28 novembre 2016

Guide du survivaliste combattant (1)

=> Article proposé par Didier, rédacteur de Survivre au Chaos

Didier m'a fait parvenir un topo complet à l'usage des futurs " survivalistes combattants " devant participer au coup de feu, par désir ou nécessité future.

J'en ai extrait quelques passages, que je vous livre dans cette première partie. Ils reflètent sa façon de voir les choses ainsi que les différentes stratégies qu'il conseillerait dans un tel contexte, étayées d'argumentaires pertinents.

Dans cette première partie, quelques considérations sur la barbarie, le choix des armes, et celui des aliments...



La barbarie de survie


Aujourd’hui, dans un monde en proie à une perte des repères, la seule certitude est l’incertitude…
Connaître son présent, c'est aussi connaître son passé et prévoir son futur.

N'oublions pas ce qui s'est produit en France lors d'une « vieille » grande famine et lors des plus « récentes » :
  • 1029
  • 1692/1694 : 2 millions de morts, soit environ 10 % de la population
  • 1709/1710 : 600 000 morts
  • 1788 : Famine qui entraîna la révolution

Pourquoi ce rappel ?

Non par désir de morbidité ; simplement pour réfléchir sur les preuves avérées d'anthropophagie !
Et je ne parle pas en détail des autres grandes famines du XXème siècle qui se sont produites en Ouganda, Somalie, Rwanda, Niger, Nigeria, Tchad, Corée du Nord...

Avec les mêmes preuves d'anthropophagie.

Ce fut à chaque fois du cannibalisme de survie !

On ne s'y contenta pas de manger les morts, de les sortir aussi des cimetières ; On y tua les vivants, les enfants... On se dévora entre membres de même famille !

Aussi terrible qu'elle soit, la vérité demeure. Un homme, une femme dont les enfants crient et pleurent parce que les assiettes sont vides et qu'ils ont froid, deviennent fous et plongent dans la barbarie la plus sauvage qui habite tout être humain, femmes et enfants compris :

La barbarie de survie !

Croire que nous pourrons vivre de chasse et de pêche relève de l'utopie.

Bien qu'abondant dans les Landes, région où je vis, le gibier est en majorité situé dans le Nord.

Nous comptons 24000 chasseurs dans notre département, auxquels s'ajouteront tous ceux qui n'ont pas de réserves alimentaires, sans oublier les gris et les autres : La population de gibier s'éteindra en 1 à 2 mois (voir annexe en fin d'article)...

Et après ? Combien parmi nous seront tombés pour une chasse ou une pêche, laissant les membres restants amoindris, armes passées à l'ennemi, quasiment condamnés parce qu'une partie de ses combattants aura été tuée ?

Croyez bien que je ne cherche nullement à noircir le tableau ; il se noircit tout seul !

Nous allons vers une guerre civile des plus ignobles étendue à toute l'Europe.

Le sang coulera à flot et le tout finira par la 3ème guerre mondiale.

Ceux qui auront fait l'autruche le paieront chèrement !




L'Esprit Gaulois Renaît enfin !


Nous avons femmes et enfants à protéger ainsi que notre Mère-Patrie ! Alors, donnons-nous les moyens efficaces de combattre le ventre et la cartouchière pleins...

Sans stocks alimentaires, point de survie !
Sans armes, point de survie !
Sans équipements chauds sous la pluie et le froid, point de salut non plus !
Sans disponibité, sans solidarité, sans discipline, point de salut là aussi !


Le choix des armes


Le choix de l'arme est en relation intime avec les distances de combat et les ressentis subjectifs et physiques de son porteur.

Comprendre que cela définit le meilleur choix théorique de son (ses) arme(s).
Il n'existe pas d'armes magiques !
La meilleure arme est celle qui sera adaptée à la zone de combat !

Nous savons qu'une arme de poing est tout aussi essentielle qu'une arme d'épaule et si, pour la première citée, son usage réel s'établit de 1 à 20 mètres pour les gros calibres, avec une puissance d'arrêt conséquente, il n'en ira pas de même avec une arme en 22 L.R ! Cependant, un revolver (pistolet) de ce dernier calibre, entre des mains calmes et sûres, fera de gros dégâts !

Quant aux armes d'épaules, le choix est énorme. Faut-il privilégier la carabine de grande chasse plutôt que la 22 LR, ou le fusil de chasse ? les trois ont leurs avantages et inconvénients :


Grande chasse + Armes de guerre déclassées en armes civiles
  • Avantages : Puissance d'arrêt énorme, suivant les calibres permet des tirs de précision jusqu'à 400 mètres, voire plus pour d'excellents tireurs !
  • Inconvénients : Très bruyante, lourde, munitions lourdes et volumineuses, inadaptée aux femmes (en général) et aux adolescents.

22 LR
  • Avantages : grande précision jusqu'à 100/150 mètres, tirs discrets, munitions légères et très peu volumineuses qui peuvent aussi servir de troc (calibre le + répandu au monde, 6 milliards/an de cartouches), convient parfaitement aux femmes et aux adolescents. Bruits de tirs discrets, surtout avec balles subsoniques + silencieux ! Une 22 « take down » ? C'est efficace, ça se plie et ça rentre sans encombres dans un sac à dos !
  • Inconvénients : puissance d'arrêt quasi inexistante (sauf tête et cœur), munitions très sensibles au vent, grande distance de tir proscrite (sauf pour Rambo).

Le calibre 12
  • C'est l'arme idéale en combat rapproché urbain (de 3 à 40 mètres) et de défense de la maison, tant avec du petit plomb que de la chevrotine que de la balle blindée ou non ! Elle ne convient cependant ni aux femmes (en général) ni aux adolescents pour lesquels il convient de privilégier les calibres 20-16-410 magnum.
  • Attention aux possibles dommages collatéraux avec une arme semi-automatique !

L'arbalète
  • Arme mortelle, précise et silencieuse par excellence mais à la cadence de tir très lente, inadaptée à la défense.
  • Utilisée souvent et améliorée au Vietnam pour l'élimination de sentinelles.

Un bon soldat-résistant est un soldat vivant et réfléchi !
Mais c'est aussi celui qui est soutenu par l'intendance !




L'alimentation


Personne ne peut travailler à long terme LE VENTRE VIDE et (où) SANS EAU POTABLE...
Et encore moins COMBATTRE !

Classiquement on applique la règle de 3. On dit que l'on peut survivre 30 jours sans manger, 3 jours sans boire et 3 minutes sans respirer. Voilà pour la théorie, parce qu'en pratique, beaucoup d'éléments peuvent faire varier ces chiffres.

La volonté joue certainement un rôle clé. Un exemple célèbre est celui de Bobby Sands, un membre de l'Armée républicaine irlandaise mort en détention en 1981, après 66 jours de grève de la faim. Privé de nourriture, le corps va s'adapter.

Dans une première phase, de un à trois jours, l'organisme va d'abord épuiser ses réserves de glucose, d'eau et de sel. Cela entraîne une perte de poids souvent rapide et importante.

Ensuite, pendant la deuxième phase qui peut aller jusqu'à deux semaines, l'énergie est obtenue en puisant dans les réserves de graisses et dans les muscles. Cela va entraîner une fonte musculaire. Le corps fonctionne alors au ralenti, en abaissant le rythme cardiaque et la tension artérielle.

Dans la troisième phase, l'organisme va utiliser la dernière réserve disponible, les protéines, composants essentiels de toutes nos cellules.

Les limites de la survie sont atteintes lorsque 30 à 50 % des protéines sont consommées ou que la perte de poids est égale à 50 % du poids initial. Mais si on peut vivre plusieurs semaines sans manger, on ne peut pas tenir beaucoup plus de 3 jours sans boire. Par la transpiration, la respiration et l'évacuation des urines, nous perdons près de 2 litres d'eau chaque jour. Et si cette perte n'est pas compensée, après 24 heures, le corps est déjà très déshydraté. En plein soleil, cela peut aller évidemment beaucoup plus vite.

L'un des premiers signes, c'est la couleur des urines qui devient plus foncée. La peau, la langue et la bouche se dessèchent, le sang s'épaissit, la tension artérielle chute. Les pertes en sels minéraux provoquent des maux de tête, des crampes, et des troubles de la conscience qui peuvent aller jusqu'au coma. C'est en général ce qui se passe quand le corps a perdu plus de 15 % de son volume d'eau.

Je soumets ci-dessous à votre jugement ce qui semble raisonné et approprié en stocks alimentaires, dans un mode survie, et ce par personne (nos enfants compris).




Les stocks


• 1. Les sucres complexes : les flocons d'avoine, les lentilles, les pâtes, le riz complet. (120 gr/jour *)
44 kg/an

ET
• 2. Les sucres simples : sucre roux ou blanc, miel, chocolat, lait concentré, etc,etc.(10 gr/jour *)
3,65 kg/an

ET
• 3. Les protéines animales (auxquelles il convient d'ajouter les sucres simples) : sardine, thon (65 gr/jour *)
24 kg/an (il s'agit là d'aliments huilés en boîtes, 65 gr correspondant à une boîte de poids net)

ET
Une centaine de sachet de soupe lyophilisée

Soit un total de 72 kg/an.

OU

• 4. Les protéines végétales : Soja 36 %, pois chiches 19 % (très bonne source de fibres, de magnésium et de calcium), l’épeautre 15 %, le sarrasin 13 % (ne contient pas de gluten, riche en manganèse, magnésium et cuivre).
(120 gr/jour *) + les sucres simples
44 kg/an + 3,65 kg/an

ET
• 5. Les lipides : huile de noix, huile d'olive, etc. 1 cuillère à soupe/jour (15 ml).
6 litres/An
Soit un total de 48 kg/an + 6 Litres d'huile

ET
Une centaine de sachets de soupe lyophilisée.

*Ces chiffres, bien que réalistes, sont donnés à titre indicatif, chacun étant libre de ses choix. Pour faire une moyenne pondérée qui est calculée en fonction des « et » et des « ou » :
(72 kg/an + 48 kg/an)/2 = 60 kg + 6 litres d'huile.

N.B : Pour ma part, j'ai privilégié les aliments secs et les sardines à l'huile d'olive ainsi que les soupes lyophilisées qui tiennent chaud au corps. Je suis parti sur une base moyenne juste de 5,50 € le kg pour les aliments, de 0.70 € le sachet de soupe, considérant nos stocks réels, du plus cher au moins cher. Pour l'huile, j'ai compté 7€/litre.
Total 1 : 60 kg X 5.6 = 336 € + 70 € soupe + Huile 42 €. Soit : 448 € / An




ANNEXES


- Sur la chasse dans les Landes




A l'issue de la saison 2015 de chasse, il a été prélevé dans le département des landes :
  • 15000 chevreuils
  • 8000 sangliers (croisés ou non)

Population estimée en janvier 2012 : 392 884 habitants pour une surface de 9243 km².

Les chasseurs représentent un peu plus de 6% de la population des Landes (Sources INSEE).

Si nous prenons, par défaut, l'hypothèse que seuls les hommes et femmes dont l'âge est compris entre 20 et 64 ans prendront les armes, cela nous fera : 221 526 chasseurs potentiels....Pour près de 400 000 bouches à nourrir !

Le gibier aura tôt fait d'être totalement anéanti !!!

Règle de trois toute simple : Si 24 000 chasseurs landais abattent 23 000 animaux, combien d'animaux seront abattus par 221 526 chasseurs ? Réponse : 212 296 !!!
Et ceci est valable pour tout l'hexagone !


- Sur les armes



Je conseille vivement à tous ceux qui ne sont pas encore armés de s'inscrire à un club de tir, tant qu'il en est encore temps, pour obtenir (légalement) le sésame qui leur ouvrira les portes de la survie : La licence de tir ou de Ball-Trap.

A savoir que seules certaines armes d'épaules et leurs munitions leur seront accessibles, avec licence
(catégorie C) ou permis de chasse ou licence de Ball-Trap.

Pour ce qui concerne les armes de poings, l'attente de l'autorisation est longue, fastidieuse et subordonnée à une enquête de gendarmerie...

Quoiqu'il en soit vous pourrez immédiatement, entre autres armes d'épaules, acquérir des carabines semi-automatiques (3 coups maxi), et  depuis une législation de 2013 des armes à verrou dites « de guerre » (réarmement par levier de culasse après chaque tir, 10 coups maxi) déclassées en « armes civiles » !

Vous pouvez donc acheter via internet ou directement en armurerie :

Un fusil Mauser K98 en calibre 8x57, un Mosin Nagant calibre 7.62x54 ou le mousqueton suisse K31 Schmidt & Rubin calibre 7.5x55, le tout en excellent état pour des sommes modiques (entre 300 et 500 €). Ces armes de guerre nées dans les années 1900 sont ultra résistantes et d'une grande précision allant jusqu'à 1000 mètres.

Demandez à ceux qui en possèdent ce qu'ils en pensent... Ou mieux encore, allez sur Youtube. Vous serez scotchés !

Quant aux munitions, de surplus ou non la précision est au rendez-vous, sans incidents de tirs. La patate est là aussi et l'ennemi à 400 mètres est raide mort avec une vitesse moyenne pour les ogives de 13 grammes à 750m/s !

Ce qui démontre une fois de plus la grande intelligence mort-née de nos énarques !


- Sur la préservation des aliments


Mettre ses aliments sous-vide est impératif pour tout ce qui est sec ! Les citadins  contrairement aux paysans qui eux ont le bon sens du terroir, seraient étonnés de constater au bout d'à peine un mois que les dames souris ont fait bombance, déchirant tout ce qui excite leur odorat !

Et si, par chance, cela n'est pas le cas, la malchance pourrait bien se montrer sous le signe de moisissures, voir de début de pourriture au bout de quelques mois. L'humidité, et hop, plus de bouffe !

Les sachets de silicates sont là pour vaincre l'humidité et ils le font plutôt bien !


La seconde partie traitera des accessoires indispensables au survivaliste combattant...
Didier peut être contacté à l'adresse suivante : alt.z1-ao4z20hh@yopmail.com


147 commentaires:

  1. Tout ça tombe sous le sens, mais quand c'est bien expliqué, ça aide. Pour l'anthropophagie, si ça peut rassurer, manger un ennemi c'est aussi le chier plus tard. Pour les armes, je n'ai rien à dire pour ne pas aider les vilains yeux qui viennent rôder par-ici. Pour la bouffe, l'association bidon bleu/sac de 25 kg de riz est pas mal. Je préfère le riz aux pâtes pour une question de volume. Le quinoa est bien mais demande beaucoup d'eau et d'énergie. Compter sur le végétal sur pied est une utopie, à moins d'avoir des hectares bien sécurisés, et là, la nature est généreuse si on s'y connait un peu. Mon prochain achat sera un rocket stove, histoire de dépendre un peu moins du courant et un filtre à eau pour gros volume.
    Je pense malgré tout qu'avant d'aller faire la guerre, mieux vaut acquérir une indépendance énergétique dans tous les sens du terme. Ca permet de vivre même dans la mouise, ensuite ça fait venir du monde utile, puis se défendre et ensuite attaquer (Ben oui, une arme n'est pas faite pour se défendre mais bien pour attaquer car on attaque jamais avec des cailloux et des bâtons, par contre on peut se défendre avec...Si y a que ça).
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Tant mieux si ma modeste contribution peut aider. C'est pour cela que j'ai fait cet article. Quant à manger l'ennemi, ça me foutrait les boules...D'un taureau en l'air et je deviendrais une vache folle! Lol!
      Oui, le Rockets stove est un excellent accessoire et tu pourras lire dans le prochain article sur quoi mon choix s'est porté. Et contrairement aux "âneries" écrites par Sieur Pierre Templar, il ne fait pas la vaisselle! Non, pas besoin de vaisselle par Odin! Quelques crânes par ci, par là...
      On est bien d'accord sur le principe d'indépendance énergétique!!!
      Cordialement

      Supprimer
  2. Bonjour Didier,
    Je confirme l'épuisement du gibier actuel en Guyane par le nombre très important de garimperos brésiliens (orpailleurs) estimés entre 5000 et 10 000... soit 10 000 à 20 000 repas/jour. Chaque placer d'orpaillage a son ou ses chasseurs qui ne font que cela, chasser pour nourrir tout ce monde. J'ai pu me rendre compte de la raréfaction du gibier autour de Saül (village du centre de la Guyane) et hélas confirmée par les amis qui en souffrent pour leurs propres repas.
    Concernant les autorisations de détention pour la catégorie B : en Gironde vous recevez votre autorisation sous une quinzaine. Perso ce fut en 10j puis la seconde autorisation en... 48h.
    J'en ai été très surpis car il me semblait, selon mon expérience passée, qu'il fallait attendre environ deux mois, le temps nécessaire à l'enquête de Gendarmerie/RG.
    Merci pour ton article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Richard,

      En Gironde, c'est plus rapide car le responsable des autorisations connaît les armes et est lui-même tireur. Pour autant, l'enquête et les conditions de délivrance sont tout aussi rigoureuses, simplement ça va plus vite quand c'est quelqu'un du "métier" au lieu d'un simple administratif non impliqué.

