2 janvier 2018

Six pièges primitifs pour la chasse

Si vous vous retrouvez dans la verte et que le besoin de nourriture se fait sentir, il existe certaines façons "primitives" de remplir l'assiette pour le dîner.

Ceci étant, je serais le premier à dire que l'utilisation des méthodes et pièges décrits dans cet article n'est pas la chose la plus facile au monde.

Les gens qui comptent uniquement sur les pièges pour se nourrir en placent de multiples, et ne sont en général pas très gros ; il arrive qu'ils doivent se passer de nourriture pendant plusieurs jours, s'ils ont suffisamment de malchance pour ne rien attraper avec leurs dispositifs...




En fait, si vous envisagez de faire une évacuation dans la forêt nationale la plus proche avec rien de plus que votre sac à dos, votre famille et votre fidèle 22, je ne compterais pas sur ces méthodes comme source unique de nourriture, et ce pour une grande variété de raisons. Pour dire la vérité, je ne conseillerais pas d'évacuer du tout, à moins de n'avoir zéro autre option ou que les risques de rester sur place soient trop élevés.

Cela étant dit, les méthodes décrites ci-dessous ont fonctionné pendant très longtemps, et fonctionneront encore. Si vous avez le temps, la patience et la chance de croiser la route d'un animal errant, les pièges peuvent être utilisés pour l'attraper, et il est toujours sage d'avoir de telles connaissances dans son bagage au cas où...


Les collets


Les collets pour le petit gibier peuvent être faits à partir de brins de Paracorde (les fils blancs qui se trouvent à l'intérieur de la gaine), de tendons tressés, ou de lignes de pêche. Les pièges assez solides pour sécuriser un animal aussi grand qu'un cerf ou qu'un chamois doivent être faits de cuir brut, de Paracorde, ou de câbles en acier. Bien sûr, si vous avez le temps de planifier à l'avance, vous pouvez prévoir des collets dès à présent et les conserver dans votre sac.

Les collets constituent probablement les plus connus des pièges. Chez nous, ils sont munis d'un arrêtoir pour éviter l’étranglement puisque ces pièges capturent l’animal par le cou. Ils sont destinés exclusivement à la saisie du renard. Le piège doit obligatoirement être homologué (présence du sigle PHE), et déclaré en mairie ; il doit être relevé dans les deux heures qui suivent le lever du soleil.

Toutes ces règles, bien sûr, c'est tant que tout va bien. Après, lorsqu'elles disparaîtront et qu'il n'y aura plus personne pour nous emmerder, ce sera "chasse que pourra"...



1. Le collet mortel


Placez le collet à la hauteur de la tête et attachez l'extrémité à un arbre, à un piquet solidement planté dans le sol, ou une bûche que l'animal ne pourra traîner que sur une courte distance au fur et à mesure que le collet se resserre. Faire des collets de corde, de ligne de pêche ou de fil si disponible. Le fil très fin est probablement le meilleur pour ce type de piège parce qu'une fois tendu, il ne se détend pas facilement de lui-même. Les brins de Paracorde sont beaucoup plus lisses et peuvent glisser plus aisément.

Un bon endroit pour positionner ce piège (et beaucoup d'autres en fait) est sur un lieu de passage. Vous avez probablement parcouru des centaines d'entre eux si vous avez passé du temps dans les bois. L'astuce consiste à examiner le sol, et l'on peut voir assez facilement les sentiers pris par les animaux. Placez ce piège dans une courbe sur la piste et couvrez-le autant que possible avec des feuilles pour le camoufler.

Il faut savoir qu'en France et en temps ordinaire, la pose d'un collet à arrêtoir est rigoureusement réglementée afin de sélectionner les prises : le collet doit être positionné à minimum 18 cm du sol, 22 cm au maximum, et son ouverture ne doit pas excéder 20 cm de diamètre. Un émerillon doit être apposé à la base du collet afin de permettre à l’animal des mouvements sans étranglement. Vous pouvez également placer ce type de piège en sortie de terrier, dans ce cas les mesures énoncées ne doivent pas être prises en compte.



2. Le collet "fouettard"


Je nomme ainsi et à défaut de meilleure appellation ce collet qui comporte un bois replié destiné à se rabattre violemment dans sa position initiale. C'est un système à relâchement de tension, en quelque sorte, sauf que ce relâchement se fait vers le haut et non pas vers la cible (à la différence du piège décrit au paragraphe 4).

