13 novembre 2017

Un monde sans foi ni loi

Dans quel but vous préparez-vous ? Est-ce en vue d'une catastrophe naturelle telle qu'un incendie, une tempête ou des inondations ? Ce sont des exemples parfaits d'événements "communs" qui se produisent tous les jours.

Régulièrement, la nature nous met face à des circonstances imprévues, et nous les humains, tentons d'y répondre de notre mieux.

C'est l'un des avantages de se préparer : planifier de manière proactive les événements et leurs conséquences, avant que de se trouver éventuellement affecté par la catastrophe...




Il existe toutes sortes d'urgences, modérées ou extrêmes, et l'avantage de la préparation consiste à donner une méthode pour prendre des décisions susceptibles de nous sauver la vie un jour, en travaillant au moyen d'exemples tant qu'il nous est encore possible de le faire dans le confort de notre habitation.

Pour avoir une idée réelle des conséquences d'un désastre, il est facile de se renseigner sur les régions où il est le plus commun. Si vous vivez dans une zone où vous avez identifié de nombreux risques potentiels entrant dans le cadre de votre plan de préparation, vous pouvez alors envisager la conception de votre propre "matrice de risques" ou encore, votre système personnel d'évaluation de la menace.

Une matrice de risques est un système décisionnel dans lequel on attribue un niveau de risque et de probabilité à chaque catastrophe. Un tel système est censé nous aider à décider laquelle serait la plus probable ou la plus impactante sur notre vie, nécessitant d'être traitée en premier. Par exemple, le Sud de la France connait régulièrement des périodes de sécheresse entrecoupées de pluies torrentielles entraînant des inondations. De tels risques prédisposent donc ceux qui y vivent aux feux de forêts et ruptures d'approvisionnement (électricité et autres), éventuellement suivies d'émeutes en cas de prolongation pour ceux qui habitent en ville.

Votre matrice de risques consisterait à lister toutes ces menaces sur une page, leur attribuer un coefficient en fonction de leur degré de probabilité, et commencer à planifier en conséquence. Pour une personne habitant le Sud, un tel classement aurait du sens dans la mesure où elle serait particulièrement bien placée pour juger des risques, après en avoir éventuellement subi les effets auparavant.

Maintenant, qu'en serait-il s'il s'agissait d'un désastre que nous n'avons encore jamais vu dans notre pays, ou du moins, pas depuis très longtemps ? Quelle sorte de préparation ferions-nous si nous savions que les fourgons du Samu ne circuleraient plus, qu'aucun camion ne viendrait livrer des vivres ou des équipements de secours, et que ni les médias ni les volontaires de la Croix-Rouge n'arriveraient en ville pour couvrir le désastre et fournir leur aide ?


A quoi ressemble un monde sans foi ni loi ?


Les anglo-saxons utilisent le terme de WROL, qui est l'acronyme de "Without the Rule Of Law" (sans la règle de droit). J'ignore qui l'a résumé ainsi en premier, mais il semble désigner parfaitement le pire des scénarios que les survivalistes ont coutume d'envisager.

Un monde "sans règle de droit" pourrait apparaître spontanément, ou faire suite à n'importe quel désastre d'envergure. Pour avoir une idée d'un tel monde, c'est très simple. Il suffit d'imaginer qu'il n'y ait ni police, ni pompier, ni ambulances pour venir à notre secours. Dans un monde sans loi, nous serions laissés à nous-mêmes, ou dépendants de notre cercle d'amis ou de voisins pour nous apporter les services normalement fournis par les forces de l'ordre...



Par "chance", les survivalistes qui se préparent ont l'immense privilège en France d'avoir de brefs aperçus d'un tel monde. Mais qu'en serait-il si ces simples aperçus devenaient notre réalité à part entière ?

Si vous habitez à proximité des zones d'épanouissement collectif que sont nos banlieues, alors vous en avez probablement vu ou vécu par vous-même, même s'ils étaient plus ou moins rapidement contrôlés par la force publique. Les pillages sont un bon exemple d'un monde sans règle de droit, de même que les émeutes. Les deux vont de pair et la police compte sur le contrôle de la foule dans une large mesure pour empêcher ces événements de s'étendre plus qu'ils ne devraient (sinon le temps de faire croire qu'ils sont inévitables et que l'état d'urgence est plus que jamais justifié...).