      Supprimer
    2. Bonsoir Richard,
      Moi aussi je suis surpris sur des délais aussi courts! Il faut dire que dans le département des Landes, la personne qui régit cela à la préfecture (une nana) n'aime pas les chasseurs et les tireurs sportifs...Prés de 7 mois pour recevoir l'acte officiel de détention d'arme (c)...A ce sujet, je l'écris pour ceux qui ne le sauraient pas: TANT QUE VOUS N'AVEZ CE DOCUMENT OFFICIEL ENTRE LES MAINS, Votre arme, quelque soit sa catégorie d'appartenance ne peut pas être transportée. Si vous êtes contrôlé(e) pour une raison X ou Y, vous risquez jusqu'à 5 ans d'emprisonnement, 50000 € d'amende et la confiscation de l'arme et du véhicule. Ce n'est pas une boutade! Cela je ne le savais pas lorsque je me rendais au stand de tir avec mon Mosin-Nagant (un vrai bijou!) où ma CZ 455, et ce dès leurs acquisitions! C'est une personne plus qu'autorisée qui me l'a enseigné...Autant dire que j'ai eu quelques picotements en songeant au contrôle routier que j'avais subi lors de ma première séance de tir avec ma CZ (Un bijou, là aussi!)

      Supprimer
    3. Re-bonsoir Richard,

      Ah la Guyanne!Quel étrange contrée! J'ai lu tout ton article présenté presque comme un roman! On s"y serait cru!Excellent article!
      J'y ai vécu plusieurs mois et au lieu de me retrouver enseignant dans un centre de formation, comme convenu, j'ai fait la plonge dans un restau et je me suis quelque peu promené assez profondément...Juste de quoi confirmer ce que tu as écrit. Du reste, ce serait vraiment bien si tu pouvais, en accord avec Pierre, bien sûr, nous publier un récit plus large. Je suis certain que nous serions nombreux à en être heureux!
      Mercià toi aussi pour ton article.

      Supprimer
    4. bonjour
      Merci pour cette excellent article en revanche vous dites dans ce commentaire :
      "Prés de 7 mois pour recevoir l'acte officiel de détention d'arme (c)...A ce sujet, je l'écris pour ceux qui ne le sauraient pas: TANT QUE VOUS N'AVEZ CE DOCUMENT OFFICIEL ENTRE LES MAINS"
      Hors je ne connais pas votre source mais si vous parlez de la catégorie C (ce qui semble être le cas) et de la feuille de la préfecture (récépissé" de la déclaration) il semblerait que la personne fasse une erreur:
      LE TITRE DE TRANSPORT EST =la licence= ou =le permis de chasse=.
      La catégorie C et soumis a DÉCLARATION et non a autorisation et donc lorsque vous acheter une arme (chez un armurier par ex, c'est lui qui la déclare et vous donne une facture et récépissé qui font "offices de déclaration" jusqu’à ce que vous receviez le document de la préfecture qui n'est pas une autorisation mais bien un récépissé comme quoi l'arme est bien déclarée.
      Vous n’êtes pas en illégalité quand vous sortez de chez l'armurier avec votre FAP ou votre 308 ou si vous allez au stand de tir avant d'avoir le "papier de la préfecture" (facture de l'arme et ou récépissé)
      La loi est clair la dessus.
      Déclaration : [2]

      C’est l’armurier vendeur qui procède à la déclaration auprès de la préfecture de l’acheteur (Art 45.). S’il s’agit d’une transaction entre particuliers, c’est le vendeur qui procède aux formalités selon l’art 50.

      Méfions nous des gens plus qu'autorisé j'en connais beaucoup...
      La loi est claire on déclare ce qu'on achète on demande pas le droit de déclarer. Les préfecture et les FO ont tendances a interpréter bizarrement (volontairement ou non) des lois pourtant claires.
      Le juge ne vous condamnera pas pour transport d'une arme déclarer dés lors que vous la preuve de cette déclaration : récépissé de l'armurier ou du vendeur ou LRAR de l'envoi en préfecture.

      Bien à vous

      Supprimer
    5. Bonsoir,
      Je tenais cette information d'un haut gradé et, bien entendu, je ne l'ai à aucun moment suspectée d'être, pour le moins, erronée...Il s'agit bien de catégorie C, comme vous l'aviez compris.
      Il m' a fait valoir ceci :
      Conditions de transport
      Si une AUTORISATION est accordée, une arme de catégorie B, C ou D doit être transportée de manière à ne pas être immédiatement utilisable
      soit en recourant à un dispositif technique,
      soit en démontant une de ses pièces de sécurité.
      Il me spécifia que le récipissé de préfecture faisait, lui seul, office d'AUTORISATION de transport et que tant qu'on ne l'avait pas, il était interdit de transporter son arme...

      Et cela:
      La licence de tir en cours de validité délivrée par une fédération sportive ayant reçu l'agrément du ministère chargé des sports vaut titre de transport d'une arme de la catégorie B, C ou D.
      MAIS QUE CE TITRE DE TRANSPORT NE DONNAIT PAS AUTORISATION DE TRANSPORT.

      Comme quoi c'est vraiment délirant...
      Connaissant la loi sur le sujet ou croyant la connaître, je me rendais au stand avec mon seul récépissé de vente, ma facture et ma licence!

      Merci pour cette mise au point très importante!

      Demain j'envoie à http://www.interieur.gouv.fr/un mail dont je communiquerai la réponse sur le blog afin que ne subsiste aucune interprétation ambigüe possible.

      Soit nous croyons être en règle et ne le sommes pas, dans ce cas, soit les représentants de la loi s"amusent" avec nous! Toujours est-il que cela me met en rogne!

      Bien cordialement

      Supprimer
  3. Tout d'abord, bravo pour cette synthèse. Notamment, le décompte en Kg de nos besoins vitaux en nourriture.
    Pour les adeptes du "bugging out", cela remettra peut être "l'église au milieu du village" comme on dit chez moi.
    Se trimballer avec un quintal de bouffe pour la petite famille, et encore, pour tenir quelques semaines,ben...ça calme.
    En fait, je veux surtout réagir sur le thème de la chasse.
    Déjà actuellement, chasser n'est pas facile, on rentre souvent bredouille. Alors imaginez des milliers d'abrutis courant dans tous les sens dans l'espoir de ramener un gigot de mammouth dans leur grotte.
    Quand c'est période de chasse, le gibier s'enfonce très profondément dans la forêt, alors que en saison hors chasse, vous voyez des chevreuils sur le bord de a route.
    Le gibier est beaucoup moins "bête" (façon de parler!) que le chasseur, surtout le chasseur survivaliste Rambo du dimanche avec sa 22LR toute neuve avec laquelle il a tiré 10 cartouches au stand quand il a eu sa licence... Quand ça va commencer à chauffer, ces braves bebetes vont s'enfoncer dans les forêts dans des coins inaccessibles aux bipèdes motorisés et quasiment inaccessibles aux bipèdes piétons. Alors tirer un sanglier de 75kg et le transporter sur 10-15 kms sur son dos...? Aha! Je vois que dans l’assistance, on est nombreux à ne plus lever le doigt, moi le premier!
    Bref, ce long aparté pour en revenir à mon point de débat. les fermes. J'habite dans un village, mon voisin le plus proche est un agriculteur, et c'est un copain. Dans le village, on a encore 4 agriculteurs, et tous sont des copains ou des connaissances. Je pense que sur ce blog, nous sommes nombreux dans ce cas, ou pas loin.
    Si ça part en cacahuète, il va falloir, non pas se retrancher derrière ses réserves de bouffe et de munitions, mais très rapidement organiser la protection des fermes.J'écris cela, et je vous assure que ce n'est pas facile car je suis d'un naturel plutôt renfermé et individualiste....mais que ne ferait-on pas pour survivre?
    Mon voisin est céréalier mais élève des taurillons en revenu complémentaire, 50 à 70 têtes, donc, potentiellement 25 tonnes de viande.
    Un autre copain fait du lait, quelques milliers de litres donc.
    Alors oui, si ça part eu eau de boudin, au lieu de courrier après les lapinoux dans les champs, le plus important sera d’essayer de maintenir les structures de production agricole existantes.
    De plus, les fermes ont des stocks de fioul, les outillages (tracteurs, charrues, herses, moissonneuses) et les connaissances pour lancer des productions locales de nourriture amenant à l'autarcie. De plus, les agriculteurs se connaissent tous dans un rayon de 20 à 50 kms. C'est un bon début pour commencer du troc entre ce qui est produit chez l'un ou chez l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Malevil!
      En effet, ainsi que tu le dis, le gibier est loin d'être con! Les cons (et j'en fais peut-être partie...) à 2 pattes ne manquent pas! Bien sûr, qu'une ferme organisée est un super bon plan dans l'absolu! Le gros problème viendra des singes hurleurs, de toutes nationalités et de toutes couleurs, qui par l'odeur alléchés viendront pour massacrer les fermiers et s'emparer de la nourriture. J'affirme que la famine est le plus gros moteur de déshumanisation!
      Personnellement, je suis convaincu sur ces 2 points pour la survie:
      . Être prêt(e) mentalement, au point avec ses armes
      . Avoir un stock alimentaire conséquent
      . Préparer à l'avance son "camp" afin de ne pas être pris au dépourvu. Tout doit être prêt et en place le jour "j".

      Cependant, il vous faudra être nombreux pour protéger une telle installation et surtout que règne une véritable entente dans le respect le plus profond...Sinon c'est cuit...
      Attention au bruit engendré par les moteurs ou groupes électrogènes! L'ennemi aura les dents longues et l'oreille fine...Quoiqu'il en soit, ça peut très bien fonctionner si chacun est responsabilisé. Ce qui est certain, c'est que le troc vaudra de l'or! On est bien d'accord.
      Cordialement

      Supprimer
    2. Pour proteger une telle installation...au moins une vingtaine de combattants.Et encore, en partant de la supposition que la ferme en question est construite de telle sorte que l'on puisse se barricader. C'est pour cela qu'il faudra prévoir rapidement une bonne organisation. On ne crée pas un groupe armé cohérent sur un claquement de doigts.
      Je suis aussi du genre à être prêt "individuellement", mais mais, même si l'imagerie d'Epinal du "lone wolf" est attrayante, la survie et la (re)construction d'un système social permettant la survie, passe forcément par la force d'un groupe.

      Supprimer
    3. Bonsoir Malevil,
      Le groupe, je pense qu'il ne pourra, sauf cas d'exception, se créer que bien après les horreurs du début! Lorsque certains se seront assagis et auront compris le "lâcher prise". Je demeure convaincu qu'un groupe, au départ, sera dangereux pour lui-même et pour les autres, et cela sans raison forcément valables. Les effets de meute, de l'invicibilité! Perdre un membre lorsque l'on est 10 ou 20, voire plus ne fait apparemment guère de différence, dans l'esprit...Dans la réalité de chaos, c'est tout autre chose. Un groupe de combat défensif se doit d'être vraiment soudé, groupe dont chaque membre doit être capable de le privilégier avant sa propre vie! Et là, je demande à voir! Les larmes du chaos ne seront pas "Les Larmes du Soleil".
      Bonne soirée!

      Supprimer
  4. Nous sommes tous d'accord pour le gibier, c'est plus ou moins ridicule de compter sur ce genres de ressources dans un pays aussi peuplé que le notre (actuellement probablement 70 millions pour 547 000 km² soit 0.0078 km² ou 0.78 hectare par habitant!)Et je compte TOUTES les surfaces hors plans d'eau donc les villes, les routes, les usines etc...
    Conclusion en cas de chaos on est bien dans la merde!
    Mais il existe des solutions, j'ai quelques idées sur des stratégies dont je ne manquerai pas de vous faire part ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te le fais pas dire! Tes calculs parlent d'eux-mêmes!
      En attendant de te lire sur tes idées de stratégies
      Cordialement

      Supprimer
    2. 643 801 km² c'est la surface de la France.

      Supprimer
  5. je me joins à mes collègues pour l excellent résumé qui a été effectué, un seul bémol pour moi concerne le nombre de chasseurs potentiels, en effet tu te bases sur la population totale de ta région sur les 20 60 ans, hors on est loin d avoir un tel quotas d armes a mon avis. Je m explique, même si les 24000 chasseurs possèdent une moyenne de trois armes chacun, et qu' ils prêtent leurs deux autres armes à des proches( famille, amis...), et que l on rajoute les armes des tireurs sportifs ( qui sont souvent chasseur en plus), et ceux qui possèdent les compétences et le matériel en chasse à l arme de jets (arc.arbalète...) ou en piégeage, je pense qu' on devrai être plus proche des 100/120000 chasseurs potentiels, ce qui de toute façon aura comme conséquence une instinction rapide du gibier aussi😆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Richard mad, Max?
      J'ai pris cette base car elle me semble la plus plausible. Ici, dans les Landes, les chasseurs ont en moyenne 3 à 4 fusils et des stocks de cartouches impressionnants! Dureste, les vendeurs ont vu, cette année leurs chiffres de ventes doublés quasiment!
      Dans mon club, nous sommes passés de 250 membres à 500!!! Si bien que pour tirer, c'est devenu tellement chiant que je n'ai pas renouvelé ma licence, cette année! La majorité des nouveaux prennent la licence, tu devines pourquoi...
      Cordialement

      Supprimer
    2. bien sur que je devine😊 tout les clubs de tir ont vu une grosse hausse de leurs adhérents cette année, après la plupart ne tirent pas souvent, et ne le font que pour le tampon et la detention...

      Supprimer
    3. Rappelons que La FFTir y a mis bon d'ordre. Faut-il préciser que les nouveaux adhérents qui ne peuvent justifier d'aucune pratique antérieure du tir sportif, passe d'abord par la case départ c-à-d l'école de tir au 10m. Ce n'est qu'au regard de leur assiduité qu'ils accéderont progressivement au 5Om avec le tir à la 22LR, en catégorie C (arme à répétition) et ensuite à la catégorie B (arme semi-automatique), après les 3 séances contrôlées, annuelles, (cf. le carnet de tir ou certificat de capacité et d'assiduité). Pour le débutant, le chemin est encore long avant de constituer le fameux dossier et ses 10 pièces à fournir et ce, pour acquérir l'autorisation préfectorale d'acquisition et de détention d'armes, d'éléments d'armes et de munitions de catégorie B1 et ou B2., assujettie à une visite préalable de la Gendarmerie. Les tireurs sportifs ici ne me contrediront pas si,je dis que pour devenir un tireur confirmé au P.A., la dotation des 1000 cartouches autorisées est un peu "short", ce qui équivaut au minimum à 20 cartouches sur 50 semaines, d'où l'intérêt de faire du rechargement. Et que dans cette discipline sportive comme dans toute autre, sans régularité et travail on n'a guère de résultats d'où risque de découragement et d'abandon.
      Philippe

      Supprimer
    4. Bonjour Philippe,

      "Rappelons" (^^) qu'il fût un temps où la loi ne disait pas si on avait le droit d'avoir une arme ou non, ni même si on avait le droit d'en porter ou non.

