôt la situation actuelle sous l'angle de la géopolitique.
      Nous sommes sous la tutelle d'une ploutocratie atlantiste, véritable dictature financière qui veut sauver le dollar, voire le remplacer et du coup gommer la dette abyssale étatsunienne. Pour se faire, il faut d'abord soumettre l'Europe en détruisant ses potentialités et son projet de construction eurasien de Brest à Vladivostok. D'où l'utilisation à forte dose d'un virus génocidaire, appelé immigration massive incontrôlée de culture antinomique. N'attendons rien de nos prochains gouvernants, de gauche ou de droite, qui dans leurs rôles de kapos ont pour mission de faciliter le concassage ethnoculturel en brisant les résistances, en vue de faire de l'Europe, une nouvelle terre de conquête et d'esclavage. Le temps est venu de s'organiser, sans tarder en auto-défense. Oublions nos individualismes, sachant qu'il y va de notre survie et de celle de notre civilisation.

      Supprimer
  50. Bonjour anonyme 8oct 12h58
    Je crois que Janus2a se ferait un plaisir de vous répondre , avec sa courtoisie habituelle, s'il pouvait retrouver SANS difficultés votre commentaire . Pour ce faire pourriez vous nous expliquer comment retrouver un anonyme ?

    Re- bonjour a pierre le limousin.

    Votre commentaire du 6 oct relance mon commentaire.
    J'avoue ne pas comprendre , vous dites : si mes commentaires & infos peuvent être utiles !
    Bigre , je me demande lesquels ? Ceux qui prennent a partie tout lecteur non limousin sur la base de critères qui sont les vôtres ? Jadis, on me répétait que l'on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre , en grandissant j'ai fini par comprendre ( tête dure , tête de breton ) et par mettre cela en pratique dans mon relationnel.
    Vous concevez une certaine déconvenue des commentaires en réaction a votre article, ce qui m'étonne c'est que cela puisse vous étonner.
    Je réitère ma demande de lire votre réflexion prospective sur le cahos a venir. Cela sera t il contenu dans un second article ? Comme vous l'avez écrit , fort justement cette fois la, le cahos c'est ( et sera ) autre chose.dommage que vous n'en ayez pas parle plus amplement.
    Si je puis me permettre , je n'ai que deux bras et ne peux tenir qu'UN SEUL fusil a la fois même si comme vous j'en possède trois. Les personnes âgées , arthrite aidant , ne seront guère d'utilité ( le grand remplacement des générations ne sera pas forcément celui espère , les chances pour la France sont et seront combien ainsi que les limousins, simple problème d'arithmétique et de carburant pour que les descendants des villageois aient l'opportunité ou la possibilité d'y retourner ) les règles du combat d'infanterie( que nombre de lecteurs avertis dans ce domaine pourront vous expliquer ) , la défense d'une place statique par définition et enfin l'utilisation d'une simple boîte d'allumettes ( pensons aux incendies de Fort mac Murray au Canada, ceux qui ont et ravagent ( ? ) encore la région de l'os Angeles et même la Sibérie qui s'est embrasée depuis déjà pas mal de temps et continue .
    Le maire de la commune dont je dépend avait mis une " taglia " de 5 000 E sur la tête du pyromane qui s'amusait dans notre coin. Il paraît que 2016 ( juillet et août ) est l'année Record de chaleur et sécheresse , voir les chiffres officiels désastreux des récoltes en France.
    Fort de mes nombreuses discussions avec les paysans du village ( 330 il y'a 20 ou 30 ans , 29 de nos jours , les places seront limitées , c'est vrai , et la sélection sera sans pitié , c'est encore vrai , mais elles auront le mérite d'exister ) ou je vais me réfugier, c'est le sel qui a manque durant WW II , ça va , ma provision de sel pour troquer est conséquente et a l'abri , on n'a rien sans rien n'est il pas vrai ! Et comme je n'attend rien hormis de moi même.....la suite déterminera les amalgames , cette fois ce sera le contraire .
    Le hasard déterminera les rencontres a venir .
    Mon ami vétérinaire intéressera peut être nos amis paysans possesseurs d'animaux divers, combien seront ils disposes a troquer si besoin , a votre avis ?
    Et tant d'autres exemples contenus dans les articles du blog que vous pouvez continuer a dévorer, si de plus ils peuvent alimenter votre réflexion qu'il sera plaisant de découvrir ultérieurement dans votre prochain article.
    Cordialement.
    Vianney.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J ai l impression que ce site est en train de tourner au jeu video, malheureusement.
      Chacun se défoule en inventant des stratégies gagnantes, comme dans un jeu.
      D autres se défoulent avec des avis toujours peremptoires, signe évident de leurs frustrations et impuissance dans la vie réelle.
      Il n y a pratiquement aucun témoignage en réel de la survie en cas de chaos. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui manquent : Syrie, Lybie, Afghanistan, Gaza, Ukraine, Liban....etc
      Soyez sérieux:
      Dans le Limousin, en Ardèche ou ailleurs, en cas de Chaos, que ferez vous face à une dizaine de Djihadistes expérimentés et armés de Kalashnikofs, explosifs, mitrailleuse lourde, lance roquette ?????
      Votre BAD, village...seront réduits en cendres en moins d une heure!!!
      Mon conseil: Laissez tomber amis, cousins, voisins et accueillez 2 ou 3 Syriens qui vous seront bien plus utiles.
      En cas de chaos, il y a un gros risque d instauration d un régime fasciste. Que ferez vous lorsque la police et la gendarmerie viendront réquisitionner vos vaches, poulets, véhicules, stocks de nourriture, essence, armes, or etc ????
      Allez vous leur tirer dessus avec votre fusil de chasse ???!!!!!!
      Ce brave Pierre nous fait complaisamment l étalage de ses ressources, de sa place forte. J y vois surtout l étalage de ses faiblesses de son inexpérience et de ses illusions.
      Il serait temps que sur ce site , les bisounours du survivalisme laissent la place aux expériences vécues.

      Supprimer
    2. Bonjour Anonyme du 9 octobre 2016 à 07:03
      et merci pour cette proposition!
      J'attends impatiemment la lecture de ton article relatant ton expérience de la survie en plein chaos.

      Supprimer
    3. Lisez ou relisez James Wesley Rawles que j'ai déjà cité et qui est d'abord un militaire et qui résonne avec un esprit tactique et non ludique. Dans sa saga nous avons effectivement des colonnes motorisées, fortement armées qui dévastent la campagne non préparée pour se défendre. En fait, nous allons peut être revenir 500 ans en arrière ? Où le défensif va primer sur l'offensif ! Quant au rôle des forces armées dites loyalistes, James Wesley Rawles les voit passer sous commandement de l'UNPROFOR, les soudards d'antan. On peut penser que nous aurons une scission au sein même des armées européennes, la France n'y échappera pas ! A cela il convient d'ajouter les SMP (les Sociétés Militaires Privées) l'équivalent des mercenaires et des condottieri au XIIIème siècle. Oui, notre société est en train de se féodaliser, avec en plus du numérique sauf si une EMP nous ramène 200 ans en arrière!(lire One second after de William R. Forstchen). Peut être avez-vous aussi remarqué aujourd'hui, certains français très actifs en Russie et proches de Vladimir. Ce n'est pas tout à fait un hasard !

      Supprimer
    4. (à l'attention d'anonyme 09/10/16 à07:03)
      Si vous avez eu la chance d'être rescapé d'une embuscade, alors que vous étiez sur un itinéraire classé S3, avec un T6 en "acoconvoi" et un halftrack armé d'une 12,7, en queue de convoi, vous n'oublierez jamais les dégâts que peut faire une embuscade bien montée. Ce que nos ruraux peuvent très bien faire en terrains accidentés, sur un convoi de 4X4 lourdement armés. Le "viet" comme le "fel" avaient cette avantage d'être sur un terrain qu'ils connaissaient parfaitement. C'est vrai que la situation a changé avec les hélicos.

      Supprimer
  51. Pierre auteur de l'article9 octobre 2016 à 00:20

    Ma déconvenue est due aux nombre relativement important de commentateurs qui ont tout pris au 1er degrés.

    Si j'avais moins caricaturé, des personnes, peut être des cas rares et extrêmes, mais bien réelles n'auraient pas été représentées.

    Je vais pas faire une explication de texte, d'autres commentateurs l'ont très bien fait. Le débat qui s'en est suivi est probablement plus important que l'article lui même.

    J' ai essayé de représenter les mentalités et comportements d'un éventail de personnes actuelles ou futures avec leur possessions actuelles ou futures sur un seul personnage pour donner le maximum d'informations sur une région entière.

    Les mentalités c’était casse gueule, mais a ça permit aussi de voir celles des commentateurs et de renseigner ainsi tout le monde sur les probables comportements de chacun en situation de chaos.

    Le prochain article sera beaucoup plus technique et moins polémique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre (auteur de l'article),
      j'ai hésité à commenter l'article quand j'ai vu comment les choses ont dévié...
      Cela représente d'ailleurs la parfaite illustration de comment, dans la vrai vie, une situation peut partir en cacahuète sur la base d'une incompréhension ou d'une mauvaise interprétation.
      Bref, pour moi, un très bon article, très divertissant. Je me suis bien marré à lire que si des étrangers (par étranger, on comprend un péquin qui est pas de chez nous!! looool) va se prendre une volée de gros sel dans les fesses s'il vient nous emmerd...euh....nous embêter. Chez nous, tout pareil!
      Donc, histoire de rendre la politesse, si un Limousin, ou tout autre racaille de Français de l'intérieur vient nous chier dans les bottes, et ben on lui tirera dessus AUSSI!!! Et toc, bien fait!
      (pour les moins prompts à comprendre le second degré, ceci était de l'humour! (...on ne gache pas une balle...on fignole à la pelle...))