Si la police n'est pas disponible ou qu'elle est dépassée, que va-t-il arriver ? Lorsque les émeutiers et les pillards n'auront plus personne en face pour s'opposer à la propagation de la rage et de la violence, quelles seront leurs prochaines étapes ?

Imaginez quelque chose d'aussi "anodin" qu'une rupture d'approvisionnement électrique pendant une période donnée. Disons que par un triste coup du hasard, tout le réseau du Sud de la France est hors service pendant un mois. Cela pourrait être une panne causée par un attentat terroriste, une éruption solaire ou une chaîne d'événements aléatoires qui provoquent par effet domino des pannes d'équipements et de systèmes. Imaginez que cela se produise en août alors que la Côte connaît une affluence record et des températures encore plus caniculaires que d'habitude.

Pensez-vous que des émeutes éclateraient ? Pourrions-nous assister au pillage en règle des magasins ? Sans électricité, il n'y aurait aucun moyen de réfrigérer les aliments. Vous ne pourriez pas trouver de carburant à la pompe, utiliser les distributeurs de billets, les climatiseurs ou les machines à glaçons. Les antennes relais des téléphones cellulaires seraient hors service. Pourriez-vous aller au travail ? Probablement pas, sauf si votre travail impliquait quelque chose qui ne dépende absolument pas de l'électricité ni du carburant. En ce qui me concerne, mon activité sur ce blog dépend en totalité de l'Internet et de l'électricité, et je suis loin d'être le seul dans ce cas. Les transports en commun seraient immobilisés, et même les services gouvernementaux seraient incapables de porter assistance. Dans une telle hypothèse, que feraient les millions de personnes en sueur, affamées et paniquées ?


De quoi faudrait-il s'inquiéter dans un monde sans règle de droit ?


Est-ce que tout cela n'est qu'un mauvais rêve ? Il y a beaucoup de gens qui pensent que rien d'aussi terrible ne pourrait arriver et que notre mode de vie se perpétuera plus ou moins de la même manière ad vitam aeternam. J'ai dit à plusieurs reprises combien j'espère que cela puisse être vrai, mais je me prépare au cas où ce ne le soit pas. Ma propre matrice de risques est mes tripes... Pourtant, vous trouverez des wagons de personnes qui disent que se soucier de telles choses est une perte de temps.



Par définition, l’absence de règle de droit signifie que la loi et l'ordre, donc la normalité, est passée à la trappe. Partant d'un tel présupposé, il n'y aurait pas assez de police, de CRS ou de militaires pour aider tout le monde. Tous ces gens-là auraient très probablement à veiller sur leurs propres familles, et je pense personnellement que beaucoup d'entre eux, s'ils devaient choisir entre aller au travail, arrêter une émeute, ou rester à la maison pour défendre leur femme et leurs enfants, choisiraient finalement la dernière option.

Bien entendu, il y aura toujours des lecteurs qui ne sont pas d'accord et qui prétendent que le soldat professionnel, le policier ou le pompier n'abandonneront jamais leur poste et que les diverses communautés se rallieront pour s'occuper les unes les autres en période de crise. D'après moi, ce pourrait être le cas lorsque la crise est terminée, mais sûrement pas pendant que tout le monde la traverse.


Quoi faire pour se préparer à une absence de règle de droit ?


Mon scénario de non droit évoqué ci-dessus est relativement court. Il y a certainement eu des catastrophes naturelles où la destruction a provoqué des pannes de courant pendant une longue période. Dans un monde "normal", il est éventuellement envisageable que nous ayons les forces d'un demi-pays qui s'unissent ou soient dépêchées pour aider les départements du Sud, mais supposons que ce ne soit pas le cas et que vous soyez seul pendant un mois d'anarchie potentielle. Imaginez un mois de purges façon Libération dans la vraie vie...

Pour éviter cela, ou limiter les risques, on peut envisager certaines mesures :


Limiter son exposition


Qui fait la meilleure cible ? Celui qui est juste devant vous... Si la violence se répand du fait de la rage ou du besoin, restez à l'écart. Le but est de se tenir loin du brasier ; il vaut toujours mieux le laisser se consumer autant que possible avant d'y être plongé dedans. Pour cela, l'évacuation peut être la meilleure option, aussi gardez un plan sous le coude. Dans mon scénario, vous auriez beaucoup de temps pour prendre une telle décision, mais vous devrez avoir stocké des réserves avant que la possibilité de les acquérir ne soit passée. Cela comprend tout ce dont vous auriez besoin pour la nourriture, l'eau, l'abri, la sécurité et l'hygiène pendant au moins 3 mois.