Ce modèle de collet fonctionne avec un déclencheur - une sorte de gâchette - qui libère un bois flexible tendu comme un arc, projetant le gibier dans les airs après que celui-ci ait tiré sur la corde (ou poussé un bâton, suivant les dispositifs) et libéré la gâchette. C'est un bon piège pour les lapins jusqu'aux animaux gros comme des chevreuils.

Il y a deux choses principales à retenir en ce qui concerne ce piège. La première est qu'il faut choisir un arbre qui soit suffisamment élastique pour qu'il se rabatte rapidement dans sa position originelle, actionnant ainsi le piège. Cela peut être difficile à faire, suivant l'environnement dans lequel on se trouve. Par ailleurs, l'emplacement du collet devra dès lors dépendre des branches ou des arbres qui se trouvent à proximité.

La deuxième chose à considérer est que la branche soit assez forte pour supporter le genre d'animal que l'on a dans l'idée d'attraper. Disons que vous voulez prendre un cerf. Dans ce cas, vous feriez mieux de choisir une branche plutôt costaude et vous assurer que le cordage choisi supportera le poids de l'animal - sachant que celui-ci essaiera désespérément de s'enfuir si l'impact de la branche qui fouette n'a pas pris soin de lui assez rapidement.

Assurez-vous aussi que la corde soit attachée à la branche de manière à ce qu'elle ne puisse pas se défaire facilement. Si l'animal parvient à rester sur ses pieds, il va tirer sur la corde. Si celle-ci n'est pas tendue et/ou enroulée autour de quelque chose qui l'empêche de glisser, vous pourriez avoir donné à un lapin une nouvelle cravate... Cela tuera probablement votre proie, mais plus tard, et vous ne serez plus là pour profiter de ses qualités nutritives, sans compter que vous pourriez perdre votre matériel de piégeage dans l'aventure.

Un collet classique à fouet

Un système possible de détente

Voir aussi : https://www.ftgq.qc.ca/fr/mises_a_jour_pgaf/fiches_piegeage_francais2014.pdf


L’assommoir (ou piège rustique)


Les pièges qui utilisent des bûches ou des pierres pour écraser les proies sont généralement appâtés, mais fonctionnent aussi le long des sentiers ou des terriers à l'extérieur lorsqu'un animal ou un oiseau qui passe frôle la gâchette.


3. L'assommoir au sol


C'est l''un des pièges les plus faciles à faire et à mettre en place, idéal pour la capture des martres et des fouines. Ses caractéristiques dépendent du genre de gibier que l'on appâte, il est donc préférable de l'utiliser pour les animaux carnivores et les rongeurs tels que les rats. Les seuls matériaux que ce piège nécessite sont une lourde pierre ou une grosse bûche. Quelque chose de suffisamment gros pour écraser le crâne de l'animal et le tuer rapidement.

On peut toujours se contenter de disposer un tel piège sans appât sur un sentier, mais attendre qu'un animal veuille bien se faire assommer peut prendre un certain temps, donc un appât reste l'idéal. Si vous revenez et constatez que le piège a été déclenché, faites attention en retirant la pierre ou la bûche utilisée comme assommoir ; il est possible qu'elle ne fasse que retenir l'animal qui pourrait s'enfuir une fois le poids ôté.

Un modèle de piège assommoir sans appât



Le plus typique est probablement l'assommoir "en 4", nom donné par le système de détente en forme de chiffre 4. Il s'agit d'un piège appâté (l'appât se trouve au bout de la tige horizontale de détente, à l'intérieur) :





Les pièges à tension


Des pointes en acier trempées sous tension, voire en bois taillé, peuvent être mortelles pour les prédateurs et les proies. Toujours placer et s'approcher par l'arrière d'un piège à tension et l'utiliser seulement en cas d'urgence dans des coins retirés, là où aucun humain ou animal domestique n'aurait de chance de passer.


4. Le piège à pointes


C'est le favori de Rambo, efficace contre les cochons sauvages, les niakoués, les cerfs ou tout autre gibier qui utilise régulièrement des pistes ou sentiers définis. Assurez-vous que la poussée horizontale de la lance se fasse à la bonne hauteur de manière à empaler le corps du gibier chassé. C'est un piège extrêmement dangereux, à utiliser avec prudence.



Il existe plusieurs systèmes possibles pour ce qui est du mécanisme de détente. Par exemple celui décrit dans la vidéo ci-dessous, très pratique à réaliser sur le terrain de par la simplicité des pièces utilisées :
https://www.youtube.com/watch?v=uBq6hU6ZZZ4

Vu de dessus, le système donne ceci :



Bien entendu, on peut mettre davantage de pointes, jusqu'à une rangée entière pour peu que l'on soit un brin sadique (ou très affamé). Notez que ce piège particulièrement meurtrier était aussi un favori des Viêts. Encore un fois, prudence ! La dernière chose à faire lorsqu'on est dans les bois serait de se planter une pointe dans la jambe...