      Il me semble avoir lût que jusqu'en 1939 on pouvait se "promener" armé ( ce serait les Allemands qui au départ auraient voulût désarmer le peuple, et l'état Français n'est jamais revenu en "arrière"...).

      Il me semble avoir lût aussi que lors de la création des textes législatifs ( vous m'excuserez si ce n'est pas le bon terme, je vous prie^^ ), a la révolution, une commission / un groupe avait travaillé sur un texte de loi sur les armes, qui il me semble, a mon souvenir, parlait du droit et même du devoir du citoyen a être armé, que ce soit pour se défendre en cas de "légitime défense" ou en cas d'invasion d'une force ennemie.
      A mon souvenir toujours, ce texte parlait aussi du droit a avoir 5 kg de poudre chez sois.
      Mais lors du passage / de la proposition de ce texte, les personnes "compétentes" & présente ont estimées ce texte inutile car le contenu, le droit d'être armé, en était évident...

      Bien qu'ayant toujours eu un intérêt pour les armes & le tir sportif, j'ai grandit dans un milieu qui était entre la neutralité et la méfiance ( par rapport a la sécurité, armes, enfants...), mais surtout j'étais de tendance "socialiste" (avec la culture & conditionnement qui vas avec, quand on est ados dans les années 80 )... tout ça pour dire que quand je vois ce a quoi j'avais encore droit et accès avec facilité (sans parler des prix ) a l'époque...

      ( jetez donc un oeil sur le lien... suis maso, je me le suis gardé, comme "piqûre" de rappel" anti-socialisme ;) )

      http://arpac.eu/etait-france-ny-a-longtemps


      Tout ça pour dire, que, "MERDE, quand même"... niveau "ordre", on est déjà assez servit, merci bien, et il y a déjà assez de clubs de tir "strict" ( je pense par ex. a un club d'une amicale d'anciens combattants-machin, je ne sais plus, qui m'a coupé l'envie de ne serait-ce que regarder leur site, juste en lisant leur règlement^^) ou encore qui ont un coté "consanguins" hostiles / méfiants envers tout nouveau venu ( testé personnellement ^^).

      En quoi faudrait-il prouver quoique ce soit a qui que ce soit? La loi & le cadre actuel ne sont-ils pas déjà assez exigent? Vous faîtes le jeu de ceux qui veulent un peuple de moutons désarmé. Et ne me sortez pas que "tout le monde" ne peut pas avoir d'arme, prenez des statistiques honnête et vous verrez ce qu'il en est, au E.U.A. et autres pays...

      Tout cela étant dit dans la plus grande cordialité (mais tout de même un peu agacé...), B.


      P.S.: Quel est votre intérêt? Si vous est ici, sur ce blog, ce n'est pas pour rien: préférez-vous qu'un maximum de citoyens puisse s'armer (et idéalement aller s'entraîner), ou la situation actuelle vous convient-elle, c'est a dire "peu" de citoyens ("honnêtes")armés, mais beaucoup d'armes "illégales" dans la nature...

      Oeuvrez a votre intérêt...



      Supprimer
    5. Philippe

      ..." B1 et ou B2., assujettie à une visite préalable de la Gendarmerie. "
      Vous devez être un drôle de lascar pour que vous passiez une visite à la gendarmerie !!!
      A moins que ce ne soit la gendarmerie qui vous "visite"!!!

      L'employé de préfecture qui délivre le sésame ne consulte-t-il pas simplement votre casier - même étendu?

      Qui ici à eu la visite de Gendarme? ... Allo? Personne.
      Qui ici ne préfère pas la visite de Gnafron?
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Guignol

      Que la FFT, qui fait face à des gouvernements anti-arme ( pour nous ) souhaite serrer un peu les boulons et organiser le tir de loisir en tir sportif pour garder le plus de latitude semble compréhensible, mais ne découragez pas les 38% de nouveaux tireurs et encore moins les 50% à venir et ne croyez pas qu'ils veulent avoir le droit de jouer aux fléchettes.

      Je conseille aux nouveaux tireurs de s’entraîner et de s’entraîner encore et pas seulement parce que leur président de club qui signe leur feuille verte y confirme leur assiduité, je leur souhaite vivement de participer à des concours, challenges, compètes ou autres démonstration d'amitiés sportives. Des fois qu'un jour ou l'autre seuls les tireurs compétiteurs gardent leurs détentions .... "à bon entendeur , salut"
      http://www.expressio.fr/expressions/a-bon-entendeur-salut.php

      Le peuple, dont le peuple sportif, souhaite, dans sa grande majorité, avoir les moyens et le droit naturel à sa propre défense puisque que l'état est défaillant et que le contrat social est rompu.
      Je signale aussi que beaucoup de gens ne s'inscrivent pas en club de tir bien qu'ayant une conscience aiguë des graves problèmes à venir. J'avoue que la psychologie du lemming m'échappe.

      Les tireurs en club sont mieux formés, même sans passer par la case fléchette, et moins dangereux que les tireurs "illégaux". On apprend bien et beaucoup au club quand on a un objectif aussi clair que celui des nouveaux tireurs.

      Philippe, faites attention aux boulistes qui ne contrôlent ni le tir ni le pointé, ils sont redoutables.
      Mais bon c'est aussi un loisir.

      Jacques

      Supprimer
    6. Bonjour Jacques,
      Pour qui fait la première fois une demande d'autorisation de détention d'arme de catégorie B, le contrôle fait par la Gendarmerie est obligatoire. Il s'agit d'une visite faite à votre domicile qui a pour objet de vérifier que vous possédez bien une armoire forte, dûment scellée destiner à sécuriser vos armes et que vos munitions sont bien rangées séparément de celles-ci. Je suis surpris que le tireur sportif chevronné que vous prétendez être, l'ignorait !

      Philippe

      Supprimer
    7. Bien cher Philippe,

      Visite obligatoire, visite obligatoire ou contrôle obligatoire du genre enquête de voisinage!

      Parce que s'il s'agit d'une visite domiciliaire, ça fait ... ça fait un bail maintenant, le café est froid depuis longtemps mais laissez moi demander:
      -" Anne, Soeur Anne, ne vois tu rien venir ?"
      -" Que nenni mon pote, que dalle, pas de carrosse à Gyro en vue, pas de zodiac sur la plage non plus d'ailleurs".

      D'autre part, un gendarme est-il dûment qualifié pour juger qu'une armoire forte serait "dûment scellée" ? Un brevet de qualification professionnelle quelconque ? Un CAP peut-être?

      Le tireur sportif surpris et ignorant que je suis peut aussi avoir sa carabine attachée sur un râtelier culasse ôtée. N'est-il pas?

      N'en faites pas de trop, le tir sportif n'est pas un délit et c'est moins dangereux que l'automobile.

      jacques a dit

      Supprimer
    8. Bonsoir,
      je vais me faire le défenseur de Jacques... jamais j'ai vu de gendarmes inspecter mon domicile. Le jour ou ils s'ennuiront peut-être. Autant dire jamais. Néanmoins ils peuvent tout a fait visiter un domicile au sujet des armes et de son détenteur, mais pour d'autres raisons.

      Manticore

      Supprimer
    9. Je rejoins les détracteurs.
      Non mais n'importe quoi !
      Il ne faut pas décourager les honnêtes citoyens qui souhaitent pratiquer ce sport ou ce loisir en abreuvant ce site d'une foule d'inexactitude !
      1- Il ne faut pas 1 ans mais 6 mois pour obtenir une feuille verte destiner a faire une 1er demande.
      En effet 3 séances contrôlées espacées d'au moins 2 mois dans une année et non pas forcement réalisée dans la même année (ou 1 ans d'attente).
      2- La loi n'impose pas (mais la FFT conseil)de commencé par du plombs. On peut démarrer avec du 22 direct voir du 9 pour ceux qui justifie déjà d'une connaissance des armes.
      3- Il y a une enquête de voisinage ce qui ne signifie pas un contrôle systématique des FO pour une 1er demande. Celle ci reste très rare. (sauf a paris semble t il)
      4- Lors de ma 1er demande (après 6 mois et donc les 3 tampons) j'ai obtenu mes autos en 3 semaines pour 4 B1 et 2 B2.
      Nota : depuis c'est beaucoup plus long on vient même de me renvoyer un dossier pour "non signature" du cerfa alors qu'il était signé...no comment !

      Alors ne découragez pas les personnes qui souhaiteraient pratiquer le tir en sport ou en loisir cela reste accessible a tous Français sans casier judiciaire et saint d'esprit.
      Pour la fin par contre c'est vrai: 1000 cartouches (par an) c'est short mais si vous avez 2 auto en B1(9mm) et une en b2 (mp5, scorpio evo etc) cela vous donne 3000 cartouches pour un même calibre. Mais le rechargement reste le Top quand on a le temps et un peu d'argent a investir en sachant qu'on ne pourra pas ce déplacer avec les élément de rechargement le jour j.
      Et Si vous payez vos cartouches en liquide vous pouvez dépasser le cota a condition de ne pas en avoir plus de 1000 (par armes en catégorie B) chez vous; Votre armurier pour du 9mm ou du 45 acp ne vous les marques pas toujours sur votre auto.




      Supprimer
  6. même si la population de chasseurs risquent aussi de réduire dragstiquement au fur a mesure de la raréfaction du gibier....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande même si les chasseurs ne vont pas rapidement constituer le principal gibier. Cela permettra à certains, en plus de nourrir leur famille, de réduire la concurrence sur des ressources limitées.

      Supprimer
    2. Dans le film "La Route", le cannibalisme est abordé dans une scène. Et celui qui devient le repas du groupe est celui qui a été tué par le personnage principal.

      Supprimer
    3. aussi! sans parler de ceux qui n étant pas survivaliste, n auront pas prévu autre chose que leurs armes et feront le bonheur de ceux qui n auront qu' a se baisser pour ramasser. bref selon la situation c est peut être le gibier qui prolifera😊

      Supprimer
    4. Bien le bonjour "Richard 9a28",

      La scène du pillard / cannibale qui se fait dézinguer par le perso principal, puis bouffer par ses camardes est très soft dans la présentation ( juste suggéré ) et dans les faits. Il y a par contre la scène où le père & le fils tombent sur une maison dont les proprios sont absents, et dans la cave de laquelle ils trouvent des prisonniers, pour certains amputés, qui servent de stock vivant...

      La réalité dépasse toujours la fiction.

      Cordialement, B.

      Supprimer
    5. Bonjour richard mad ( 28 novembre 2016 à 22:52),

      Combien de proprios d'armes se laisseront "gentillement" mourir de faim? Je doute qu'il y en ai beaucoup, peut-être quelques vieux en "fin de vie" (et encore...), quelques un désespéré par la situation... mais sinon, la plupart feront comme cela a déjà été dit ( pillage, mise au service de leur fusil a ceux qui ont quelque chose a monnayer...).

      Cordialement, B.



      Supprimer
    6. je te confirme Brad, mais certains mourront d une simple infection, ou n auront rien pour purifier l eau.....

      Supprimer
  7. Pour moi, les armes à poudre noire sont à utiliser en période de rareté des munitions classiques. On a l'avantage face à une personne avec une arme blanche.

    RépondreSupprimer
  8. bonsoir François, oui,je crains que le chasseur seras une cible potentiel,je m 'explique,les coups de feux qui s 'entendent de loin pourrait attirer des maraudeurs/opportunistes comme le transport d'une bête,les odeurs de cuisson etc...

    RépondreSupprimer
  9. L'idéal me semble être de ne pas trop s'exposer en période de crise aiguë en courant après le gibier et vivre sur ces stocks ou ses petites productions. L'escargot me parait pas mal sur ce point : complètement silencieux, sans odeurs fortes et ils se conservent de nombreux mois à la cave ou dans un placard frais dans un simple sac à pommes de terre où il peut passer l'hiver. Les asiatiques mangent des insectes, là encore, voilà des protéines qui exciteront bien moins les convoitises que la basse cours, le gibier ou le bétail.
    Côté jardin, il doit produire sans ressembler à un potager, les légumes méconnus doivent être mis à l'honneur, topinambours, crosnes, gesses tubéreuses, chénopodes, orties, gaillet, vesce, lentilles, choux d'ornement... et le reste doit être dissimulé sous des couverts improbables pour éviter les vols.

    Le problème de la chasse est qu'elle se réalise dans le territoire des chasseurs mais aussi des trafiquants de viande. En cas de pénurie de gibier, ces bandes pourraient plus facilement que les autres se tourner vers la chaire humaine pour alimenter leur business d'autant que dans la verte les risques d'être dérangé sont moindre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour "Anonyme29 novembre 2016 à 00:43",

      Ça c'est pas con, l'escargot ;). Le "hic" qui me vient a l'esprit ( sans être un spécialiste, donc ceux qui connaissent une alternative, partagez svp...^^), c'est qu'a ma connaissance on lui fait sortir la bave avec du sel... et en période de kk, même celui qui a de gros stocks de sel, sera plus avisé de le garder pour sa conso ( salaison, repas, javel...) ou pour le troc.

      Et il faut aussi pouvoir les nourrir ( c'est con, mais qui est sûr de savoir ce que bouffe un escargot, en dehors de "jolis" plants de salade? ;) ).

      Merci pour l'idée, je me met ça de coté^^.

      "Coté jardin", la permaculture permet "naturellement" de dissimuler beaucoup de plantes, çi-dessous un jardin en permaculture ( quand on y est, ce que l'on voit / reconnait le plus / plus vite, ce sont les plantations grimpante sur piquet, sinon il faut s'y connaitre un minimum et chercher a voir...):

      https://www.google.fr/maps/place/Strasbourg/@48.5764752,7.7194779,184m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x4796c8495e18b2c1:0x971a483118e7241f!8m2!3d48.5734053!4d7.7521113


      Cordialement, B.

      Supprimer
    2. Bien sûr, la permaculture est particulièrement bien adaptée au survivalisme.
      Pour les escargots, la torture au sel n'est pas indispensable.
      Et il y a des animaux très nourrissants plus faciles à élever que les escargots, par exemple des insectes.
      Il y a aussi un proche cousin des crevettes, avec un goût proche, quoique en plus craquant, et qui se prépare de la même façon: le cloporte.

      Supprimer
    3. le plus ennuyeux avec les escargots, c'est que si t'es obligé de déplacer le troupeau pour le mettre à l'abri, il faut t'y prendre à l'avance....ça avance pas vite ces bestiaux là....m'enfin bon, je dis ça, je dis rien...

      Supprimer
    4. On peut aussi faire un attelage comme "Au Temps des Rois Fainéants, tigididig..."

      Supprimer
  10. Il va quand même falloir qu’un jour on arrête de présenter le 22 Lr comme un calibre de combat.
    C’est uniquement un pis-aller si l’on n’a rien d’autre sous la main.
    C’est uniquement un pis-aller car dans la distance de combat, il-y-a la notion « d’imbrication ».
    L’imbrication c’est la distance à laquelle vous pouvez tirer sur un adversaire en ayant de bonnes chances de le toucher. Ce qui est réciproquement vrais. Lorsque les deux adversaires peuvent se tirer dessus mutuellement, ils sont imbriqués. Tout l’art de la guerre depuis le propulseur préhistorique consiste à pouvoir tirer plus loin que l’adversaire sans être à porté de tir de celui-ci.