      Supprimer
    2. merci hahaha
      la pelle oui ... par ce que la fourche peut rester coincée :)

      Supprimer
    3. Pierre si vous avez voulu faire un test, il eut mieux valu en la circonstance la fermer. Il y a ici des gens qui n'ont jamais entendu, hors d'un stand de tir, les balles siffler ; qui ne savent même pas lire une carte IGN et à peine faire un feu sous la pluie. Les anciens, et il y en a encore, et j'en fais partie, toujours bon pied bon œil et qui ont crapahuté en Kabylie, ou dans les Aurès, ceux là n'ont pas perdu, 58 ans après, le sens du terrain et les bons reflexes. Aujourd'hui, les jeunes de la France profonde vont avoir besoin d'instructeurs expérimentés qui ont un vécu à restituer, à savoir comment se déplacer sur le terrain : c'est tout con !

      Supprimer
  52. Vous oubliez que la 3° guerre mondiale arrivera avant la guerre civile et les centrales nucléaires sont les premières cibles des missiles nucléaires, la radioactivité sera telle que personne ne pourra survivre en France et en Europe de l'Ouest plus d'un an ou deux et dans des conditions d'horreur. Aucune BAD classique ne sera à l'abri. Un endroit pour tenir quelques mois oui, mais préparez vous à voyager loin. Lisez les dernières déclarations Russes et Américaines, la guerre est toute proche, une heure après son commencement elle sera finie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal d'oublier le futur...
      Ce serait déjà bien de le connaitre, non?

      Supprimer
    2. Où est l'intérêt de vitrifier l'Europe, si tant est que l'atomiseur puisse y remettre les pieds compte tenu de la radioactivité rémanente? Je croirai plus en une explosion nucléaire en altitude, pour créer une EMP et ramener les européens au XIXème siècle! A savoir si l'électronique militaire est entièrement protégée contre les impulsions électromagnétiques, hors du matériel des transmissions ?

      Supprimer
  53. Je ne crois pas que les centrales nucléaires deviendraient les premières cibles. Ce n'est pas dans l'intérêt de l'agresseur car la pollution qui s'ensuivrait interdirait toute occupation du territoire pendant très longtemps (voir Tchernobyl). Par contre détruire les postes de transformation situé en périphérie des centrales, sera beaucoup plus efficace et facile sachant que contrairement aux réacteurs, les postes de transformation du courant ne sont pas protégés contre d'éventuels bombardements. Un pays sans énergie est paralysé mais exploitable. Un pays pollué est perdu pour longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que les Russes aient besoin d'un territoire supplémentaire, la population Russe est stable. Détruire les centrales nucléaires est le plus efficace. Tu crois ce que tu veux, mais tu pourrai aussi lire les docs de la stratégie Russe qui consiste à détruire les centrales nucléaires. Et n'oublie pas non plus que les Russes ont placé en orbite 3 têtes nucléaires à basse altitude, prêtes à exploser pour générer une IEM nucléaire juste au départ de la guerre.

      Anonyme du 9/10/2016 10:28

      Supprimer
    2. Oh la vache! Roh j'en ai mal au ventre! Encore un amateur en manque de sensation forte.
      Bonjour à tous et merci à toi cher Anonyme du 9 octobre à 13h56, sous couvert d'un pseudo Anonyme du 9 octobre à 10h28 toussa... Après une rude journée d'exercice, je viens de prendre un fou rire décontractant! Je résume votre pensée, jeune padawan, les Russes, ces gros méchants, sont sur le point d'envoyer des missiles nucléaires sur nos centrales nucléaires et en même temps, font exploser 3 ogives nucléaires spatiales. Beau programme, feu d'artifice royal! Si on fait les comptes, ça fait plus de 700 explosions nucléaires, sans compter les 238 missiles nécessaires, donc 1000 explosions réparties sur l'Europe et les USA... Sans compter les ripostes sur le bloc russe-chinois...
      En plus tu as réussi à te procurer des plans militaires russes! Tu as de la chance! Pourquoi ne pas les offrir aux renseignements français? Ça nous intéresse aussi. Dis nous où les trouver, ou alors à qui demander s'il te plait.
      Attends, tout ce nucléaire me rappelle quelque chose. Mais oui, mais c'est bien sur! C'est le scénario de Fallout, le jeu vidéo... Encore une fois, les jeux vidéos c'est pour de faux, ça existe pas.
      Allez petit scarabée, arrêtes d'embêter les grands, file dans ta chambre.

      Christian Angogna, vous avez raison, et il est même certains que les centrales nucléaires ne soient pas des cibles potentielles à détruire, mais en revanche à prendre. Les poste de transformation et de relais électriques seront protégés physiquement (mais pas tous). Les priorités sont sur les moyens de communication et de détection, ensuite les moyens de défenses, puis la production électrique. Un type de cible privilégiée sont les zones industrielles.

      N'empêche, dommage que des infos valides soient noyées dans autant d'idioties.

      Manticore.

      Supprimer
  54. Bjr a tous, c'est navrant, qui tire a vue en premier.
    Je cites: Bonjour à tous. Je « dévore » ce blog depuis quelques jours...

    Pierrot le limousin débarque ici,vous l'avez dit @Vianney dans votre 1er post. Alors on s'en fout de son chaos (E.T,paul,sarrazin,chinois,russe).
    Certain ici l'allume alors que(il me semble) sur un article (la défense du voisinage) un lecteur parlait de miner tout son périmètre,ALORS!!

    Quand aux parrigos je cites:
    On appelle toute personne vivant au dessus de la ligne Lyon-Bordeaux des parisiens, et les gens de Limoges, des citadins.

    A mon sens Pierrot le limousin est un pur produit de son terroir et a sa décharge nous lâche un article a chaud ,mais son point de vue est très intéressant pour nous "citadins" avec BAD ou nomade, et cela a été dit dans d'autre article, migrer sera a nos risques et périls.
    De plus Pierrot a l'air de découvrir le SURV... sur ce blog, soyez cool messieurs!!
    Sache Pierrot le limousin que si je dois quitter mon auvergne pour l'ouest, je veus bien te rejoindre dans ton VAD (Village Auton....)avec femme et enfants, car beaucoup de monde ici oublie quand cas de caca,eux même risque de tirer a vue voir pire!!!
    PS: l'alambic de 300l pour le troc,c'est + que bon ;)
    cldt Tony

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour Tony.

    Produit du terroir ? Pierre le limousin . Ok.
    Alors une Double association : la pelle que manie Jean Gabin ( avec la chaux vive ) dans le film ( 1969/70 ) " la horse " , terroir normand , dans un rôle de paysan combattif , et dans le film " canicule " 1983/84 vec Jean Carmet , paysan aussi sanguinaire et sans pitié que le gangster Lee marvin , qu' il affronte dans le terroir beauceron.
    Jean carmet aurait pu tenir cette réplique ( vieil adage US ) façon M ichel Audiard :
    " shoot, shovel ( pelle ) & shut up ( silence, ferme la ! ) .
    Trois terroirs divers, le même " mérite " agricole !

    L'alambic est ET sera un outil permettant le troc , vrai, surtout en région de montagne ( 900m ) , il faut bien se réchauffer et faire la fête l'hiver et bon rapport rester debout / consommation des locaux, j'ai goûté la production locale (. 54/60 :degrés , première chauffe ) . Décapant.
    300 l , trop gros , j'avais pense 70 l ou 100 l maxi , problèmes transport , coût 288 E en cuivre ( paiement liquide limite a 900 E ) , détention & usage fiscalement autorisé pour un appareil de 3 l maxi, mais ( hypocrisie ) achat autorisé sans aucune autorisation .
    Cordialement.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  56. Riesling du Haut9 octobre 2016 à 17:46

    Sacré bon Diou !

    Ma' auussi m'en va plomber tout ce qui s'aprocherions d'la ferme !!
    N'allons pas tolérer aut'chose qu'les gens d'village, et encor' qu'le village du haut paske ceux du bas ils sont pas comme nous aut' avec leurs gueules d'étrangers et leurs messes basses de travers ; tout ça c'est graine de vaurien, coupe jarrets et voleurs de poules !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Riesling ! Vous me manquiez ! Rien que vote paragraphe m'a fait mourir de rire, rappelant qu'après toutes ces disputes, nous sommes bel et bien "gaulois" (au sens Astérix et Obélix), ripailleurs et bagarreurs. :)
      Ed

      Supprimer
    2. Riesling du Haut9 octobre 2016 à 20:17

      J'étais quasiment sérieux, pourtant.

      La photo hippopotamesque illustrant l'article ci-dessus affichant non sans quelque fatuité cet ongulé d’éprouvette gavée de soja brésilien Monsanto a réveillé en moi les pires instinct.

      Je veux parler de cet ersatz bovin bosselé aux yeux globuleux plus ternes et éteints que ceux des yeux des poules de batterie moldaves ;

      Je cause de ce quadrupède douteux dont la trogne mafflue surplombe de façon improbable le tas de barbaque transgénique qui lui tient lieu de chair à tartiner Purina, une sous-marque polonaise du groupe allemand Aldi.

      En un mot comme en cent : La photo de ce fourreur meuglant de raviolis industriels m'a mis le rouge aux mirettes et le clavier en feu !

      Non pas que le dit bovidé soit seulement laid et incomestible, sauf à condition encore d'être mélangé discrètement avec des cadavres de chevaux de trait roumains qui eux au moins sont naturellement riches en fer et en vitamines B14.

      Bref, le Limousin, être artificiel et fat, ne survivra pas à mon humble avis au chaos qui s'en vient.

      Supprimer
    3. Je suis bien d'accord avec vous sur le fond Riesling, quand à la forme : mais où diable avez vous appris à parler comme Molière et La Fontaine avec une telle aisance ?
      Ed

      Supprimer
    4. @ Ed13 octobre 2016 à 13:03

      Bien cher Ed,

      Le Riesling dont vous nous abreuvez et un partageux.