Le choix du bois est important, de même que la force de rappel de la lance, car le piège doit empaler l'animal avec assez de force pour le tuer, sans le laisser s'échapper. Si le piège a été actionné, il faut que l'animal soit toujours là quand vous reviendrez...


Les pièges à oiseaux


Les oiseaux peuvent être beaucoup plus faciles à piéger que les mammifères et devraient être parmi les premières cibles à considérer pour un repas. Il existe de multiples systèmes, sachant que les principes de l'assommoir et du collet peuvent aussi fonctionner pour ce type de gibier. Sans parler des cages et tapettes à rats, mais que l'on aura peut-être pas sous la main le moment venu. Je vous propose un modèle à réaliser sur le terrain, qui nécessite seulement un bout de ficelle. Ce n'est pas le plus simple à réaliser, surtout si l'on veut en faire un certain nombre, mais il a l'avantage de fonctionner.


5. Le poteau indien


Placez ce piège dans une grande clairière où les oiseaux le chercheront naturellement comme lieu pour se percher.

Étape 1 - Aiguisez les deux extrémités d'un bâton et percez un petit trou près d'une extrémité. Plantez l'autre extrémité dans le sol jusqu'à ce qu'il soit sécurisé.
Étape 2 - Couper un bâton de 15 cm de longueur dont la pointe s'insère librement dans le trou (sans le traverser). Attachez une pierre à un cordon fin et passez le cordon à travers le trou dans le poteau, puis faites un nœud coulant qui recouvre le perchoir.
Étape 3 - Faites un nœud plat dans le cordon à l'arrière du nœud coulant et placez le bâton contre le trou. La tension devrait maintenir ce dernier en position. Quand un oiseau viendra se percher, il appuiera sur le bâton, la roche tombera, et ses pieds seront attrapés tandis que la boucle du nœud coulant se referme et glisse rapidement à travers le trou.


Démonstration en images :
https://www.youtube.com/watch?v=SDNmiLa9_as
https://www.youtube.com/watch?v=VoEaPmLm260

D'autres versions du même piège :
https://www.youtube.com/watch?v=zqW9UAdeQyg (type 2)
https://www.youtube.com/watch?v=sN_2zDvNJSs (type 3)


Les pièges à poissons


Les poissons nagent près des berges la nuit ou se déplacent depuis des trous profonds pour se nourrir. Ils peuvent souvent être dirigés dans des pièges à partir desquels il y a peu de chances qu'ils s'échappent.




6. Le piège entonnoir


Faire les murs du piège avec des pierres empilées ou des bâtons peu espacés plantés solidement dans la rivière ou le lit du lac. Fermez l'entrée du piège en mettant un autre bâton ou des pierres en travers du cours d'eau, pour obliger les poissons à s'y diriger.

C'est certainement l'un des pièges les plus faciles à réussir. Je ne l'ai jamais utilisé, mais la logique semble donner une bien meilleure chance de réussite à condition d'être près d'une source d'eau et qu'il y ait évidemment des poissons. Dans tous les cas, c'est beaucoup plus facile que de pêcher. La pêche classique est un piège dit "actif", c'est à dire qui nécessite votre intervention ; celui-ci est un piège passif, qui peut être installé puis laissé ainsi.

Appâtez le piège avec tout ce que vous trouverez qui est susceptible d'attirer les poissons. Si vous êtes dans les bois depuis longtemps, un piège comme celui-ci peut continuer à vous apporter des poissons et les garder en vie jusqu'à ce que vous soyez prêt à les manger...

11 commentaires:

  1. Je rajouterai quelque chose de "très" important -appris avec les amérindiens- à couper et préparer les bois le plus loin possible de l'endroit choisi pour le piège.
    Et, surtout, bien frotter les coupes avec de la terre, de l'humus ou des feuilles pour ne laisser aucune odeur de bois coupé.
    De plus, effacer ses traces au sol et éviter de toucher la végétation car on y laisse son odeur d'homme.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Pierre pour ce blog de haut niveau.
    Concernant le sujet, j'ai personnellement opté pour le filet nylon. Judicieusement disposé, il peut servir autant pour les poissons, lapins, oiseaux...
    Les matières, maillages et coloris en font un outil génial en conditions dégradés, même pour piéger du bipède.
    Léger, Solide, facilement transportable et réparable...
    Cumulé avec une technique de style piège à tension ou piège entonnoir, c'est pour moi, l'outil de piégeage ultime, le plus simple à mettre en œuvre. Quel que soit soit l'animal, si la moindre partie de son corps se retrouve entravé, le réflexe primaire est de se débattre.
    Pris dans un filet, t'es cuit.