    A calibre équivalent, on ne parle jamais du 222.
    Calibre qui, à répétition manuel, est en catégorie C comme une carabine en 22Lr. Le poids des munitions reste raisonnable et il possède une précision à 300 mt qui est autre chose que celle d’une 22 à 100 mt par vent équivalent. Avec une carabine CZ en 222 (chargeurs amovibles de 5 cartouches) équipé d’une lunette et d’un bipied à rattrapage de devers, je groupe mes 50 cartouches dans un H+L de 30 cm x 30 cm à 300 mt avec vent latéral moyen (3 à 5 m/s) inconstant en position du tireur couché sans appuis à l’arrière de l’arme.
    30 cm, c’est 10 centimètre de moins que le standard militaire de 40x40, c'est-à-dire un buste à 300 mt.
    Hors 3 à 5 m/s de vent, c’est déjà beaucoup pour une carabine en 22 Lr.
    Pour 3 m/s à 100 mt avec la réplique Norinco du Mauser équipé d’une lunette, c’est une dérive de 8,5 cm.
    Pour 5 m/s à 100 mt, c’est une correction de 12 cm à appliquer.
    3 à 5 m/s de vent, c’est une petite brise avec les feuilles qui bruissent, je n’ai pas dit qui bougent.
    Et il-y-a toujours de l’air en déplacement. L’on arrive facilement à avoir 2 m/s sans s’en rendre compte soit 5 cm de correction à 100 mt. Alors le tir d’emblée dans une zone létale… Tirer à 100 mt à la 22 si l'on veut faire but au premier coup, c'est déjà apprendre à lire le vent.

    300 mt en 222 contre 100 en 22, vous êtes « imbriqué » dans l’ennemi qui lui n’est pas imbriqué dans votre portée de tir. Il peut donc tirer quand il veut alors que vous devez attendre qu’il arrive à 100 mt pour avoir réellement une chance.
    Il peut non seulement tirer mais aussi manœuvrer pour venir vous réduire alors que vous serez fixez par les tirs de ses coéquipiers.

    Utiliser le 22Lr si cela vous chante mais en toute connaissance de cause…

    PS : petite question. Pour faire du tir précis avec une 22 à 100 mt voir au-delà, connaissez-vous le type de munition à utiliser ? Car cela a aussi son importance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Von pikkendorf,pour apporter de l'eau au moulin le 222 est très peu différent du 223 calibre otan, une charge un poil plus faible une précision a 300 m identique, avantage sur le 223 catégorie c même si la mun est plus chère on peut en stocker autant que l'on veut.Pour le vent rien ne dit qu'a 50m voir 100m il n'y a pas des raffales de vent on peut tirer d'un endroit sans vent et que la balle traverse une zone ventée avec les déviations qui vont avec,il faut aussi parler du tir vers le haut ou le bas ,les terrains sont rarement totalement horizontaux donc il faudra sur des distances égales ou supérieures a 100 m engager des corrections pour éviter des écarts .La 22 n'a d'interet que pour apprendre a tirer ou tuer silencieusement en sub sur des distances n'exédant pas 50m(hxl=trèfle de 3cm).Bon si l'on a rien d'autre ce sera toujours mieux qu'un baton ,tout aussi illusoire est de proner le 410 magnum pour les femmes,aucun résultat sérieux sur du vivant un peu gros, a part les tourterelles ,elles doivent s'entrainer au 12 ou 16 progressivement là c'est vraiment une question de survie

      Supprimer
    2. Bien que détenteur de gros calibres je suis un fervent défenseur de ce calibre extraordinaire et riche en utilisation jusqu’à 250 mètres (mais pouvoir d’arrêt limité...on est daccord) sur un c50 on reste dans le noir lunette acogx4 a cette distance avec un mini d'entrainement.

      J'utilise ce calibre exclusivement avec un silencieux.
      Sa force et qu'il permet de faire un tir "fourni et rapide" très groupé impossible avec un autre calibre 20 cartouches dans le 10 a 50m en moins 7 secondes. Du cout pour madame cela devient intéressant car on compense son faible pouvoir d’arrêt par une forte concentration de plomb au même endroit.

      Quand tu demandes pour faire un tir précis ? ou pour rester "létal" ?
      perso pour la précision une ogive "lourde" subso de la subso 42max de chez winchester grosse flèche mais excellente précision. de plus en étant a pointe creuse elle est mieux stabilisé et a courte distante reste tres expansive.

      Sinon ben cci stinger ou RWS qui est très perforante et rapide mais moins précise.

      Apres comme tu dis un bon calibre 20 pour une femme non habituée c'est mieux tout comme un 38 spécial qui n'aura pas de recul et reste letal et facile de fonctionement.

      Supprimer
    3. Bonjour FVP, à travers vos différentes interventions dans plusieurs sujets sur ce site il apparait clairement que vous avez une bonne connaissance des différents calibres pourriez-vous nous éclairer sur le 243, calibre très utilisé outre atlantique car il est un peu considéré comme le calibre a tout faire.Merci Yves

      Supprimer
    4. bonjour f43"un tir fourni et rapide..." avec une catégorie b c.a.d. une autorisation,c'est dommage d'en cramer une pour du 22 !! a ce compte là mieux vaut un ar15 colt en 222;la foultitude de calibres sème le doute et on oublie l'essentielle la survie,d'abord se poser la question de savoir si le calibre employé est courant et sera t'il possible d'en trouiver en situation très dégradée,de toutes nos discussions se dégagent trois calibre pour les armes dites longues le 12 gauge,le 308 ,le 222 et le 22 pour des prix raisonnables,sachant qu'au distances d'utilisation des trois premiers calibre cités on recherche la puissance d'arret avant la létalité de précision .Cordialement

      Supprimer
    5. Le 243

      Calibre pour tirer à 200m.
      Un bon choix de mun de 70 à 105g

      Une DRO à 180/190m pour la plupart des mun, environ + 1.5cm à 100m et -35cm à 300m.
      Donc un tir "plat" jusqu'à 200m.

      Env. 2000 joules à 1OOm et 1500 à 2OOm assez pour faire tomber une bête de moins de 100kg

      Pas beaucoup de recul ( très inférieur au 308)
      5/5 facilement dans le noir d'une C50 à 200m sans être un excellent tireur.
      Tiré debout, le cochon courant à 35 m prend cher à chaque passage.
      Bientôt le rechargement.
      Pour commencer à voir plus loin:
      http://marksman.over-blog.fr/article-le-calibre-243-winchester-119624906.html

      Hector

      Supprimer
  11. Bonjour
    Concernant le cannibalisme, il n'y a pas que l'Afrique, ou peu connu, autrefois, certaines régions des Antilles, mais beaucoup plus proche de nous, dans le temps et l'espace, voir le livre d'Harrison Salisbury : Les 900 jours Le siège de Leningrad.Un jeune homme voulant faire un achat est attiré dans une 'boucherie' clandestine.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour à tous!
    Je vois que ça bataille sévère sur les calibres 22 lr et 410 magnum! Lol!
    Je ne reviendrai pas sur le sujet (salut l'ami Janus!Pour les plants, j'ai fait des choix dont je te parlerai plus tard.)! Je dirai simplement ceci: Celui ou celle qui voudra les tester dans ma défense, quand les lumières seront éteintes, verra bien si ses yeux restent longtemps allumés! Vivent les mini-mag et vivent les slugs!
    Cordialement à tous!

    RépondreSupprimer
  13. Je chasse ,et de temps en temps je braconne, sur un certain territoire proche de ma maison, en plein bocage bourbonnaise. Je connais l'endroit mieux que ma maison. Et le jour venue vous croyez que je vais regarder tranquille des autre chasser la bas? Je vais le chasser aussi, sans doute. A 50 m, un 22 lr, n'importe quel type, même subsonique, transperce un crane de sanglier. Alors un crane humain... Et avec un silencieux, dans une foret dense... Avis aux amateurs. Il y a des propriétaires des forets et les usagers de la même foret , chasseurs du coin, qui connais mieux toutes les endroits, les entrées et les sorties, les coins a gibier, les habitudes du gibier, etc. Pour quelqu'un qui atterrit pour la première fois la bas , ça va être du pure suicide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, mais non, Anonyme, tu sais très bien, comme moi que le 22 Lr c'est pas dangereux du tout! Arrête de dire n'importe quoi: jamais une 22 ne transpercera un crâne d'oeuf! Il n'y a que les hommes pour croire qu'ils ont le crâne plus épais que celui d'un sanglier! L'avenir parlera de lui-même...

      Supprimer
    2. J'ai tue plein des chevreuils et des sangliers. Je braconne depuis l'âge de 17 ans (j'ai 48 maintenant). J'ai tout gibier sauf ours parce-que je ne le mange pas(je viens de l'est et la bas il y a... ).
      Scientifiquement pour transpercer un crane d'home est nécessaire une force de 5000 psi (je ne suis fort en physique, j'ai trouve ça sur net). Pour transpercer une noix de coco sont nécessaires 11.000 psi. Et si tu ferai une simple expérience, colle avec du bande adhésive 2 noix de coco et tire a travers a 50 m (mesurées) avec un 22 lr subsonique. La première noix est traversée, la deuxième et pénétré, et tu vas trouver des restes plomb dedans la deuxième noix. 22 lr peut faire beaucoup plus de mal qu'on peuvent croire...

      Supprimer
    3. Je reviens: 22lr c'est un calibre d'affut pas un calibre de combat. Tu tire jusqu'à 50 mètres (jamais essaye plus loin)mais tu doit tire a la perfection. Si tu est capable de toucher un bouchon de coca a chaque coup, couche ou début, après 10 pompes de suite ou juste après que tu a couru 100 m, c'est bon. Si non il faut oublier cet calibre.

      Supprimer
    4. La querstion n'est pas de savoir si du 22 lr traverse ou pas telle ou telle coquille d'oeuf a 50 ou 100 mètres voir plus,je me souviens d'un fait divers ou un papy avait pris une 22 en bout de course a 800 m et était resté le nez dans ses laitues,le loto à l'envers en quelque sorte,;qui sous stress, luminosité défaillante,ennemi furtif,sous la pluie et en étant à portée de tir est sûr de toucher un point vital (tête coeur ou artère ) a des distances de 50 et plus ?pas moi! en dehors de ces points , le 22 même stinger cci n'a aucune puissance d'arrèt

      Supprimer
    5. Une 22 en semi-auto pour la ville ça se conçoit assez bien.

      Supprimer
  14. Un article très pertinent comme toujours sur ce blog. Très intéressent pour le stock. Mais un stock n’est pas éternel et en cas d’évacuation on ne peut pas tout emporter. Il faut donc penser a un remplacement de celui-ci.
    Pour ma part quand j’ai commencée a m’intéressé au survivalisme. J’ai commencé à me mettre à la culture potagère. J’ai très vite déchanté rien ne pousse comme on veut la récolte de graine c’est … on ne sait jamais quand les récolter. De ce fait j’ai changé mon point de vu. Et je me suis intéressé aux plantes comestibles sauvages. Celles qui poussent toute seul et se reproduisent toutes seule.
    J’ai apprit à les reconnaitre et a les cuisiner. Cela a plusieurs avantages :
    • pas de jardin à garder et a protéger.
    • En cas de chaos plus d’entretien et les plantes vont proliférer.
    • Quelque soit la saison on en trouve toujours une (bien que le printemps et l’été soit la panacée.)

    Je vous invite donc à apprendre à reconnaitre les diverse plantes. A tous bon courage pour l’avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les plantes sauvages en permaculture?
      Elles sont bien adaptées à la région et tu les gardes sous la main.

      Supprimer
    2. @ Rebel lion

      Çà n'empêche pas le potager, les fleurs et l'hibiscus, l'amaranthe feuille, la bourrache, la rose trèmière, la consoude et la pulmonaire se mangent et peuvent faire des haies basses ou hautes, des massifs, des couvre-sols sans ressembler à un garde-manger.

      L'hiver c'est moins rigolo pour trouver de quoi se nourrir en plantes sauvages mais il y a quand même de l'ortie, consoude, pulmonaire mais "pan-assez".
      Les volumes nécessaires sont important pour faire un repas.

      Etre sur la route et dans les bois sera(it) un multiplicateur à emmerdes.

      Jules

      Supprimer
    3. Je pense que tu es dans le vrai mais combien de personnes peuvent affirmer qu'elles connaissent les plantes sauvages; moi, certainement pas...Quant à apprendre à les reconnaître, certaines se ressemblent tellement...

      Supprimer

    4. Bonsoir rebel lion,
      Fais gaffe à la crinière; elle peut se voir de loin!
      Dans le second article, j'aborde très succinctement le problème de l'évacuation car je ne suis pas apte à en parler avec des démonstrations qui "tiennent la route". En ce qui nous concerne, ma fille, mon pote (comme mon frère) et moi ne serons pas aptes à survivre en sac à dos; c'est pourquoi nous avons tout mosé sur la défense de la maison...Cela, je connais plutôt bien. Bon, je ne vais raconter ma vie...
      Cordialement

      Supprimer
    5. la crinière je la plaque avec du gel. le plus dur sera d'en trouver quand les lumières seront éteinte ...
      pour les plantes faut y aller petit a petit avec le ternet on trouve plein de renseignement et faut profiter du calme pour les essayer.

      Supprimer
  15. Bonjour a tous

    Je ne pense pas que les chiffres que tu donne concernant les chasseurs potentiels soient possibles. Je pense qu'on en verra moins que ca courir dans les bois. Et d'autres facteurs sont a prendre en considération, comme le fait de savoir chasser par exemple est différent de promener son fusil pour la première fois. En revanche je suis d'accord pour dire que le gibier gros ou petit, disparaîtra vite. D'autant plus que beaucoup confondent prélever pour vivre et prélever pour bourrer le frigo de viande.

    Moi aussi je suis d'accord pour qu'on arrête de sanctifier le .22lr comme étant idéal en preppering ou rêver de batailles épiques avec. Replacons le a son rôle premier, l'exercice et le tir récréatif. Aucun intérêt en dehors.
    Ensuite pas d'accord non plus quand je lis que le cal12 ou autres un peu puissants ne sont réservés qu'aux hommes adultes. Pour ma part j'ai abandonné ce préjugé en voyant ma protégée de 23 ans encaisser ses 25 tirs sans problème... et en redemander! P'tit bout de femme d'1m60 toute fluette. Aux antipodes de certains "mâles".
    Concernant le cannibalisme, je resterais plus réservé. Bien que ce phénomène soit possible dans le futur et fut bel et bien réel, il reste un cas rare d'une situation très extrême.

    Malevil,
    cette idée de réunir des fermes me semble prometteuse. Il y a des avantages sur le plan alimentaire, social, spatial et j'en oublie sans doutes. Les défendre sera peut-être plus difficile qu'il n'y paraît. Si il n'y a que les bâtiments ce ne serait pas complexe cependant il faudra défendre le terrain et la production des humains certes mais aussi d'animaux sauvages. Encore que selon la configuration du terrain on pourrait envisager des postes de tir embusqués pour leur effet dissuasif?

    Enfin concernant la rapidité d'obtention des autorisations des catégories B, cela dépend du service de la préfecture : combien d'employés (compétents et a temps plein j'entends...) pour combien de demandes? L'enquête de moralité se résume a la consultation de 2 fichiers nationaux donc ce n'est pas elle qui prends du temps.

    Manticore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt se réunir autour d'une ferme. Chacun d'entre nous dans son coin.
      La reflexion m'est venue en étant dans l'Ouest pour le travail, près des énoooooormes porcheries. Là en plus, il n'y aura pas de concurrence des babouches barbues.
      Je me suis demandé ce qu'allaient devenir tout le cheptel en cas de crise. Alors, au lieu de réinventer l'eau chaude en s'essayant à la petite culture sur son balcon, pourquoi ne pas passer à la vitesse supérieure?
      Tout simplement défendre la ferme du voisin (ou la ferme du gars au bout du village, si votre voisin est un con....)
      Bien sûr, défendre le périmetre ne va pas être de la tarte, mais entre être seul dans son trou en essayant de ne pas s'endormir, et faire des tours de garde dans une structure sociale pas trop dégradée, avec des bons repas, une entraide, de la solidarité....à chacun de voir et de faire son choix.