Utiliser les amis


Si vous devez voyager ou évacuer, vous ne pourrez pas le faire seul. Quelqu'un doit être là pour surveiller vos arrières, et vous sortir éventuellement du pétrin. Dans un monde sans règle de droit, il est certain que l'application d'une force mortelle sera beaucoup plus répandue et justifiée si votre vie venait à être en danger. Je ne dis pas de sortir et de tirer sur les gens qui descendent dans la rue, mais s'ils menacent votre vie, alors vous aurez un choix à faire. Il est préférable de considérer cela dès maintenant plutôt que le moment venu, même s'il faut bien admettre que tuer quelqu'un soit très différent que le simple fait de presser une détente.

- Prévoir un plan "musclé" de surveillance du quartier (ou de l'immeuble où vous habitez)
- Penser à votre quartier d'un point de vue tactique (voir nos articles sur la Défense de voisinage)
- Coordonner un plan d'intervention de quartier



Garder un œil ouvert


S'il se trouve un réel danger de violences dans votre voisinage, alors il est clair que vous ne pourrez pas simplement fermer votre porte à clef en espérant qu'il s'éloigne. Si vous ne l'avez pas déjà fait, vous devrez vous rallier à vos voisins pour élaborer un plan de défense et répondre aux besoins et aux problèmes du groupe. Quoi que vous ayez fait - ou pas fait - avant les événements, vous devrez oublier vos éventuels principes et surmonter votre individualisme si vous voulez survivre. Il faut plus d'une personne pour monter la garde toute une nuit...


S'armer de manière responsable...


Et légale. Je suis un chaud partisan de la possession responsable d'armes à feu. La responsabilité dans ce domaine signifie avoir l'entraînement et la connaissance de la manière et du moment où il faudra les utiliser pour défendre sa vie. Il a été dit que la seule chose qui puisse stopper un malfaisant avec une arme est un gars bien avec une arme, et je crois que cela est vrai. Dans une telle situation, faites en sorte d'être du bon côté.

Un monde sans règle de droit tel que je l'imagine est quelque chose qui se trouve entre la zone de guerre et la série des Mad Max, le tout regroupé dans votre désastre favori. Je ne suis pas sûr que j'aimerais expérimenter à nouveau un tel environnement, mais si le cas devait se représenter, alors je préférerais avoir un plan et pouvoir le mettre en oeuvre...

25 commentaires:

  1. Merci Pierre pour cet article. La frontière entre l'équilibre et le basculement reste très ténue. Samedi soir à Bruxelles, il a suffit d'une qualification marocaine pour que 22 policiers soient blessé, des voitures incendiées et des magasins pillés... Dans la presse bobo "surtout pas d'amalgame" "plainte contre les violences policières" "yacine a honte" et j'en passe...
    Gardons la Foi !

    François le belge une fois

    RépondreSupprimer
  2. Tout est là pour que commence le brasier. Simple question de temps. Rome ne s'est pas effondrée en un jour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai, mais les transfos peuvent cramer en un jour

      Supprimer
    2. Bonsoir,je me pose la question de l'utilité,ou de l'opportunité de vivre à peu de distance,d'une centrale photovoltaïque,ou d'éoliennes,ou d'une centrale hydroélectrique.Normalement ces populations ne devraient pas être concernées par une rupture de l'approvisionnement;non?
      De la même façon la population française n'est pas homogène:lors des dernières élections on a pu voir l'opposition entre "la France des périphéries"et les européistes mondialistes cuculapralinistes des grandes agglomérations.La fracture est réelle;elle concerne autant le mode de vie,que la volonté d'autosuffisance,que la culture tout quoi.
      Idem si je rapporte en ratio le nombre d'armes détenues par rapport au nombre d'habitants,c'est une chose mais si je regarde les populations concernées(chasseurs tireurs) réellement le ratio sera tout autre.
      Il me semble dès lors difficile de tracer une ligne en diagonale pour séparer deux zones;je pense qu'il y aura plus sûrement des situations de zones avec différents niveaux de sécurité(comme aujourd'hui mais en pire pour certains).
      Si mon raisonnement est bon,on devrait voir cohabiter des zones,avec énergie carburant,services publics production agricole et artisanale, d'autres ou vont régner le chaos et l'anarchie et d'autres où l'on risque de voir la volonté de mise en place de société féodales tribales ethniques.Les deux dernières structures seront dépendante d'un approvisionnement passant forcément par les zone encore organisées.
      On a pu voir ainsi en Syrie des quartier d'une même ville avoir des destins différents.
      En dernier lieu, les gendarmes bénéficient d'un logement gratuit alors que les policiers sont disséminés un peu partout ils seront plus faciles à mobiliser enfin il me semble.
      Ce qui risque de changer fortement par contre c'est la notion de légitime défense.Ce sera fini l'époque bénie de l'impunité totale,de la récidive à répétition,de la mitrailleuse à incivilité.Finie la culture de l'excuse.Un nouvel ordre local avec des citoyens vigilants,et le plus drôle c'est qu'en regardant les stats de Dodge city on se rend comte qu'il n'y a eu que 5 homicides en 1878(article contrepoint 7 janvier 2011 le mythe du farwest sauvage)
      Cordialement
      H17