    RépondreSupprimer
  3. Désolé, j'ai pas signé mon com précédent concernant les filets.

    Ce qu'il faut ce dire, c'est qu'en mode dégradé, les meilleurs méthodes de chasse, pêche, piégeage sont celles des braconniers et elles ont fait leurs preuves.
    Certes elles sont discutables en tout point, mais quand tu dois nourrir ta famille...

    CamtarJo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Camtar,les méthodes des "braconniers" sont celles qui permettaient dans le temps a des chasseurs d'assurer a manger à la famille , car bien souvent le prix d'une arme était trop élevé et réservé à une "élite" qui n'avait pas besoin de ça pour vivre.Alors associant la discrètion au choix du gibier cette chasse garde toute son efficacité ,je crains néanmoins qu'elle ,comme les autres d'ailleurs,n'ait qu'un temps limité de service,très vite il ne restera pas un vermisseau qui n'ait pas reçu son coup de 12 en cas de situation catastrophique .En attendant Pace e salute ,de la lucidité bien sûr et du discernement pour tous , sachant qu'il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre

      Supprimer
  4. Salut à tous et tous mes voeux de santé, de lucidité et de préparations pour cette année pleine de promesses. J'espère en tous cas que le manque de commentaires sur le sujet de la semaine n'est pas du aux intempéries sur la France, ou alors il y a beaucoup d'impréparation...(je plaisante biensûr)
    Pour les pièges à CPF, faut-il comprendre qu'il faille se référer au dossier n°3?
    Quant à l'injonction de notre cher président: "...ce que nous pouvons faire pour la France...?j'avais un début de réponse: aller à l'armurerie...
    Encore une fois, bonne année à tous.
    Face-book, bitcoin et france-info.
    Ivan

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir à tous quand le grabuge va vraiment commencer voilà une idée de ce qui nous attend chers patriotes
    https://ripostelaique.com/un-million-de-musulmans-prets-a-la-guerre-civile-en-france.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ,pourquoi voulez vous que cette catégorie se lance dans une guerre civile? ils n'ont aucune raison de le faire et même ce serait totalement contre productif ,la natalité suffit pour qu'ils soient majoritaires dans 10 ans.Ils n'ont pas plus envie de combat (sauf une petite frange de leur population) que nous mêmes,il faudrait cesser de les sous estimer et de les prendre pour des crétins.N'avez vous pas remarqué que depuis quelques temps certains sont arrivés au gouvernements grace au vote des français ?n'avez vous pas remarqué que sans combat aucun , certains occupent de plus en plus de postes a responsabilité que nous avons par bêtise et laxisme laissé échapper ?il n'y a encore plus que les bouricains a faire des attaques sous faux drapeau(Iran entre autres) pour les résultats brillants que l'on sait,alors ne croyez pas que cela se passera à la pointe de l'épée en tout cas pas seulement

      Supprimer
  6. Bonjour à tous, et bonne année.

    Très simple, efficace, et facile à mettre en oeuvre: Le piège à rats (l'animal).

    Choisissez le plus gros modèle, faites un trou sur la planchette pour l'accrocher solidement avec du fil de fer, déposez un appât, et priez.

    Vu son faible coût, une quinzaine de pièges me semble être un bon investissement pour attraper quelques volatiles ou petits rongeurs, faciles à préparer sans faite de gâchis.

    AZ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire "tapette à rats"...et non pas le piège de type cage.

      Supprimer
  7. N'hésitez pas à faire vos besoins sur les pieges, la viande n'en sera que meilleure.

    RépondreSupprimer
  8. bonne année à tous, meilleurs vœux Mr Templar, et continuez à nous donner des idées,et permettre à dialoguer et débattre.Le piégeage, depuis longtemps j'ai passé un stage de piégeur. Je me suis astreins à fabriquer ces pièges .Rudimentaires certes mais ,redoutables.J'ai aussi fait des recherches,et, il y a pléthore en la matière.Pour ma part, j'ai en tete une dizaine de pièges rustiques terrestre, quelques pièges à poissons simples mais tout aussi efficaces.La seule règle s’entraîner à les monter.Bien les mémoriser, à mon humble avis.Ne pas négliger connaitre l'environnement de animaux et de comprendre sa façon de se comporter .Il va de sois,que prendre un lapin, ou ....décidera de la manière la plus appropriée Une de plus "Bonne "Année à tous"






    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.