      Supprimer
    2. Que l'on soit d'accord ou non sur les chiffres potentiels ne changera rien à la disparition du gibier. Du reste, c'est bien ce que tu mentionnes. Quand je parle du calibre 12, je dis bien " en général". Ou est le problème? Je ne minimise en aucune façon la femme, bien au contraire; tu pourras peut-être le voir dans le second article, si Pierre publie cette partie...Quant à déblatérer en permanence sur le 22 Lr, je ne réponds plus à cela...Qui vivra, qui mourra verra! Point.

      Supprimer
  16. l’hiver ce sont les racines par exemple la topinambour qui fleuri en novembre. le potager c'est bien quand la situation est calme. mais quand les maraudeurs vont chercher de la nourriture il va être vite repéré. et la il sera pillé et pire tu seras débusqué de ton repère.
    les fleurs on les laisse en place ce sera comme des fleurs sauvages.
    pour la cueillette c'est comme la chasse mais en plus silencieux.

    RépondreSupprimer
  17. Une précision concernant les souris et le sous-vide.
    J'ai eu des rats et des souris dans ma cave il y a quelques mois.
    Ils ont ouvert les sachets sous vide et ont ensuite dévoré ceux qui leur plaisaient, laissant les autres avec juste un trou...
    Il faut donc mettre les sachets sous vide dans une boite solide, sachant que ces rongeurs font aussi des trous dans le bois ou le plastique, entre autres.
    Ils ont même bouffé la feuille d'aluminium autour des bouchons des bouteilles de champagne!
    Plus les joints de porte du frigo, pour faire bonne mesure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir François,

      Ah! Enfin quelqu'un qui n'est pas là pour parler que des calibres! Ouf! Effecrivement, tu as totalement raison; j'ai oublié de mentionner que mes 2 ans de réserves alimentaires étaient toutes en bac plastique étanches! Bien vu l'ami!
      Cordialement

      Supprimer
    2. Méfie-toi quand même des bacs plastiques, même étanches!
      Ils aiment ça, ces couillons, ils ne les laissent pas étanches longtemps...

      Supprimer
    3. Les rats sont capables de déchiqueter les gaines d'aération en tôle pour trouver de la nourriture. Je les ai vu faire, c'est impressionnant! La gueule en sang, et on entendait la tôle céder sous les coups de dents!!! Donc, il faut mettre les bacs plastiques dans des contenant en tôle épaisse, style cantines. C'est la seule parade.

      Supprimer
    4. Exact Malevil et ils adorent les fils électriques dont l'intérieur du gainage a un dérivé du lait

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. Pourrais-tu décrire plus précisément ton piège?
      Je n'ai pas compris et j'ai horreur de ça!

      Supprimer
    7. Un bon piège à rats et souris: Tu prends un seau, tu mets sur ses rebords, en milieu, un tuyau pvc (d=4cm) de longueur équivalente au diamètre du seau qui tournera sur lui-même dès que l'un deux aura voulu se taper la cloche. Une fois dans le seau, il lui est impossible de remonter...
      Il te faudra échancrer le seau là où repose le tuyau (veiller à ce qu'il n'y ait aucun point dur), mettre un appât bien odorant au fond et un petit linge qui leur facilitera la grimpette. Ensuite tu auras des protéines! :)
      Cela fonctionne remarquablement bien; je le sais pour avoir fait une razzia de rats qui commençaient à me les briser menues...

      Supprimer
    8. Bonjour François,
      Il te faut un tuyau en pvc (car bien glissant) que tu poseras sur le haut de ton seau, ouverture vers le haut bien entendu. Ledit tuyau devra mesurer la même largeur que ton seau (éviter de laisser dépasser les bouts du tuyau de chaque côté du seau afin que la bestiole ne tombe pas hors du seau! Pour les échancrures, tu tailles le seau en créant deux demi-lunes du diamètre du tuyau là où il repose.
      J'espère avoir été plus explicite.
      Cordialement

      Supprimer
    9. Oui, c'est clair cette fois, merci.
      Je suis cependant surpris qu'un rat ne puisse sauter hors d'un seau.
      On a vu une souris mâle sauter par dessus le bord d'un aquarium pour rejoindre une femelle à l'intérieur puis sauter à l'extérieur une fois son affaire faite. Alors un rat...
      Je connaissais cette technique (il y a des vidéos sur l'internet) mais habituellement il y a dans le seau un poison genre Javel. Mais manger un rat noyé dans la Javel... Je peux passer sur le goût mais n'ai pas envie de m'empoisonner.

      Supprimer
    10. Il te faut avoir un seau suffisamment haut. Surtout ne mets jamais de javel dedans! D'une part les petits prédareurs ne seraient jamais attirés, d'autre part, tuer ainsi des animaux relève de la plus extrême cruauté! Tuer ton ennemei est ton devoir d'homme, de père mais tuer en faisant volontairement souffrir n'a pas de nom!Voici comment je vois et je vis les choses de la vie...
      Mes ennemis fussent-ils des égorgeurs, des violeurs, je les élimine aussi proprement que possible et je passe à autre chose sans en avoir retirer le moindre plaisir...J'aurai seulement fazit ce qui doit être fait. Et crois en ma sincérité.
      Cordialement

      Supprimer
    11. Nous sommes bien d'accord, Cricri.
      J'évite de faire souffrir dans la mesure du possible.
      J'ai été désolé de devoir empoisonner mes rats mais ils ne voulaient pas se laisser capturer pat un piège du commerce pour les relâcher ailleurs, je n'ai pu relâcher qu'une souris. Si le problème se pose de nouveau j'essaierai ton piège.

      Supprimer
    12. Bonjour François,
      Parfois, on ne fait pas toujours comme on le voudrait...Je suis d'accord là-dessus. Il existe aussi des pièges qui ne tuent ni ne blessent ces casse-bonbons de rongeurs, après il suffit juste d'aller les libérer loin de chez soi...Lorsque les lumières seront éteintes, c'est une solution inenvisageable...Cela fera partie des choses dures que de devoir tuer, c'est pourquoi je demeure convaincu que le mental est primordial.

      Supprimer
    13. Bien sûr, le mental est primordial, nous aurons l'occasion d'en reparler.
      Je n'ai jamais accepté que mes émotions m'empêchent de faire ce que j'ai à faire. C'est dans ma conception de l'humain.

      Supprimer
    14. "L'eau, la nourriture, l'hygiène, l'énergie, la connaissance, la défense et le lien social" sont les 7 fondamentaux du survivalisme : dixit Piero san Giorgio. Le survivalisme et l'individualisme ne sont pas compatibles. Viendra le moment où il faudra se constituer en groupe d'auto-défense. A 22 ans, jeune chef de section, isolé dans une ancienne maison forestière, en Kabylie, j'en ai fait une expérience durable qui aujourd'hui, avec mes 77 ans, me donne un avant gout de ce que nous pourrions revivre. tenir un position, une BAD, implique qu'il faille en assurer la sécurité immédiate et rapprochée pendant 24h/24 et 7J/7, donc qu'il faut des bras, en particulier face aux raids nocturnes sur le mode "hit and run". Une bonne connaissance et maîtrise de son terrain, ne va pas sans des connaissances basiques tactiques et un mode d'esprit tourné vers la recherche du renseignement sur son NMI. Sans antennes, statique vous devenez vulnérable, alors que l'NMI mobile vous observe sans être vu et attend la faille due à la routine, la fatigue, la facilité. Qui dit défense rapprochée, dit embuscades, patrouilles, surveillances hors de son périmètre dans une profondeur variant en fonction du terrain. D'où la nécessité de constituer une force réactive permanente. Pas facile si on a avec soi des personnes âgées, des enfants, voire des malades.
      Philippe

      Supprimer
    15. Effectivement Philippe, je pense que bien des gens ne se rendent pas compte du monde et de "l'énergie" / effort que cela demande de sécuriser un site...

      Le nombre de personnes nécessaire (idéalement), la durée des gardes ( combien ont déjà fait de la garde? on ne reste pas totalement et tout le temps vigilent a 100%, surtout si elle dure trop, plus la fatigue et autres désagréments éventuel...), le lieu de garde (sécurité du garde, ce qu'il peut voir ou non...).

      Et si il y a des champs a "l'extérieur", du foin a faire, du bois, etc, comment tout surveiller, sécuriser... Et une patrouille est aussi une cible "facile" ( visualiser votre environnement, peut-il vous donner la possibilité de "50" chemins différents avec couverture? et si oui, et bien l'ennemi pourra tout aussi bien se cacher ).

      Soit il faut être "invisible", soit, tôt ou tard, on aura a faire a plus fort que soit, dans le contexte "bad" & organisation solo ( groupe plutôt petit, en dizaines de personnes ).

      Si ce que l'on pense qui nous attend arrive, la plupart d'entre nous tiendront face a la première vague, la vermine ( les "voyous", les psychopathes etc ), pour qui ce sera jour de fête ( je ne pense pas a ceux qui habitent dans les pires des quartiers ).

      Mais qu'en sera-t'il après? Après quelques temps, on aura a faire a des groupes organisé ( voyous ou ex "braves pères de familles" ) et / ou a des groupes armés, islamistes ( ou autre, tel notre gouvernement, ou "secours" extérieur? ). Et là, on peut avoir un bunker et 10 ans de stocks, je ne vois que deux ou trois options: -aller voir ailleurs (fuir)/ arriver a rester caché; -s'organiser / combattre a grande échelle; - se soumettre;

      On peut être la plus vaillante des fourmi, mais seul, on ne vaut rien ( ou si peu ), alors qu'en groupe organisé et civilisé...

      Cordialement, B.

      Supprimer
    16. bonjour Ohillipe ,merci de votre retex,j'en retiens deux composantes dont nous parlons peu , la routine et la facilité.Il est évident qu'il n'est rien de moins sûr que d'être attaqué dans votre refuge dès les premières heures de chaos si celui-ci est brutal,les malfaisants seront tout aussi surpris que vous malgré la prise en compte de son arrivée.Tout ça pour dire que si vous avez institué dès le début les corvées et actions nécessaires et obligatoires à la survie d'un groupe,très vite le coté fastidieux des choses prendra le dessus et la surveillance se relachera inexorablement.Il faudra donc veiller a ce que chacun participe a ces taches en plus de sa spécialité , par roulement pour éviter cette usure du temps.Le manque de personnel sera en partie compensé par les alarmes proposées par Pierre sachant que le déclenchement intempestif de celles ci par un animal ou la simple branche qui tombe dessus donnera un faux signal et que les tours de surveillance devront être aléatoires et variés et effectivement ce n'est pas simple ,une chose est sure vos agresseurs potentiels ne pourront maintenir une attaque longue par manque de la logistique appropriée,donc elle sera , si elle veut être efficace ,très violente d'ou l'interet d'une défense si possible en profondeur pour ammortir le choc et anéantir l'attaque dans un deuxième temps

      Supprimer
    17. La nourriture pour être sécurisée doit être emballée en boites plastique épais étanche sans humidité et si possible sous-vide, le tout devant ensuite être stocké dans des cantines en métal, je ne vois pas ce que l'on peut faire de mieux. Les rongeurs auront les barrières du plastique pour limiter les odeurs et le métal pour limiter l'action de leurs dents. Enfin la cave doit être surveillée et dératisée en permanence graines empoisonnées, tapettes et glue sur plastiques aux endroits de passage.

      Supprimer
    18. Bonsoir l'anonyme Philippe!
      Je réponds à tes propos du 2 décembre.
      Tu es effectivement dans le vrai! Bien sûr qu'il faudra à un moment monter des groupes! Le seul et énorme écueil étant celui du début et je m'en explique succinctement:
      - La nourriture, les armes, les munitions seront de suite de gros appâts pour "les copains" de la dernière heure...Constituer un groupe? Que tout les membres aient un stock alimentaire de nourriture défini pour un certain temps, que tous aient armes et munitions, que tous aient de quoi se soigner pour les différents types de blessures et autres infections, etc, etc...Et que tous soient de vrais amis, de ceux avec lesquels on a pu croquer le sel, alors ce groupe sera solide et verra ses chances de survie augmenter notoirement! Cela est indéniable!
      Dans le cas contraire, il y aura l'ennemi en place de la même façon que nous avons nos "gentils migrants" pour le Grand Remplacement. Et là le remplacement sera la mort violente assurée! Avoir des réserves alimentaires c'est le minimum mais ce minimum ne peut pas être partager en X parts (à moins d'être très fortuné et de prévoir pour sa tribu!), auquel cas on aurait retardé le problème de sa carence et celui inéluctable de l'explosion! Et quand bien même le bon samaritain aurait survécu, sa fin par la faim sera toute proche...A moins qu'il ne mange des cadavres...Bien cuits...
      C'est pourquoi, entre autres motifs, je ne crois pas en la survie en groupe dans les premiers temps.
      Effectivement, étant en binôme, la défense de la maison est bien plus difficile qu'en nombre! Cela, mon pote et moi en sommes à ce point conscients que nous nous entraînons depuis un bon moment à faire des gardes nocturnes en se relayant toutes les 2 heures. C'est un entraînement auquel mon pote s'adapte et auquel je me ré-adapte. Être en binôme assure une grande discrétion, de plus ma fille toutounette est une excellente gardienne qui n'aboie pas mais qui grogne et vient me réveiller si je ne perçois pas le problème (Berger Blanc Canadien). Nous sommes donc conscients qu'être 2 sera physiquement, au moins, très difficile! Mais nous n'avons pas d'autres choix que celui de tenir le cap et ne sommes pas non plus des ramollis.
      Plus tard, lorsque les uns et les autres seront quelque peu "calmés", si je puis employer cette expression, alors, peut-être pourrons-nous monter des groupes! Quoiqu'il en soit, ce ne sera pas le nirvana mais la survie de groupe...
      Cordialement

      Supprimer
  18. Pour les calibres la .22lr n'est valable que pour le tir récréatif, à 100m il faut déjà viser 30cm au dessus. Le .222rem est bien mieux. Le 8x57 est le top, mais très cher.
    Pour le 12 il y a tellement de munitions possibles que ces fusils sont à privilégier : plombs tout petits, moyens, gros, très gros, et balle unique. Privilégiez les canons lisses aux rayés, vous pourrez tirer toutes les munitions possibles.
    Concernant les stocks de nourriture, n'ayant pas de cave, la solution est réglée, les sachets de mylar sont dans le placard du bureau dans des contenants plastique non étanches mais fermés. Pas de problème de souris dans l'habitation. L'objectif est 1 an 1/2 pour 3 personnes. On en est à 80% de cet objectif, et on commence quelques extras non prévus au départ.
    Pour le stockage il est clair que le riz prend moins de place que les pâtes.

    RépondreSupprimer
  19. Résumons donc:
    Pour protéger son domaine, pas de périmètre trop grand, assez de défenseurs et éventuellement une ceinture extérieure bien dissuasive genre "achtung Minen".
    Pour les armes, faudrait p'têt arrêter de fantasmer sur ce qu'on a, ce qu'on aimerait avoir et ce qu'il faut dans une situation où l'ordre est défaillant. Là, on est plus dans l'onirisme que la retex.
    Pour la bouffe, le chenopode, épinard d'Asie, bourrache, plantin, pissenlit, ortie, lamier poussent partout. Par contre c'est pas super nourrissant. Pour l'hiver, prévoir nèfles, argousier, arbousier, goji en kiwis en plant. Si on laisse pousser, ça fait le boulot (Attention, le kiwi demande bien 3 ans avant de donner).
    Pour la conservation, ben la bonne cantine en fer où l'on met ses bidons bleus(les petits) ou mieux: tout mettre sur un support carrelé.
    Pour ma part, mes recherches actuelles portent sur faire le moins de fumée possible (perte d'énergie et grande visibilité).
    Evaluer une période de soudure entre deux récoltes, voire combler une récolte pourrie.
    Trouver le bon compromis entre low profile et dissuasion.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rajouterai à ta liste une plante très nourrissante, avec laquelle on peut produire une huile qui supporte bien les températures élevées, une pâte très énergétique à emmener lors des déplacements, qui se conserve bien torréfiée, que peu de gens sont capables de reconnaître sur pied et qui, en plus, planque ses fruits sous le sol... l'arachide. En plus, comme c'est une légumineuse, c'est un engrais vert qui, à mon avis, a toute sa place en permaculture.