      Supprimer
  3. Polices, Armées , représentants du droit et du bien ..? Ça dépend où , de son lieu de vie. Sûrement pas au Mexique, ni en Colombie, où je vis depuis 11 ans. Ce n'est pas blanc ou noir non plus. Il y a heureusement des gens honnêtes et majoritaires parmi les forces de l'ordre. Mais des exactions , crimes, viols, pillages sur les populations civiles ne sont pas des anecdotes. Et en toutes impunités , le système est profondément corrompu au plus haut niveau. 100 femmes , séquestrées , violées puis tuées chaque jour au Mexique. On en est à plus de 8000 cas du genre. Des réseaux très bien organisés , puissants , en toute impunité . Des riches paient pour ces spectacles de psychopathes.. Une femme seule , déjà dans les aéroports du Mexique , est repérée comme proie par ces prédateurs de bandes criminelles . Cette réalité n'est sûrement pas la vôtre , mais dans des situations chaotiques ,tout change , j'éviterais de faire confiance aveugle , à ces anciennes forces de l'ordre ..Si ordre leur est donné par leur hiérarchie , de tirer , elles le feront sans aucun état d'âme, et ne soyez pas certain, parce que vous êtes honnêtes , originaire de votre pays etc.. que vous ne serez pas la cible. Sans compter ceux qui "travailleront" à leur compte , en bandes de Mad Max , d'ex-loyaux défenseurs de la loi... avant ..

    De toutes façons , l union fait la force , et plus la situation passe du chaotique au grand bordel incontrôlable ... seul, personne ne peut survivre , ou très rarement. Le groupe fait la force . Pensez-y dès maintenant. J'ai inclus cela dans mon plan de survie ..d' Après . Autonomie d'eau abondante oui , de nourriture potager fruitiers frais ou déshydratés oui ,sans dépendre de l'électricité oui, défense collective organisée le plus pro possible , oui ..mais en groupe de survivants .

    Juste une remarque , depuis 11 ans en Colombie , surtout en zone rurale , très affecté par la guerre civile et militaire , j'ai eu le temps d'analyser et comprendre les voies a suivre. Gérer son mental , ne jamais paniquer mais être réactif face aux situations . Paradoxalement , vivre ces chaos , enseignent beaucoup de choses , plus que de les penser sans les vivre .
    Pas de fanfaronnades non plus, être le plus discret possible , avant et après . Sur ses projets en cours , sur les armes etc.. On a beaucoup de bunkers chez nous , à cause des bombardements aériens , et en protection des attaques terrestres des tunnels de survie . On ne doit pas en parler , sinon a quoi cela servira t-il ? Trop parler tue .. soyez le plus invisible possible dans vos projets , et activez-vous , parce que ces chaos sont très proches ..Laissez ceux qui en doutent dans leur moquerie ..du jour . Ce seront des futurs réfugiés errants. On ne peut pas sauver tout le monde . Et sa survie possible ne se pense sûrement pas à la dernière minute . C est même tres long en préparation , et pas garantie en résultats non plus. Sans souhaiter ces jours d’après , il faut être cinglé pour espérer cela . On peut très bien vivre , sainement mentalement et physiquement , , en faisant ces préparations.
    C'était Juste un petit partage de vécu , sans plus.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Pierre pour cet article qui met en perspective des ruptures momentannées voir plus longues de l'état de droit,une petite remarque dans le tableau personnel que chacun se fera dans sa matrice de risques j'y ajouterai la notion de gravité ex: un risque estimé de faible irruption mais potentiellement très grave sera noté différemment que le même sans gravité,cette notion de gravité potentielle du risque est affaire personnelle,j'accepterai tel risque qu'un autre ne prendra pas.Cette matrice sert donc , avec la notion de gravité , a adopter une attitude qui sera plus précise ,on ne fuira pas son domicile pour des manifs fussent elles violentes , mais sans armes , alors que si il s'agit de bandes armées la situation franchit en dangerosité un cran au dessus,un petit tableau a triple entrée fait l'affaire en laissant des cases pour ce que nous n'imaginons pas encore.Cordialement à tous