      C'est que voyez-vous, " Riesling du haut " est aussi titré: "Grand émérite du bas", " Condottiere de la recette", "Enfant naturel de l'alambic" et rien de moins que cousin du roi.
      Si, si,( elle aussi ) je vous l'assure.
      On dit même qu'il connaîtrait une socialiste ... de belle aisance mais, chut!

      Aussi, par la cousine de feu, la pauvre mère, décédée en couche, la gouvernante du curé de Camaret ( celui qui a les ... qui pendent) il fut instruit, à grands coups de trique, de la langue Française.
      C'est ainsi qu'il devint "professeur de générations d'idiots" (AOC de l'éducation Nationale) à qui il a tenté, bien fort malheureusement sans succès, d'enseigner quelques rudiments de ci et de ça.
      Frustré, le ci et le ça étant devenu sans importance, il se commet parfois parmi nous, partageant sa gauloise, débouchant un kil de derrière les fagots en nous présentant sa dernière (d')ébauche de recette. Il est fiscalement neutre, je vous rassure, neutre et même, si j'osais, fréquentable.

      Bref, il nous amuse et nous distrait pendant que l'orchestre joue et que les canots mal amarrés tombent à l'eau.

      Les royalties sont à porter à son compte.

      Toujours débiteurs, amusons nous.

      Laurent

      Supprimer
    5. Bon sang Laurent je ne sais pas si mon Q.I. me joue des tours mais je n'ai pas saisi grand chose à votre allusion titaniquesque!

      Honneur toutefois à l'orchestre !

      Ed

      Supprimer
    6. @ed,

      J'ai appris a lire en cachette.
      Feu mon père était Limousin et ne tolérait point que l'on s’instruise, il préférait son pied-bot. Vêtu d'oripeaux, ivre de lui-même, laid comme une Twingo, il appelait au pourrissement des anges.

      Au reste, selon le truculent Einstein, a qui nous devons la bombe atomique sans laquelle l'humanité eût manquée de louper la civilisation et le progrès : « Dieu n’est pas malveillant, il est malicieux. Sauf lorsqu'il a créé le Limousin, là il a vraiment déconné.» 
      Il ne croyait pas si bien dire, ce brave Albert. Car en substance l’univers tout entier est composé d’équations à la beauté échevelée. Des galaxies à l’ADN, tout, absolument tout, n’est qu’enchevêtrement de nombres confinant au Miracle.

      Partout, tout le temps, sauf chez les Limousins.

      Mais trêves de digressions assassines, car si vous parcourez les pages de ce site ultime dans l'espoir délicieux de pouvoir échapper aux cataclysmes à venir, et de réussir à vous débarrasser de votre belle-mère et de votre percepteur du même coup, ce site doit exposer utilement toutes les informations techniques vitales, d'où cette question lancinante qui commence à vous tarauder l'entendement :

      "Comment diable, en cas de chaos, reconnaître un Limousin, l'ennemi présentement déclaré ??!!"

      C'est simple. Pour débusquer le susdit il faut lui ouvrir la mâchoire au pied de biche afin de lui regarder les dents.
      Si ses chicots sont brisés et pourris c'est signe que l'individu contrôlé se sustente de sandwichs aux moules.
      Et donc, comme seuls les Limousins n'ont pas encore compris qu'il faut manger les moules sans les coquilles...

      Je suis vache me direz-vous, mais ce n'est pas moi qui a commencé.
      Nous autres Alsaciens devons tant aux Limousins, à leurs grands hommes de génie.
      En effet, que ferions-nous sans ces élégants chapeaux melons que nous sommes si fiers de porter en allant aux champs ?!
      Ces chapeaux melons, seuls les Limousins, qui ont gardé le secret de fabrication peuvent nous les fournir.
      Que serions-nous devenus si entre mille exemples les Arabes n'eussent été battus en 1356 par Charles Martel à Limoge?!
      Et si Alexendre le Grand n'avait pas fait demi tour devant la creuse offerte ?!

      Alors voilà, hein ! ça m’énerve un peu de devoir le reconnaitre, mais toutes ces victoires qui ont inspirée le dégout à tous ces envahisseurs nous le devons aux Limousins !!!!

      Supprimer
    7. Bien cher Ed,

      C'est que voyez-vous, la pataphysique nous obsède.

      Pour saisir à bras le corps, sans se mettre Martel en tête ni s'offrir la creuse il vous faudra parcourir les commentaires sagaces ou le demi-mot le chamaille à l'élision et où chuinte l'amuïssement, là où la virgule s'amuse en ré majeur.

      Nonobstant, nous en échangions des recettes.
      Lui préférant la chaire au gras et Lui, préférant la moule ( d'ou son allusion fine et légère comme une crêpe ) à l’huître, son QI et sa conversation, nous convînmes de rester chacun d'un coté de la France, laissant le Limousin nous servir de no man's land, ce qu'il est en vérité, sauf pour les chippendales tel l'exemplaire affable avec son 12 semi auto en ouverture d'article.

      Et puis laissez votre QI tranquille, il ne vous a rien fait, ne faite pas l'épicier à le compter comme s'il avait une importance quelconque, soyez indulgent: il ne vous a pas fait Limousin.

      Ces aimables plaisanteries étant faites pour le sourire du dimanche.

      Laurent

      Supprimer
    8. @riesling et @Laurent

      Messieurs,

      Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir répondu, autant de temps passé à répondre à un inconnu pour lequel vous devez avoir bien peu d'estime (c'est bien normal).

      Ensuite je m'excuse de ne pas avoir votre aisance cultivée pour m'exprimer comme vous, mais c'est réel plaisir de vous lire!

      Enfin je vais suivre votre conseil Laurent et tenter de décoder vos précieux échanges.

      Profitons encore d'un calme dimanche que la Clémence nous offre.

      Ed

      Supprimer
  57. et ben on est pas sorti de l'auberge.
    je n'avais évidemment pas tout pris au premier degré, c'eut été trops limite déjà.
    j'aime bien la culture Russe, il faudrait plutot s'allier à eux, mon père me racontait qu'en 44, apres quatre ans à se coltiner les allemands, pas toujours avenants mais "korrects" comme on dit. les américains arrivés et installés, au bout de trois mois , les gens en normandie ne pouvaient plus les supporter arrogants, voleurs, casse- bonbons et je ne parle pas des viols. heureusement qu'ils nous avaient libèré, il y aurait eu des regrets.
    comme quoi, à ce qui a été dit, les recrues Américaines etaient allechées par la promesse de parties de jambes en l'air avec les françaises réputées lestes aux states plutot que liberer l'europe.
    bon on ne va pas refaire l'histoire mais on a failli se prendre un maitre américain apres un allemand.tout etait pret, ils ont échoué et ils veulent la revanche.
    bombarder les centrales ? oui et apres ? les vents sont capricieux et ne s'arreteront pas forcément sur l'elbe.
    je remercierai toujours celui qui a envoyé mon escadron en nouvelle calédonie à cette date. (pour l'embuscade, je connais mais ça n'a pas tourné à la faveur des embuscadeurs)
    je sais qu'en Corse, il y a encore des coins ou il est conseillé de ne pas trops trainer à cause des retombées, comme dans certains coins des alpes.
    j'en resterai donc à une préparation de catastrophe et de chaos plausible.
    je sais qu'une équipe de barbichus meme bien armée peut tres bien se retrouver détruite, ce ne sont pas tous des champions du monde., pour refaire Oradour, faut etre plus qu'une dizaine. ce ne sera pas forcément comme dans un roman, surtout si il y a de la resistance à base de calibre 12 (minimum).les allemands ont du en subir quelques une, ne serait ce que pour recuperer du materiel plus performant.
    et nonobstand cela , une équipe de barbichus qui se retrouve avec un commando de chasse au derriere sans helicoptere sait que çe sera pénible lors des retrouvailles comme me disaient les anciens d'algérie.
    donc je continue ma petite préparation , en faisant mon miel de tous les développements que l'auteur de ce blog met à notre portée.
    bonne préparation à tous HERMAN STOSS.

    RépondreSupprimer
  58. Riesling du Haut, la coupe est pleine et le marc distillé9 octobre 2016 à 19:24

    Mon Joie ! Saint Denis !
    La guerre arroie ! Sus à l'ennemi !

    Debout mes preux ! Relevons étendards et drapons oriflammes !

    Car ce n'est point l'Angloi cornu, l'eternel félon du Royaume qui nous brave  présentement,
    ni même le mahométan impie, chèvrophile à ses heures, non point les chiens d'argent ou les singes en bouches d'or tapis dans les loges occultes qui rutillent d’incompétence dans les bureaux feutrés des ministères,
    mais un ennemi intérieur, tapis sournoisement lui aussi depuis des siècles et à tous points de vue jusqu'à là inconnu, infiniment captieux. Et ce dernier vient céans nous déclarer la guerre !

    Le Limousin vient de nous jeter le gant.

    Allons-nous tolérer pareil affront ?

    Que nenni mes braves !

    Non content de pervertir les lasagnes congelées avec cette ignoble viandasse locale plus dopée et immangeable qu'un culturiste en string, le Limousin nous nargue, le Limousin braie, le Limousin se targue, le Limousin nous hait !

    Par le puissant Saint Michel sur son cheval d’apocalypse ! Que nous viennent en renfort les Légions du Ciel afin de libérer enfin cette contrée de va-en guerres enclapinés ! !