      Supprimer
    2. j'ai essayé sans succès. J'ai à la place du bâton morongue. Ca demande du soleil mais ça pousse bien et les feuilles ressemblent à l'arachide. par contre le houblon nourrit bien et pousse tout seul. le top est la moutarde blanche en gros conditionnement (plante fourragère): germes, plante et graines se mangent et c'est aussi un engrais vert.
      cc

      Supprimer
  20. Bonjour à tous,

    Sauf erreur de ma part, je crois qu'on n'aborde pas suffisamment la question de l'eau.

    Parmi nous, peut-être que tout le monde ne possède pas de puits, ou d'une source à proximité... ni même d'une simple cuve de récupération.

    J'aimerais vous soumettre une idée toute bête qui va peut-être vous faire sourire : la fameuse piscine Intex à 100€ qui pourra contenir environ 7.000 litres, et avec un système de filtration en prime.

    En cas d'alerte sérieuse, elle de monte en 20min, et se rempli en une demi-journée.
    En rationnant notre consommation à 2l/jour , ça laisse de quoi voir venir, sans compter le remplissage naturel des eaux de pluie...

    J'aimerais vraiment que l'on partage nos points de vue sur ce sujet qui me semble devoir figurer tout en haut de nos listes.

    Bien à vous, solides gaulois.
    AZ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'eau n'est effectivement pas un problème pour tout le monde. Dans mon jardin on a un puits, et un autre dans le garage. Des rivières à moins de 500m,le Rhin à 3km et surtout la nappe à 1m de profondeur toute l'année. L'eau est le cadet de mes soucis, pourvu que j'ai quelques joints de piston d'avance.

      Supprimer
    2. L'idée de la piscine n'est pas bête.
      Tu la couvres d'une bâche flottante afin de ne pas recueillir trop de saloperie dedans.
      Le filtre pourrait ne fonctionner que par gravitation ( pbm elec ..) et devrait pouvoir être au dessous de la ligne d'eau.
      Ce n'est qu'un filtre à sable ou à cartouche mais c'est un bon début.
      Ca n'empêche pas de stocker des bidons d'eau de 5L réutilisables. Quand ils sont de bonnes qualité on peut éspérer les voir tenir un peu dans le temps.

      Jules

      Supprimer
    3. Bonjour Az, exellente idée et pas trop chère en plus avec un Berkey pour filtrer en plus du filtre fourni ,il existe chez Verney une pompe "zoulou" qui permet de pomper jusqu'a 130 metres même en cas de puits imparfaitement vertical,le corps de pompe est au niveau du sol et facilement réparable avec les moyens du bord ces pompes sont prévues pour l'afrique ,à pied ou à main elle peuvent aussi être asservies par panneaux solaires ,le prix est de l'ordre de 3000 euros(15 000 montée et avec panneaux solaires sur forage a 130m) a faire fonctionner sur l'électricité et passage à l'huile de coude en cas de rupture d'alimentation courant,c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour aller a des profondeurs ou les autres ne vont pas.Cordialement Az

      Supprimer
    4. le souci est l'approvisionnement: suffit pas de vouloir remplir son bassin quand la distribution n'est plus assurée. Pour moi, 4m2 enterrés et alimentés par la pluie. Il en faudrait 2 à 3 fois plus mais ça fait du volume à force. Pompe de relevage et accès pour un seau pour l'exploitation.
      Filtrage aux gouttières et en entrée de cuve, puis javel.
      cc

      Supprimer
    5. Bien le bonjour,

      AZ, dans ma cave j'ai une pompe a main de stocké, mais il me faut encore acheter une pointe de forage et quelques mètres de tube...

      Franz Le Boucher, il faut aussi prendre garde a la pollution ( de l'agriculture, des sites industriels -surtout des anciens-, des sites de stockage de déchets, tel que ceux des anciennes mine de potasse, etc ...).

      Pour exemple:

      http://www.rue89strasbourg.com/eurometropole-liste-des-sols-pollues-108765


      Voir les liens cité dans l'article ( Basol et Basias ).

      Il me semble qu'en visitant l'un des deux on a accès a des infos tel que: quelle entreprise a des citernes de gaz, de fioul, d'oxygène, etc, tout produit a "risque"...

      Cordialement, B.

      Supprimer
    6. Oui pas assez d'articles sur le stockage et la purification de l'eau....des idées svp

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  21. Pour ceux qui pensent à stocker de l'eau de pluie : attention de ne pas en boire souvent ! Réservez-la à la cuisine et pour le potager, car elle ne contient absolument aucun minéral, et prendre ceux-ci en comprimés n'a pas du tout le même résultat : le corps garde beaucoup moins les minéraux de synthèse, quant il ne se contente pas de les regarder passer en les ignorant...

    RépondreSupprimer
  22. Tout le monde se place dans le rôle de celui qui va devoir défendre sa BAD, son potager, mais vous êtes-vous placés dans le cas où vous regardez vos proches devenir de plus en plus faibles car plus rien à manger ? Votre choix sera simple : les regarder mourir de faim ou vous transformer en maraudeur et partir en razzia. Pendant mes années de forêt il y a eu beaucoup de matins où je faisais le comptage de mes provisions. Le résultat commandait le déroulement de ma journée qui pouvait très bien s'écouler comme celle des animaux : trouver de quoi m'alimenter.
    A la façon amérindienne il m'est aussi arrivé de me goinfrer à plus faim au retour d'une chasse fructueuse ; c'était pour les jours où il n'y a rien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour répondre au problème de la faim ici, on reprendra ce qui a déjà existé: on attaque les réserves, puis le gibier, les animaux domestiques et ensuite on passe en mode dur.
      Il faut bien voir qu'ici la densité de population est énorme. Assez pour que les stocks ne durent pas longtemps. Assez aussi pour se foutre sur la gueule au rayon conserves et ramener de la viande de bipède à la place.
      C'est une ambiance où tout mouvement est compté, en calories et en visibilité. On est loin du chasseur cueilleur, on est dans la prédation en espérant être assez haut dans la chaîne alimentaire.
      Pour les calories, pas de dessin. Pour la discrétion, bien planquer ses ressources et ses mouvements vers ces ressources; aussi ne pas montrer des signes de prospérité.
      cc

      Supprimer
    2. hello cher confrère de prénom😊pour ma part j espere que les réserves de ma team, le puit, et le potager( et bien sur le nécessaire pour défendre tout ca) nous permettrons de tenir un bon moment. Après tu as raison il faut garder a l esprit que l on est sur de rien, et que même bien caché ou bien défendu, une bad peut être prise et que l on peut se retrouver en fuite avec le minimum, et donc se retrouver à marauder pour survivre.

      Supprimer
  23. Je suis surpris de constater que personne ne fait en entrer une carte IGN ou routière dans sa réflexion !

    Dans les anciens conflits, les zones risquées étaient bien claires: frontière belge, luxembourgeoise, et italienne, zones industrielles, nœuds ferroviaires, zones portuaires pouvant être bombardées.
    Aujourd'hui la géographie est différente car la menace n'est plus véritablement extérieure (qui pense un seul instant que l'Allemagne va vouloir franchir le Rhin) mais intérieure.
    Certains points restent identiques : voies de circulation (voie ferrées, autoroutes, etc.) mais d'autres changent. Nous sommes maintenant dans une logique de menace intérieure émanant de territoires (les bien connues ZUS, ZUP) mais aussi de zones plus larges : aires d'accueil des "gens du voyage", zones sous influences d'une cité...

    Il faut donc cartographier son environnement de manière très précise. Fuir la proximité des zones sensibles mais aussi réfléchir aux routes de circulation dans un environnement dégradé. Par exemple, comment passer d'un point A (domicile par exemple) à un point B (centre urbain où se trouvent les commerces, services) sans passer par une zone C (ZUS et assimilé).

    Bien entendu cette réflexion découle d'une logique défensive (évitement, recul, retraite...). Mais pourrait très bien déboucher ensuite sur une logique offensive (reculer pour mieux sauter :-).

    Plus d'info sur :

    https://sig.ville.gouv.fr/Atlas/QP/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, c'est bien vu. Cela fait partie d'une réflexion d'ensemble que je mène en ce moment, avec bientôt des ides que j’espère constructives exposés ici. Effectivement pour agir efficacement il faut une vison des événement (quels qu'ils soit) la plus précise possible, de manière a savoir si il faut ou non fuir, quelle chemin emprunter, pour aller ou? Les cartes c'est bien mais encore faut il les renseigner.
      Gabriel.

      Supprimer
    2. Bien qu'intégrer une carte IGN soit pertinent, je fais partie de ceux qui resteront sur place, ie. qui connaissent leur coin par coeur. Tant qu'à avoir des cartes, une qui indiquerait les nappes d'eau souterraines serait un plus.
      Je crois aussi que se lancer dans la résilience demande des préalables accessibles: lecture de cartes, tir, culture, soins... Après, on affine.
      Pour la survie et le combat, soit on est itinérant et on vit sur le pays traversé, comme n'importe quelle armée en mouvement. Soit on choisit de vivre en assiégé avec les risques à prévoir. Perso, trimballer sa dotation annuelle pour un calibre sérieux, non merci (pour info, le 9 para, c'est 13 kg). j'oublie volontairement l'eau et la nourriture pour ne saper le moral de personne.
      cc

      Supprimer
    3. Bien le bonjour "Anonyme1 décembre 2016 à 10:40",

      ( o.O ... je vais faire un abrégé de ce que j'avais déjà écrit et effacé je ne sais comment....^^)

      Les cartes IGN ont déjà été citée, si ce n'est dans des articles, au moins dans les commentaires.

      Pour ce qui est du lien, merci, c'est vraiment "pas mal", ça donne une base.

      Ayant regardé pour Strasbourg-ouest, je peux confirmer les zones affiché en bleu, elle sont effectivement a "fort taux" de population extra-européenne, mais elles sont "restrictives": tous les immeubles "sociaux" (j'habite dans l'un d'eux, en plus en zone "bleu", alors que c'est calme... ) n'y sont pas, et puis la population immigré, assez conséquente, est assez mélangée dans le quartier, dans du social, comme dans du privé ( voir comme proprio ).

      Mais c'est une bonne base déjà, ça me permet par exemple de plus facilement visualiser la proximité de certains quartier du chemin que j'envisage comme option pour extraire ma famille de Strass... Donc, merci encore pour le lien ;)

      Bien cordialement, B

      Supprimer
    4. Salut CC,

      Je veux bien faire l'assiégé mais je veux aussi pouvoir "atténuer" le choc des civilisations en allant souhaiter la bienvenue aux indigènes exogènes résidents, et autres emmerdeurs plus ou moins gênants, localement. Genre :)

      Ensuite et perso, mon biotope annexe fait 81km² entouré de routes. j'en connais tous les chemins et tous les sentiers ( merci à Médor qui aime promener son patron et qui cavale après tout ce qui courre ... ).

      Je connais les points d'eau et où il faudrait gratter pour que ça suinte.
      Du coup, je sais aussi où trouver l'ortie, la pulmonaire, etc ...
      Et aussi où planquer mon cul quelques temps dans de pas trop mauvaises conditions. Au cas ou.

      Donc, en plus de l'IGN indispensable, un petit cadeau qui s'imprime au commentateur assidu:
      1°: http://ccffpeynier.free.fr/Files/dfci.pdf
      2° : http://m.dfci-carto.fr/index.html

      Ensuite, Pierre, notre "père" à tous, ce héros au sourire si doux (VH) nous a balancé un article pour concevoir des tubes étanches en PVC - jusqu'à un diamètre conséquent - afin de planquer la/les réserves "délocalisées" qui seraient trop lourdes à déplacer dans l'urgence.

      Tout ça pour dire que quand ils auront été bien reçu ici, je les recevrais bien là aussi.

      Bon, évidemment je suis un gros con prétentieux ...

      Laurent

      Supprimer
    5. Vous voudrez bien pardonner mon pointillisme, mais il y a trop de variables dans votre projet.
      Souhaiter "la bienvenue" à des gens plus "accueillants" ou seulement plus nombreux relève du suicide.
      Je ne remets pas en cause votre parfaite connaissance du terrain (La seule constante de votre récit) mais les eaux de surface ou non présenteront vite un risque de pollution et les plantes sont un complément et pas un tout en termes de nutrition.
      Pour les réserves, il faut les transporter et les atteindre en temps troublé. Par expérience, quand on enterre un truc, on ne revient pas le chercher.
      Après votre connaissance du terrain, regardez l'énergie que demande chacune de vos actions envisagées et le temps que cela demande et vous verrez ce qui est réalisable ou pas. Les choses évolueront aussi de leur côté: moins de ressources à proximité, plus "d'errants" plus ou moins dangereux (Pas seulement agressifs, mais malades et contagieux).
      Le seul moyen est de tout essayer maintenant alors que c'est encore calme car improviser en plein caca est un excellent moyen de figurer parmi les premières victimes...Et faire de la place aux autres.
      Un retex sur votre projet m'intéresse vivement, histoire de cerner les contraintes incompressibles.
      cc

      Supprimer
    6. mon cher CC,si vous le permettez ,tout les plans quels qu'ils soient sont imparfaits ,tout simplement parce qu'ils sont humains et qu'il s'agit là d'une mutifactorielle évolutive et par définition imprévisible,s'en tenir a des grandes généralités a affiner en fonction des circonstances et s'adapter est probablement la seule solution la moins mauvaise ;évidemment en fonction de ses moyens ont peut disperser comme les écureuils des caches,ou comme le petit poucet des tracés divers et variés,minutés a la seconde près sachant qu'il faudra prendre en compte l'éventualité de l'entorse qui vous arrivera en vous cassant la figure sur la dernière marche de l'escalier en effectuant la retraite vers une cache que des bull auront démoli ou dont le repére intangible (gros n'arbre ) aura disparu (voir le filml'année sainte).Chez nous les vieux marquaient par gravure les limites des terrains sur les plus grosses pierres trouvées sur place,ces blocs de quelques tonnes ont eux aussi bien souvent disparus remplacés par le gps,;encore faut il que les caches en questions soient encore accessibles,en bref c'est pas simple et effectivement demande une énergie peut être plus utile ailleurs en tout cas bon courage

      Supprimer
    7. Cher Janus 2a,

      Je fais la différence entre un plan et une prospective.
      Je sais qu'un plan est imparfait mais indispensable et basé sur deux ou trois paramètres solides. ici, on a pas de plan, juste des supputations sur lesquelles on calque un scénario qui sera inapplicable alors que le caca sera là.
      Pour les caches, ben on enterre ce qu'on peut quand on retraite, pis on pense qu'on reviendra chercher tout ça plus tard, pis on revient jamais, on veut plus, ou on retrouve rien sur place.
      Perso, enterrer 5000 muns ou 50kg de bouffe ou d'eau, c'est du volume et du poids à trimballer (Tant qu'à enfouir, faisons dans le format familial, hein). La discrétion ne sera pas là.
      Enterrer des petits volumes, c'est le risque de ne rien retrouver ou retrouver un truc tout détérioré faute d'attention préalable.
      Je tiens vraiment à décourager ceux qui veulent expérimenter des trucs qui ne tiendront pas la route une fois le décor planté au profit d'une expérimentation sur le terrain, loin du pc, avec une période valable et un retex validant ou non l'idée.
      Pour parler crûment, on se fout des prochains achats de chacun, on veut un retour sur un achat ET sa validité a posteriori. C'est ce que fait un certain Volwest et ça fait gagner un max de temps.
      Sinon, à part ça, on dit bien la même chose.
      cc

      Supprimer
    8. @ CC et Janus,

      Les variables ont ça de bien que quand elles commencent à faire "varier" on peut s'éloigner tellement rapidement du sujet initial que cela devient quelque chose de tout nouveau et qu'à ce moment il vous reste (à mon avis hein!) vos facultés d'adaptation, vos/tre expérience, vos connaissances et savoirs et le bol - le bol avec la variable favorable of course ... :p -.