    RépondreSupprimer
  5. bonjour
    Je vous lis régulièrement et parfois comme pour cet article je suis partagé.
    Je m'explique.Dans cet article il est question de fédérer le voisinage entre autre notion.
    Pour ma part cette notion comme d'autre que vous abordez et certainement possible,mais extrêmement peu probable.
    En effet si je me base sur mon environnement, a part des cons de gauchiste inculte et non préparé, je peux éventuellement compter un peu sur 2-3 personnes malheureusement peu préparée également mais surtout incrédule sur la réalité avec qui nous avons un mal fou a trouver un but commun (vu que nous ne parvenons pas au même diagnostic de la situation).
    Tous ça pour dire que votre contribution (trés réfléchie) ne prend tout son sens que lorsque qu'une "communauté" et crée au préalable et purgé de tous ses indésirables .

    merci pour votre travail

    rasp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Rasp ,vous avez une analyse assez précise de la situation telle qu'elle est aujourdhui et que la majorité des intervenants sur ce blog partagent (voir des articles anciens à ce sujet)mais il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ,sous le coup des'évènements douloureux que nous évoquons un certain nombre d'indifférents actuels se trouveront confrontés a une réalité à laquelle ils ne croient pas pour l'instant et se tourneront, comme la cigale de la fable, inéluctablement vers ceux qui leurs sembleront être la fourmi planche de salut,là la fourmi fera son choix entre ceux qu'elle acceptera et les autres rejetés,bien entendu ceux qui auront réussi a créer par anticipation un embryon de communauté auront un train d'avance .N'oubliez pas que ce sont toujours les minorités qui au cours de l'histoire ont fait bouger la chair a canon et changer le cours des évènements ,ils ne représentent pas plus de 5% de la masse amorphe et lobotomisée .cordialement

      Supprimer
    2. petite suite sur les vrais tireurs de ficelles du muppet show européens ;https://leblogalupus.com/2017/11/15/paradise-papers-farage-accuse-soros-de-financer-son-influence-sur-lunion-europeenne-video-vof/

      Supprimer
  6. Une carte interactive utile pour ajouter un peu de piment au bord... possible.
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/11/14/20002-20171114ARTFIG00018-faites-vous-partie-de-la-population-la-plus-a-risque-en-cas-d-accident-nucleaire.php

    RépondreSupprimer
  7. https://www.youtube.com/watch?v=DII4hxSNXXE

    Voici l'état actuel de la France...

    Il nous reste combien de temps avant le chaos islamique ?

    1 ? 5 ans ? 10 ans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les termes chaos et islamique ne me semblent pas aller du tout ensemble puisqu'il s'agit au contraire d'instaurer un ordre très rigoureux.

      Supprimer
    2. petit retour sur l'armée européenne:https://fr.sputniknews.com/international/201711151033897496-tcheque-ue-armee-otan-usa-russie/

      Supprimer
    3. Concernant le chaos islamique c est marrant j allais en parler un tsunami va déferler fdesouche en parle et ce sont les pires que l on ait jamais vus ils n ont rien d Européen le chaos va enfin pouvoir etre amorce enjoueeeee

      Supprimer
    4. « Chaos islamique » est justifié ; regardez l'Etat islamique : massacres, pillages, viols, saccages, etc. Si ce n'est pas le chaos, qu'est ce que c'est ? Sûrement pas l'ordre...

      Supprimer
    5. Non, Anonyme du 16 novembre 2017 à 13:04, il faut distinguer 2 aspects:
      - l'état de guerre qui entraine des destructions qui n'ont rien de spécifique à l'"état islamique"
      - les destructions et massacres organisés par l'"état islamique" qui n'ont rien de chaotiques et sont au contraire conformes à leur "ordre".
      Dans aucun de ces deux cas les deux termes ne peuvent être associés.