    J'ai dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pierre auteur de l article10 octobre 2016 à 05:02

      L'intérieur, de l’extérieur ne serait ce le cœur ?
      Un évèque lutécien à notre Saint Martial
      Denis soit il, pour nous envoyer son art martial
      Lion anglois, en Chalus y a laissé son cœur

      En vil francois, ce qu'ils sont, ils jettent les gants
      Totalement ignorants de la langue d'Oc
      Aucunement ils ne peuvent être élégants

      Les gants ici, pour notre labeur ils ont us
      Point jetés hautainement pour un coup d'estoc
      Pour aller chercher ce qu'il sont dans leur anus

      Les cloches étrangères nous savons sonner
      Alexandre se croient ils, seul la prose connaissent ils
      En conquérant ils vont arriver, pensent ils
      Les pack de douze, au cul, ici sont de pieds

      Supprimer
  59. tu as oublier: que je trépasse si je faiblis^^

    RépondreSupprimer
  60. Cet article m'a fait sauter d'indignation à chaque ligne, je suis "auvergnate" d'adoption depuis quelques temps, et hélas, j'ai constaté que le "savoir" des anciens est déjà perdu depuis fort longtemps. En une ou deux générations les choses ont basculé.
    Parisienne, enfin citadine d'origine, je suis la seule ici à savoir faire du pain... Et le reste à l'avenant, je suis la seule aussi à savoir faire des conserves et confitures, laver du linge sans machine et sans lessive, reconnaître les champignons autres que les cèpes et girolles, savoir trier les châtaignes à l'eau froide...
    Je connais le nom des plantes sauvages et leur utilité.
    Je sais me passer de désherbants et insecticide, je ne connais, d'ailleurs, pas plus pollueur que mon voisin avec son "Round Up" acheté sous un autre nom
    Les paysans ont encore une multitude de savoirs que j'ignore, mais ils ont oublié bien des savoirs anciens, ils passent leur temps juchés sur leurs tracteurs, et prennent leurs bagnoles pour surveiller leurs bêtes, même lorsqu'elles sont à moins de 300 mètres de chez eux.
    Pire ils ont peur "du noir" et ne supportent pas que l'on éteigne l'éclairage public (véridique) et si, moi, je pars dans les bois seule, ma jeune voisine ne s'y est jamais risquée, elle a peur de tout, des serpents, des salamandres qui mordent. De fait, mes voisins paysans, tuent tout ce qui n'est pas directement utile, plantes et animaux, de vrais écolos, il ont réussi à faire presque disparaître les serpents et hérissons, et je me bats pour qu'ils arrêtent d'exterminer tout ce qui leur déplait et répandent partout du poison (pour faire plus propre), mes voisins paysans adorent les cours désherbée, sans rien, le summum étant d'arriver à les faire bétonner.
    Ici, un seul homme coupe son bois, sans tronçonneuse, mon mari! Il faut du temps, de la patience et du courage.
    Mes voisins, d'ici de chez ici depuis plus de 20 générations ont mille autres savoirs que nous n'avons pas, élever des poules, lapins et même moutons ( enfin avec des cochonneries chimiques), ils savent grosso modo tenir un potager, mais ils achètent leurs semences sans chercher à récolter les leurs, ils sont devenus dépendants en moins de 40 ans, et ne regardent plus le ciel pour savoir le temps qu'il fera, mais allument leur télé.
    D'ailleurs, question télé, ils auront bien du mal à s'en passer, bien plus que nous.
    A nous, pas paysans, de faire valoir nos savoirs, nos biens, matériels et non-matériels, afin de nous faire accepter si un jour ce monde s'écroule. Mais je reste profondément persuadée que nous, citadins, sommes alertés de cette possibilité, alors qu'eux croient dur comme fer que la Chine est leur immense magasin qui leur offrira à jamais le bonheur-ripolin... J'espère que leur bonheur ripolin durera mais Dieu que la Montagne est belle:

    Parisiens tête de chien, certes, mais tête bien faite, fait oublier son origine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir lady Austerlitz ,bien du bonheur que votre commentaire il en va des choses comme des hommes :ils ne sont pas ceux que l'on croit,elles ne sont sont pas celles que l'on imagine ou que l'on pense être vraies ,a vous de faire le tri ,la campagne a évolué pas toujours dans le bon sens aussi et les mémoires ' avec les hommes,il faut des gardiens(nes) de ce qui est l' pour un autre temps a venir

      Supprimer
    2. Navrant de prétention, tout est une question de génération et de culture. Les plus anciens savent faire, les plus jeunes n'ont pas nécessairement la pratique mais en campagne, on vit en famille avec ses grands parents, ses parents et même s'ils ne pratiquent pas, ils l'ont vu faire.
      Récolter ses semences n'est pas sorcier, il suffit de laisser monter à graines quelques légumes, même avec les hybrides ça marche. La descendance n'est pas identique aux parents mais garde tout de même un bon niveau de productivité.
      Vous vous targuez d'une tête bien faite, cette auto célébration bien pensante car écoconsciente, cette incroyable énumération de clichés,témoigne au contraire d'une incapacité à analyser le milieu où vous évoluez et donc d'une faculté d'adaptation très faible. En campagne, les jeunes qui ont fait de hautes études sont en ville, ils reviendront au pays quand ça bardera, et s'adapteront immédiatement au contexte local qu'ils connaissent bien. L'idée du village limousin sans jeune est donc une erreur car les vieux ont généralement des enfants et petits enfants.
      Ceux qui sont restés dans la cambrousse sont souvent un peu moins instruits, font des boulots difficiles qui ne leur laisse pas nécessairement beaucoup de temps pour le potager et la basse cours bio, d'où l'usage du chimique.
      Il est facile en période d'abondance de cracher sur les techniques modernes, mais en période de pénurie, qui s'en tirera le mieux, celui qui a un stock de chimique permettant d'optimiser sa production vivrière en la protégeant notamment des mycotoxines bien plus toxiques que le pesticide ou celui qui laisse ses cultures et volailles soumis aux aléas naturels, telle est la question que chacun devrait se poser avant de juger sévèrement ses voisins.
      c'est bien d'avoir des convictions faites de quelques idées simples pour sauver la planète, mais suffiront elles à vous sauver la vie en cas de chaos ?

      J'en profite pour vous glisser une petite info, les pluies diluviennes ont altéré cette année la qualité sanitaire des céréales. De nombreux lots bio ont une teneur en DON (mycotoxine produite par les fusarioses) dépassant très largement les normes de l'alimentation animale. Ces mycotoxines occasionnent des troubles de la croissance et augmente la mortalité dans les élevages (chez les humains aussi).

      Il me semble aussi que pour survivre, il faut être pragmatique, être capable de collaborer avec son voisin aussi, comment envisagez vous d'y parvenir, vous qui affichez un tel mépris à leur égard ?
      seb91 ingénieur agricole

      Supprimer
    3. Bonjour seb91 .
      Votre formation comprend l'usage de la rationalité au détriment de l'affectivité si j'en crois d'autres commentaires , le constat de ladywaterloo ( car ce n'est qu'un constat , sans plus ) ne comprend guère de jugement prétentieux et/ ou discriminatoire.
      Navré de constater , a vous lire, qu'il ait pu vous heurter dans vos convictions ou froisser votre orgueil.
      La sélection des semences que vous pratiquez professionnellement , le cahos proche va la pratiquer au niveau des humains . Citadins comme paysans.
      Survivre va nous faire abandonner quelques mythes auxquels il nous plait de croire par facilité , ça va être dur.
      Il me souvient un article du blog qui conseillait de les identifier et de commencer a s'en départir alors qu'il est encore temps , question d'une bonne préparation .
      Celui qui ne réfléchit pas et méprise son ennemi sera vaincu . S'un Tzu.
      Salutations.
      Vianney.

      Supprimer
    4. je ne méprise personne et certains écrits me font bondir. Généraliser des problèmes de voisinages avec des individus arriérés à toute une population agricole est trop réducteur et mérite d'être relevé. Quant à savoir si je n'ai pas surréagi, c'est fort possible, les écolos me sortent des yeux, marre de passer mon temps en réunion pour défendre une profession attaquer par des zozos qui avec 3 ou 4 concepts erronés et une cotisation de 50 € prétendent tout savoir pour sauver la planète.

      En lisant ce commentaire, j'ai retrouvé beaucoup de leurs clichés, dont l'objectif est de déshumaniser le paysan, pollueur, destructeur... pour justifier sa mise à mort sociale par la destruction de son outil de travail par des normes absurdes ou des obligations vexatoires. Plaisanterie mise à part, où reste t il donc des salamandres et des hérissons, dans les villes bétonnées ou à la campagne ? Je n'ai jamais vu de paysans massacrer les hérissons en roulant volontairement dessus ou les batraciens en les écrasants à coup de talon, en revanche, j'ai souvent vu, au cours de ces interminables réunions, des écolos la bave aux lèvres affirmer que les paysans tuaient tous les oiseaux. Si les écolos ont découvert des oiseaux, salamandres, hérissons absents des villes dans les campagnes, c'est bien parce que le mode de vie des ruraux permettait à ces animaux de survivre et non grâce à leur mode de vie urbain.


      Je n'ai aucune certitude, aucune idée préconçue, sauf une, tout ce que je tiens pour acquis aujourd'hui sera balayé du jour au lendemain et que je devrais lutter pour conserver mon humanité quand les circonstances m'inciteront à me comporter comme une bête.
      La première chose qui tombera sera l'agriculture car ses performances ne reposent que sur une énergie pas chère et abondante. Le bio ne change rien au problème, l'herbicide est remplacé par des binages donc du gasoil.
      les céréales ne sont plus stockées en gerbes mais en vrac, dans des silos devant être ventilé pour éviter que les denrées ne pourrissent, pas d'énergie, donc pertes des récoltes stockées, en silo ou en frigo...
      Bref, ce sera retour immédiat au paléolithique doublé d'une épouvantable famine, émeutes, cannibalisme.