      Pour le reste: prendre et garder l'initiative, les planques, l'énergie que l'on décide ou pas de déployer à un niveau donné pour un objectif recherché, chacun voit midi à sa porte.

      Tu tiens à décourager ceux qui veulent "expérimenter des trucs" ....
      On a probablement pas le même passé ni la même vision " des trucs", y'en des qui fonctionnent à merveille.
      Et pour parler franchement, je ne suis pas Volwest, je ne mets aucune produit en avant, je fais ce que j'ai à faire et mon ego doit se trouver quelque part dans mon garage sous une pile de vieux playBoy.

      Qui fait trouve des solutions, qui ne fait rien trouve des excuses.

      Laurent

      PS: vous ne m'avez pas dit si mon petit cadeau vous faisait plaisir. C'était quand même l'élément principal de mon petit texte qui ne se voulait pas polémique.

      Supprimer
    9. oui Laurent c'est vrai ,merci pour le cadeau ,quand on est pris par une idée on oublie le reste !! et c'est pas bien

      Supprimer
  24. pour les armes à poudre noire, les revolvers sont en general à simple action, sauf les replique de revolver ADAMS, les vieux revolver des années 1870-1900 sont a cartouches metalliques poudre noire, ça peut se recharger artisanalement. le plomb est facile à trouver, restes à faire provision de capsules.
    c'est toujours mieux que rien, mais la chasse au fusil kentucky, calibre 45 en poudre noire, c'est sportif et reperable.
    j'ai testé hier un S and W 44 magnum, impressionnant mais ce n'est pas une arme de manchon., il faudra s'habituer à jardiner avec un e arme de poing sur soi, voire le fusil dans le dos comme dans les kibboutz en 1948. mais une garde active et permanente pres d'un rassemblement reste la nécessité meme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au lieu de s’embêter à recharger des armes à poudre noire, s'il ne reste plus rien d'autre, on peut mettre de la poudre noire dans des cartouche métalliques de revolvers moderne. Mais on perd de la puissance.

      Supprimer
  25. Quelques paillettes parfumées dans la poudre noire et personne ne se plaindra du nuage... LoL

    RépondreSupprimer
  26. pour revenir aux histoires d'eau ,j'avais préparé un texte et pfuitttt ....envolé !! du coup voilà un raccourçit Allez chez Vergnet Hydro (je n'ai pas d'actions dans cette boite) pompe hpu60/2000 instalation en 30 minutes sans connaissances spéciales ,sans électricité,(même si les diverses pompes peuvent y être asservies),même un forage non(vertical convient ,prévues pour les villages Affricains,pompent jusqu'a 130/150 mètres.prix très abordables et surtout réparables avec les moyens du bord,à voir absolument :Vergnet Hydro 6 rue Lavoisier 45140 Ingres tel 33238227510,c'est du très sérieux avec un service client super,la bonne adresse pour tout ce qui est pompage a l'arrache

    RépondreSupprimer
  27. regardez la carte des quartiers prioritaires sur
    www.jeandocassini.blogspot.com avec comme fond de carte Google maps. Il y aussi quelques cartes sur le Limousin suite à un article précédent.

    RépondreSupprimer
  28. Absent quelques jours, je vais répondre à Anonyme1 décembre 2016 à 10:15 concernant le 243.

    Il est effectivement une des variantes de la famille des 7,62 et est très prisé outre Atlantique car présenté comme un calibre utile pour la chasse aux nuisibles car ayant une signature sonore plus faible que le 308.

    C’est un calibre que je n’ai jamais utilisé et jamais vu en stand de tir, je ne puis donc vous en parlé.

    Voilà un blog qui en parle mieux que moi : http://marksman.over-blog.fr/article-le-calibre-243-winchester-119624906.html

    Mon sentiment est que c’est un calibre que l’on rencontre très peut en France. Cela risque donc d’être problématique pour trouver des munitions à moins de faire soi même son rechargement. Je pense qu’en France le 308 est surement un des calibres les plus répandus et rien n’interdit d’équiper sa 308 avec un silencieux comme par exemple la Tikka T3CTR. Je ne tire même pas des subsoniques avec et le bruit est celui d’une 22Lr.

    308, cal 12, 9 para, 222 sont les calibres les plus répandus auxquels on peut ajouter maintenant le 7.62x54 avec le succès du M-Nagant et qui sont tous des calibres financièrement abordables tant pour l’achat de l’arme que pour les munitions.

    Bien entendu, si vous voulez au 308 tapez loin (600 à 800 mt), il vous faudra oublier les munitions de 148 gr pour vous orientez sur des 175 gr plus chères mais ayant la capacité de faire but à ces distances car à ces distances le triptyque arme, lunette, munition prend tous sons sens. En revanche pour tirer dans la bande des 0 à 400 mt, voir 500 mt en fonction de l’arme, de la 148 gr fera parfaitement le travail, l’objectif étant de rester dans un H+L de 40x40 avec cette munition (standard milit d’un buste). Avec de la 175 gr, je tiens en revanche le 30x30 à 600 mt et le 50x50 à 800 mt.
    Après, la taille de la cible doit rester réaliste cad militaire : 20x20 de 100 à 300 mt. 40 à 50x90 de 200 à 600 mt. 40 à 50x1.70 – 1.80 de 400 à 800 mt. Il n’y a que dans les films ou les tireurs font but sur une pièce de 5 francs à 1000 mt.

    Concernant le 22Lr, le problème n’est pas tant sa capacité à neutraliser car il faut faire le distinguo entre pouvoir d’arrêt et pouvoir de pénétration comme le fait remarquer fort justement Janus 2a.
    Bien placée, la 22 fera le travail de pénétration encore faut-il qu’elle atteigne son but vu le faible poids du projectile. Et c’est bien là le fond du problème puisque pour que l’ogive pénètre, il faudra faire un tir précis qui ne puisse pas être dévié dans une veste un peu épaisse par exemple alors que l’on vise juste au dessus. Lorsque je m’entraine à la 22 de 100 à 300 mt, c’est comme si je multipliais la distance par 3. Cela reste du domaine du possible jsq 200 mt à condition d’avoir acquis un véritable culture de l’estimation des distances et de la lecture du vent comme un tireur longue distance.

    C’est un super calibre pour l’entrainement. En particulier à l’arme de poing pour l’acquisition d’une visée juste et de toute la gestuelle liée au drill du tir de combat pour un cout dérisoire lorsque l’arme est limitée à 1000 cart par an et que l’on ne recharge pas même si ma fille de 13 ans préfère tirer au 9 para qu’au 22…. Pfuu les enfants !
    C’est aussi une excellente école de formation initiale pour le tir au fusil qui est adaptée à tous les longueurs et contraintes des stands de tir et c’est un calibre qui ne pardonne rien.

    C’est mieux que rien mais cela ne doit pas être la P1 dans un plan de survie. Comme la poudre noire ou l’arbalète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pikkendorff,
      Etant équipé TLD je souhaiterais en débattre en privé si cela vous convient.
      Une adresse pour me contacter : gator9a (at) aol.fr
      Merci à vous.

      Supprimer
    2. Bonjour.
      pas de pb si je peux répondre a votre question.
      Msg de contact envoyé.

      Supprimer
    3. Autre calibre très courant en France et en Europe occidentale, le 7X64. Excellent calibre de chasse "généraliste", c'est également un très bon calibre pour de la précision. D'ailleurs, avant la seconde guerre mondiale, les Allemands étaient "en réflexion" pour le choisir comme calibre de ses fusils de snipers, avant de renoncer et de rester sur le 8X57 IS "normal" du Mauser 98K. Ceci afin d'éviter une multiplication des calibres et donc des approvisionnements.

      Supprimer
  29. Bjr a tous, comme d'hab. très bon article, pour le 22lr effectivement pour l'entrainement c'est niquel, voir dans les mains d'un enfant histoire de blesser les ennemies c'est peut être tout aussi bien!
    Bref INFO ou INTOX a vous de voir!! Pour noel certain risque d'avoir un mauvais cadeau!
    http://firearms-united.com/fr/2016/11/19/ar15-ak47-ban/
    loi qui va peut être passer pour la fin d'année,finit le 7,62x39 ou 223(5,56) en stand,pourquoi saisir quand on peut tt simplement interdire.
    cldt Tony

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils veulent même aller plus loin....interdire les chargeurs de plus de 10 coups pour TOUTES les armes et même remettre le rechargement en question.
      Bref, vive l'Europe. Et tout ça grace à quelques parlementaires qui ont "justifié" ces mesures avec des fausses statistiques....
      Comme ça au moins, les terroristes ne risquent plus rien.

      Supprimer
    2. Il n'y a pas que des interdictions dans ce texte communautaire, on investit aussi pour lutter contre le terrorisme:
      "en 2016, la Commission a mobilisé 200 millions d’EUR en faveur de projets éducatifs sur le terrain afin de promouvoir les compétences sociales et civiques; la non-discrimination; l’inclusion sociale; l’esprit critique et l’éducation aux médias ainsi que la compréhension interculturelle. Il existe à l’heure actuelle plus de 300 projets en faveur de la jeunesse dans le domaine de la mobilité à des fins d'apprentissage portant spécifiquement sur des domaines liés à la déclaration de Paris et plus de 1 700 projets concernant des questions plus larges liées au dialogue interculturel, à l'inclusion sociale et à la solidarité."
      En faisant plus de la même chose, on obtient généralement plus du même résultat.

      Supprimer
  30. C'est effectivement en discussion.
    Le pb est que le terme AR15 qui est un type de mécanisme est très vaste et recouvre aussi des armes qui ne sont pas d'origine militaire mais directement fabriquées pour le marché civil.
    Pour les AK je ne peux pas répondre si il existe des armes directement fabriquées pour le secteur civil mais le pb doit être le même.
    Au fond, c'est quoi une arme militaire ? Une arme qui pouvait tirer en rafale et que l'on a limitée au semi-auto ? Une arme tout court ?
    Le 7.5 ou le 8 mm auraient été employé par les teros, ce serait le Mauser et le Lebel qui seraient dans le viseur.
    Il reste toujours en semi-auto le 308 avec un bon vieux FAL ou le SVT40 en 7,72x54 dont les munitions sont en aussi en catégorie C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir
      malheureusement oui, info...
      j'ai lu des commentaires d'américains a ce propos et celui qui a retenu mon attention est "it seems that EU is determined To undermine themselves (...)" ce qui signifie "il semble que l'union européenne soit déterminée a se saper elle même (...)". Tristement vrai.

      Manticore

      Supprimer
  31. Re,en lisant entre les lignes pour exemple: ILS disent AK et AR15 et leur famille (en gros finit le AR15 en 223 ou 22lr c'est la famille)! ILS ne parlent pas des calibres, et de leurs point de vue, il y a des chances que ce soit tout les F.A (semi-auto) qui soient interdits dans leur ensemble
    Alors oui F Von Pikkendorff,il y aura tjrs du cal308, pour R700 ou Ruger Rimfire mais plus de FAL,le SVT40 devrait suivre la même route, comme les chargeurs bridés a 10cps.
    Ce que je veus dire par la c'est que pour EUX le conflit sera bcp + fructueux d'un coté "les Français" armés de cal "de base" et en face des armes de guerre avec chargeur qui vont bien (30cps voir tambour,etc),qui va affronté avec son 9mm bridé 10cps 2/3 gus qui rafale (pr ex)!
    cld Tony

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée serait de faire passer ces armes en catégorie A. Seulement, dans beaucoup de pays de l'UE, dont la France, la cat A est interdite aux citoyens. Donc, la vente ne sera pas interdite....mais on aura pas les autorisations pour acheter...RHOOOOOO,dommmmmage. Bref, un pas de plus vers le désarmement du citoyen.
      Au fait, le liens vers les débats de Firearmes United. Ecoutez ce que dit M. Alexis, représentant français du parlement. Les tireurs sportifs, les chasseurs et collectionneurs sont tour à tour traités de terroristes et de tueurs en série....
      Merci l'Europe de croire en nous.
      http://web.events.streamovations.be/index.php/event/stream/ecr-16112016

      Supprimer
    2. Merci pour le lien Malevil.
      J'ai été très surpris par tes affirmations, en effet je n'imagine pas un diplomate insulter qui que ce soit en public.
      J'ai donc consacré un peu plus de 3 heures à cette vidéo, sur le peu de temps libre dont je dispose. Et en effet M.Alexis prend soin de dire plusieurs fois le contraire de ce que tu affirmes. Je te prierai donc de vérifier tes sources avant de nous faire perdre notre temps.
      Temps pas complètement perdu tout de même, car certaines interventions sont très intéressantes. Il en ressort notamment que M.Alexis et la Commission ne se gênent pas pour trafiquer les chiffres ou les inventer, l'important étant de faire passer leurs décisions sous couvert de discussion. Rien de nouveau donc dans les méthodes des politiciens.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Je me permets de revenir sur le sujet, car vu la façon dont tu m’as « attaqué », ou bien je me suis mal exprimé ou tu as mal interprété mes dires.
      Premièrement, j’ai beau me relire, à aucun moment je ne prétends que M. Alexis ai insulté qui que ce soit en public.
      Ensuite, que ce soit lui, ou les autres membres parlementaires impliqués dans cette proposition de loi, le principe est de combattre le terrorisme et les massacres par la réglementation renforcée sur les armes à feu semi-automatiques.
      Or, nous savons TOUS qu’il n’y a AUCUN rapport entre les armes des terroristes et les armes semi-automatiques dûment déclarées et détenues par des citoyens de l’UE, si ce n’est la ressemblance entre ces armes.
      C’est comme si, à fins de combattre le fléau des délinquants des cités qui font des rodéos sauvages dans les rues avec des motos de cross non homologuées et non immatriculées, l’UE sortait une loi qui interdise l’achat et l’utilisation par les citoyens de motos d’enduro homologuées et immatriculées.
      Tu dis que tu as eu l’occasion de constater qu’ils ont manipulé les statistiques.
      Certes, mais ce n’est pas le plus important. De toutes ces statistiques, il ne faut retenir que deux choses :
      - De tous les homicides par armes à feu dans l’UE, soit environ 5000 victimes, seules 50 à 150 sont le fait d’armes dûment déclarées et détenues par des citoyens de l’UE, donc, soit des chasseurs, soit des tireurs sportifs, soit des collectionneurs . Ce qui représente de 1 à 3%.
      Incidemment, 97 à 99% des homicides sont le fait d’armes illégales, donc non concernées par la loi.
      Enfin, deuxième point à retenir dans les statistiques :
      -Le nombre de personnes dans l’UE victimes par armes à feu semi-automatique dûment déclarées et détenues par les citoyens, AUCUNE, zéro, nada !
      Oser le corollaire entre le terrorisme ou des massacres et les citoyens détenteurs légaux d’armes à feu semi-automatiques est tout simplement vide de sens, infructueux mais surtout profondément scandaleux, et c’est ça que je dis.
      C’est d’ailleurs sur ce point que le président de Firearmes United met l’accent en fin de débat, et c’est ça qu’il faut retenir. L’UE va nous priver d’une de nos libertés, celle de détenir légalement des armes à feux semi-automatiques (ayant l’aspect d’armes de guerre, je précise afin de ne pas relancer une polémique) afin de nous protéger du risque inexistant à ce jour d’être victime de l’une de ces armes. Les annexes à ce projets, comme limiter la capacité des chargeurs, ne ramènent rien de plus, comme le risque est inexistant.
      Si tu as suivi les plus de trois heures du débat, c’est ce qu’il fallait retenir. Les enjeux de cette problématique sont de priver indûment les citoyens de l’UE de certains de leurs droits afin de pouvoir mensongèrement prétendre par là-même renforcer leur sécurité. Ce qui est une tromperie législative.
      Si tu n’as pas compris cela, c’est qu’effectivement tu as perdu ton temps. Mais, et c’est ce qui me rassure, ce n’est pas de ma faute.
      Sur ce, je clos unilatéralement le débat, car moi non plus, je n’ai pas de temps à perdre.