      Supprimer
    6. Faux. Massacres, pillages, viols, saccages n'ont concerné que ceux qui n'étaient pas ou pas assez musulmans. Une administration (police, justice, taxes plus tentative de monnaie) basée sur les actes précités a été mise en place selon des textes précis issus du petit livre vert.
      Ce même "ordre" est déjà en place chez nous et n'attend que de s'étendre.
      Le chaos n'est qu'une phase transitoire avant qu'un seul pouvoir ne règne seul.
      cc

      Supprimer
  8. En fait l'état de non droit n'existe pas, comme les cités du même non. Il y a seulement un "autre" droit. Celui qui est censé réguler nos sociétés démocratiques (hahaha) et de droit (re-hahahahaha) étant simplement remplacé. L'Etat (profond=l'avoir bien profond)joue du chaos avec ses milices "antifa", celles qui mettent au pas les mal-pensants attachés aux valeurs ancestrales de leur Pays, pour le plus grand profit des cosmopolites mondialistes. Ils reprendront la main quand le boulot sera fait : notre disparition. Comptez sur les forces de l'ordre collaboratrices (toutes confondues) pour faire la chasse aux récalcitrants! (c'est déjà commencé). Alors le choix du calibre importera peu. Dans une situation de survie il n'y aura aucune limite, la loi ce sera la vôtre, celle de rester en vie! (Chibani)

    RépondreSupprimer
  9. bonjour à tous, le tsunami islamiste serait il celui dont parle les Anglais, c'est à dire celui du à la mort prochaine de bouteflika dont j'aimerais bien connaitre le passé entre 1954 et 1962.
    il serait question d'un retour à la guerre civile entre mahométans furieux et l'armée qui controle le complexe militaro industriel et ses juteuses prébendes. il serait question de plusieurs millions d'algériens. nous avons les moyens de couler les bateaux mais ils passeront par l'italie et l'espagne., je vois tres bien comment les arreter mais aucune résolution pour le faire de la part du "gouvernement " en charge de cet éventuelle catastrophe. HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de panique Herman ,si ce stade arrivait ,c.a.d des centaines de miliers d'algériens nous serons à vos cotés poue employer les moyens que vous connaissez,il n'est pas sûr que la mort du leader algèrien provoque ce tsunami,ils auront fort à faire entre eux déjà et ça va les occuper un brin.pour Francois ,l'islamisme est une des composantes du chaos qui n'interviendra que dès lors que nous serons submergés par le nombre,pourquoi se battraient ils alors qu'il suffit d'attendre que les pontes successives fassent le travail:certains calculateurs donnent 10 ans d'autres 15 ou 20,ce n'est donc pas pour demain , mais ce procédé est bien le plus inquiétant, car quasiment imparable et le moment venu l'infériorité numérique sera malheureusement notre handicap

      Supprimer
  10. Laissez moi réfléchir,le Maroc était bien le royaume qui s'étendait de Tombouctou à presque Montpellier avant que les Européens ne le démembre pour avoir la paix?Non?
    Ce pourrait il que ce royaume ait quelques revendications territoriales? Rappelez vous 18/12/ 1975 le jour où l'Algérie expulse 350 000 Marocains.
    Cordialement
    H17

    RépondreSupprimer
  11. Yep,Jolimerle,regardes,si tu le veux bien,ta boite yopmail!

    RépondreSupprimer
  12. Janus 2 a pour que je commene à paniquer; faudra se lever de bonne heure . Je suis toujours intervenu en inferiorite numerique et ca s est bien fini pour nous. Simplement je sais la coutume de la razzia chez les rats des villes.ca debarquerait en masse et pour les retrouver macache bono bezef . A moins d'organiser une chasse à courre a l echelon regional pour commencer. Mais je suis desormais retire des voitures. Meme si je conserve mes idees, j ai toujours emis un doute sur le comportement des forces de l ordre en cas de revolution pour en deduire qu il n y a pas de certitudes.a l image de la societe il y aura des collabos, des resistants et le marais des attentistes. Revoir la periode 1940-1945. Je suis trops vieux pour changer de pays et n en ais nulle envie. Un homme avec un fusil chargé reste un homme libre et on a toujours le choix . HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  13. Ho Herman c'était juste une taquinerie,nous sommes tout deux dans le même cas,il y aura des petits Camerone et des thermopyles un peu partout,mô lon labbé camarade

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.