      Je me prépare psychologiquement, pour le reste, une BAD dans une telle zone est un piège mortel, prendre la route l'est tout autant

      Seb91



      Supprimer
    5. Bonjour seb91.
      Merci de votre réponse clairement et précisément argumentée.
      Cordialement.
      Vianney.

      Supprimer
  61. @Seb, justement je collabore et ce, depuis que je suis ici. J'essaie de leur apprendre à ne pas tuer les salamandres, par exemple, et à se passer d'herbicide pour tout et n'importe quoi, on fauche les orties plutôt que de les arroser de Round-up sur les talus. On plante des arbres fruitiers et on partage...

    Mon commentaire a volontairement pris le contre-pied de l'article de Pierre, car encenser ainsi les ruraux m'a fait doucement rigoler. Je n'ai jamais vu les jeunes ici, remonter à "pied" de la ville, ils semblent trouver dégradant de marcher, couper du bois à la main, ils méprisent tout travail manuel...

    Et si certains anciens ont encore bien des savoirs, il y a de moins en moins d'anciens. Pire, lorsque je suis arrivée il y a 25 ans, juste pour des vacances à l'époque, les "vieux" étaient déconsidérés par leurs propres enfants, et ils étaient persuadés que leurs savoirs ne valaient plus rien.

    Si malheureusement les jeunes ont découvert le dieu consommation (la Foirfouille et autres magasins sont visités avec soin chaque début de mois) et n'ont jamais appris certaines choses, heureusement ils ont gardé encore bien des compétences (élevage).

    la toute puissance du chimique et des moteurs alliée à l'envie de la domination totale de la nature a poussé trop de paysans à éradiquer tout ce qui n'est pas animaux domestique ou d'élevage ainsi que tout ce qui est mauvaise herbe.

    Seule une collaboration dans les hameaux entre tous les habitants aidera à la survie si besoin et aide à la vie de tous les jours, car à la montagne, sans solidarité on se retrouve tous coincés un jour ou l'autre.

    Ici, le "progrès" a fait des ravages, les nouvelles maisons sont "tout électrique", pas d'installation de poêle à bois, il y a deux ans nous avons eu une coupure d'électricité qui a duré 5 jours (avec des périodes où le courant était rétabli). Tous les habitants de ces nouvelles maisons dans les "villages" ont dû trouver refuge en ville, sans chauffage, sans possibilité même de chauffer de l'eau (plaques induction).

    Notre rôle à nous citadins s'installant à la campagne reste aussi de retrouver certains savoirs, certains gestes anciens et aussi d'apprendre peu à peu à nos voisins, vrais paysans, qu'une terre sans oiseaux, sans insectes, sans animaux "sauvages", sans "mauvaises herbes" est une terre morte.



    RépondreSupprimer
  62. J'ai tellement eu de surprises en arrivant ici, pour de bon; que je souhaitais compléter le tableau de la réalité rurale telle que je la vis.

    Mes plus proches voisins paysans (à mi-temps) ne veulent pas vivre en ville, mais ils souhaitent et c'est humain les avantages de la ville à la campagne.

    L'an dernier mon jeune voisin avait pris rendez vous avec le maire pour "des problèmes dans le village", je me suis invitée à ce rendez vous, car de fait il m'avait parlé d'une "réunion avec le maire". Là, surprise, il souhaitait que le maire m'exproprie d'un terrain pour en faire... un parking, juste à côté de chez lui, il en a marre de se mouiller les pieds dans l'herbe en descendant de voiture. J'ai refusé énergiquement, il peut continuer de se garer chez moi (dans de l'herbe que mon mari tond) ou sur le bas côté de la route, le maire se bidouillait de rire, il n'aurait de toute façon jamais mis du fric pour acheter puis bétonner afin que l'on ne se mouille pas les pieds, il a assez du mal à équilibrer son budget comme ça. Mon voisin m'a un peu fait la gueule, puis s'est fait une raison, il se mouillera encore les pieds en descendant de voiture...

    Le rêve de mon voisin, éleveur de montagne est d'obtenir encore plus de subventions de l'UE, je tente de lui expliquer que cet argent est le bienvenu, mais qu'il ne peut pas tabler dessus advitam eternam, il secoue la tête, je suis idiote, selon lui, de ne pas compter sur la manne des subventions, allocations et autres aides (nécessaires pour maintenir un élevage en montagne mais pouvant cesser brutalement), J'essaie quand même de le raisonner afin qu'il ne s'endette pas trop. Il a néanmoins acheté un second tracteur, un encore plus gros rouge et vert, et plein d'autres engins, qui débordent de sa ferme, dans mes granges. Chez moi il y avait déjà une énorme moissonneuse batteuse, qui appartient à un autre éleveur, et depuis peu trois "engins" de mon voisin, dont je sais à quoi ça sert mais ignore leurs noms.

    Le retour "à la ferme" est bien différent de ce que j'avais imaginé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre voisin est un mal appris, on en trouve dans toutes les professions.
      Le monde agricole est dynamique et certaines évolutions pourraient servir de piste de réflexion à bon nombre de survivalistes. je me contenterai d'en exposer qu'une seule.
      L'exploitation agricole est un camp de concentration où l'on demande à un gars de travailler en gagnant toujours moins. Pour tenir, il faut s'agrandir, travailler plus pour survivre.
      Dans un tel contexte, ils n'ont plus de temps pour eux, pour leur famille, ce sont devenus des esclaves alors inutile de réclamer qu'ils fauchent les orties, ils préfèrent le débroussaillant, c'est rapide et ils n'ont pas à revenir. Inutile de se désoler qu' ils n'élaguent plus manuellement les arbres têtards et préfèrent l'élagueuse, ils faut qu'ils remplissent des dossiers délirants pour éviter de se faire planter par des contrôleurs, souvent écolo fanatiques, d'une incroyable mesquinerie.
      La solution est à mi chemin entre le conventionnel et l'agriculture biologique parce que le consommateur est aussi fauché que le paysan et n'est pas prêt à débourser plus pour son alimentation car il ne le peut pas.
      Mais, il est faux de dire que le paysan ne raisonne pas, certains sont en train de révolutionner les pratiques agricoles hors instituts techniques en se lançant dans une sorte de permaculture.

      La plante permanente, c'est le trèfle car il nourrit les cultures en fixant l'azote de l'air. Le maintien d'un couvert permanent empêche la germination des mauvaises herbes privées de lumière.
      Dans ce trèfle, ils sèment du colza, une crucifère comme le choux, les navets, radis, des lentilles et du sarrasin. le trèfle partiellement détruit nourrit le colza (ou choux, navets, radis), le sarrasin (gélif) est une plante allélopathique produisant des toxines dans le sol qui sont un herbicide naturel pour beaucoup de plantes, la lentille est autonome en azote et ne concurrence par les crucifères. L'hiver, elle est détruite par le gel et nourrit au printemps la culture.
      Un tel système ne nécessite pas ou peu d'herbicide. La lentille protège la crucifère (colza, choux, navet) des insectes parasites . Au printemps, le trèfle partiellement détruit se régénère, après la moisson, il forme un tapis épais empêchant la germination des graines. En octobre, il est partiellement détruit par un semi direct de blé.
      Le paradoxe est qu'historiquement, ces techniques sans labour sont nées grâce au miracle du round up sont en train de s'en émanciper en ouvrant une voie avec peu ou pas d'herbicides. Ce n'est pas l'état, par le biais de ses instituts techniques, qui ouvre la voie comme ce fut le cas lors de l'introduction des pesticides, mais des paysans qui innovent pour baisser leur dépendance à l'agrofourniture (pesticide, engrais, machine, énergie).

      En tant qu'aspirant survivaliste, planquer des navets, des choux ainsi que des lentilles (peuvent peut être remplacées par des haricots) au milieu d'une culture de sarrasin, qui ressemble à un champ de fleur blanches, me parait intéressant.
      Si en grande culture la technique est pratiquée à l'automne, rien n'empêche de la mettre en oeuvre au printemps pour récolter le sarrasin, les lentilles ou haricots ainsi que les choux, navets.
      seb 91



      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord, la raison est l'entre-deux, la permaculture parait être une voie d'avenir. Je suis profondément persuadée que nous allons vivre un changement profond, pas obligatoirement un chaos, car je reste optimiste, mais quelque chose qui nous demandera à tous, paysans et citadins de changer nos habitudes, de moins consommer et j'espère que cela introduira un peu plus d'humanité dans les relations humaines

      Supprimer
    3. Bonjour, je suis lecteur de cet excellent blog depuis plusieurs années, mais c’est la première fois que je me permet d’intervenir.

      Parisien de naissance, ainsi que mes parents et mes enfants, je me sens particulièrement à l’aise pour vous donner mon point de vue. Aucun complexe d’aucune sorte, ni de supériorité ni d’infériorité !

      Je suis propriétaire d’une maison, (bientôt deux, pour la famille et les potes que ça tente) d’un bout de terrain trop petit pour envisager une « ferme autarcique » que je serais de toute façon bien incapable de gérer.

      Un évènement familial très grave datant du 13 novembre dernier, me rends désormais la vie à Paris quasiment impossible ainsi qu’aux autres membres de ma famille. Il va donc falloir « émigrer » dans la France profonde. La maison « de vacances » depuis presque 15 ans va devenir mon habitat principal. Changement radical impliquant mon travail, celui de mon épouse ainsi que les études et la future vie professionnelle des gamins… De gros travaux planifiés cet hiver pour passer du statut de camping à celui de vie courante (avec du confort quand même, hein !). Les choses se précisent.

      Mon optique n’est pas de prévoir une BAD inexpugnable, mais quand même de pouvoir « faire le gros dos » en attendant… les cosaques !

      Ce long préambule dont je m’excuse, pour arriver au point suivant : les relations parigot/pégu !