      Supprimer
    5. J'ai bien compris tout cela, et suis totalement en accord avec toi. Comme je le disais, ces 3 heures n'ont pas été complètements perdues car les divers intervenants ont apporté des éléments très intéressants.
      Je parlais simplement de cette phrase que tu as bien écrite, non?: "Ecoutez ce que dit M. Alexis, représentant français du parlement. Les tireurs sportifs, les chasseurs et collectionneurs sont tour à tour traités de terroristes et de tueurs en série...."
      Comment faut-il la comprendre, si ce n'est que M.Alexis nous a traités de tout cela?

      Supprimer
  32. Les famines en Europe au cours des pires moments de notre histoire, en particulier au haut moyen-âge font état de cannibalisme en effet mais il semble que cette pratique ait été exceptionnelle aucunement généralisée. Beaucoup préférant la mort à une consommation de chair humaine entrainant la damnation éternelle. En revanche ce qui est très étendu c'est la consommation d'aliments indignes (cadavres animaux les plus divers) dont l'Eglise autorise l'usage parfois et surtout la consommation d'aliments de substitution pain réalisés avec du pépin de raisin, des racines de fougère et tout ce qui peu être plus ou moins panifiable. Les scénarios post apocalyptiques avec des bandes de cannibales sont du domaine de la science fiction plus que des réalités historiques en Europe. Cela dit, dans beaucoup de scénarios envisageables de façon un tant soit peu réaliste, une situation de pénurie de nourriture entrainerait une aide internationale si la pénurie est limité à une région du monde. Plus probable des situations de famines orchestrées par les belligérants pour affamer une population soutenant un adversaire, cela est fréquent dans les conflits sur le continent africain par exemple. Une pénurie généralisée devrait donc avoir lieu à l'échelle de la planète ce qui réduit le champ des possibles à un nombre limité de scénarios (hiver post attaque nucléaire massive par exemple, ou encore éruptions volcaniques majeures, voir blocus des océans dans le cadre d'un conflit mondial et encore aucun blocus n'a entrainé une famine suffisante pour voir se développer un cannibalisme de grande ampleur). Revenons un peu sur terre (provoc...)regardons ce qui se passe aujourd'hui en Syrie à Alep (ou hier à Sarajevo) les gens assiégés ont surement faim ils sont affaiblis, les maladies se développent mais voit-on un cannibalisme se développer pour autant de façon étendue?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que nenni! juste un exemple très proche, parmi beaucoup d'autres:

      https://www.youtube.com/watch?v=Tx2-QLicI6Q

      Supprimer
    2. Pour cricrivdb. L'exemple dont vous faites état est une pierre à l'édifice. Cela dépend aussi des cultures, du niveau de moralité des populations. Reste que le document dont vous faites état parle bien du cannibalisme en Chine sous Mao. Nous sommes en Europe avec un vieux fond judéo-chrétien et le cannibalisme fait partie des tabous les plus importants dans nos cultures. En même temps rien n'est à exclure, les cultures évoluant ici aussi. Dans le post précédent que j'ai écris j'évoquais les travaux des historiens en Europe. Je ne parlais pas de la situation en Asie ni en Afrique ni dans le Pacifique. Je ne me prononce pas non plus sur une hypothétique situation future sur notre continent que je ne saurai prédire. Je pense cependant que le cannibalisme serait une extrémité ultime sur notre continent et non pas une réalité évidente qui arriverai rapidement en cas de rupture de la normalité. En revanche que des psychopathes ou des combattants fanatisés l'utilisent de façon rituelle pour terroriser l'ennemi relève en revanche d'une probabilité plus élevée. Sur le continent africain c'est le cas de plusieurs milices, j'ai vu aussi une vidéo en Syrie dont je ne pourrai cependant pas confirmer l'authenticité. Là encore prudence, je n'ai pas entendu parler de telles pratiques ni en Ex Yougoslavie pendant le siège de Sarajevo par exemple, ni en Ukraine récemment. Peut être que vous avez plus d'infos que moi sur le sujet.

      Supprimer
  33. "Choix des armes !" Avez-vous dit ?
    Tout dépend si vous êtes dans la défensive ou l'offensive: ce qui en situation, fait la différence entre une grenade OF et DF. Si vous deviez jouer Camerone dans votre BAD, les armes de poing seraient utiles, voire la baïonnette, mais avant d'en arriver là, n'est-t-il pas préférable de "voir loin pour virer court". En d'autres termes, l'erreur fondamentale du survivalisme est de se focaliser sur la BAD, ou si vous préférez le statique, le défensif. En guerre, aujourd'hui, il faut à tous les échelons être capable de passer immédiatement de la fixité au mouvement et dans sa tête de l'idéologie au calcul stratégique. C'est d'abord par le mouvement et non le statique que nous devons apprendre à nous défendre. La BAD n'est qu'une base arrière, un point de repli. Les anciens qui ont crapahuté dans les djebels s'en souviennent. Malheur à qui resté enfermé dans son poste. Pour ce faire, il faut développer le tir à longue distance le TLD couplé au renseignement. Il faut aussi apprendre à monter une embuscade. Le mode d'action de l'NMI pourrait être 1°) en petites escouades montées sur motos pratiquant le "hit and run" nocturne ; 2°) des cartels motorisés lourdement armés pratiquant le mode "Oradour/G.", d'où l'intérêt du "Rens" et celui de savoir monter une embuscade qui permet en cas de réussite de récupérer du "matos". Encore une fois, je le répète ici, en solo vous jouez perdant. Dès maintenant il faut apprendre localement à tisser son réseau sur 10km à la ronde, en campagne. C'est par les campagnes que se fera la reconquête de la France et non l'inverse, puisque celles ci sont enfermées dans un espace géographique rural à l'exception des villes portuaires(les aéroports étant plus difficilement défendables). Dans un premier temps, le résistant qui se considère comme tel va devoir faire du "damage control", c-à-d sauver les meubles, "faire avec" la situation actuelle, aussi dégradée soit-elle, sans forcément l'approuver, mais pour en contenir les effets négatifs. D'abord endiguer pour, ensuite, être en situation d'inverser collectivement et par étapes successives, un rapport de force qui nous est défavorable. Voilà la ligne à suivre. C'est simple, il ne s'agit que de s'y mettre sans plus tarder.
    Philippe


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour parler t l d :https://www.youtube.com/user/heelsandhandguns/videos regardez les tracking tests c'est édifiant!!!!

      Supprimer
    2. Philippe,

      Si cette question s'adresse à moi, pardonnez-moi de ne pas vous avoir répondu plus tôt!
      Je suis avec mon pote et ma toutounette, isolés, près d'un petit ru qui donne de l'eau toute l'année.
      Nous avons choisi la discrétion extrême et attendrons de voir ce qu'il conviendra de faire en temps utiles.
      Nul ne peut présager du futur mais je vous rejoins totalement dans votre analyse.
      Dans mon département des Landes, j'ai vainement tenté de réveiller mes voisins et autres citadins...Je dis bien vainement car personne ne veut croire à ce qui va nous tomber sur la tête! Tout au plus, reçoit-on des sourires gentils, presque moqueurs! Ainsi, ils se rassurent en se voilant la face...
      Aujourd'hui encore, une personne, pourtant intelligente et au fait de ces questions m'a dit ceci:
      " Les gens se réveilleront quand la guerre civile éclatera, pas avant!" Et lorsque je lui parlai d'armes et de provisions alimentaires, il me repondit cela:
      " On verra bien le moment venu..."
      C'est à désespérer!!!
      Mon pote et moi avons parfaitement conscience que ce ne sera pas facile pour nous, loin s'en faut!!!
      Voici pourquoi, dans un 1er temps, nous ne survivrons qu'en mode défense, si nous survivons...une fois ce temps passé, nous espérons pouvoir éventuellement tisser des liens avec d'autres binômes, voire d'autres groupes et d'inverser la situation ainsi que vous le mentionnez.
      Le Français est devenu à ce point individualiste qu'il préfère s'imaginer un Mai 68 et qu'après, tout reviendra comme avant!
      C'est grave docteur?
      Didier

      Supprimer
    3. Bonjour Didier ,nous sommes tous plus ou moins là,les humains se divisent en deux catégories les cigales et les fourmis ,il en va de même pour les ressources naturelles dans tout les domaines ,la réponse est toujours la même" on trouvera bien quelque chose" sauf que dans un monde fini ll ne peut y avoir d'exponentielles et c'est le cas de l'humain et sa prolifération.Sur une récolte les paysans d'antan la divisait par 4 une part pour manger une pour échanger,une pour replanter et la dernière pour palier une mauvaise récolte,autrement dit nous ne pouvons utiliser qu'une partie ddes interets du capital.Votre analyse est la bonne d'abord se défendre,c'est une des condition imposée par la nature.Croire que la science réglera toutes les difficultés est une faute,car pour fonctionner la recherche a besoin de moyens et je ne pense pas que l'effondrement survenu il restera les moyens de se pencher sur le problème de l'énergie a découvrir.Bien cordialement.

      Supprimer
    4. Janus, bonsoir

      "Le Blanc" a été trop gâté, bien trop et trop longtemps; si bien qu'il a perdu la notion simple du bons sens et son instinct animal de survie. lorsque le chaos surviendra, la majorité blanche sera psychologiquement affolée au plus haut point telles les pintades courant en rond dans leurs enclos jusqu'à rupture d'anévrisme!
      L'ennemi barbaresque pourra se régaler, car lui, il est majoritairement prêt à cela et dans son élément idéologique...
      Qu'une bombe à résonance magnétique ou qu'une éruption solaire très forte vienne frapper la terre, nos PMR et cibies, entre autres matériels divers, comme ceux dédiés aux tirs longues distances, voire les points rouges, etc, etc, seront rendus obsolères...Vive le Mosin-Nagant et ses lunettes rustiques!!!
      Et si (scénario catastrophe) nous subissons la trajectoire de l'explosion d'une super-nova, alors là, nous serons tous cramés nets et sans bavures...
      Mais revenons à notre chaos humain!
      Il sera à ce point ignoble que tous les experts mondiaux, pour cette fois d'accord prédisent que les guerres passées auront été, en comparaison, des jeux d'enfants...
      Einstein disait qu'il ne savait pas de quoi sera faite la 3ème guerre mondiale mais que la 4ème se fera avec des pierres et des bâtons...Une phrase simple, courte qui résume une globalité! Sacré Einstein!!!
      Ainsi qu'un intervenant sur le blog l'avait calculé avec justesse, chaque individu sur notre territoire ne disposera que 0,78 ha! Autant dire, à peine l'espace vital pour une meuh-meuh ou un cheval...Qui, eux, peuvent brouter l'herbe...
      Donc, la défense reste la PRIORITE.
      PS/ Pouvez-vous me contacter sur mon yop?
      alt.z1-ao4z20hh@yopmail.com

      Bien cordialement

      Supprimer
  34. Une guerre civile, voire le chaos ne se préparent pas. Cela se déclenche brutalement. Et ceux qui ne sont pas préparés sont les premiers à tomber. Et comme pour toute guerre, rien de ce qui est prévu ne pourra être mis en application sans une grosse dose d'adaptation aux évènements.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si une guerre civile ne se prépare pas, d'autres s'en chargent pour l'allumer où et quand ils le veulent cf. les révolutions de couleurs. Le citoyen lambda ne peut que les pressentir par un certain nombre de prémices. En matière de polémologie, la modélisation des conflits permet d'exacerber les rivalités identitaires, religieuses, ethniques à partir de simulations que des spécialistes (officines bien connues)vont exécuter sur le terrain. Contrairement à ce qui est souvent dit ce n'est pas le peuple qui déclenche une guerre civile, il en est simplement l'outil, préalablement manipulé par lesdits spécialistes qui (en principe) devraient être détectés et neutralisés par nos services de renseignements.
      Philippe

      Supprimer
    2. En principe Phillippe,en principe , sauf que ces fameux services sont les "spécialistes " dont vous faites état

      Supprimer
  35. J'avais précédemment éceit comme convenu à la Préfecture de Paris, pour être certain de taper à la bonne porte et le 6 décembre je reçois un mail me demandant:"Quelle est votre question?
    Je reformulai donc, ce même jour, ma question ainsi:
    "Bonjour!
    Ma question est la suivante:
    "Pouvez-vous m'éclairer sur ce point?
    - Pour pouvoir se rendre au stand de tir, bien que l'on ait sa licence, la facture de son arme de catégorie C, est-il vrai que tant que l'on a pas reçu le récépissé officiel de la préfecture, on ne peut pas transporter son arme et que l'on est alors en infraction?"

    J'attends toujours la réponse qui ne devrait pas tarder.

    RépondreSupprimer
  36. @janus2a
    dabord le 223 est beaucoup plus répandu que le 222 qui n'est pas utilisé par l'OTAN on en trouvera partout toujours. il y a plus d'armes en 223 qu'en 222; raison pour laquelle le 222 reste cher.
    en plus un 222 semi auto c'est aussi une B comme une semi auto .223
    Ensuite je vous donne une astuce légale.
    une conversion ar15 Upper en .22 (B5) n'entre pas dans le quotas (vous pouvez donc avoir 2 calibres pour une même arme) mais mieux:
    Acheter un upper AR15 (B5) n'entre pas dans les quotas.
    Avec 2 B5 vous avez un arme qui fonctionne (et zéro dans le quotas)

    Puis avec le quotas en B ; 12 armes ! il y a largement de quoi équiper la famille même trop on pourra pas tout transporter ;)
    Alors tous au stand pour un loisir enrichissant ;)

    Reste donc le 12 avec des FAP franchement c'est largement suffisant je compte pas affronter une armée ce serait perdu d'avance. Pour vivre heureux vivons caché ;)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour anonyme du 10/12 a 18.41(cela dit signez d'un prénom c'est plus simple) d'accord avec vous mais entre un 223 et un 308 je préfère le second,entre un 222 et un 223 en semi auto soumis tout les deux à l'autorisation le 223 est plus intéressant sans contestation,mais fini la discrétion"pour vivre heureux vivons cachés"Déclarer une arme est une chose ,demander une autorisation en est une autre et ça je veux pas , pour toutes les raisons que l'on sait.Un stock de 5000 cartouches me semble suffisant dans ces calibres ,le 22lr c'est pour le stand.Pour le 12 tout le monde est d'accord c'est le calibre du survivaliste en espèrant ne pas avoir a s'en servir autrement que sur du gibier

      Supprimer
  37. Bonjour à tous!

    Suite à mon post du 10 décembre à 18h36, je vous informe qu'ayant écrit une première fois, il me fut répondu ceci:
    "Nous ne comprenons pas votre question, pouvez-vous la reformuler?"
    Je l'ai donc reformulé avec une précision "chirurgicale"...Jamais de réponse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir cricri, il n'est pas demandé à un chasseur son récépissé de déclaration mais sa licence-assurance de chasse validée pour l'année en cours. Du moins à ce que je sache.
      Idem pour les tireurs sportifs : besoin seulement de l'autorisation préfectorale (copie) pour une Cat B seulement.

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.