      Aujourd’hui, après quand même pas mal d’années de présence sur le terrain, les seuls rapports que j’ai pu avoir avec les natifs, sont des rapports de clients/fournisseurs. Certains de ces fournisseurs sont devenus des relations fort sympathiques pouvant donner des coups de main, et acceptant d’en recevoir en retour, avec eux, donc tout va bien. Avec les « autres », ben c’est pas compliqué, on ne les voit jamais… Impossible de créer du lien social tout seul ! Ah si, ils saluent de la main quand on se croise en voiture, de la part de gens à qui je n’ai JAMAIS adressé la parole, ce doit être un signe d’ouverture, mais bon… ça risque d’être une affaire de plusieurs générations !
      Alors comment on fait ? Ben on va s’arranger entre nous ! Je veux dire avec les ceusses qui ont un peu le même profil que le mien… Et ma foi, ben ça prend pas mal. Alors bien sûr nous ne sommes pas survivalistes, on est pas des timbrés, hein ! Mais enfin, la situation du pays étant ce qu’elle est, n’est-ce pas, « on sera bien content de venir se mettre à l’abri ». Tout est dit ! Alors, chacun essaie de se préparer de la meilleure façon, chacun la sienne, chacun ses craintes, chacun ses marottes, mais tout ça va dans le même sens. Cette pseudo communauté de citadins retournant à la campagne, se rencontre, parle, s’équipe, se cultive sur les sujets qui nous intéressent tous. Du matériel s’achète en groupe, en copropriété, se prête, s’échange, bref bénéficie à pas mal de monde. Certains « jeunes retraités » font des basses cour, hébergent les poules et lapins des occupants du week end, d’autres se lancent dans l’apiculture, ont quelques moutons-tondeuses… des cultures « traditionnelles » s’implantent, on apprends des erreurs des autres… On se démerde entre nous, faute de pouvoir joindre les « locaux ».
      Bon, c’est sûr que le jour du KK, va y avoir du flottement chez pas mal, mais de plus en plus se mettent au tir sportif, passent leur permis de chasse, font des conserves, se mettent à penser plus simplement.
      Au fil de mes nombreuses pérégrinations pédestres dans les environs au sens large du terme, j’ai appris à bien connaître la topo et les ressources « sauvages ». Jamais vu personne dans la nature, jamais !!! Les jeunes « du coin » ne vont dans la verte qu’en Quad ou en bécane de cross. Le reste du temps, c’est boulot (pour ceux qui arrivent à en avoir un !), super marché, et barbeculs avec les collègues… Enfin, ça, c’est l’été, l’hiver, on remplace tout ce qui n’est pas obligé par télé ! c’est vraiment pathétique, terrible à voir !


      Signé un futur ex parigot ;-)

      Supprimer
    4. la suite...

      La solution viendra peut-être des « jeunes Parisiens » qui s’installent pour faire du business intelligent dans différents domaines, qui eux s’entraident et qui devront vraisemblablement embaucher des locaux pour les aider dans leurs entreprises, j’espère que ce sera le moyen de rapprocher ces deux mondes, mais ce sera pour la prochaine génération… S’ils en ont le temps !
      Voilà pour le lien social, vu par un futur néo rural, pour qui l’installation à la campagne est déjà une évacuation, même si elle se passe dans des conditions idéales pour le moment…

      Supprimer
    5. @ Parigot tête de veau 09h24 ;)

      Généralisons un peu.

      Les indigènes ont déjà vu leur monde disparaître quand les héritiers de parcelles cultivées les ont vendues pour en faire des zones à lotir afin d'accéder au bonheur de la consommation et du goudronnage de la basse-cour devenue cour tout court et que les autres ont vendu la maison du grand-père quand ils ont mis mamie en maison de retraite.

      Depuis, vous êtes coupable de les avoir achetés et leur mépris est parfois d'autant plus grand que vous avez acceptez d'acheter cher cet espace, pour vous nécessaire, et qu'aujourd'hui ils pensent que vous auriez du cracher davantage...

      Aussi, ne négligez pas l'inertie des locaux, ils adorent voir un parigot tête de veau se ramasser, voire à l'y aider.

      Cependant ne croyez pas trop vite que les exogènes ex citadins pas toujours urbains, et comme partout, vont devenir sympas et altruistes et que par ce qu'ils respirent un peu mieux ils vont cesser d'être envieux, jaloux et malfaisants.

      Si vous n'avez vu personne dans la cambrousse, il vous faut des lunettes, coureurs, chasseurs et cueilleurs - bien qu'en petit nombre s'y trouvent-.
      En été, les bécanes bruyantes et odorantes qui défoncent les chemins appartiennent souvent aux exogènes, même s'ils sont juste de la ville d'à coté, les 4*4 plus souvent aux chasseurs.

      Gardez votre optimisme et votre bonne volonté, c'est votre meilleur "passe".

      Julien

      Supprimer
    6. A anonyme de 9h24
      Voilà le problème: La solution viendra de "jeunes parisiens". Pourquoi? parce qu'ils sont trop cons dans les campagnes?
      Quelles sont vos craintes et quelles sont vos marottes? Vous n'êtes pas survivaliste, vous n'êtes pas timbré. C'est une affirmation qui demande quelques explications.
      Les gens vous saluent et vous prenez ça pour une coutume incompréhensible en vous lisant.
      Vous avez fui Paris et vous avez l'air de vous présenter comme le sauveur de ces satanés bouseux qui font rien comme tout le monde (parisien).
      Vous leur avez apporté des couvertures en polaire et des médicaments, à ces primitifs?
      Vous comprendrez bien que les locaux ne vous aiment pas: vous venez chez eux les écraser de votre hauteur toute parigote et vous vous regroupez entre bobos sans vous intégrer au lieu alors que les locaux n'ont absolument pas recherché votre présence.
      J'extrapole sans doute, les habitués du lieu jugeront, mais vous semblez fuir une situation que vous avez créée par vos marottes vivrensemblesques.
      Sauf que quand la merde arrive sur vos pompes, vous fuyez pour venir parmi les timbrés, les réacs, les heures les plus sombres de notre Histoire et tout votre vocabulaire méprisant envers ceux qui ont vu la merde arriver depuis bien longtemps. On vous voit arriver de loin, en particulier en stand de tir, quand vous expliquez à un militaire les règles de sécurité d'une arme alors que vous conchiez les tireur il y a même pas 2 ans.
      Votre discours, en creux, ne me plaît pas: on dirait les discours socialistes du XIXème siècle qui vantaient les mérites de la colonisation.
      cc

      Supprimer
    7. @Julien
      Tout à fait d’accord avec votre analyse !
      Pour ce qui est du fait de ne voir personne dans la verte, et, je précise, en dehors des périodes de vacances/fin de semaine, CETTE campagne est vraiment déserte, on voit bien des agriculteurs travailler sur leurs terres, mais sinon… nobody, promis juré !!
      Et quant aux exogènes pas (ou plus) urbains ;-) c’est sûr qu’il y a un paquet de c*nn*rds, imbuvables et très représentatifs de l’image d’Epinal du « tête de veau », qui est parfois tout à fait méritée , mais ils sont insupportables A TOUT LE MONDE. Les bobos écolo cool et bio, sont également assez pénibles pour les genducru, nous, on est un peu plus blindés, mais bon, pour eux tout ça c’est du pareil au même.
      On s’accroche, et on sourit ;-) ça va bien finir par le faire, y’a pas de raison !!
      Un futur ex parigot optimiste !

      Supprimer
    8. @cc
      Bigre, c’est toujours surprenant de voir le décalage entre ce qu’on écrit et ce qu’on peut en comprendre !
      Alors, je vais répondre factuellement :
      - Ils ne sont sans doute pas plus cons dans les campagnes, mais ils n’ont plus les moyens de faire quoique ce soit, apparemment du moins, la campagne est morte ! c’est juste un constat, je ne m’en réjouis pas du tout. Aucune entreprise ne s’installe, pas de taf, pas les moyens d’investir, alors, même pas con, vous faites quoi ? Il existe des « zones d’accueil » pour de jeunes entreprises, ce qui est un bon coup de pouce, mais ils sont invariablement squattés par des quadras/quinquas qui lancent une agence d’assurance ou autre, qui_ ne créera pas plus d’emploi…
      - Quand je dis que « nous » ne sommes pas survivalistes et que nous ne sommes pas timbrés, c’était de l’humour, je penserais à l’avenir a coller un smiley qui le signale !
      - Les marottes vivrensemblesques ne me concernent en rien, et ce depuis toujours, en fait, ma famille en est victime, cette assertion est donc déplacée dans mon cas, sans rancune, vous ne pouviez pas savoir.
      - Les gens dont je parle ne sont pas des bobos, mais de bons réacs qui n’ont pas connus quand même les heures les plus sombres, et qui ont vu la merde arriver ! En fait, c’est plutôt les « provinciaux », ça va là, c’est bon comme nom ? qui pleurent après les aides d’état, acceptent la fermeture de leurs écoles, accueillent les « migrants » avec des banderoles, et passent leur temps dans des assocs qui leur permettent d’avoir l’esprit tranquille en envoyant deux caisses de crayons et une de cahier à de petits africains qui n’ont rien… Mais ce qu’ils veulent les petits africains, c’est pas des crayons, c’est leurs filles et leurs bagnoles, mais, si on dit ça, on est des réacs (au mieux). En fait, la merde, non seulement ils ne la voie pas arriver, mais on a quand même l’impression qu’ils l’appellent de leurs voeux, pas tous Dieu merci, mais un paquet quand même !!
      - Si aujourd’hui, l’intégration ne se fait pas aussi vite qu’on pourrait le souhaiter, je veux violer personne. Je vais continuer à saluer des gens que je ne connais pas, ça me coûte pas cher (ATTENTION, C’EST DE L’HUMOUR, Hein !). Ce que je veux dire, c’est que pour danser, il faut être deux. Si y’a pas moyen, y’a pas moyen, on fera sans…
      - Pour la réflexion sur le stand de tir, elle m’a bien fait rire, c’est plutôt rare ces temps-ci !
      - Et pour finir en étant tout à fait franc, même au XIXeme siècle, je n’étais pas et n’ai pas été socialiste depuis… Mais comme c’était du « en creux », c’est pas grave ;-)
      Le Parigot qui veut danser, mais qui trouve personne….

      Supprimer
    9. Ah, là je comprends votre propos, qui tape juste, en plus. Le meurtre de la paysannerie française ne date pas d'hier et aujourd'hui leur dépendance en a fait une espèce en voie d'extinction. Le choix de la campagne est-il judicieux? Fuir la merde c'est bien, s'isoler l'est moins. Il ne faut plus penser en termes de cellule familiale mais en groupe plus large aux compétences variées. C'est le prochain défi de ceux qui voient la merde arriver: ne pas se couper du monde tant que le chaos n'est pas installé.
      Notre individualisme est notre pire ennemi alors qu'il fait partie de notre culture, alors ça va pas être simple.
      cc

      Supprimer
    10. bonjour cc désolé mais l'individualisme n'est pas inné ,ce serait plutot l'inverse,autrement nous ne serions pas là,alors oui il nous a été inculqué dès l'école à partir des années 80 car il était intéressant pour le pouvoir d'exploser la nation en entités séparées (lire Edward Bernays à ce sujet:de la manipulation des masses par les consumérismes et l'individualisme) oui encore c'est notre pire ennemi , mais rien à voir avec la culture qui n'est que la somme des connaissances de chaque individu ; mot souvent employé à la place de us et coutumes voir de folklore,bon je pinaille,mais c'est quand on change le sens des mots que l'on perd sa liberté Bien cordialement

      Supprimer
    11. Cher Janus2a,
      J'évoque la culture au sens large, sociologique et individuel. Je m'appuie sur l'habitat celtique, très dispersé et, en cela, je n'ai jamais dit que c'était inné mais bien acquis par une forme de culture. Historiquement, ce trait qui nous caractérise encore nous a perdu plus d'une fois et nous perdra encore.
      En effet, diviser les masses en somme d'individus est une méthode mondialement appliquée afin de contrôler chacun.
      En outre, je ne suis pas du tout d'accord avec votre définition de la culture que vous décrivez prioritairement comme somme de connaissance individuelle basée sur la mémoire, l'Histoire, les arts et les sciences. Pour moi, la culture est le trait commun à toute communauté humaine sur une aire géographique donnée. Par exemple, la culture survivaliste, commune à nous tous ici, s'est émancipée des contraintes géographiques via le Net.
      Le jeudi, c'est sociologie
      cc

      Supprimer
    12. @cc
      Heureux que nous nous soyons compris !
      Il est fréquemment lu sur ce forum et ailleurs « quand la merde va arriver », comme je l’ai déjà laissé entendre, pour ma famille et moi, elle est déjà arrivée !
      Le groupe, et je l’entends tout à fait, est la meilleure configuration en matière de survivalisme, mais pour le moment, et c’était le sens de mon premier message, c’est embryonnaire, mais c’est une réelle possibilité en devenir. On y croit, par ce qu’on a plus le choix 
      Ça n’empêche pas de faire les choses du mieux possible…

      Le parigot qui fait ce qu'il peut! (et il peut peu...)

      Supprimer
    13. Bonsoir,
      Oh! eh bien, par chez moi, certains ont déjà commencé le chaos... en 1 mois et demi, c'est la troisième fois qu'il y a des tirs dans un quartier proche mercredi passé
      Et en région parisienne, des scénes de pillage.
      Oui on est en plein dedans...

      Manticore

      Supprimer
    14. Et oui, cher Parisien, je suis un peu rugueux dans mes propos mais la vie m'a enseigné que la violence ne résout rien si on ne cogne pas assez fort, ça transparait un peu quand je m'exprime.
      En effet, le groupe, c'est la solution. En dehors de l'aspect humain, il faut se détacher du lot pour être en position de force et se créer très en amont un lieu sûr, bien approvisionné et bien défendu. Il faut montrer qu'on apporte quelque chose. Un type qui erre avec sa smala en plein chaos, ben il est condamné car en position de faiblesse, du moins au début du caca. Par la suite, les camps seront mieux définis, les ressources stabilisées et ont recherchera naturellement le nombre parmi les errants...Pour foutre sur la gueule de ceux d'en face.
      Pour revenir au groupe, les drh ont parfaitement intégré le savoir-être, le savoir-faire et le savoir-faire faire ainsi que la pnl.Un chef doit connaître tout ça si jamais le naturel ne suffit pas.
      C'est idiot à dire mais en cas de grande incertitude, autant rechercher ce qu'on connait le mieux: soi. On peut être un très mauvais gestionnaire et inspirer confiance. On peut détester le combat mais savoir créer une bulle sécurisée. C'est là que le groupe intervient, avec ses compétences individuelles.
      Perso, je ne vois pas l'avenir sous forme de batailles rangées, mais plus des journées avec 3h de courant et de l'eau du robinet par intermittence.
      cc

      Supprimer
  63. Merci de décrire l'évolution des fermes et des fermiers depuis 30 ans ,en effet la ferme de grand papa est morte et bien morte à part dans certains coins perdus comme la Corrèze et autres contrées ou les corbeaux passent en volant sur le dos tellement elles sont désheritées ,la paysannerie a bien évolué ,peut être pas dans le bon sens , mais les ardoises électroniques et autres ventilateurs électriques ont fait leur apparition en même temps dans les campagnes pendant que l'esprit de résilience disparait peu a peu en même temps que les fusils.Certes certains villages gaulois seront en capacité de résister mais une grande majorité sont chatrés ou anglaisés (c'est selon) ,il ne faudra donc pas se tromper de lieu et s'y prendre à l'avance c'est plus prudent pour ceux qui envisagent cette solution

    RépondreSupprimer
  64. Ne nous trompons pas de cible ,un peu d'histoire pour commencer;- 635 le califat assiège Damas
    - 637 le califat envahit l’Irak
    - 638 le califat prend Jérusalem
    - 638 début de la conquête de l’Iran (va aller jusqu’en 650)
    - 639 le califat envahit l’Egypte
    - 643 le califat envahit l’Afrique du Nord et plus de 200'000 « têtes » sont mises en esclavage
    - 644 le califat envahit Chypre
    - 674 le califat assiège Constantinople
    - 691 le Dôme du Rocher est construit à Jérusalem par le califat
    - 711 le califat envahit l’Espagne
    - 717 le califat assiège encore Constantinople
    - 809 le califat envahit la Sardaigne
    - 831 le califat attaque Palerme et le sud de l’Italie
    - 837 le califat attaque la Corse et la France
    - 969 les Fatimides attaquent le Caire et étendent leur conquête vers la Syrie et la Palestine

    - Le pape Urbain 2 lance la première Croisade

    Les actes ci-dessus sont juste un aperçu de plus de 450 ans d’attaques type « Daesh » par le califat. Chaque attaque s’accompagnait de massacres, déportations, pillages, destructions et annexion.

    Il n’est pas factuel d’enseigner les Croisades comme étant une agression gratuite du monde chrétien contre le monde musulman « qui n’a rien fait ». Ceci donne une image fausse de l’Histoire à des millions d’enfants qui commencent à se sentir victimes d’injustices n’ayant eu réellement lieu.Avec un président qui veut une Marianne voilée!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suite au calendrier des attaques islamiques nous passons en France avec ce texte du 11/11/1123 :" Quelle infamie maraud ,tu dois ton réussissement à la malice et à la tromperie,tu n'en demeure pas moins une bourse molle,les français de souche et de coeur sont simplement les cibles des Français de manuscrit;Montjoie saint Denis!halte, qui par delà le temps s'adresse aux sarrazins et aux fils de ton espèce" écrit par Geoffroy Amaury de Malfete,comte de Montmirail,d'Appremont et Popincourt,fils d'Aldebert de Malfete et de Thibaude de Montfaucon.Cette épitre aurait pu être adressée à notre président mordieu!!hors donc compagnons cessons ces vaines querelles ,quand les barbares sont à nos portes,au seuil de nos foyers , le sexe des anges importe peu

      Supprimer
  65. Bonjour a tous.

    Pour info, ce jour, sur Wendy le blog:
    " depuis le lundi 10 oct et le dernier marche aux bestiaux de Rethel ( Ardennes ) , un bœuf agonise dans la cour du foirail de la ville.
    Muscles et tendons 2 pattes arrières arrachées ( photos ) , bête immobilisée , abandonnée par un exploitant. " .
    Chacun pensera ce qu'il voudra , de cette coïncidence dans le débat , de ce FAIT livre brut de toute autre parole superflue.
    Une demande, de ma part , ala lectrice agricultrice qui dans un commentaire dans un article déjà ancien , avait abattu son chien qui poursuivait le bétail et ne répondait pas a sa demande unilatérale de chien de défense pour elle et ses enfants. Décision primordiale ( sous entendu sans sensiblerie superflue ) .
    Ma demande a cette dame donc, ne pourrait elle venir achever ce bœuf puisque cela lui est facile, comme pour son chien.
    Mon chien allonge sur le divan a côté de moi pendant que je tape ces lignes m'approuve.
    Salutations.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  66. Eh, Pierrot, c'est'y par chez toi?

    Allez les gars soyez sympa, puisque c'est dans le Limousin!
    http://echelledejacob.blogspot.fr/2016/10/appel-dons-pour-lachat-de-maisons-pour.html#more

    Voyons, voyons, Tarnac, c'est'y pas déjà une espèce de repaire de terroristes?

    Versailles Chantier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes ces associations des traitres et des colabos

      Supprimer
    2. 180 OOO € , dans coin paumé c'est de la super mega baraque. Etant donné le nombre de maison à vendre pour une bouchée de pain , je pense que dans ce cas précis, c'est un petit malin qui profite de l actualité pour réussir à vendre sa maison.

      Supprimer
  67. bon ben , faut ni avoir peur de vivre , ni de mourir , faut avoir peur de la Faim .. et des inconnus ..

    Quand une centrale nucléaire n' est plus maintenu en route , c' est pas avec un bouton on/off qu' on l' arrête , et elle fini par exploser...

    En Allemagne , ils seront sorti du nucléaire d' ici 20 ans , ou un truc du genre ..
    Alors ils brûlent du charbon .. Bref .. Au prochain Ebola , on va pleurer .. et c' est triste .. trop triste .. Puis les enfants de nos enfants de nos ... se raconteront des belles histoires et légendes

    RépondreSupprimer
  68. Aqua Cola , Lait de Maman , denrées contre nitro carbu et munitions ( et pour ceux qui l' ont vu , Immortal Joe et Max Mad , enfin des tireurs ( tireuses à la P.N ..! charbon , souffre et nitrate ( sels de nitrate ) , et un coup de Azote / nitro dans la boite à soupape...

    RépondreSupprimer
  69. En attendant , passer l' info = les motors Hybrides à EAU = H2o existent et s' amorcent avec des moteurs/cylindres à carburant ..! le temps de " Electrolyser l' eau , pour en tire l' Hydrogène , hautement inflammable tel du GPL .. Consomation = 2/Litres au 100 Km..! Que font nos Chefs.....et 2 Litre de Carburant au 100km , ce ne serait qu' un début......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre les centrales qui explosent quand on veut les arrêter et les moteurs à eau, tu pousses loin le délire, mon gars. Remets les pieds sur terre ou la sélection naturelle aura vite raison de toi.

      Supprimer
    2. Messieurs,j'espère que vous vous battrez autant que vous écrivez,ainsi la France sera sauvée!

      Supprimer
    3. soyez sans crainte anonyme du 26 a 2.10 nous savons que vous serez a nos cotés fidèlement et comme on l'a , pour un certain nombre, déjà fait ,ça n'aura plus l'attrait de la nouveauté,nous vous laisserons aussi après la gloire de l'avoir fait ,la liberté nous suffira si on y arrive,chacun se bat pour ce qui lui manque

      Supprimer
  70. Janus,"gloire, liberté, batailles...";quel fougueux guerrier vous devez être.Je vous suivrai avec plaisir,mais pour la liberté moi aussi.Pour autant,nous sommes devant des claviers pas devant des hommes.Donc, je le répète,ce sont des mots,et avec des mots on ne règlera pas nos maux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les maux si ils ne règlent pas les difficultés peuvent en créér certains :voir les écrits Marxistes,religieux (ttes religions confondues et l'islam actuellement en cours )puisque nous sommes dans les écrits relisez Sun tzu vous comprendrez que l'ultima ratio des rois doit bien être l'ultima ratio,et parfois les pauvres mots et écrits des traités empèchent précisément le combat.Mais je vous entends bien , tout comme Cincinatus il n'est pas l'heure de lacher la charrue pour l'épée et les survivalistes n'ont pas l'ambition de changer le monde et n'en ont pas les moyens comme minorité ,tout au plus sauver sa peau,ni Camerone ni Bazeille,les héros sont morts dans la merde et la guerre est bien pire que ça,si vous lisiez mes écrits vous vous paercevriez bien vite que j'ai toujours considéré le combat comme une catastrophe a éviter en priorité,alors laissons les grands mots de coté voulez vous et ne portez pas l'épée si vous n'êtes pas certain de pouvoir vous en servir,c'est un pucelage perdu dont on ne tire ni fierté ,ni gloire,ni honneur seulement une grande tristesse et une grande lassitude et l'envie de vomir même si c'était nécessaire et je vous souhaite sincèrement de ne pas avoir à le faire , jamais , même si cela risque que de n'être qu'un voeux pieu,.Bien cordialement

      Supprimer
  71. Bonjour

    Depuis 3 années je vous lis me suis docummenté depuis 5 ans
    j'ai tout lû documentation et mensonges

    https://explicithistoire.wordpress.com/tyrannie-des-cartels/

    oui les temps deviennent inquiétants il va falloir penser à changer nos comportements je lis article et vos commmentaires
    je suis éveillée sur la situation actuelle
    suis certaine que cela va empirée
    - inutile d'avoir cap où bac pour comprendre ça

    il y a du vrais dans ce que vous écrivez
    oui les milieux ruraux sont rudes durs c 'est la meilleure idée
    - la meilleure solution pour rester vivants il faut avoir une parcelle un logis une grange aménagée de l 'eau du bois de quoi chauffer ; fuel chauffage et une cheminée feu de bois
    - oui tout va empirer, il va falloir s'adapter apprendre à échanger avec les autres donnant - donnant,
    et dans les villages où les campagnes où habiter en montagne

    je vis dans 1 lotissement où les gens sont entres eux égoistes embourgeoisés limite cons ;
    - même pas dire bonjour , alors question solidarité
    leur connerie vont leur pêter à la gueule -
    drôle de populace et molasse

    nous allons au devant le chaos je crains le pire
    j 'achète des livres , des bougies des lampes des couvertures
    des affaires, du bois et l'idée de la permaculture est assez intéressante,

    -quitte à ré ouvrir un commerce équitable comme
    association et non pas du
    - Bio ras le bol d entendre Bio ( ce mot qui n'est que mensonge)

    seul la solution c'est faire ses conserves , ses confitures planter semer faut faire comme les anciens faire un potager
    planter arbres fruitiers en vivre
    - légumes et fruits touts courts , s'entourer de gens qui ont la même dynamique et travailleurs avec des valeurs de partage

    - je me donne une année pour trouver une grange aménagée et ne pas sans tomber sur une drôle d'association d'illuminés ni sectaire car ça manque pas des gens mal intentionnés l'homme est mauvais en bande organisés surtout la manipulateur tricheur malhonnête entre eux
    surtout les confreries... s'en méfier

    - nous sommes dans une société de mensonges une société qui nous manipule qui ne ressemble plus à rien tant au niveau moralité sans
    étique un monde malade pervertit consumériste qui pense qu'a toujours consumer . cet été encore en randonnée j'observais les attitudes, des comportements pitoyable qui n'ont aucun respect

    du haut vallée de Campan pourtant y a des coins si beaux qui demandent du respect de la nature les gens ont perdu solidarité et les bonheurs simples et qui se complique la vie

    ah l 'égo et l'argent
    - amasser à profusion ils ont perdu l'essentiel
    perte des valeurs
    -de la responsabilité
    Oui sur les jours à venir vont être sombres

    A force j apprends à me méfier de la nature humaine !
    j 'en connais un exemple autour de moi malheureusement tellement la méchanceté l'a rendu froide mauvaise
    quand au chaos a venir : les gens vont perdre le contrôle sur leurs vies et vont devenir tueurs , assassins et violeurs ils le sont déja.
    voir tout les scandales et la folie l'argent
    tous ces scandales bayer monsantos
    cartel bancaire
    cartel religieux scandales de pédophilie
    cartel politique
    cartel pharmacochimique
    cartel indrustriel

    déja il menace de réduire l'électricité venant des

    et la pédophilie effrayant que de gens malsains.
    bien cordialement
    lautrecotedelacolline

    RépondreSupprimer
  72. Je n est pas tout lu...
    Il y a matière à réflection... Le plus difficile serat de savoir à qui on pourras faire confiance.
    A première vue....il n est pas nécessaire de savoir compter.
    En bref, ne braquez pas vos fusils dans ma direction.....même si c est la fin du monde...(vous êtes ICI)
    C est la dernière fois que je vous le dit.
    Au fait: LIBERTE ÉGALITÉ FRATERNITÉ Vous n en voulez plus?
    Enfin,le stress engendre la violence par simple réflexe de survie...donc calmez vous et gardez bien votre fusils bien huilé et votre poudre au sec.
    X.
    Ps: on verras bien,ou on ne verras rien...

    RépondreSupprimer
  73. J'ai pas tout lu mais dans ces conditions du temoignage rural tres géneral ( pas qu'a la cambrousse ) et puis en face les "allumés" futurs affamés avec leur petoire ca va etre un massacre ce survivalisme tant que toutes les cartouches de part et d'autres n'auront pas eté brulées qu'il aura un peu de carburants dans les bidons .

    Et apres les "mecs" , l'amorce d'une petoire ne dure pas plus de 10 ans dans des "bonnes conditions" la poudre un peu plus , quand au reste comment n demarre un 4X4 ou un tracteur sans batterie (morte au bout de trois a cinq ans ) quand y plus de joints pour les bocaux de conserves ...
    En gros la survie est d'abord de se fouttre sur la gueule pour "survivre" avec les reserves les siennes ou celles des autres
    ensuite continuer le temps que tout l'usable soit usé ...

    Ensuite c'est LA que ca deviendra intéressant ( sans cynisme car c'est effarant de bétise !) ...pour les rares survivants n'ayant pas (eu ) besoin de cartouches &ou bien sachant faire éventuellement aussi bien l'amorce la poudre le carburant la pharmacie et tout le reste ou une grande partie ce qui etais les base de ce ratage par ABUS de tout ca et precisment CETTE ATTTUDE EGOTIQUE QUI AURA MENE AU CRASH

    Alors l'apres s'il y en a un ( ou faut il le souhaiter ?) surtout uniquement entourés de gens Humains vraiment !!! & qui sont ni ce cher temoins ni encore moins ceux qui vont aller lui faire la guerre sinon a quoi bon a part d'avoir visité/vecu un monde avant sa fin ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.